Tamron est le “dernier” constructeur à mettre à jour son 24-70 mm f/2,8 constant, l'objectif incontournable pour de très nombreux photographes. La formule optique a beau rester inchangée vis-à-vis du précédent modèle (qui date de 2012), la firme annonce que cet objectif est optiquement meilleur !

Ce nouveau 24-70 mm f/2,8 entre naturellement en concurrence avec le dernier modèle Sigma, mais aussi avec le récent modèle Nikon, le dernier modèle Canon (non stabilisé) et le modèle Tokina. Dans une certaine mesure, il entre également en concurrence avec le modèle Sony, même s'il faudra user d'une bague d'adaptation pour pouvoir l'utiliser. De beaux duels sont donc à prévoir !

MontureCanon EF, Nikon F
Format couvert24 x 36 mm
Plage focale24-70 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C36-105 mm
Ouverture maximalef/2,8
Ouverture minimalef/22
Distance de mise au point0,38 m
Nombre de lamelles du diaphragme9
Construction17 éléments répartis en 12 groupes
Éléments spécifiques3 lentilles asphériques, 1 lentille asphérique hybride, 2 verres LD, 2 verres XR
Échelle des distancesOui
Rapport de reproduction0,2X
MotorisationOui
StabilisationOui
Dimensions88,4 x 111 mm (Canon)
Diamètre filtre82 mm
Poids905 g (Canon)
Pare-soleilOui
Étui soupleOui
AutresCompatible console Tap-In

Prise en main
Très bien

Présentation

Après le 70-200 mm f/2,8 (annoncé à l'occasion du dernier CP+), c'est au tour du 24-70 mm f/2,8 de passer en version G2. Au programme de cette nouvelle mouture, un design, une ergonomie et une construction inédits, une stabilisation améliorée, un autofocus plus rapide et de nouveaux traitements. La version G2 du 24-70 mm ressemble donc à celle du 70-200 mm. Tamron ne révolutionne pas le genre, mais améliore un certain nombre d'aspects sur son objectif phare.

Il n'est pas toujours facile de suivre Tamron dans ses choix marketing. Nous avions rencontré il y a quelques mois des responsables de la marque au Japon (MM. Hiroaki Arai, vice-président, Minoru Ando, directeur général de la recherche & développement, et Kentaro Myoshi, assistant du directeur général Imaging Products Business Unit), et nous leur avions posé la question à propos de la mention G2.

Lorsqu'un nouvel objectif délivre une meilleure qualité d'image comparée à l'ancien modèle, nous lui mettons la mention G2. De plus, nous utilisons la mention G2 lorsque nous souhaitons conserver sur le marché les deux versions de l'objectif (l'ancienne et la nouvelle).

Le nouveau 24-70 mm f/2,8 reprend les nouveaux codes esthétiques établis sur les derniers objectifs Tamron (zooms et focales fixes) et adopte leur philosophie "Human Touch" qui attache autant d'importance au plaisir d'utilisation du photographe qu'à la qualité optique. La formule optique est toujours la même, basée sur une construction de 17 éléments répartis en 12 groupes avec 3 lentilles asphériques, 1 lentille asphérique hybride, 3 verres LD (faible dispersion) et 2 verres XR. Quant à l'optique, les nouveautés se retrouvent au niveau des traitements de surface. L'eBand (Extended Bandwidth & Angular-Dependency), censé apporter des caractéristiques antireflets pour limiter le flare et les images fantômes, fait son apparition. Tamron annonce que le modèle G2 est optiquement meilleur que le précédent modèle (MTF plus performantes).

Tamron SP 24-70 mm f/2,8  Di VC USD G2 test

Tamron a également revu sa stabilisation optique. Rappelons que la firme a été la première à implémenter une stabilisation optique sur un 24-70 mm f/2,8, et que depuis, presque tous les constructeurs (allô Canon !) ont suivi. Désormais, cette stabilisation est supposée pouvoir compenser jusqu'à 5 IL (selon les normes CIPA) grâce à un processeur dédié. Nouveauté, l'objectif est capable de détecter automatiquement lorsque l'on réalise un filé, et désactive donc la stabilisation horizontale. La stabilisation optique peut aussi être configurée grâce à la console de programmation Tap-In. L'autofocus est supposé être lui aussi amélioré grâce à un microprocesseur dédié – auparavant, un seul et même processeur se chargeait de la mise au point et de la stabilisation optique.

Tamron SP 24-70 mm f/2,8  Di VC USD G2 test

Tamron a renforcé la protection de son objectif avec l'emploi d'un traitement au fluor sur la lentille frontale (déperlant, oléophobe). Pas moins de 6 joints d'étanchéité limitent l'entrée de poussières et d'humidité dans l'objectif.

Tamron SP 24-70 mm f/2,8  Di VC USD G2 test

Pour ce qui est des autres caractéristiques, on retrouve un diaphragme circulaire à 9 lamelles, un poids d'environ 900 g, une longueur de près de 11 cm (replié) et un rapport de grossissement de 0,2x.

Lire aussi

Prise en main

Comme avec le 70-200 mm, ce nouveau 24-70 mm reprend les codes esthétiques établis sur les premières focales fixes Tamron SP. On retrouve donc un design sobre, épuré et élégant. Le corps de l'objectif, constitué à la fois d'éléments en métal et en plastique, profite d'une finition noir satiné du plus bel effet. À la base de l'objectif, on retrouve la bague couleur champagne, et sur le côté, la pastille SP. Les différentes mentions sont inscrites en blanc et sont très claires : un bon point. Sur le dessous de l'objectif, on déniche la traditionnelle mention Design in Japan.

Tamron SP 24-70 mm f/2,8  Di VC USD G2 test

L'objectif est assez imposant, ce qui est souvent le cas pour un 24-70 mm f/2,8. Comptez un encombrement d'environ 11 cm replié et 15 cm déployé. Il dispose d'un diamètre de près de 9 cm (82 mm pour les filtres circulaires). Il est en revanche relativement léger avec un peu plus de 900 g sur la balance. Sur ce point, c'est l'un des modèles les plus légers (Nikon à 1,07 kg, Sigma à 1,025 kg). Les modèles Canon et Sony sont encore plus légers, mais n'intègrent pas de module de stabilisation optique. Au final, l'objectif est assez bien proportionné au calibre d'un boîtier type EOS 5D. Les longues séances de prises de vue à main levée ne devraient pas être un problème.

Tamron SP 24-70 mm f/2,8  Di VC USD G2 test

La bague de zoom est la plus large et est située vers l'extérieur. Elle est assez confortable à utiliser malgré un léger manque de fluidité. Bon point, sa course est très modérée et il sera très rapide de passer du 24 au 70 mm d'un seul mouvement. Assez peu de repères sont présents : 24, 35, 50 et 70 mm.

IMG_5517
IMG_5518

La bague de mise au point manuelle, bien qu'assez peu utilisée sur ce genre d'objectif, est beaucoup plus étroite, mais reste néanmoins très agréable à l'usage. Sa fluidité est bonne, sa course modérée et on dispose de repères de butées à l'infini et à la distance minimale de mise au point de 38 cm. Naturellement, on retrouve un indicateur de distance de mise au point dynamique et la retouche manuelle du point est disponible.

Tamron SP 24-70 mm f/2,8  Di VC USD G2 test

Sur le côté, on retrouve deux interrupteurs. Le premier permet de basculer en mise au point 100 % manuelle et le second offre d'activer ou désactiver la stabilisation optique. Enfin, au niveau de la bague de zoom, on retrouve un bouton de verrouillage qui empêche l'objectif de se déployer intempestivement durant le transport.

Ce 24-70 mm f/2,8 est livré avec un pare-soleil en corolle, une housse de transport souple, et est compatible avec la console de personnalisation Tap-In. L'objectif est garanti 5 ans.

Tamron SP 24-70 mm f/2,8  Di VC USD G2 test

Tests labo
Très bon !

Qu'est-ce que le piqué ?

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la “sensation de netteté” et/ou à la “précision” que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à l'autre, d'une focale à l'autre et d'une ouverture à l'autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11, par exemple. De plus, le piqué va dépendre de la taille et de la définition du capteur de votre appareil. Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Nous avons testé l'objectif avec un Canon EOS 5Ds R au capteur 24 x 36 mm de 50 Mpx d'une définition de 8 736 x 5 856 px. Chaque pixel mesure donc 4 µm de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Testé avec Imatest.

Les performances de ce nouveau 24-70 mm sont dans l'ensemble assez bonnes, mais loin d'être parfaites. Ce n'est jamais le cas sur un 24-70 mm ! On est également assez loin des performances des focales fixes et notamment les modèles Tamron SP ouvrant à f/1,8.

Commençons par le grand-angle 24 mm. À cette focale, l'objectif dispose d'un comportement cohérent avec un piqué et une homogénéité qui augmentent à mesure que l'on ferme le diaphragme pour atteindre son maximum à f/5,6 – pour ensuite baisser proportionnellement jusqu'à f/22. Passé f/11, la diffraction fait son apparition et le piqué baisse assez fortement jusqu'à f/22. Notons que les images réalisées à f/16 sont encore exploitables. Le piqué au centre est fort dès la plus grande ouverture et n'augmente que très peu en fermant le diaphragme. Une bonne nouvelle. À la plus grande ouverture, on observe un très fort manque d'homogénéité entre le centre, les 2/3 et les bords extrêmes des images. Ce “défaut” s'atténue rapidement à mesure que l'on ferme le diaphragme, surtout pour les zones situées aux 2/3 des images.

Au 35 mm, l'objectif procure le même genre de comportement. L'homogénéité des images est bien meilleure dès f/5,6.

Au 50 mm, le niveau de piqué général est un peu en retrait et les images parfaitement homogènes dès f/8. Aux plus grandes ouvertures, la non homogénéité du piqué est forte et les bords extrêmes des images peinent à décoller en fermant le diaphragme. On remarque un léger décrochage du piqué au centre à f/5,6, mais rien de dommageable compte tenu du niveau de piqué général de l'objectif.

Au 70 mm, le niveau général du piqué baisse sensiblement et on observe un assez fort décrochage de ce dernier au centre à f/5,6, si bien que les images (au centre) sont moins piquées à f/5,6 qu'à f/4. Ce comportement est assez étonnant, mais se confirme aussi bien sur nos mesures que visuellement sur notre scène test.

Notre scène test et les zones d'intérêt.

Face à la concurrence

Le nouveau Tamron SP 24-70 mm f/2,8 Di VC USD G2 a beaucoup de concurrents. Chez les deux géants déjà, avec le dernier Canon (Canon EF 24-70 mm f/2,8 L II USM, non stabilisé) et le récent Nikon (Nikon AF-S Nikkor 24-70 mm f/2,8 ED VR, stabilisé). Il y a aussi le nouveau modèle Sigma Art qui vient tout juste de sortir.

Test - 05/02/2013
Canon EF 24-70 mm f/2,8 L II USM
Rakuten - priceminister 1259,89 €
Fnac.com marketplace 1315,43 € Voir l'offre
Mistergooddeal 1697,70 € Voir l'offre
Fnac.com 1697,91 € Voir l'offre
Darty.com 1699,00 € Voir l'offre
Digixo 1779,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 1799,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 1799,00 € Voir l'offre
La Redoute 1799,00 € Voir l'offre
Materiel.net 1949,00 € Voir l'offre
Villatech 1990,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Test - 21/01/2016
Nikon AF-S Nikkor 24-70 mm f/2,8 ED VR
AF-S Nikkor 24-70 mm f/2,8 ED VR
Rakuten - priceminister 1732,90 €
Fnac.com marketplace 1899,99 € Voir l'offre
Digixo 2175,00 € Voir l'offre
Amazon 2179,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 2179,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 2199,00 € Voir l'offre
La Redoute 2199,00 € Voir l'offre
Fnac.com 2199,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Test - 17/07/2017
Sigma 24-70 mm f/2,8 DG OS HSM Art
Fnac.com marketplace 1080,15 €
Amazon 1249,00 € Voir l'offre
Digixo 1249,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1299,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 1299,00 € Voir l'offre
Amazon Marketplace 1322,27 € Voir l'offre
Webdistrib 1352,29 € Voir l'offre
Villatech 1449,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Enfin, dans une certaine mesure, ce Tamron 24-70 mm f/2,8 G2 entre aussi en concurrence avec le Sony G Master FE 24-70 mm f/2,8, puisque l'on peut utiliser le Tamron en monture Canon sur les hybrides Sony A7/9 à l'aide d'une bague d'adaptation, (Sigma MC-11 par exemple).

Nous vous proposons ici une comparaison des modèles Sigma, Canon (testé aussi avec un EOS 5Ds R) et Nikon (testé avec un D810).

Les différents appareils de test n'ont pas tous la même définition ; il faut donc en tenir compte dans l'analyse des courbes Imatest (niveau des courbes). Quoi qu'il en soit, nous vous proposerons très bientôt des duels entre tous ces objectifs.

Sigma

Canon

Nikon

Tests terrain
Polyvalence ...

La focale

Qu'est-ce que la focale ?

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l’on obtient avec le Tamron SP 24-70 mm f/2,8 Di VC USD G2 monté sur un EOS 5Ds R, équipé d’un capteur plein format 24 x 36 mm. La plage de focales est relativement polyvalente et conviendra à la plupart des sujets. Utilisé sur un reflex équipé d'un capteur au format APS-C (type Canon EOS 7D Mark II), ce zoom devient un équivalent 36-105 mm. Il faut donc appliquer un coefficient de conversion de 1,5x (1,6x pour Canon).

Le vignetage

Qu'est-ce que le vignetage ?

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, exprimée en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Cet objectif vignette, et ce principalement à la plus grande ouverture et à toutes les focales. Aux focales les plus larges, il faut fermer à f/5,6 pour le voir totalement disparaître.

Les distorsions

Qu'est-ce que les distorsions ?

Les objectifs ont tendance à “tordre la réalité”. Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Les distorsions sont bien présentes et visibles principalement à la focale la plus large et la focale la plus longue. Au grand-angle, on le ressent à toutes les ouvertures, et aux autres focales, il faut fermer à f/5,6 pour le voir totalement disparaître.

Le bokeh

Qu'est-ce que le bokeh ?

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la “qualité” du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

L'ouverture constante de f/2,8 est un avantage indéniable en matière de polyvalence, mais aussi au niveau des possibilités de jeux sur la profondeur de champ que permet l'objectif. Évidemment, le rendu à f/2,8 est très loin de ce que l'on peut obtenir avec une focale fixe ultra lumineuse f/1,4, mais on peut tout à fait dissocier un sujet de son arrière-plan que l'on noiera dans un joli flou. Pour maximiser l'effet, il est naturellement préférable de privilégier le 70 mm (la plus grande ouverture), ainsi qu'une distance de mise au point modérée.

La stabilisation optique

Qu'est-ce que la stabilisation optique ?

Le principe d'un stabilisateur optique est simple : l'objectif est équipé d’une petite lentille montée sur un système de micromoteurs qui lui permet d’être mobile, c’est-à-dire de pouvoir bouger dans deux directions : verticale et horizontale. Ces micromoteurs sont actionnés grâce à un système gyroscopique qui détecte les moindres mouvements de l’objectif (et donc du bras du photographe) et les compense afin de les corriger. Très schématiquement, si on monte très légèrement son appareil vers le haut, la lentille dans l’objectif se déplace vers le bas et les deux mouvements s’annulent d’un point de vue optique : c’est comme si on n’avait pas bougé.

Pour nos essais, nous avons réalisé des photos de notre Barbie fétiche positionnée à environ 3 m en utilisant le 70 mm, évidemment à main levée. Nous avons réussi à descendre au 1/5 s tout en conservant une image d'une netteté satisfaisante. Par rapport au temps de pose limite de 1/70 s, cela fait un gain de 4 IL.

Galerie terrain

Verdict
Recommandé ? Oui !

Tamron signe avec son 24-70 mm f/2,8 G2 une très bonne optique polyvalente, qualitative et bien pensée. Ce zoom, incontournable pour de très nombreux photographes, sera le compagnon idéal de leur 70-200 mm f/2,8 G2. On attend maintenant de pied ferme une nouvelle version de son 15-30 mm f/2,8, même si ce dernier est beaucoup moins ancien que les premières versions des 24-70 et 70-200 mm.

Pour ce qui est des alternatives, en ce qui concerne les 24-70 mm f/2,8, il y en a beaucoup : le récent modèle Sigma Art, le dernier modèle Nikon, la version II du Canon, le Tokina, et dans une certaine mesure le Sony. De beaux duels sont dès lors à prévoir, mais au premier coup d'œil, le modèle Tamron a de nombreux arguments en sa faveur.

Test - 11/03/2015
Tamron SP 15-30 mm f/2,8 Di VC USD
SP 15-30 mm f/2,8 Di VC USD
Rakuten - priceminister 758,76 €
Fnac.com marketplace 795,83 € Voir l'offre
Digixo 899,00 € Voir l'offre
Amazon 906,00 € Voir l'offre
Fnac.com 906,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 1039,31 € Voir l'offre
La Redoute 1039,31 € Voir l'offre
Webdistrib 1073,39 € Voir l'offre
Villatech 1199,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Test - 25/10/2017
Tamron SP 24-70 mm f/2,8 Di VC USD G2
Fnac.com marketplace 820,99 €
Rakuten - priceminister 868,99 € Voir l'offre
Amazon Marketplace 1110,63 € Voir l'offre
Amazon 1149,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1149,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 1149,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 1149,00 € Voir l'offre
La Redoute 1149,00 € Voir l'offre
Digixo 1149,00 € Voir l'offre
Webdistrib 1149,09 € Voir l'offre
Materiel.net 1299,00 € Voir l'offre
Villatech 1390,00 € Voir l'offre
Rue du Commerce 1449,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Test - 10/05/2017
Tamron SP 70-200 mm f/2,8 Di VC USD G2
Rakuten - priceminister 924,99 €
Fnac.com marketplace 939,30 € Voir l'offre
Amazon Marketplace 1110,63 € Voir l'offre
Fnac.com 1219,00 € Voir l'offre
Webdistrib 1307,09 € Voir l'offre
Amazon 1359,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 1359,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 1359,00 € Voir l'offre
La Redoute 1359,00 € Voir l'offre
Digixo 1359,00 € Voir l'offre
Villatech 1429,00 € Voir l'offre
Rue du Commerce 1449,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Ce 24-70 mm est un modèle toutes options : ouverture constante f/2,8, stabilisation optique, conception tous temps, personnalisation via console USB. L'ouverture constante f/2,8 est un atout majeur. Elle permet pour commencer de pouvoir conserver le même trio de réglages quelle que soit la focale utilisée. Elle autorise aussi à jouer assez facilement avec les effets de profondeur de champ (surtout au 70 mm et avec une distance de mise au point contenue) ; et enfin, elle rend l'objectif à l'aise dans de faibles conditions lumineuses à main levée. Sur ce dernier aspect, la stabilisation optique intégrée et très efficace (gain de 3/4 IL) améliore de surcroît les possibilités de prises de vue.

La conception de cet objectif est très bonne. Il est assez compact et léger, ce qui le rend particulièrement agréable à utiliser sur de longues séances à main levée. Le design est sobre, discret et élégant. Même si les deux bagues de réglage sont encore perfectibles, elles sont assez confortables.

Le niveau optique est aussi très bon. L'objectif, bien que loin d'être parfait, délivre des images de qualité avec un fort niveau de piqué. On apprécie la cohérence de son comportement et le niveau de piqué très élevé au centre dès la plus grande ouverture. Ceci étant, force est de constater qu'il souffre d'un manque d'homogénéité assez important entre le centre, les 2/3 des images et les bords extrêmes aux plus grandes ouvertures et que rares sont les positions auxquelles il délivre des images parfaitement homogènes, ce qui est souvent le cas sur un 24-70 mm f/2,8. Enfin, les performances à 70 mm sont un cran en dessous de ce qu'il est capable de délivrer aux autres focales. Les distorsions sont assez bien gérées. Le vignetage, pour sa part, est bien présent, surtout aux plus grandes ouvertures.

+
  • Ouverture constante f/2,8
  • Stabilisation optique (4 IL)
  • Design, prise en main et qualité de construction (protection tous temps)
  • Poids et encombrement
  • Compatible avec console de personnalisation Tap-In
  • Performances optiques générales (comportement et cohérence de l'objectif)
  • Niveau du piqué au centre dès la plus grande ouverture à 24 et 35 mm
  • Homogénéité parfaite à 50 mm f/8
  • Assez faibles distorsions
  • Performances en retrait à 70 mm
  • Décrochage du piqué au centre au 50 mm, et surtout au 70 mm à f/5,6
  • Manque d'homogénéité du piqué aux plus grandes ouvertures
  • Vignetage marqué à la plus grande ouverture
En résumé

Voilà un objectif polyvalent qui saura répondre présent dans beaucoup de situations de prises de vue : ouverture constante f/2,8, stabilisation optique efficace (4 IL), protection tous temps. Les performances optiques sont très bonnes sans pour autant être parfaites. Mais c'est rarement le cas sur un 24-70 mm f/2,8.

default image
Arthur Azoulay
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Tamron SP 24-70 mm f/2,8 Di VC USD G2
Fnac.com marketplace 820,99 €
Rakuten - priceminister 868,99 € Voir l'offre
Amazon Marketplace 1110,63 € Voir l'offre
Amazon 1149,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1149,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 1149,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 1149,00 € Voir l'offre
La Redoute 1149,00 € Voir l'offre
Digixo 1149,00 € Voir l'offre
Webdistrib 1149,09 € Voir l'offre
Materiel.net 1299,00 € Voir l'offre
Villatech 1390,00 € Voir l'offre
Rue du Commerce 1449,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres