Chez Tamron, cet objectif est le premier à être compatible nativement avec la très prisée monture Sony E. Il est donc capable de couvrir le format 24x36 mm et est conçu pour être utilisé avec les hybrides des séries A7/9. Il s'agit d'un zoom trans-standard 28-75 mm qui a la particularité de disposer d'une ouverture constante f/2,8.

Test - 27/06
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD
Webdistrib 809,09 €
Amazon Marketplace 829,00 € Voir l'offre
Digixo 839,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 845,99 € Voir l'offre
Rakuten - priceminister 868,66 € Voir l'offre
Fnac.com 899,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 899,00 € Voir l'offre
Villatech 899,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 899,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Test - 22/04/2014
Sony FE 24-70 mm f/4 Zeiss
FE 24-70 mm f/4 Zeiss
Rakuten - priceminister 714,99 €
Fnac.com marketplace 737,99 € Voir l'offre
Miss Numérique 799,00 € Voir l'offre
Digixo 799,00 € Voir l'offre
Fnac.com 799,90 € Voir l'offre
LDLC 799,96 € Voir l'offre
Webdistrib 858,94 € Voir l'offre
La Redoute 897,40 € Voir l'offre
Boulanger.com 923,53 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Test - 25/04/2016
Sony G Master FE 24-70 mm f/2,8
G Master FE 24-70 mm f/2,8
Rakuten - priceminister 1845,99 €
Fnac.com marketplace 1893,00 € Voir l'offre
Amazon 1999,00 € Voir l'offre
Amazon 1999,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1999,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 2299,00 € Voir l'offre
Digixo 2299,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Assez peu de zooms trans-standards sont actuellement disponibles pour les utilisateurs d'hybrides Sony. On pense par exemple au 24-70 mm f/2,8 en gamme G Master chez Sony ou au 24-70 mm f/4 Zeiss, également en gamme Sony. En toute logique, nous devrions également voir naître dans le futur une version Sony E du 24-70 mm f/2,8 Art de chez Sigma (objectif conçu pour les reflex), tandis que Samyang finira un jour ou l'autre par développer des zooms.

MontureSony FE
Format couvert24x36 mm
Plage focale24-75 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C36-112,5 mm
Ouverture maximalef/2,8
Ouverture minimalef/22
Distance de mise au point0,19 m
Nombre de lamelles du diaphragme9
Construction15 éléments répartis en 12 groupes
Éléments spécifiques1 verre LD (Low Dispersion), 1 verre XLD (eXtra Low Dispersion), 2 lentilles asphériques hybrides, 1 lentille asphérique moulée
Échelle des distancesNon
Rapport de reproduction0,34x
MotorisationOui, RXD (pas à pas)
StabilisationNon
Dimensions11,8 cm de longueur
Diamètre filtre67 mm
Poids550 g
Pare-soleilOui
Étui soupleNon

Prise en main
Compact et léger !

Présentation

Le zoom à ouverture constante f/2,8 est composé de pas moins de 15 lentilles réparties en 12 groupes incluant 1 verre LD (Low Dispersion), 1 verre XLD (eXtra Low Dispersion), 2 lentilles asphériques hybrides et 1 lentille asphérique moulée. On retrouve aussi le traitement BBAr qui limite les reflets. Son diaphragme est composé de 9 lamelles. Sa distance minimale de mise au point de 19 cm est assez courte et lui confère un rapport de reproduction de 0,34X. Il est assez léger avec 550 g sur la balance et plutôt compact avec une longueur de 11,8 cm. Il sera tropicalisé (traitement fluorine sur la lentille frontale et joints d'étanchéité) et dépourvu de stabilisation optique (laissée au boîtier). Enfin, l'objectif intègre une nouvelle motorisation autofocus RXD (Rapid eXtra-silent Stepping Drive) pas à pas particulièrement silencieuse pour les prises de vue vidéo. De plus Tamron a rendu compatible son optique avec les corrections numériques embarquées dans les boîtiers Sony.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD test review

Prise en main

550 g ! C'est le poids de ce nouveau trans-standard f/2,8 constant. Autant vous dire que le poids plume de cet objectif se mariera parfaitement avec le “petit” calibre des Sony A7/9. À titre de comparaison, un Sony 24-70 mm f/2,8 G Master pèse 886 g et le 24-70 mm f/4 signé Zeiss au catalogue Sony affiche 426 g à la pesée. Dans un cas, on a le 24 mm, mais une ouverture maximale de f/4 ; dans l'autre, le 24 mm et une ouverture f/2,8. Les dimensions sont aussi relativement minimalistes avec moins de 12 cm de long (replié et sans pare-soleil) et un diamètre de 7,3 cm (filtre de 67 mm).

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD test review

Côté design, pour ce premier coup d'essai dans la monture Sony E, Tamron est resté fidèle aux lignes et parti pris esthétiques de ses dernières optiques “Human Touch”. On retrouve donc un objectif discret et sobre, avec des lignes tout en douceur. Il n'y a pas la moindre inscription sur la face avant de l'objectif. Les matériaux du corps sont en plastique et bénéficient d'une finition noir satiné du plus bel effet. À la base de l'objectif, on retrouve la bague couleur “champagne” propre à la gamme SP, et sur le côté la mention “Design in Japan”. La qualité de construction est au rendez-vous et l'optique jouit d'une protection contre les intempéries (6 joints d'étanchéité et traitement de la lentille frontale) et le rend donc paré à affronter les mauvaises conditions de prises de vue terrain.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD test review

Zoom oblige, on découvre deux bagues de réglages. La première, située vers l'extérieur, est dédiée à la focale. Elle est large et confortable à utiliser. La course, elle, est très petite, relativement dure à utiliser et manque donc d'un peu de fluidité. Son maniement est un peu bruyant : attention aux prises de vue vidéo avec changement rapide de focale, car le son risque d'être capturé à l'enregistrement.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD test review

La seconde bague est dédiée à la mise au point manuelle. Elle est plus étroite, mais tout aussi confortable à l'usage. La fluidité est ici parfaite et la bague s'avère totalement silencieuse. C'est en réalité une bague de commande qui actionne en interne un petit moteur qui se charge de déplacer les lentilles pour la mise au point. Dès lors – et c'est dommage –, pas de repère de distance de mise au point et pas de repères de butée.

Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD test review

Tests labo
Très bon au centre !

Qu'est-ce que le piqué ?

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la “sensation de netteté” et/ou à la “précision” que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à l'autre, d'une focale à l'autre et d'une ouverture à l'autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11, par exemple. De plus, le piqué va dépendre de la taille et de la définition du capteur de votre appareil. Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Nous avons testé l'objectif avec un A7R II, au capteur 24x36 mm de 42 Mpx, d'une définition de 8 000 x 5 320 px. Chaque pixel mesure donc 4,5 µm de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Testé avec Imatest.

Les performances optiques de ce nouveau zoom sont assez contrastées.

Commençons par le positif ! L'objectif jouit d'un beau comportement général à toutes les focales avec un piqué qui augmente à mesure que l'on ferme le diaphragme jusqu'à f/11 (ouverture limite de diffraction sur un A7R II). On remarque que les images réalisées à f/16 sont encore tout à fait exploitables. Le piqué au centre est très élevé, et ce dès la plus grande ouverture à presque toutes les focales – sauf à fond de zoom 75 mm. Ce dernier est d'ailleurs d'une constance déconcertante sur la plage exploitable de diaphragmes, de f/2,8 à f/16. C'est un excellent point.

En revanche, force est de constater que cet objectif souffre d'un très fort manque d'homogénéité entre le centre, les 2/3 des images et les bords extrêmes de celles-ci. Aux plus grandes ouvertures, ces deux zones sont très en retrait par rapport au centre et il faut fermer “beaucoup” pour voir leur niveau de piqué grimper sans jamais atteindre celui du centre. Enfin, à fond de zoom, au 75 mm, l'objectif ne se comporte pas comme aux autres focales. Aux plus grandes ouvertures, le piqué (même au centre) est faible et commence à décoller à partir de f/5,6. Dommage…

Notre scène test et les zones d'intérêt.

Face à la concurrence

Depuis les tests des 24-70 mm f/2,8 et f/4, nous avons changé de protocole (scène test avant tout et mesures en laboratoire pour la version f/4). Nous ne pouvons vous proposer pour l'instant qu'une comparaison de mesures effectuées sur la version f/2,8.

Le nouveau 28-75 mm de Tamron n'a pas à rougir face aux performances du G Master. Le piqué maximal au centre est même plus élevé sur le modèle Tamron. Cependant, le modèle Sony délivre pour sa part des images plus homogènes, en particulier au niveau des 2/3 des images.

Tests terrain
Efficace et polyvalent !

La focale

Qu'est-ce que la focale ?

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l'on obtient avec le 28-75 mm monté sur un hybride Sony 24x36 mm. Monture E oblige, cet objectif est également compatible avec les hybrides Sony APS-C et se transforme alors en équivalent 42-112,5 mm (coefficient de conversion de 1,5x). Cette plage de focales est très polyvalente, même s'il est vrai qu'un grand-angle de 28 mm est beaucoup moins séduisant qu'un plus traditionnel 24 mm. Cet objectif conviendra à bon nombre de situations de prises de vue allant du paysage au portrait en passant par le reportage.

Le vignetage

Qu'est-ce que le vignetage ?

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, exprimée en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Le vignetage est assez bien maîtrisé, mais présent à toutes les focales et principalement aux plus grandes ouvertures. Au 28 mm, le phénomène se fait néanmoins assez doux, même si on le ressent à toutes les ouvertures. Au 35 mm, il est encore plus discret et devient négligeable à partir de f/5,6. Au 50 mm, il faut également fermer à f/5,6 pour le voir disparaître. Enfin, en fond de zoom 75 mm, il est plus fort et devient négligeable à partir de f/8.

Les distorsions

Que sont les distorsions ?

Les objectifs ont tendance à “tordre la réalité”. Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Les distorsions sont au rendez-vous ! C'est au 35 mm qu'elles sont les plus discrètes. Pour les autres focales, il faudra les corriger numériquement.

Le bokeh

Qu'est-ce que le bokeh ?

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la “qualité” du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres, dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

L'ouverture constante de f/2,8 est un avantage indéniable en matière de polyvalence, mais aussi au niveau des possibilités de jeux sur la profondeur de champ que permet l'objectif. Évidemment, le rendu à f/2,8 est très loin de ce que l'on peut obtenir avec une focale fixe ultra lumineuse f/1,4, mais on peut tout à fait dissocier un sujet de son arrière-plan que l'on noiera dans un joli flou. Pour maximiser l'effet, il est naturellement préférable de privilégier le 75 mm (la plus grande ouverture), ainsi qu'une distance de mise au point modérée (19 cm au minimum sur ce 28-75 mm).

Galerie terrain

Verdict

Tamron réussit assez bien son entrée dans le monde de la monture E avec un intéressant zoom polyvalent à ouverture constante f/2,8. Son positionnement en fait un adversaire indéniable à la référence G Master en la matière, d'autant plus pour ceux qui veulent user d'une optique légère et transportable pour le terrain avec une ouverture de f/2,8. Alors oui, tout cela n'est pas sans concessions. Oubliez le très grand-angle 24 mm en focale minimale : il faudra s'habituer au 28 mm.

D'un point de vue optique, ce 28-75 mm sait se défendre, surtout au centre des images. Le piqué y est très élevé dès la plus grande ouverture ! Malheureusement, l'objectif souffre d'un important manque d'homogénéité entre le centre, les 2/3 des images et les bords extrêmes. Ces dernières zones sont très en retrait à presque toutes les ouvertures . Légère déception également au niveau des performances en fond de zoom, très en retrait par rapport aux autres focales aux plus grandes ouvertures. Cela dit, force est de constater que le vignetage est très bien géré et que les distorsions, bien que visibles, se feront vite oublier en post-production.

+
  • Ouverture f/2,8 constante
  • 75 mm en télé et non 70 mm
  • Compacité et poids
  • Bague de mise au point manuelle (fluidité)
  • Comportement général de l'objectif
  • Performances du piqué au centre des images dès la plus grande ouverture
  • Bonne gestion du vignetage
  • 28 mm en grand-angle et non 24 mm
  • Fluidité et “bruit” de la bague de zoom
  • Manque important d'homogénéité entre le centre, les 2/3 et les bords extrêmes des images
  • Performances décevantes au 75 mm aux plus grandes ouvertures
  • Distorsions un peu marquées
En résumé

Tamron signe avec ce 28-75 mm un bon couteau suisse ultra polyvalent grâce à son ouverture constante f/2,8. L'objectif, très compact et léger, saura se faire oublier durant les longues séances de prises de vue terrain à main levée. Très performant au centre des images, il souffre néanmoins d'un manque d'homogénéité du piqué dès que l'on s'en éloigne.

a036_style
Arthur Azoulay
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD
Webdistrib 809,09 €
Amazon Marketplace 829,00 € Voir l'offre
Digixo 839,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 845,99 € Voir l'offre
Rakuten - priceminister 868,66 € Voir l'offre
Fnac.com 899,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 899,00 € Voir l'offre
Villatech 899,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 899,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres