La volonté de Sony de se positionner face à Canon et Nikon pour séduire les professionnels de la photographie de sport et d'action est désormais limpide. Nouvel objectif de la gamme G Master, le Sony FE 100-400 mm f/4,5-5,6 GM OSS suit clairement cette logique et s'impose comme un compagnon de choix pour les boîtiers de la famille Alpha.

Face à la concurrence

Bien entendu, c'est le seul 100-400 mm natif en monture Sony FE. Il est possible d'utiliser des modèles en monture Canon EF à l'aide d'une bague d'adaptation qui peut supporter l'autofocus (Sigma MC-11 ou Metabones, par exemple).

Test - 11/02/2015
Canon EF 100-400 mm f/4,5-5,6 L IS USM II
Fnac.com marketplace 1592,00 €
Digixo 1949,00 € Voir l'offre
Fnac.com 2099,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 2099,00 € Voir l'offre
La Redoute 2099,00 € Voir l'offre
Materiel.net 2199,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 2199,00 € Voir l'offre
LDLC 2199,95 € Voir l'offre
Digixo 2349,00 € Voir l'offre
Villatech 2379,00 € Voir l'offre
Rue du commerce (market place) 2403,50 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Test - 05/02
Sigma 100-400 mm f/5-6,3 DG OS HSM Contemporary
Fnac.com marketplace 729,99 €
Materiel.net 770,97 € Voir l'offre
Amazon 777,21 € Voir l'offre
Digixo 809,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 829,00 € Voir l'offre
La Redoute 829,00 € Voir l'offre
LDLC 829,95 € Voir l'offre
Fnac.com 829,99 € Voir l'offre
Amazon Marketplace 846,23 € Voir l'offre
Villatech 869,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Tamron 100-400 mm f/4,5-6,3 Di VC USD
Rakuten - priceminister 519,19 €
Fnac.com marketplace 528,87 € Voir l'offre
Webdistrib 682,57 € Voir l'offre
Amazon 726,61 € Voir l'offre
Digixo 729,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 739,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 749,00 € Voir l'offre
La Redoute 749,00 € Voir l'offre
Fnac.com 749,99 € Voir l'offre
Villatech 790,00 € Voir l'offre
LDLC 849,95 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
MontureSony FE
Format couvert24x36 mm
Plage focale100-400 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C150-600 mm
Ouverture maximalef/4,5-5,6
Ouverture minimalef/16-22
Distance de mise au point0,98 m
Nombre de lamelles du diaphragme9
Construction16 éléments répartis en 22 groupes
Éléments spécifiques2 lentilles en verre ED (Extreme low Dispersion) et 1 Super ED
Échelle des distancesNon
Rapport de reproduction0,35x
MotorisationOui
StabilisationOui
Dimensions93,9 x 205 mm
Diamètre filtre77 mm
Poids1,395 kg
Pare-soleilOui
Étui soupleOui

Prise en main
Superbe, mais lourd et encombrant !

Présentation

Taillé pour le stade, ce super téléobjectif dans la gamme G Master est bien entendu stabilisé et intègre une double motorisation AF (un moteur linéaire et un autre de type DDSM) de façon à obtenir des performances optimales. Résistant à la poussière et à l'humidité, il propose une mise au point à une distance minimale de 0,98 m et l'ajustement de la dureté de la bague de zoom.

Avec des dimensions de 205 x 93,9 mm et un poids de 1,395 kg, il est malheureusement comparable en encombrement aux optiques de même catégorie destinées aux appareils reflex (comptez 193 x 94 mm et 1,570 kg pour le Canon EF 100-400 mm f/4,5-5,6 L IS USM II, par exemple). Sa conception intègre un diaphragme circulaire à 9 lamelles ainsi que 22 lentilles réparties en 16 groupes, dont 2 lentilles en verre ED (Extreme Low Dispersion) et 1 Super ED. Il se pare en supplément d'un revêtement antireflet Nano AR Coating et d'un revêtement en fluor afin de faciliter le nettoyage de la poussière et de la graisse.

Sachez que le nouveau téléobjectif de Sony est compatible avec des filtres de 77 mm de diamètre ainsi qu'avec les convertisseurs SEL14TC et SEL20TC.

Prise en main

Hybride ne rime pas forcément avec compacité et légèreté. Nous nous faisons de plus en plus cette réflexion avec le développement des optiques haut de gamme en monture FE. Si vous pensez que ce 100-400 mm sera une version miniature de ce que l'on peut trouver chez Canon et Nikon, vous vous trompez ! Sur la balance, on s'approche beaucoup des 1,4 kg. Autant vous expliquer tout de go qu'associé à un boîtier du calibre d'un A7/9, c'est totalement disproportionné. L'usage d'un grip est fortement conseillé afin de rééquilibrer tant bien que mal l'ensemble et l'emploi d'un monopode peut vous limiter les tendinites. L'objectif, qui mesure plus de 20 cm de long (replié) est naturellement équipé d'un collier de fixation trépied pour la prise en main et éviter de détruire la baïonnette de votre appareil si vous l'utilisez sur un trépied. Bon point, la fixation trépied de ce collier est amovible et ce dernier permet à l'ensemble de tourner sur lui-même, et donc de passer en un éclair de l'orientation paysage à l'orientation portrait. La fluidité de la rotation est d'ailleurs excellente…

À titre d'information, comparons les mensurations de cet objectif avec celles de modèles équivalents dans d'autres montures. Comme on peut le constater, le modèle Sony est le plus imposant. Au niveau du poids, il se positionne dans le bas du classement, mais l'écart avec les modèles Canon et Nikon n'est pas si important. Le dernier modèle Sigma est d'ailleurs nettement plus léger !

Longueur (replié) Poids
Sony G Master FE 100-400 mm f/4,5-5,6 GM OSS 20,5 cm 1,395 kg
Sigma 100-400 mm f/5-6,3 DG OS HSM C 18,2 cm 1,16 kg
Canon EF 100-400 mm f/4,5-5,6 L IS USM II 19,3 cm 1,64 kg
Tamron SP 100-400 mm f/4,5-6,3 Di VC USD 19,9 cm 1,135 kg
Nikon AF-S Nikkor 80-400 mm f/4,5-5,6 G ED VR 20,3 cm 1,57 kg

Une fois prises en compte ces considérations de poids et d'encombrement, force est de constater que ce 100-400 mm est une optique de calibre professionnel qui n'a absolument rien à envier à ses “rivaux” du monde du reflex traditionnel.

Commençons par le design… Pour se faire remarquer sur les bords des stades, Sony a opté pour une finition couleur blanche comme les super téléobjectifs série L de Canon. Pour la discrétion, on repassera donc ! Ce n'est pas le seul grand blanc de Sony. En effet, ses 70-200 mm f/2,8, 70-200 mm f/4, ses convertisseurs (1,4x et 2x) et futur 400 mm sont eux aussi tout de blanc vêtus. La qualité de fabrication est irréprochable. Évidemment, cet objectif est paré pour un usage terrain et les pires conditions de prises de vue. Quant aux protections, on retrouve une conception globale résistante à l'intrusion de poussières et d'humidité (nombreux joints d'étanchéité), le tout assorti d'un revêtement au fluor sur la lentille frontale.

Cet objectif est un véritable tableau de bord à lui seul. Sur le côté, on observe pas moins de quatre interrupteurs permettant de paramétrer la stabilisation optique et l'autofocus. Entre les deux bagues de réglage, Sony a disposé trois boutons programmables que l'on peut asservir, par exemple, au déverrouillage de la mise au point. La stabilisation optique peut être activée sur un ou deux axes et il est possible de contraindre la plage de mise au point entre 3 m et l'infini.

La bague de zoom située vers l'intérieur est large et très confortable à utiliser. La course est assez modérée pour aller du 100 au 400 mm. En l'actionnant, c'est le bloc avant de l'objectif qui se déploie. On peut tout à fait le saisir et l'utiliser comme pompe pour régler encore plus rapidement la focale. Sony a d'ailleurs intégré la possibilité de contrôler la fluidité de cette bague avec deux positions (fluide et dure). On retrouve ce même type de fonction sur le modèle Canon. C'est très agréable à l'usage. En position dure, la bague est très difficile à manier, si bien que les changements intempestifs de focale sont limités, notamment lorsque l'objectif pique vers le bas et que l'on souhaite utiliser de faibles focales. La conception de l'objectif fait que le bloc de zoom tombe. La position fluide est pour sa part beaucoup plus rapide à utiliser.

La bague de mise au point manuelle est plus étroite et positionnée vers l'extérieur de l'objectif. Elle est aussi assez agréable à utiliser avec une bonne fluidité (trop, peut-être), mais elle ne bénéficie pas de repères de butée à la distance minimale de mise au point et l'infini. En fait, le maniement de cette bague n'actionne pas directement le déplacement d'une ou d'un groupe de lentilles, mais contrôle un petit moteur qui s'en charge. De ce fait, on souligne également l'absence d'un indicateur de distance de mise au point dynamique.

L'objectif est livré avec une housse de transport et un pare-soleil. Ce dernier est doté d'une petite trappe qui permet d'actionner la rotation d'un filtre polarisant, par exemple.

Tests labo
Excellent !

Qu'est-ce que le piqué ?

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la “sensation de netteté” et/ou à la “précision” que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à l'autre, d'une focale à l'autre et d'une ouverture à l'autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11, par exemple. De plus, le piqué va dépendre de la taille et de la définition du capteur de votre appareil. Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Nous avons testé l'objectif avec un A7R II, au capteur 24x36 mm de 42 Mpx, d'une définition de 8 000 x 5 320 px. Chaque pixel mesure donc 4,5 µm de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Testé avec Imatest.

Les performances au labo de ce nouveau 100-400 mm sont excellentes pour un objectif de ce type. Commençons par le 100 mm. À cette focale, l'objectif est redoutable : un comportement général stable et cohérent de la plus grande ouverture f/4,5 jusqu'à f/16, un piqué fort dès la plus grande ouverture et constant sur toute la plage de diaphragmes (jusqu'à f/16), une homogénéité proche de la perfection entre le centre et les 2/3 des images ainsi qu'une très bonne homogénéité dans l'ensemble. Au 200 mm, c'est pareil !

Au 300 mm, les performances à la plus grande ouverture f/5,6 sont un peu en retrait par rapport aux ouvertures moyennes au niveau du piqué et de l'homogénéité. Le comportement de l'otique est pour sa part encore très bon. Il en va de même au 400 mm avec une meilleure homogénéité générale.

Notre scène test et les zones d'intérêt.

Tests terrain
Efficace !

La focale

Qu'est-ce que la focale ?

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l’on obtient avec le 100-400 mm monté sur un hybride Sony 24x36 mm. Monté sur un hybride équipé d'un capteur APS-C et avec le coefficient de conversion de 1,5x, on obtient un équivalent 150-600 mm. Cet objectif est idéal pour les photos d'action et animalières. Les très longues focales permettent de conserver une grande distance avec les scènes ou les sujets que l'on souhaite photographier.

Le vignetage

Qu'est-ce que le vignetage ?

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, exprimée en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Le vignetage est très faible et se ressent uniquement aux plus grandes ouvertures. En fermant d'un diaphragme, on le fait disparaître.

Les distorsions

Que sont les distorsions ?

Les objectifs ont tendance à “tordre la réalité”. Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Les distorsions sont très faibles !

Le bokeh

Qu'est-ce que le bokeh ?

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres, dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Les longues focales sont très appréciées pour les effets de bokeh. En effet, les perspectives sont écrasées et les différents plans se démarquent bien. En outre, plus la focale est longue, plus la profondeur de champ est courte. Même avec des ouvertures maximales limitées, l'arrière-plan est donc ici facilement noyé dans un beau flou.

La stabilisation optique

Qu'est-ce que la stabilisation optique ?

Le principe d'un stabilisateur optique est simple : l'objectif est équipé d’une petite lentille montée sur un système de micromoteurs qui lui permet d’être mobile, c’est-à-dire de pouvoir bouger dans deux directions : verticale et horizontale. Ces micromoteurs sont actionnés grâce à un système gyroscopique qui détecte les moindres mouvements de l’objectif (et donc du bras du photographe) et les compense afin de les corriger. Très schématiquement, si on monte très légèrement son appareil vers le haut, la lentille dans l’objectif se déplace vers le bas et les deux mouvements s’annulent d’un point de vue optique : c’est comme si on n’avait pas bougé.

Nous avons réalisé nos essais de stabilisation au 400 mm à main levée sur un sujet positionné à environ 3 m de distance. Nous avons utilisé la stabilisation sur deux axes (vertical et horizontal). Avec une image nette, nous avons réussi à descendre au 1/25 s, soit un gain de 4 IL par rapport au temps de pose théorique limite.

Galerie terrain

Verdict

Rien à redire, ou presque ! Sony signe encore avec ce 100-400 mm une superbe optique qui fera le bonheur des amateurs de photos d'action sur le terrain (sport ou animalier). Un 100-400 mm est d'ailleurs un quasi must have pour les photographes qui veulent travailler de loin. Cette plage de focales permet de faire facilement des gros plans de sujets éloignés tout en conservant une polyvalence très appréciable en cas de mouvements intempestifs (position du sujet vis-à-vis du photographe). C'est d'ailleurs pour cela que de nombreux photographes de sport ne jurent que par lui ! En revanche, il convient d'être lucide, car pour travailler confortablement à main levée sur des sujets mobiles, il faut de la lumière, beaucoup de lumière. En effet, les ouvertures maximales glissantes, relativement peu lumineuses, ne pardonnent pas au niveau du temps de pose. La stabilisation optique très efficace sur 4 IL est en mesure de limiter les dégâts, mais uniquement sur des sujets immobiles.

Cet objectif a tout pour plaire : excellente qualité de fabrication, options de personnalisation poussées, design valorisant en blanc pour se faire remarquer sur les bords des stades. Tout y est, et il n'a rien à envier à ses “rivaux” traditionnels du reflex. Cet objectif est imposant et massif, et il est vrai qu'associé à un petit hybride, cela fait étrange.

Quant à la qualité optique, elle est tout à fait au rendez-vous : l'objectif délivre des images piquées et homogènes dès la plus grande ouverture et à toutes les focales. Il répondra présent dans toutes les configurations possibles.

Nous le recommandons évidemment.

+
  • Large plage de focales disponible (polyvalence)
  • Qualité de fabrication
  • Prise en main
  • Design
  • Fluidité de la bague de zoom réglable
  • Nombreux réglages directement disponibles sur l'objectif
  • Stabilisation optique efficace (4 IL)
  • Qualité optiques générales : niveau du piqué, homogénéité et comportement de l'objectif
  • Faibles distorsions et vignetage
  • Ouvertures maximales glissantes
  • Poids et encombrement importants
En résumé

Sony fait avec ce 100-400 mm une très belle entrée dans le monde prisé des “grands blancs”. Cette optique prisée des photographes de sport a tout pour plaire aux enthousiastes et professionnels : superbe qualité optique, qualité de construction irréprochable et fonctions de personnalisation poussées. Seules ombres au tableau, un poids important et un encombrement certain. Sur ces deux aspects, l'hybride n'apporte pas beaucoup d'avantages comparé au monde du reflex.

default image
Arthur Azoulay
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Sony G Master FE 100-400 mm f/4,5-5,6 GM OSS
Fnac.com marketplace 2401,00 €
Digixo 2649,00 € Voir l'offre
Fnac.com 2789,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 2789,00 € Voir l'offre
Amazon Marketplace 2892,80 € Voir l'offre