Le Sony 70-200 mm f/4 en monture FE (pour les A7 24 x 36 mm) est très compact, avec une longueur de 17,5 cm, et léger, avec moins de 900 g. Il est protégé contre les intempéries (humidité, poussières) et dispose d'une stabilisation optique. On retrouve une formulation optique de 21 lentilles réparties en 15 groupes associée à un diaphragme circulaire à 9 lamelles.

MontureSony FE
Format couvert24 x 36 mm
Plage focale70-200 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C70-200 mm
Ouverture maximalef/4
Ouverture minimalef/22
Distance de mise au point1 m
Nombre de lamelles du diaphragme9
Construction21 lentilles réparties en 15 groupes
Éléments spécifiquesnc
Échelle des distancesnon
Rapport de reproduction0,13x
Motorisationoui
Stabilisationoui
Dimensions80 x 175 mm
Poids840 g
Étui soupleOui

Prise en main

Tout beau, tout mignon ! C'est la première chose qui vient à l'esprit au moment de découvrir ce 70-200 mm. Sony reprend comme chez Canon le code couleur blanc sur ses longues focales en série L. C'est comme un 70-200 mm f/2,8 24 x 36 mm, mais en plus petit ! Attention, malgré sa petite taille (moins de 18 cm de long) et son poids mini (840 g), il ne passe pas inaperçu, blanc oblige.

Sony FE 70-200 mm f/4 G monté sur Alpha 7R (A7r)

On retrouve une qualité de construction et de finition irréprochables. L'objectif dispose d'une construction 100 % métal et intègre même un collier de fixation amovible pour trépied. Sur le côté se trouvent plusieurs interrupteurs. Le premier permet de désactiver l'autofocus — notons que la retouche manuelle du point est possible. Le deuxième gère la plage de mise au point qui peut être bridée de 3 mètres à l'infini. Le troisième permet d'activer la stabilisation optique, et enfin le quatrième de la programmer. On dispose de deux modes : le premier pour deux axes, le second sur un seul axe pour faire des filés. On dispose même de trois boutons personnalisables à l'avant de l'objectif : on est bien en première classe ! Il ne lui manque qu'un indicateur dynamique de distance de mise au point pour être parfait.

Sony FE 70-200 mm f/4 G

La bague de zoom est parfaite. La course est modérée. Elle est large et très confortable à utiliser. La fluidité, idéale, permet de basculer d'une focale à une autre rapidement et avec une grande précision. La bague de mise au point située à l'avant est aussi efficace mais ne dispose pas de repères pour la mise au point minimale et l'infini : dommage. À noter également, cet objectif dispose d'une conception à encombrement constant : un réel plus !

Sony FE 70-200 mm f/4 G

Tests labo

Ce test optique est basé en partie sur les mesures réalisées en laboratoire par DxOMark dans le cadre d’un partenariat conclu entre Les Numériques/Focus Numérique et DxO Labs. Créée par DxO Labs, DxOMark est la source d’information indépendante la plus fiable et la plus objective sur la mesure de qualité d’image. DxOMark a bâti sa réputation grâce à des protocoles de tests rigoureux, des outils de mesure de qualité industrielle et une base de données constituée de milliers de mesures d’appareils photo, d’objectifs et de téléphones mobiles. Les résultats complets des tests réalisés sur cette optique sont disponibles sur www.dxomark.com.

dxo mark

Nous avons testé le 70-200 mm avec un A7R et son capteur 24 x 36 mm de 36 Mpx (4,9 µm de côté).

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un A7R de 36 Mpx) et la taille de son capteur (24 x 36 mm pour l'A7R). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

L'A7r dispose d'une définition de 7292 x 4920 pixels. Chaque pixel mesure donc 4,9 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/16 !

Les résultats de cette optique sont globalement très bons malgré un défaut d'homogénéité à la plus grande ouverture f/4. En effet, à la pleine ouverture, on observe une baisse de piqué assez importante entre le centre et les bords de l'image. On note aussi un rendu global un peu en retrait au 70 mm par rapport aux autres focales. Les aberrations chromatiques sont totalement absentes et le vignetage, visible surtout à la plus grande ouverture, quelle que soit la focale, avec un écart moyen de 1,5 IL entre le centre et l'extrême bord des images.

Tests terrain

La focale

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l’on obtient avec le Sony monté sur un A7R, équipé d’un capteur plein format 24 x 36 mm. La plage de focales est polyvalente et bien entendu particulièrement bien adaptée pour du portrait, de la photo animalière ou sportive.

Le vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Le vignetage, assez discret et visible principalement à la plus grande ouverture f/4. Comptez 1,5 IL d'écart entre le centre et les bords des images. En fermant un peu, le phénomène diminue pour devenir totalement négligeable.

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Très peu de distorsions avec ce 70-200 mm, pas de crainte à avoir sur ce point.

Stabilisation

Le principe d'un stabilisateur optique est simple : l'objectif est équipé d’une petite lentille montée sur un système de micromoteurs qui lui permet d’être mobile, c’est-à-dire de pouvoir bouger dans deux directions : verticale et horizontale. Ces micromoteurs sont actionnés grâce à un système gyroscopique qui détecte les moindres mouvements de l’objectif (et donc du bras du photographe), et les compense afin de les corriger. Très schématiquement, si on monte très légèrement son appareil vers le haut, la lentille dans l’objectif se déplace vers le bas et les deux mouvements s’annulent d’un point de vue optique : c’est comme si on n’avait pas bougé.

La stabilisation optique est indispensable sur un 70-200 mm. Celle du Sony est particulièrement efficace. Nous avons réussi a obtenir une image nette à main levée et au 200 mm au 1/13 de seconde. C'est donc près de 4 IL qu'on peut gagner !

Sony FE 70-200 mm f/4 G

Téléchargez les fichiers originaux

Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Enfin, même avec une ouverture maximale de f/4, il est possible d'obtenir de très beaux effets de profondeur de champ grâce, entre autres, au capteur 24 x 36 mm des A7. En minimisant la distance de mise au point et en privilégiant les longues focales, les arrière-plans se noient dans un très beau flou bien diffus.

Galerie terrain

Sony FE 70-200 mm f/4 G exemple 1
Sony FE 70-200 mm f/4 G exemple 2
Sony FE 70-200 mm f/4 G exemple 3
Sony FE 70-200 mm f/4 G exemple 4
Sony FE 70-200 mm f/4 G exemple 5
Sony FE 70-200 mm f/4 G exemple 6
+
  • Qualité de construction, de finition
  • Stabilisation optique
  • Ouverture constante f/4
  • Qualité optique générale
  • Peu de vignetage
  • Peu d'aberrations chromatiques
  • Peu de distorsions
  • Piqué en retrait au 70 mm
  • Manque d'homogénéité à f/4
En résumé

Le Sony FE 70-200 mm f/4 G est une belle optique qui a peu à envier a ses équivalents reflex traditionnels, mis à part un piqué en retrait au 70 mm et un manque d'homogénéité à la plus grande ouverture f/4 (c'est vraiment dommage !). Le vignetage est maîtrisé, les distorsions, discrètes et les aberrations chromatiques presque absentes. La qualité de construction est parfaite et la stabilisation optique particulièrement efficace. Bref, cet objectif fera le bonheur des amateurs de photo de sport ou de photo animalière. Il faut que Sony se penche sur des versions de ses 3 zooms en f/2,8 constant !

FE 70-200 mm f/4 G
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Sony FE 70-200 mm f/4 G
Fnac.com marketplace 884,00 €
Priceminister 1054,40 € Voir l'offre
Amazon 1347,90 € Voir l'offre
Digit-photo.com 1347,90 € Voir l'offre
Digixo 1347,90 € Voir l'offre
Miss Numérique 1349,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1369,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Contenus sponsorisés