Appartenant à la gamme G Master, ce qui devrait assurer un extrême piqué ainsi que de très beaux effets de bokeh, le Sony G Master FE 70-200 mm f/2,8 conçu pour la monture FE (hybrides Sony A7) est un zoom polyvalent, très lumineux, et toutes options (ou presque) : ouverture constante f/2,8, diaphragme 11 lamelles, stabilisation optique programmable, protection tous temps, autofocus SSM flottant, encombrement constant... Verdict au labo et sur le terrain.

MontureFE
Format couvert24 x 36 mm
Plage focale70-200 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C105-300 mm
Ouverture maximalef/2,8
Ouverture minimalef/22
Distance de mise au point0,96 m
Nombre de lamelles du diaphragme11
Construction18 lentilles en 23 groupes
Éléments spécifiques1 lentille asphérique XA, 1 verre Super ED et le couchage Nano AR
Échelle des distancesNon
Rapport de reproduction0,25X
MotorisationOui
StabilisationOui
Dimensions88 x 200 mm
Diamètre filtre77 mm
Poids1,48 kg
Pare-soleilOui
Étui soupleOui
AutresCompatible avec les convertisseurs 1,4X et 2X

Présentation

Le Sony G Master FE 70-200 mm f/2,8 intègre une stabilisation optique OSS. Comme le 24-70 mm f/2,8, il repose sur une formule optique comportant 1 lentille asphérique XA, 1 verre Super ED et le couchage Nano AR. Ce nouvel objectif inaugure un système autofocus SSM flottant permettant de réduire la distance minimale de mise au point (0,96 m) et d'assurer de très bonnes performances en photo et vidéo. L'objectif mesure 20 cm de long et pèse près de 1,5 kg.

Sony FE 70-200 mm F2.8 GM OSS : formule optique

Il complète la gamme qui comporte déjà un 70-200 mm, mais moins lumineux avec une ouverture constante f/4.

Sony FE 70-200 mm f/4 G

Le Sony FE 70-200 mm f/4 G est une belle optique qui a peu à envier a ses équivalents reflex traditionnels, mis à part un piqué en retrait au 70 mm et un manque d'homogénéité à la plus grande ouverture f/4 (c'est vraiment dommage !).

FE 70-200 mm f/4 G
Fnac.com marketplace 1244,99 €
Priceminister 1404,86 € Voir l'offre
Amazon 1419,00 € Voir l'offre
Digit-photo.com 1419,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1439,99 € Voir l'offre
Digixo 1476,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 1549,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Retour sur la gamme G Master

Les optiques G Master se veulent le fleuron des objectifs entièrement conçus et produits par Sony. Vous en conviendrez, ce positionnement était et est toujours le même pour les optiques signées Zeiss. Ici, le constructeur germanique n'intervient en rien dans le processus de production. Comme les Sony Zeiss, ces nouvelles optiques G Master se positionnent sur le créneau de l'extrême piqué, mais se concentrent aussi sur la beauté du bokeh, tandis que les Sony Zeiss se concentrent sur le contraste.

La nuance est subtile il est vrai, et l'on s'y perd un peu. Pour résumer, ces nouvelles optiques G Master se veulent exceptionnelles en tous points, ce que nous prendrons plaisir à vérifier !

Sony a développé une nouvelle génération de lentilles asphériques : les XA Lens — "XA" pour "Extreme Aspherical". On retrouve une lentille XA dans chacun des nouveaux objectifs G Master. La nouvelle lentille XA est fabriquée au Japon, alors que l'assemblage des objectifs est effectué en Thaïlande. Le niveau de précision du polissage de ces lentilles est de 0,01 micromètre.

Grâce à cette nouvelle technologie, Sony annonce un niveau de piqué extrême et, surtout, une homogénéité — c'est-à-dire l'absence de différence de piqué entre le centre et les bords des images — presque parfaite sur ces nouveaux objectifs. La firme, très sûre d'elle, donne même des mesures FTM en 50 paires de lignes par mm ! La nouvelle lentille XA limite aussi le phénomène "d'onion rings" (ou dégradés en anneaux) sur les éléments hors profondeur de champ.

Test - 11/04/2016
Sony G Master FE 85 mm f/1,4
G Master FE 85 mm f/1,4
Fnac.com marketplace 1673,99 €
Digixo 1819,00 € Voir l'offre
Amazon 1819,66 € Voir l'offre
Miss Numérique 1949,90 € Voir l'offre
Fnac.com 1999,99 € Voir l'offre
Test - 25/04/2016
Sony G Master FE 24-70 mm f/2,8
G Master FE 24-70 mm f/2,8
Priceminister 2039,99 €
Digixo 2196,00 € Voir l'offre
Amazon 2196,90 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 2266,10 € Voir l'offre
Miss Numérique 2299,00 € Voir l'offre
Fnac.com 2299,99 € Voir l'offre

Sony se vante, et à raison, d'anticiper les résolutions des futurs capteurs d'image pour la photo et la vidéo dans les prochaines années et garantit que ses nouveaux objectifs sont prêts à affronter ces futures très hautes définitions.

Prise en main
Un objectif toutes options ou presque !

Prise en main

Comme pour la version f/4, ce nouveau 70-200 mm est très beau et "mignon". Sony reprend, comme chez Canon, le code couleur blanc sur ses longues focales en série L. C'est comme un 70-200 mm f/2,8 reflex, mais en plus petit ! Attention, malgré sa petite taille (moins de 20 cm de long), il ne passe pas inaperçu, blanc oblige. Il pèse également son poids : presque 1,5 kg sur la balance. Autant vous dire tout de suite qu'il est disproportionné face à la masse d'un boîtier Sony A7 et qu'il faudra le soutenir à main levée pour ne pas trop forcer sur la baïonnette. Du coup, il est naturellement équipé d'un collier en métal pour le fixer sur un trépied. Celui-ci est amovible et rotatif pour pouvoir passer facilement en mode portrait. Des repères sont indiqués pour faciliter l'opération, mais sur ce point, il vrai qu'un roulement à bille associé à un système de crantage aurait été un plus.

Sony FE 70-200 mm f/2,8 GM OSS

La qualité de construction est excellente. L'objectif jouit d'une construction presque tout en métal et d'une conception à encombrement constant. Quelle que soit la focale ou la distance de mise au point utilisée, les dimensions de l'optique restent inchangées. Associée à une belle protection tout temps, cette caractéristique rend l'objectif particulièrement bien armé pour résister à de mauvaises conditions de prise de vue.

Sony FE 70-200 mm f/2,8 GM OSS

Sur le côté de l'objectif, on retrouve tous les interrupteurs. C'est un vrai tableau de bord ! Le premier permet de réactiver la mise au point automatique (la retouche manuelle du point est cependant accessible) ; le deuxième est le limitateur de plage de mise au point ; le troisième active la stabilisation optique et le dernier permet de choisir le mode de fonctionnement de cette dernière. Enfin, sur la zone située entre la bague de zoom et la bague de mise au point, on retrouve 3 boutons programmables.

Sony FE 70-200 mm f/2,8 GM OSS

La bague de zoom est fantastique : elle est large et confortable à utiliser. La course est modérée et il sera donc très rapide de passer de 70 à 200 mm. De plus, la fluidité est parfaite. Rien à redire non plus pour ce qui est de la bague de mise au point manuelle : fluidité, confort, largeur, course et repères de butée, tout y est. Seule déception : l'absence d'indicateur de distance de mise au point dynamique.

Sony FE 70-200 mm f/2,8 GM OSS

Notons que cet objectif est livré avec un pare-soleil en corole équipé d'une trappe de réglage de filtre ainsi que d'une housse de transport. Il est compatible avec les convertisseurs 1,4x et 2x.

Tests labo

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil et de la taille de son capteur. Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Nous avons testé l'objectif avec un Sony A7R II au capteur 42 Mpx de 8 000 x 5 320 px. Chaque pixel mesure donc 4,5 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Les performances de ce nouveau 70-200 mm sont excellentes. L'objectif jouit, dans l'ensemble, d'un beau comportement cohérent en fonction des focales et des ouvertures. Le niveau de piqué des images produites est impressionnant (surtout au centre) et le zoom avale sans sourciller les 50 millions de pixels d'un A7R II.

Au 70 mm, le piqué au centre est très élevé, et surtout constant dès la plus grande ouverture f/2,8. Il en va de même pour les zones situées aux deux tiers de l'image. Pour les bords, on observe néanmoins un manque d'homogénéité assez important qui se tasse à mesure que l'on ferme le diaphragme. C'est à f/8 que l'objectif est le plus homogène. Passé f/16, la diffraction fait son apparition et fait chuter globalement le piqué.

Au 100 mm, l'homogénéité est bien meilleure entre le centre et les bords des images. Le piqué monte à mesure que l'on ferme le diaphragme pour atteindre son maximum à f/8. À f/8 et f/11, l'homogénéité est parfaite !

Au 135 mm, on retrouve des problèmes de non-homogénéité, mais moins marqués qu'au 70 mm. Le piqué est toujours aussi élevé au centre et constant dès f/4.

Enfin, c'est au 200 mm que l'objectif est le moins convaincant. Le manque d'homogénéité entre le centre, les deux tiers des images et les bords est flagrant et très important. Le phénomène ne s'amenuise qu'un tout petit peu lorsque l'on ferme le diaphragme.

Testé avec Imatest

scène test photo

Tests terrain

La focale

Une focale correspond à un angle de champ — ou angle de vision — couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l’on obtient avec le Sony monté sur un A7R II, équipé d’un capteur plein format 24 x 36 mm. La plage de focales est polyvalente et bien entendu particulièrement bien adaptée pour du portrait, de la photo animalière ou sportive.

exemple-sony-fe-70-200-mm-f28-gm-oss-sony-a7r2-exemple1
exemple-sony-fe-70-200-mm-f28-gm-oss-sony-a7r2-exemple4

Le vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Le vignetage est bien présent et visible principalement aux plus grandes ouvertures. Au 70 mm, on le ressent uniquement à f/2,8. Il est assez modéré mais très "entrant" dans l'image ; au-delà, il devient négligeable. Au 100 mm, il est visible jusqu'à f/4 et beaucoup plus fort à la plus grande ouverture. Il en va de même au 135 mm, focale à laquelle on le ressent toujours dans les coins extrêmes à f/5,6. Enfin, au 200 mm, il est omniprésent : à f/2,8, il faut même envisager de surexposer d'au moins 1 IL pour compenser. On le ressent jusqu'à f/5,6.

Les distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Sur ce 70-200 mm, les distorsions sont bien présentes mais très discrètes, voire négligeables. On les ressent légèrement à 70 et 200 mm. Une petite correction en post-production les fera disparaître.

Le bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou — notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses — sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Ce 70-200 mm dispose d'une ouverture constante lumineuse f/2,8 associée à un diaphragme circulaire à 11 lamelles. Monté sur un hybride Sony 24 x 36 mm, il devient donc une arme redoutable pour réaliser des effets de bokeh très marqués. Il est très facile de détacher un sujet principal de son arrière-plan en privilégiant la plus grande ouverture, une "longue" focale et une distance de mise au point contenue.

exemple-sony-fe-70-200-mm-f28-gm-oss-sony-a7r2-exemple17

La stabilisation optique

Le principe d'un stabilisateur optique est simple : l'objectif est équipé d’une petite lentille montée sur un système de micromoteurs qui lui permet d’être mobile, c’est-à-dire de pouvoir bouger dans deux directions, verticale et horizontale. Ces micromoteurs sont actionnés grâce à un système gyroscopique qui détecte les moindres mouvements de l’objectif (donc du bras du photographe) et les compense afin de les corriger. Très schématiquement, si on monte très légèrement son appareil vers le haut, la lentille dans l’objectif se déplace vers le bas et les deux mouvements s’annulent d’un point de vue optique : c’est comme si on n’avait pas bougé.

Pourquoi donc intégrer une stabilisation optique dans un objectif conçu pour des boîtiers déjà stabilisés au niveau de leur capteur ? Pour deux raisons. La première est que seule la seconde génération d'hybrides A7 est équipée d'une stabilisation mécanique 5 axes et que l'utilisation d'un 70-200 mm sans aucune stabilisation est illusoire. De plus, Sony a déterminé qu'avec de "longues" focales, sur ces deux axes concernés (vertical et horizontal), la stabilisation optique était plus performante que la stabilisation mécanique du capteur. Donc lorsque l'on utilise ce 70-200 mm sur un hybride A7 de seconde génération, l'objectif gère 2 axes et le capteur, les 3 autres.

Notons que ce 70-200 mm dispose de deux modes de stabilisation. Le premier stabilise bien sûr 2 axes, et le second élimine la stabilisation horizontale afin de pouvoir réaliser des filés.

Nous avons testé la stabilisation de ce 70-200 mm en mode 1 avec un Sony A7R II à 200 mm. Nous avons réussi à descendre au 1/50 s à main levée tout en obtenant une image nette. Le gain est donc de 2 IL.

stabilisation optique

Galerie d'images

Renaud avait eu la chance de prendre en main l'objectif avant test, au cours d'un petit séjour en Allemagne.

exemple-sony-fe-70-200-mm-f28-gm-oss-sony-a7r2-exemple16
exemple-sony-fe-70-200-mm-f28-gm-oss-sony-a7r2-exemple15

Les premiers contacts avec l'optique sont rassurants : le fût métallique, les différentes commandes, le pare-soleil, le collier pour trépied coulissant, tout est là et la fabrication est d'un très haut niveau. Ce qui impressionne également, c'est le volume. Ce 70-200 mm f/2,8 pour hybride Sony est finalement à peine plus petit qu'un équivalent pour reflex Canon ou Nikon. La plus grande compacité des optiques pour les systèmes hybrides ne se vérifie pas à chaque fois, donc... L'ensemble A7R II + 70-200 mm f/2,8 reste toutefois moins lourd et encombrant que l'équivalent avec un reflex de type D800 chez Nikon ou 5D Mark III chez Canon.

exemple-sony-fe-70-200-mm-f28-gm-oss-sony-a7r2-exemple14
exemple-sony-fe-70-200-mm-f28-gm-oss-sony-a7r2-exemple13

La bague de zoom et celle de mise au point sont très douces et agréables à utiliser. Cette dernière est large et bien dimensionnée pour une retouche rapide du point. 4 commandes entre les deux bagues permettent de mémoriser la mise au point.

exemple-sony-fe-70-200-mm-f28-gm-oss-sony-a7r2-exemple12
exemple-sony-fe-70-200-mm-f28-gm-oss-sony-a7r2-exemple11

L'un des aspects les plus impressionnants reste la stabilisation de l'ensemble. Les systèmes optique et mécanique du boîtier travaillent de concert pour assurer une prise de vue optimale à main levée. Avec l'A7R II, l'objectif OSS compense les mouvements angulaires (tangage, lacet), le boîtier prenant en charge les autres décalages sur les axes X et Y ainsi que le roulis. À 200 mm et à main levée, la visée s'avère remarquablement fixe et agréable.

exemple-sony-fe-70-200-mm-f28-gm-oss-sony-a7r2-exemple10
exemple-sony-fe-70-200-mm-f28-gm-oss-sony-a7r2-exemple8

Un autre point important : la mise au point. Sur cet aspect, la double motorisation fonctionne également à merveille avec un module ultrasonique pour le bloc optique avant et une motorisation linéaire pour le groupe arrière. Nous avons apprécié la mise au point rapide et très silencieuse du 70-200 mm.

exemple-sony-fe-70-200-mm-f28-gm-oss-sony-a7r2-exemple6
exemple-sony-fe-70-200-mm-f28-gm-oss-sony-a7r2-exemple7

Difficile aussi de ne pas parler de la qualité des images. Le piqué à f/2,8 est déjà remarquable au centre. Le bokeh est également bien présent (diaphragme à 11 lamelles, excusez du peu...) tantôt tournant, tantôt vibrant...

exemple-sony-fe-70-200-mm-f28-gm-oss-sony-a7r2-exemple5
exemple-sony-fe-70-200-mm-f28-gm-oss-sony-a7r2-exemple3

La double stabilisation optique / mécanique fonctionne à merveille avec le 70-200 mm f/2,8 et assure une visée confortable, même à main levée.

exemple-sony-fe-70-200-mm-f28-gm-oss-sony-a7r2-exemple2

Verdict
Recommandé !

Difficile de ne pas recommander cet objectif ! Ce nouveau 70-200 mm complète à merveille le déjà très remarqué (mais imparfait) 24-70 mm f/2,8 également en gamme G Master chez Sony. Il ne manque plus qu'un 16-35 mm pour boucler le trio magique des zooms à ouverture constante f/2,8. Le 70-200 mm G Master signé Sony est avant tout un objectif toutes options (ou presque) : ouverture constante f/2,8, diaphragme 11 lamelles, stabilisation optique programmable, protection tous temps...

Commençons par la prise en main. Sur ce point, c'est un digne d'un 5 étoiles ! Il n'y a presque rien à redire. Design, ergonomie, qualité de fabrication et confort d'utilisation : tout y est. Il ne manque qu'un indicateur de distance de mise au point dynamique pour parfaire ce joli tableau. Attention cependant au poids et à l'encombrement de l'optique : ils sont assez imposants face au gabarit d'un hybride Sony A7. L'utilisation d'un grip peut être un réel plus pour rééquilibrer l'ensemble.

Niveau qualité optique, c'est aussi très bon, malgré quelques défauts. On peut commencer par saluer le niveau de piqué général. Ce zoom engloutit sans le moindre problème les 50 millions de pixels d'un A7R II. Le comportement général de l'optique est assez bon et cohérent : un bon point. On peut aussi saluer les performances d'homogénéité des images aux focales intermédiaires. Néanmoins, force est de constater que sur ce point ce n'est pas parfait au 70 mm et encore moins au 200 mm.

Sur le terrain, rien à redire. La stabilisation optique qui faisait défaut au 24-70 mm, cumulée à luminosité de l'objectif, permet de se sortir de bon nombre de situations de prises de vue délicates à main levée. L'objectif est également très bien adapté aux prises de vues vidéo grâce à son autofocus rapide, précis et silencieux.

Pour ceux qui n'aurait pas l'usage d'une ouverture constante f/2,8, sachez qu'il existe aussi en gamme G un modèle moins lumineux (f/4)... et beaucoup moins cher.

Sony FE 70-200 mm f/4 G
FE 70-200 mm f/4 G
Fnac.com marketplace 1244,99 €
Priceminister 1404,86 € Voir l'offre
Amazon 1419,00 € Voir l'offre
Digit-photo.com 1419,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1439,99 € Voir l'offre
Digixo 1476,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 1549,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
+
  • Ouverture constante f/2,8
  • Stabilisation optique très efficace
  • Qualité de construction, design et prise en main
  • Qualité optique générale
  • Comportement général de l'objectif
  • Niveau de piqué très élevé
  • Pas d'indicateur de distance de mise au point dynamique
  • Manque d'homogénéité à toutes les ouvertures au 200 mm
  • Vignetage très marqué
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Sony FE 70-200 mm f/2,8 GM OSS
Fnac.com marketplace 2455,02 €
Miss Numérique 3499,00 € Voir l'offre
Fnac.com 3499,99 € Voir l'offre