Avec ce 24-105 mm f/4, Sony enrichit sa gamme de zooms polyvalents à ouverture constante. Avec une plage de focales plus étendue, il complète les deux 24-70 mm : le premier est signé Zeiss et dispose d'une ouverture constante f/4, tandis que le second est un G Master qui jouit d'une ouverture maximale de f/2,8.

Test - 22/04/2014
Sony FE 24-70 mm f/4 Zeiss
FE 24-70 mm f/4 Zeiss
Amazon 780,99 €
Fnac.com marketplace 789,99 € Voir l'offre
Miss Numérique 849,00 € Voir l'offre
Webdistrib 872,18 € Voir l'offre
Digixo 899,00 € Voir l'offre
LDLC 899,95 € Voir l'offre
La Redoute 913,50 € Voir l'offre
Fnac.com 969,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 969,00 € Voir l'offre
Materiel.net 1049,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Test - 25/04/2016
Sony G Master FE 24-70 mm f/2,8
G Master FE 24-70 mm f/2,8
Fnac.com marketplace 1932,99 €
Amazon Marketplace 1949,00 € Voir l'offre
Amazon Marketplace 1949,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 2199,00 € Voir l'offre
Digixo 2199,00 € Voir l'offre
Fnac.com 2289,99 € Voir l'offre
MontureSony FE
Format couvert24 x 36 mm
Plage focale24-105 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C36-157,5 mm
Ouverture maximalef/4
Ouverture minimalef/22
Distance de mise au point0,38 m
Nombre de lamelles du diaphragme9
Construction17 lentilles réparties en 14 groupes
Éléments spécifiques2 verres AA ( Advance Aspherical lens), 2 verres asphériques, 3 verres ED
Échelle des distancesNon
Rapport de reproduction0,31 X
MotorisationOui
StabilisationOui
Dimensions83,4 x 113,3 mm
Diamètre filtre77 mm
Poids663 g
Pare-soleilOui
Étui soupleOui

Prise en main
Proche de la perfection !

Présentation

Sony FE 24-105 mm f/4 G OSS test review

Ce nouveau 24-105 mm, équivalent à un 36-157,5 mm si on l'utilise avec un hybride équipé d'un capteur APS-C, est un zoom ultra polyvalent qui conviendra à une grande majorité de sujets. La plage de focales proposée est plus importante que sur un traditionnel 24-70 mm. Il bénéficie d'une conception à ouverture constante f/4 associée à un diaphragme à 9 lamelles. Il est composé de pas moins de 17 lentilles réparties en 14 groupes incluant 2 verres AA (Advance Aspherical Lens), 2 verres asphériques et 3 verres ED. L'objectif intègre naturellement une stabilisation optique qui fonctionnera en bonne intelligence avec celle déjà embarquée sur la majorité des boîtiers A7/9. Il est naturellement protégé contre les intempéries avec de nombreux joints d'étanchéité et un traitement au fluor sur la lentille frontale. Le Sony FE 24-105 mm f/4 G OSS est donc prêt pour une utilisation terrain dans des conditions difficiles. Au niveau de la mise au point, Sony a intégré la motorisation DDSSM (Direct Drive) qui assure un autofocus rapide et précis, aussi bien en photo que vidéo. L'objectif pèse un peu moins de 700 g et mesure (en position repliée) un peu plus de 11 cm de long. Sur le côté, on retrouve un bouton personnalisable : un très bon point !

Prise en main

La prise en main de ce nouveau 24-105 mm est exceptionnelle, voire proche de la perfection. L'objectif est avant tout assez compact (surtout en mode replié) et léger. Cela tranche avec la tendance des dernières optiques haut de gamme Sony en monture FE qui sont souvent très lourdes et imposantes. Comptez donc un peu plus de 650 g à la pesée et une longueur d'un peu plus de 11 cm. L'objectif est donc parfaitement calibré pour un usage avec un boîtier du gabarit des A7/9 sans grip. Vous pouvez sans la moindre hésitation envisager de longues séances de prises de vue à main levée.

Sony FE 24-105 mm f/4 G OSS test review

La qualité de fabrication est exemplaire. Le corps de l'objectif est réalisé en matériau plastique qui encaisse très bien les chocs thermiques et est peu soumis aux dilatations et contractions. La finition noir satiné est très peu texturée. C'est un objectif à mise au point interne. La lentille frontale ne tourne pas en fonction de la distance de mise au point, un avantage pour limiter les risques d'entrée de poussière et l'usage de filtres polarisants. Bien entendu, l'objectif est taillé pour une utilisation terrain avec de nombreux joints d'étanchéité et un traitement au fluor sur la lentille frontale. Le design est également assez réussi, sobre et plutôt discret.

Sony FE 24-105 mm f/4 G OSS test review

Zoom oblige, cet objectif est équipé de deux bagues de réglages manuels. La première, dédiée à la mise au point, est positionnée vers l'extérieur. Elle est assez confortable à l'usage. La fluidité est bonne (un peu plus de dureté n'aurait pas fait de mal) et la bague est donc précise et agréable à l'emploi. Elle est dépourvue de repère de distance de mise au point et de repères de butées aux extrémités. Cette bague actionne un moteur qui se charge de modifier la distance de mise au point. La seconde bague, située vers l'intérieur, est dédiée au réglage de focale. Elle est large et tout aussi confortable. La course est modérée et on passera donc en un clin d'œil de 24 à 105 mm. Sa rotation n'est ni trop dure, ni trop fluide.

Sony FE 24-105 mm f/4 G OSS test review

Sur le côté, on retrouve deux interrupteurs. Le premier permet de désactiver l'autofocus. Notons au passage que la retouche manuelle du point est disponible. Le second permet de désactiver la stabilisation optique qui travaille de pair avec la stabilisation capteur embarquée dans les boîtiers. Et pour couronner le tout, Sony a installé une touche programmable.

Sony FE 24-105 mm f/4 G OSS test review

Tests labo
Très bon !

Qu'est-ce que le piqué ?

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à l'autre, d'une focale à l'autre et d'une ouverture à l'autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11, par exemple. De plus, le piqué va dépendre de la taille et de la définition du capteur de votre appareil. Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Nous avons testé l'objectif avec un A7R II, au capteur 24x36 mm de 42 Mpx d'une définition de 8 000 x 5 320 px. Chaque pixel mesure donc 4,5 µm de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Testé avec Imatest.

Les performances au labo de ce 24-105 mm sont très bonnes et l'objectif engloutit sans le moindre souci les 42 Mpx d'un A7R II. Au grand-angle 24 mm, l'objectif jouit d'un beau comportement cohérent. Le piqué augmente à mesure que l'on ferme le diaphragme pour atteindre son paroxysme à f/11 avant de redescendre pour cause de diffraction. C'est au centre qu'il est le plus élevé, et ce dès la plus grande ouverture. En revanche, l'objectif souffre d'un important manque d'homogénéité avec les 2/3 et les bords extrêmes des images. Ce phénomène s'atténue à mesure que l'on ferme le diaphragme.

Au 50 mm, l'objectif délivre le même genre de comportement, mais avec une bien meilleure homogénéité. Par contre, le niveau de piqué à la plus grande ouverture est sensiblement plus faible. À cette focale, c'est à f/16 que l'objectif délivre le meilleur de lui-même.

Au 85 mm, l'objectif est beaucoup plus linéaire avec un piqué presque constant au centre de f/4 à f/11. Il y a toujours les problèmes de non homogénéité aux plus grandes ouvertures, et fait surprenant, à f/16 le piqué aux 2/3 des images est supérieur à celui du centre. Il en va de même au 105 mm.

Notre scène test et les zones d'intérêt.

Tests terrain

La focale

Qu'est-ce que la focale ?

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l’on obtient avec le 24-105 mm monté sur un A7/9, équipé d’un capteur 24x36 mm. La plage de focales est relativement polyvalente et conviendra à la plupart des sujets. Utilisé sur un hybride Sony à capteur APS-C, il équivaut à un 36-157,5 mm en utilisant le coefficient de conversion 1,5x.

Le vignetage

Qu'est-ce que le vignetage ?

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, exprimée en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Le vignetage est très discret et très bien géré : un bon point !

Les distorsions

Que sont les distorsions ?

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Les distorsions sont très discrètes et seront corrigées sans peine en post-production. Un autre bon point !

Le bokeh

Qu'est-ce que le bokeh ?

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la “qualité” du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres, dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Même avec une optique peu lumineuse (f/4 constant sur ce 24-105 mm), il est possible de réaliser des effets de profondeur de champ marqués et de faire ressortir un sujet principal de son environnement. Afin de mettre toutes les chances de votre côté, il est préférable, en plus de travailler à pleine ouverture, de privilégier la plus longue focale et une distance de mise au point assez faible.

La stabilisation optique

Qu'est-ce que la stabilisation optique ?

Le principe d'un stabilisateur optique est simple : l'objectif est équipé d’une petite lentille montée sur un système de micromoteurs qui lui permet d’être mobile, c’est-à-dire de pouvoir bouger dans deux directions : verticale et horizontale. Ces micromoteurs sont actionnés grâce à un système gyroscopique qui détecte les moindres mouvements de l’objectif (et donc du bras du photographe), et les compense afin de les corriger. Très schématiquement, si on monte très légèrement son appareil vers le haut, la lentille dans l’objectif se déplace vers le bas et les deux mouvements s’annulent d’un point de vue optique : c’est comme si on n’avait pas bougé.

Les performances de la stabilisation de ce 24-105 mm sont assez impressionnantes. Il ne s'agit pas uniquement ici d'une stabilisation optique, mais bien d'un travail conjoint entre la stabilisation optique et la stabilisation embarquée sur le capteur de l'appareil. Pour nos essais, nous avons réalisé des photos de notre Barbie fétiche, positionnée à environ 3 m, en utilisant le 105 mm, évidemment à main levée. Nous avons réussi à descendre au 1/3-1/6 s tout en conservant une image d'une netteté satisfaisante. Par rapport au temps de pose limite de 1/100 s, cela fait un gain de 4/5 IL.

Galerie terrain

Verdict
Recommandé ? Oui !

Sony signe avec ce nouveau 24-105 mm un zoom à tout faire proche de la perfection et que tous les photographes devraient avoir dans leur besace. Bien entendu, un 24-105 mm f/4 est moins prestigieux qu'un 24-70 mm f/2,8, mais ce dernier est plus long en focale, plus léger, plus compact et surtout plus abordable. Il est en revanche plus intéressant qu'un 24-70 mm f/4 (non stabilisé).

Nous n'avons que très peu de choses à reprocher à ce 24-105 mm : d'un point de vue conception, aucune information de distance de mise au point sur l'objectif lui-même (inhérent à toutes les optiques Sony FE), par définition la faiblesse des effets de profondeur de champ (il faudra opter pour un 24-70 mm f/2,8 pour faire mieux) et un manque d'homogénéité du piqué aux plus grandes ouvertures. Pour le reste, c'est soit très bon, soit excellent : conception, qualité de fabrication, rapport poids/encombrement, prise en main, stabilisation optique performante, qualité optique générale, gestion des distorsions et du vignetage.

Test - 27/12/2017
Sony FE 24-105 mm f/4 G OSS
Il n'y a actuellement aucune offre.
Test - 22/04/2014
Sony FE 24-70 mm f/4 Zeiss
FE 24-70 mm f/4 Zeiss
Amazon 780,99 €
Fnac.com marketplace 789,99 € Voir l'offre
Miss Numérique 849,00 € Voir l'offre
Webdistrib 872,18 € Voir l'offre
Digixo 899,00 € Voir l'offre
LDLC 899,95 € Voir l'offre
La Redoute 913,50 € Voir l'offre
Fnac.com 969,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 969,00 € Voir l'offre
Materiel.net 1049,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Test - 25/04/2016
Sony G Master FE 24-70 mm f/2,8
G Master FE 24-70 mm f/2,8
Fnac.com marketplace 1932,99 €
Amazon Marketplace 1949,00 € Voir l'offre
Amazon Marketplace 1949,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 2199,00 € Voir l'offre
Digixo 2199,00 € Voir l'offre
Fnac.com 2289,99 € Voir l'offre
+
  • Ouverture constante f/4
  • Stabilisation optique
  • Prise en main et qualité de fabrication
  • Compacité et poids plume
  • Qualité optique générale
  • Faibles distorsions
  • Bonne gestion du vignetage
  • Pas d'indication de distance de mise au point
  • Effets de profondeur de champ limités avec f/4
  • Manque d'homogénéité aux plus grandes ouvertures
En résumé

Voilà une optique compacte, légère, polyvalente et qualitative qui devrait devenir un indispensable des besaces des photographes.

default image
Arthur Azoulay
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Sony FE 24-105 mm f/4 G OSS
Il n'y a actuellement aucune offre.