MontureSigma - Canon - Nikon
Format couvertAPS-C
Plage focale18-35 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C27-52,5 mm
Ouverture maximalef/1,8
Ouverture minimalef/16
Distance de mise au point28 cm
Nombre de lamelles du diaphragme9
Construction17 lentilles - 12 groupes
Éléments spécifiques4 lentilles asphériques - 5 lentilles à faible dispersion
Échelle des distancesOui
Rapport de reproduction1/4,3
MotorisationOui HSM
StabilisationNon
Dimensions78 x 121 mm
Diamètre filtre72 mm
Poids810 grammes
Pare-soleilOui
Étui souplenc

Caractéristiques

Présentation

C'est une petite bombe que vient de lâcher Sigma. Le nouveau venu de sa série Art est un zoom 18-35 mm destiné aux capteurs APS-C (soit un équivalent 27 - 52,5 mm en 24-36). Mais sa particularité première est son ouverture constante de f/1,8. Une première mondiale pour l'univers des petits capteurs de reflex.

La plupart des zooms haut de gamme se "contentent" d'une ouverture constante à f/2,8... ce nouveau Sigma offre donc plus d'un IL de luminosité supplémentaire ! Notons au passage qu'il est assez frustrant pour les possesseurs de plein format de voir une fiche technique aussi prometteuse réservée au seul univers APS-C.

Pour ce modèle haut de gamme Sigma propose une fiche technique intéressante : le diaphragme circulaire à 9 lamelles, une distance minimale de mise au point de 28 cm pour un rapport de reproduction de 1:4,3, et une formule optique complexe associant 17 lentilles en 12 groupes (dont 5 SLD et 4 asphériques). Le tout motorisé, mais pas stabilisé.

De plus, signalons que cette optique sera compatible avec le dock USB SIgma (disponible courant 2013) qui permettra d'ajuster les paramètres de l'optique (comme la mise au point) et d'en mettre le firmware à jour.

Côté mensurations enfin le 18-35mm f/1,8 DC HSM fait 121 mm de long et utilise des filtres de 72 mm et pèse 810 grammes. Il sera disponible en montures Canon, Nikon et Sigma. Si ce nouveau venu est du même calibre que le 35 mm F1.4 de la série Art de Sigma, alors le pari pourrait bien être gagné : les tests parleront.

Logo DxOCe test optique est basé en partie sur les mesures réalisées en laboratoire par DxOMark dans le cadre d’un partenariat conclu entre Les Numériques/Focus Numérique et DxO Labs. Créée par DxO Labs, DxOMark est la source d’information indépendante la plus fiable et la plus objective sur la mesure de qualité d’image. DxOMark a bâti sa réputation grâce à des protocoles de tests rigoureux, des outils de mesure de qualité industrielle et une base de données constituée de milliers de mesures d’appareils photo, d’objectifs et de téléphones mobiles. Les résultats complets des tests réalisés sur cette optique sont disponibles sur www.dxomark.com.

Prise en main

Sigma 18-35 mm f/1,8 DC prise en mains : échelle des distances

Au premier abord, ce qui surprend, c'est le poids et l'encombrement. Avec un f/1,8 constant, ont aurait pu attendre un objectif volumineux, lourd et avec une lentille frontale imposante. Il n'en est rien. L'optique mesure un peu plus de 10 cm de long et pèse un peu plus de 800 grammes. Ses mensurations sont donc plus que raisonnables. Nous l'avons essayé avec le reflex Sigma SD1 Merrill. La combinaison est parfaitement équilibrée. Il en sera don de même avec des boîtiers comme l'EOS 7D par exemple.
Sigma 18-35 mm f/1,8 DC prise en mains bague mise au point et zoom

Bon point, l'objectif dispose d'une réalisation à encombrement constant. Ses dimensions restent fixes quelle que soit la focale utilisée ou la distance de mise au point. En plus d'un confort d'utilisation indéniable, la construction est plus solide puisque rien de sort. Vous pouvez utiliser sans soucis un filtre polarisant par exemple : la lentille frontale est fixe. De plus cela empêche dans une certaine mesure d'avoir des poussières qui entrent dans l'optique : très peu d'appel et d'entrée d'air. Sur ce point, le Sigma est anti-ruissellements. Malheureusement, il ne possède pas de joint d'étanchéité au niveau de la baïonnette.

Sigma 18-35 mm f/1,8 DC prise en mains baïonnette en laiton

Pour ce qui est du design , cet objectif est à l'image du nouveau positionnement premium de Sigma avec ses séries A (Art) : qualitatif. Comme sur le 35 mm f/1,4 nous apprécions la prise en mains, la qualité des matériaux utilisés, l'objet en lui-même en quelque sorte. Le design est sobre et élégant et la pastille gamme "A" fait son effet. Nous sommes toujours moins satisfaits par la finition de la partie inférieure de l'optique en métal semi-mat noir qui tranche trop avec le reste du corps (totalement mat).

Sigma 18-35 mm f/1,8 DC prise en mains monture sigma

Les bagues de mise au point sont confortables et agréables à utiliser. Elles sont très larges et disposent d'une excellente préhension. Malgré leur souplesse elles restent précises. Sigma a installé 5 repères de focales équivalents à des 27, 30, 36, 42 et 52 mm en 24x36 mm (coefficient de conversion de 1,5x) : peut être un peu trop ! On retrouve sur le dessus de l'objectif une fenêtre d'indication des distances de mise au point de 28 cm à l'infini. Sur le côté est disposé l'interrupteur qui permet de basculer en mise au point manuelle. Il est franc et rapide à utiliser. Notons que la retouche manuelle du point est disponible à tout moment avec l'AF.
Sigma 18-35 mm f/1,8 DC prise en mains bouton AF / MF

La mise au point est assurée par une motorisation rapide et silencieuse ultrasonique HSM. Sigma a fait l'impasse sur un système de stabilisation optique et justifie son choix par le fait qu'ils souhaitent proposer l'objectif le plus compact et le plus léger possible. De plus l'ouverture constante de f/1,8 combinée aux prouesses dans les hautes sensibilités ISO des appareils récents compensent son absence : ça se discute !

Sigma 18-35 mm f/1,8 DC prise en mains et SD1

Le 18-35 mm f/1,8 sera livré avec un pare-soleil en corole et peut être une housse de transport.

Tests mires

| |
|
| 1. Facteur de transmission2. Vignetage3. Aberrations chromatiques4. Distorsions5. Piqué (Visuel et Acutance) | Canon EOS 700D |

logo dxo

Le test du Canon EOS 650D > Le test du Canon EOS 7D

Voici une étude objective sur des tests labo. Ce travail est réalisé en partenariat avec DxO Mark qui s'occupe de la réalisation des mesures. Ici encore, les résultats de ces analyses sont à mettre correspondance avec le ou les boîtiers de tests que nous avons utilisés. Nous avons opté ici pour un Canon EOS 650D et un EOS 7D.

Nos analyses sont basées sur des images réalisées en Raw et JPeg.

Facteur de transmission

Le facteur de transmission est une donnée intéressante. Il correspond à la quantité de lumière que laisse réellement passer l'objectif. Il est important de l'étudier à pleine ouverture, c'est-à-dire dans le cas où l'objectif est supposé laisser passer un maximum de lumière.

Le nouveau Sigma est simplement parfait, même à f/1,8 !

Vignetage

Tous les objectifs donnent des images, dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres.

Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence en IL entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Nous avons décidé d'observer le vignetage aux grandes ouvertures. Le vignetage est exprimé en IL. - 1 IL correspond à une sous-exposition équivalente de la fermeture de 1 diaphragme ou la division par 2 du temps de pose ou de la sensibilité ISO.

échelle vignetage
Le vignetage est relativement modéré. Il est visible aux plus grandes ouvertures avec un écart pouvant monter jusqu'à -1 L dans les bords les plus extrêmes sur images à f/1,8. C'est en position 35 mm qu'il est le plus visible. Quoi qu'il en soit, dès f/2,8, et à toutes les focales, le vignetage est imperceptible.

Aberrations Chromatiques

Les aberrations chromatiques résultent d'un problème de focalisation de la lumière variant selon les différentes longueurs d'onde des rayons lumineux. La mise au point ne peut pas être effectuée simultanément au même endroit pour les différentes couleurs du spectre. Ces légers décalages de mise au point entraînent l'apparition de bordures irisées colorées. Ces défauts se voient particulièrement lors des transitions précises du net au flou, sur les fins détails (très contrastés).

echelle ABEC
Comme pour la transmission, question aberrations chromatiques, le nouveau zoom Sigma est simplement parfait !

Distorsions

Les objectifs ont tendance à tordre la réalité. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Les distorsions sont très discrètes. Elle sont visibles en position grand angle au 18 mm.

Piqué (Visuel et Acutance)

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 par exemple. De plus le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un Canon EOS 650D de 18 millions de pixels) et la taille de son capteur (APS-C pour le Canon 650D). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

L'EOS 650D dispose d'une définition de 5280 x 3528 pixels. Chaque pixel mesure donc 4,22 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/12 ! Les résultats du nouveau zoom Sigma sont impressionnants et dignes d'une optique professionnelle 24x36 mm qui ouvre à f/2,8 constant ! Bien entendu, les meilleurs résultats s'obtiennent aux ouvertures moyennes entre f/5,6 et f/8, cependant le piqué est bien présent aux plus grandes ouvertures également. On observe cependant une baisse de piqué entre le centre et les bords des images aux plus grandes ouvertures et à f/1,8 particulièrement. Comme prévu, dès f/16, les effets de la diffraction se font ressentir.

Notons bien que ces premiers tests sont réalisés avec un sample et non un modèle définitif. Par contre les mesures DxO sont réalisées sur un modèle de production. Ils confirment largement nos premières impressions.

******


<esi:include src="/esi/gallery/1465" onerror="continue" />

acutance scale

Comparons le Sigma au dernier Canon 24-70 mm f/2,8 série L. Bien entendu, il est très délicat de comparer un objectif APS-C avec un objectif plein format. C'est simplement pour pouvoir apprécier les écarts de piqué entre les deux objectifs. Même si sur certains aspects le Canon est meilleur, le Sigma n'a pas grand chose à envier à cette optique professionnelle très haut de gamme.

Par comparaison également, voici ce que l'on obtient avec le Sigma 30 mm f/1,4 DC (bientôt en test sur Focus Numérique). Les tests ont été réalisés avec un Canon EOS 650D, contrairement à ce qui est notifié sur les images tests. La bataille zoom Vs focale fixe est toujours intéressante. Les premiers résultats de tests sont favorables au zoom aux plus grandes ouvertures. Par contre aux ouvertures moyenne, les meilleurs, la focale fixe reprend l'avantage.

>

Tests terrain

| |
|
| 1. Focale et angle de champ2. Distorsions3. Vignetage4. Bokeh5. Macro |

Il faut bien distinguer deux approches dans le jugement de la qualité d'image que procure un objectif : la première se fait de manière subjective et observant des images; la seconde est objective, en se basant sur les résultats de tests réalisés en laboratoire. L'une ne va pas sans l'autre. De plus, il faut tenir compte des caractéristiques de l'appareil utilisé dans le test. Ici, nous avons opté pour le nouveau Canon EOS 650D équipé d'un capteur APS-C de 18 millions de pixels. Le Test Terrain sert à l'évaluation subjective de la qualité d'image que procure l'objectif.

Le test du Canon EOS650D

Focale et angle de champ

Une focale correspond à un angle de champ ou angle de vision couvert par l'appareil photo équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l’on obtient avec le 18-35 mm monté sur le 650D, équipé d’un capteur APS-C. La plage de focales est relativement polyvalente et conviendra à la plupart des sujets. Elle est équivalente à un 28 - 50 mm en utilisant le coefficient de conversion de 1,6X.

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets. Les distorsions sont assez faibles. On les ressent un peu en grand angle 18mm. Elles sont beaucoup moins visibles, voir négligeables, aux focales au-dessus. Ce type d'aberration se corrige assez bien de manière logicielle, d'ailleurs la distorsion est corrigée à la volée lors de la création des fichiers JPeg.


> Téléchargez les RAW originaux

Vignetage

Tous les objectifs donnent une image, dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres.

Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence en IL entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre. ****

Le vignetage est assez visible sur ce 18-35 mm. Il est le plus perceptible à la grande ouverture f/1,8 et ce, quelque soit les focales. En fermant un peu le diaphragme, il devient beaucoup plus discret. Quoi qu'il en soit, ce "défaut" se corrige très bien et très facilement numériquement. La majorité des logiciels de retouche ou de développement permettent de le corriger. Dans certains cas, il y a même des profils de correction spécifiques aux objectifs à appliquer.

**>**

Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou sur des images à faible profondeur de champ. Cette notion est très subjective même si certains éléments permettent de prévoir les choses.

Il dépend de beaucoup de paramètres dont principalement la conception de l'objectif et la forme et taille du diaphragme. Sur certaines images, on peut même voir apparaître la forme du diaphragme.
Cet objectif est le premier zoom à ouverture constante f/1,8 pour le format APS-C. Cette prouesse est déjà une révolution à elle seule pour les utilisateurs d'hybrides experts et professionnels. Avec une telle ouverture, les jeux de profondeur de champ sont un réel plaisir bien qu'à f/1,8, la mise au point doit être très précise. Le bokeh est très doux, les transitions du flou au net sont harmonieuses et agréables à l'oeil. Bien entendu, cette notion dépend de beaucoup de paramètres : conception de l’objectif, forme et taille du diaphragme (9 lamelles sur le zoom Sigma), la distance de mise au point, la focale utilisée, l'ouverture, les éventuels écarts entre les différents plans de l'image.


Licence Creative Commons Test Sigma 18-35 mm f/1,8 DC HSM de Arthur Azoulay est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposée.

Exemples de photos

Voici une série d'images réalisée sur le terrain avec le nouvel objectif. Vous pouvez télécharger les fichiers originaux en haute définition aussi bien en JPEG que en RAW.

Sigma 18-35 mm f/1,8 DC HSM exemple 1
Sigma 18-35 mm f/1,8 DC HSM exemple 2
Sigma 18-35 mm f/1,8 DC HSM exemple 3
Sigma 18-35 mm f/1,8 DC HSM exemple 4
Sigma 18-35 mm f/1,8 DC HSM exemple 5
Sigma 18-35 mm f/1,8 DC HSM exemple 6
Sigma 18-35 mm f/1,8 DC HSM exemple 7
Sigma 18-35 mm f/1,8 DC HSM exemple 8
Sigma 18-35 mm f/1,8 DC HSM exemple 9
Sigma 18-35 mm f/1,8 DC HSM exemple 10

Verdict

Le nouveau zoom Sigma est une révolution à lui seul. En effet, c'est le premier zoom APS-C, équivalent 28-50 mm à proposer une ouverture constante de f/1,8. D'habitude, ce genre de zooms haut de gamme disposent d'une ouverture maximale de f/2,8 constant et les ouvertures de f/1,8 sont réservées à des focales fixes.

sigma 18-35 mm f/1,8

La prise en main de ce nouvel objectif est excellente. Le design, la qualité de construction et de finition sont clairement au rendez-vous. Malgré un poids un peu élevé pour de "petits" reflex (gabarit de l'EOS 650D), il est très confortable à utiliser et dispose de bagues de mise au point manuelle et zooming larges, fluides et précises.

Dans la pratique l'objectif est très agréable à utiliser et répond à une bonne majorité des situations de prise de vue. L'ouverture exceptionnelle de f/1,8, en plus de permettre de faire des images nettes à main levée dans de faibles conditions lumineuses par exemple (sans trop monter les ISO) est un réel atout pour les jeux de profondeur de champ, même avec un "petit" capteur APS-C. Les effets de bokeh sont assez agréables à l'oeil avec ce 18-35 mm et dignes d'un rendu 24 x 26 mm.

Niveau qualité d'image, cet objectif est remarquable et largement au niveau des traditionnels 24-70 mm f/2,8 professionnels en 24 x 36 mm. Oubliez les aberrations chromatiques, les distorsions (très modérées même en grand angle) et le vignetage (visible à la pleine ouverture f/1,8). Le piqué est exceptionnel. Il est homogène et très élevé dès f1,8 !

Bien entendu, nous ne pouvons que recommander cet objectif qui de plus, par son tarif "raisonnable" devient immédiatement un must have pour les utilisateurs de reflex APS-C. En terme de plage de focale comparable et non d'ouverture, puisqu'il n'y a pas d'équivalent, le 18-35 mm de Sigma entre en concurrence avec le 17-55 mm f/2,8 EF-S de chez Canon ou le 17-55 mm f/2,8 AF-S de chez Nikon.

| |
|
| |


<esi:include src="/esi/product/796/prices-box/offers" onerror="continue" />

|
+
  • Compacité
  • Conception à encombrement constant
  • Design
  • Qualité de fabrication et de finition
  • Bague de zoom et de mise au point
  • Facteur de transmission parfait
  • Pas d'aberration chromatique
  • Distorsions dicrêtes
  • Piqué et homogénéité même dès f/1,8
  • Qualité du bokeh
  • Poids élevé
  • Pas de joint d'étanchéité au niveau de la monture
  • Léger vignetage à f/1,8
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Sigma 18-35 mm f/1,8 DC HSM
Priceminister 605,99 €
Fnac.com marketplace 649,98 € Voir l'offre
Amazon 669,01 € Voir l'offre
Webdistrib 755,09 € Voir l'offre
Boulanger.com 759,00 € Voir l'offre
Digixo 759,00 € Voir l'offre
Fnac.com 759,99 € Voir l'offre
Miss Numérique 789,00 € Voir l'offre
Materiel.net 849,00 € Voir l'offre
LDLC 849,95 € Voir l'offre
Ebay.fr 892,24 € Voir l'offre
Voir plus d'offres