MontureMicro 4/3
Format couvertMicro 4/3
Plage focale12-100 mm
Ouverture maximalef/4
Ouverture minimalef/22
Distance de mise au point0,15 m
Nombre de lamelles du diaphragme7
Construction17 lentilles réparties en 11 groupes
Échelle des distancesnon
Rapport de reproduction0,3x
Motorisationoui
Stabilisationoui
Dimensions77,5 x 116,5 mm
Poids561 g
Étui soupleoui

Flash test

Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO

Le zoom Olympus M. Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO équivaut à un 24-200 mm en 24x36 : un vrai couteau suisse, donc ! Dans l'univers du reflex, on est plus habitué à des 24-105 mm sur ce créneau.

L'objectif profite d'un traitement Z Coating Nano ayant pour but de réduire les effets de flare et de ghosting. Il est équipé d'une stabilisation optique (annoncée comme pouvant compenser 6,5 EV lorsqu'elle est utilisée conjointement au système de stabilisation de l'E-M1 II) et bien entendu paré contre les intempéries. Notez que malgré sa plage focale impressionnante et sa construction en métal, son poids se limite à 561 g.

Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO : coupe

Caractéristiques

Prise en main

Le nouveau 12-100 mm est relativement compact. C'est le même genre de gabarit que le 12-40 mm f/2,8. Comptez un encombrement d'un peu plus de 11 cm en position repliée pour un poids de 560 grammes. L'objectif est assez bien proportionné à un boîtier du calibre de l'EM-1 Mark II. Pour un équilibre plus juste, l'utilisation d'un grip peu être une bonne idée.

Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO : prise en main

Le design de l'objectif, très réussi, est dans la droite ligne de la gamme M. Zuiko PRO. On retrouve donc une construction métal pour le corps extérieur et une finition noir satinée sobre et assez discrète.

L'objectif est par contre assez chargé en inscriptions. Il jouit d'une construction parée pour affronter les pires conditions de prises de vues.

Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO : prise en main

Sur le côté, on retrouve un bouton L-Fn programmable. La touche est discrète et bien intégrée à l'objectif. Malheureusement, son fonctionnement n'est pas assez franc ; le bouton est trop mou, si bien que de temps en temps, on doute de son action en le pressant. On retrouve également un interrupteur permettant de désactiver la stabilisation optique.

Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO : prise en main

La bague de zoom est large et confortable à utiliser. La course est modérée, il est donc très rapide de passer du 12 au 100 mm. Malheureusement ,la bague manque un tout petit peu de souplesse. C'est plutôt un avantage pour la précision, mais ce n'est pas très agréable à utiliser.

Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO : prise en main

La bague de mise au point manuelle est beaucoup plus étroite. Olympus a réutilisé le système de bascule de la mise au point manuelle à l'autofocus en actionnant l'ensemble de la bague. En position manuelle, des repères de mise au point apparaissent. La course est limitée et dispose de réelles butées ! La friction est parfaite : ni trop dure, ni trop souple.

Test labo

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un Olympus Om-D E-M1 Mark II de 20 Mpx) et de la taille de son capteur (Micro 4/3). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

L'Om-D E-M1 Mark II dispose d'une définition de 5 200 x 3 904 px. Chaque pixel mesure donc 3,3 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Les performances de ce nouvel objectif sont très bonnes, même si elles ne sont pas parfaites. Commençons par le comportement général de l'optique : il diffère selon les focales.

En effet, au grand-angle 12 mm, on observe un piqué très fort dès la plus grande ouverture ainsi qu'un manque d'homogénéité entre le centre et les bords des images, mais ce phénomène est finalement assez relatif compte tenu du niveau très élevé du piqué. À mesure que l'on ferme le diaphragme, le niveau de piqué général a tendance à baisser, et ce, manière uniforme — on plus l'habitude au contraire de le voir monter jusqu'à f/8 puis baisser de nouveau compte tenu de la diffraction.

On observe un comportement assez similaire au 25 mm, bien que l'écart d'homogénéité entre le centre et les bords soit plus faible.

Au 50 mm, le piqué est fort, homogène et constant de f/4 à f/11.

Enfin, à 100 mm, les courbes "en cloche" révèlent un comportent plus classique : le piqué monte jusqu'à f/8 et baisse à partir de f/11, le tout avec une très belle homogénéité.

Quoi qu'il en soit, nous ne pouvons que saluer les performances pures de cet objectif. Cela laisse présager de détails croustillants sur les images terrain.

Testé avec Imatest

Comparons les performances de ce nouveau 12-100 mm à celle de son rival : l'Olympus M. Zuiko Digital ED 12-40 mm f/2,8 PRO, un objectif moins polyvalent mais plus lumineux. Nous vous proposons uniquement les mesures Imatest, car nous avons changé de scène test entre-temps. À noter que le 12-40 mm a été testé sur un Panasonic Lumix GX8 équipé d'un capteur de 20 Mpx.

Olympus M.Zuiko Digital 12-40 mm f/2,8

Olympus M. Zuiko Digital ED 12-40 mm f/2,8 PROAu final, cet Olympus 12-40 mm f/2,8 se révèle être, à l'heure actuelle, le meilleur zoom trans-standard à ouverture constante f/2,8 du marché, même si certains aspects peuvent encore être améliorés. Nous le recommandons sans grande hésitation.

M.Zuiko Digital 12-40 mm f/2,8
Fnac.com marketplace 697,59 €
Amazon 717,60 € Voir l'offre
Fnac.com 829,99 € Voir l'offre
Miss Numérique 949,00 € Voir l'offre

Duel - Panasonic 12-35 mm f/2,8 vs Olympus 12-40 mm f/2,8

Test terrain

La focale

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Ce 12-100 mm est un véritable couteau suisse et conviendra à une très grande majorité de types de prises de vue. Paysage, reportage, portrait ou même action : tout est possible ! Il équivaut à un 24-200 mm (coefficient de conversion de 2x avec un capteur Micro 4/3).

Le vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Le vignetage est bien présent, mais assez discret. Il est visible dans les coins extrêmes des images aux plus grandes ouvertures. On le ressent jusqu'à f/5,6 à toutes les focales. Au-delà, il devient négligeable.

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Bon point sur les distorsions, qui sont assez bien maîtrisées.

Stabilisation optique

Le principe d'un stabilisateur optique est simple : l'objectif est équipé d’une petite lentille montée sur un système de micromoteurs qui lui permet d’être mobile, c’est-à-dire de pouvoir bouger dans deux directions : verticale et horizontale. Ces micromoteurs sont actionnés grâce à un système gyroscopique qui détecte les moindres mouvements de l’objectif (et donc du bras du photographe), et les compense afin de les corriger. Très schématiquement, si on monte très légèrement son appareil vers le haut, la lentille dans l’objectif se déplace vers le bas et les deux mouvements s’annulent d’un point de vue optique : c’est comme si on n’avait pas bougé.

Nous avons testé le 12-100 mm avec un OM-D E-M1 Mark II. La stabilisation du couple tire parti de la stabilisation optique de l'objectif et de la stabilisation mécanique du boîtier. Olympus annonce un gain pouvant monter jusqu'à 6,5 IL. Dans les faits, nous avons réussi à obtenir au 100 mm une image parfaitement nette au 1/13 s, soit un gain de 4 IL. C'et loin des 6,5 IL annoncés par la marque, mais c'est déjà énorme !

Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Capteur Micro 4/3 et ouverture maximale de f/4 ne sont pas des arguments en faveur du bokeh. En effet, pour réduire au maximum la profondeur de champ et réussir à décrocher un sujet principal de son environnement, il est préférable de privilégier tant que possible les longues focales et de faibles distances de mise au point.

Galerie terrain

Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO exemple 10
Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO exemple 1
Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO exemple 3
Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO exemple 2
Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO exemple 4
Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO exemple 5
Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO exemple 6
Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO exemple 7
Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO exemple 8
Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO exemple 9

Verdict

Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO : recommande

Rien à dire, Olympus fait fort avec ce 12-100 mm ! La firme japonaise signe un "must have" que tous les utilisateurs d'hybrides Micro 4/3 devraient avoir dans leur besace. L'objectif ultra polyvalent et équivalent à un 24-200 mm ne manque pas d'arguments : stabilisation optique (qui, couplée à celle de l'OM-D E M1 Mark II) est redoutablement efficace, ouverture constante f/4, relative compacité, tropicalisation.

La prise en main est excellente et digne de la gamme PRO d'Olympus. Qualité de construction, design, bagues de réglages : tout est bon ! Il en va de même pour la qualité optique. L'objectif délivre des images très piquées et homogènes dans presque toutes les configurations. Seul le grand-angle présente un décalage de netteté notable entre le centre et les bords des images.

Nous recommandons donc sans la moindre hésitation cette nouvelle optique, qui a finalement pour seul concurrent un objectif également signé Olympus un peu moins polyvalent mais plus lumineux : le M. Zuiko Digital ED 12-40 mm f/2,8 PRO.

+
  • Plage de focale ultra polyvalente équivalant un 24-200 mm
  • Ouverture constante f/4
  • Stabilisation optique qui, couplée à celle du boîtier, permet de compenser sans problème 4 IL
  • Qualité de construction et prise en main
  • Qualité optique générale
  • Faibles distorsions
  • Vignetage discret
  • Comportement différent selon les focales
  • Manque d'homogénéité du piqué entre le centre et les bords des images au grand-angle
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO
Amazon 1289,99 €
Fnac.com 1289,99 € Voir l'offre
Miss Numérique 1299,00 € Voir l'offre