MontureNikon F
Format couvert24x36 mm
Plage focale24-120 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C/
Ouverture maximalef/4
Ouverture minimalef/22
Distance de mise au point45 cm
Nombre de lamelles du diaphragme9
Construction17 lentilles en 13 groupes
Éléments spécifiquesdeux lentilles en verre ED, trois lentilles asphériques et traitement nanocristal
Échelle des distancesnon
Rapport de reproduction0,24x
MotorisationSWF (Silent Wave Focus)
Stabilisationoui, VR 2e génération
Dimensions84 x 103,5 mm
Dimanètre filtre77 mm
Poids710 g
Parasoleiloui, livré
Étui soupleoui, livré

Caractéristiques

Nikkor 24-120 mm f/4

Le nouveau 24-120 mm f/4G ED VR de Nikon devrait ravir les photographes équipés d'un reflex plein format. Avec un véritable grand-angle 24 mm et un vrai petit télé 120 mm, cette optique propose la plage focale très intéressante couvrant à peu près tous les besoins quotidiens (personnellement, cette amplitude de zoom est idéale).

Cette optique a également un autre intérêt : faire oublier le précédent 24-120 mm f/3,5-5,6 qui n'avait pas vraiment bonne réputation et que certains n'hésitent pas à classer comme l'une des 10 plus exécrables optiques Nikon...

Pour ce modèle, les ingénieurs ont largement revu la conception de l'optique avec cette fois une ouverture constante à f/4 et non plus une ouverture glissante de f/3,5 à f/5,6. En grand angle on perd donc 1/3 d'IL, mais en télé, le gain est de 1 IL.

La formule optique comprend 2 lentilles en verre ED pour limiter les aberrations chromatiques et 3 lentilles asphériques pour limiter les aberrations et la distorsion. En outre, le nouveau 24-120 mm bénéficie d'un traitement de surface Nanocristal pour limiter le flare et améliorer le microcontraste.

L'optique dispose également d'un module de stabilisation optique de 2e génération.

Nikon 24-120 mm f/4 test review formule optique

Prise en main

Contrairement à la précédente version f/3,5-5,6, le Nikkor 24-120 mm f/4F ED VR affiche fièrement un liseré doré, signe d'une appartenance à la caste des objectifs haut de gamme.

Nikon 24-120 mm f/4 test review sur un D700Nikkor 24-120 mm f/4G ED VR accompagné d'un D700.

La construction de l'optique est de bonne facture. Vous retrouverez un joint d'étanchéité au niveau de la monture et l'ensemble inspire confiance. L'optique est relativement imposante et lourde (710 g tout de même...). Le changement de focale entraîne le déploiement du fût.
Nikkor 24-120 mm f/4 test review allongement

L'allongement n'est pas excessif et les deux parties du fût coulissent sans jeu. La bague de zooming est agréable et bien dimensionnée, mais la course est un peu un courte, notamment au niveau du grand-angle : la position 24 et 28 mm ne sont séparés que de quelques millimètres.

La bague de mise au point est positionnée en arrière (on ne pourra pas se tromper avec la bague de zooming) et le revêtement est différent. Celle-ci est souple, mais un peu petite pour une utilisation intensive.
Nikon 24-120 mm f/4 test review commandes

Les principales commandes (M/A e M, VR et mode de stabilisation) sont facilement accessibles sans avoir à retirer l'œil du viseur, même si elles ne sont pas différentiables.

Tests mires

En partenariat avec DxO Labs, nous publions les résultats des mesures réalisées avec DxO Analyser pour DxOMark. Pour l'occasion, nous avons vissé le 24-120 mm f/4G sur un Nikon D3x.

Piqué

Pour cette série de graphiques, nous observons pour quelle valeur de paire de lignes par millimètre (lp/mm) l'optique délivre un minimum de 20% de contraste (valeur de MTF = 20%). Pour faciliter les comparaisons entre les différentes optiques, ces valeurs sont rapportées à un capteur 24x36 mm.

Au centre, le nouveau 24-120 mm f/4G est plutôt bon et devance légèrement le précédent modèle f/3,5-5,6. Au centre, le piqué est bon sur pratiquement sur toute la plage focale à pleine ouverture (f/4). Jusqu'à f/11, le piqué reste excellent. Il faut monter à f/16 pour voir les premiers effets de la diffraction.

Il reste désormais à vérifier l'homogénéité des résultats sur tout le champ de l'image. (vous pouvez voir les résultats en déplaçant la souris sur les valeurs). Au 1/3 du champ, les résultats sont encore très bons, même si l'on note une petite faible à pleine ouverture. Il faut fermer d'un diaphragme pour atteindre le maximum des possibilités de l'optique.

Au 2/3 du champ, les choses se gâtent et l'optique perd en précision notamment à 120 mm et à pleine ouverture. Il faut également fermer d'un cran pour retrouver un peu de piqué. En périphérie, les performances sont encore en baisse et il conviendra de fermer l'optique entre f/8 et f/11 pour retrouver un peu de tonus dans les images.

| |
|
| Centre | 1/3 du champ | 2/3 du champ | bords |

Nikkor 24-120 mm f/4G ED VR II piqué au centre

Distorsion

La nouvelle optique Nikon 24-120 mm f/4G ne brille pas par ses performances dans les déformations géométriques. Au grand-angle, le distorsion en barillet atteint 1% et s'inverse (déformation en coussinet) dès 35 mm. De 35 à 120 mm, la déformation est bien visible et frôle les 1% également.
Nikkor 24-120 mm f/4G ED VR distorsion

Vignetage

Le vignetage est un problème important sur l'optique. A pleine ouverture, l'assombrissement est facilement visible (jusqu'à -2 IL) sur pratiquement toute la plage focale. Même en fermant à f/5,6, le problème persiste notamment à 24 mm et il faut grimper à f/8 pour le problème s'amenuise.
nikkor 24-120 mm f/4G ED VR vignetage

Aberrations chromatiques

Si l'optique dispose d'éléments ED pour limiter les problèmes d'aberrations chromatiques, le problème reste présent notamment en grand-angle entre 24 et 35 mm. Il faudra fermer un peu le diaphragme à f/8 pour que le problème se résorbe partiellement. Il est intéressant de noter que le problème est visible sur les fichiers bruts. Lors de notre terrain, les JPeg sont directement traités par le boîtier et les aberrations chromatiques latérales sont beaucoup moins visibles.

Nikkor 24-120 mm f/4G ED VR aberrations chromatiques
Il est intéressant de noter que la plupart des problèmes soulevés ici et bien visibles sur un plein format sont beaucoup moins sensibles sur un capteur APS-C : le vignetage estpratiquement absent, la distorsion moins marquée et les aberrations chromatiques moins visibles. Toutefois, la plage focale intéressante en plein format, l'est nettement moins avec un APS-C (36-180 mm).

Stabilisation

Doté d'un système de stabilisation optique de deuxième génération, le Nikkor 24-120 mm f/4 s'avère particulièrement performant. Avec 6 photos nettes pour un temps de pause de 1/2 seconde, la stabilisation impressionnante et pour une fois raccord avec l'argument marketing. Il est pratiquement possible de gagner jusqu'à 4 IL.

Nikon 24-120 mm f/4 test review

Tests terrain

Autofocus

Le Nikkor 24-120 mm f/4 intègre un moteur SWM (Silent Wave Moteur) qui assure une mise au point rapide et très silencieuse. La retouche du point est disponible en permanence pour pallier les défaillances du système automatique. Rien à redire sur ce point. Nikon maîtrise cette technologie depuis longtemps.

Distorsion

Comme nous l'avons vu dans nos résultats en studio, le 24-120 mm f/4 présente une distorsion en barillet assez marquée à 24 mm. Dans les scènes de la vie courante, celle-ci est visible assez facilement sur des images présentant des lignes horizontales ou verticales, comme sur la photo d'exemple ci-dessous avec un poteau au premier plan.

Nikkor 24-120 mm f/4 test review distorsion

Ci-dessus : un exemple de distorsion assez visible à 24 mm au niveau du lampadaire. Ci-dessous : autre exemple de distorsion sur des lignes horizontales. Au passage vous noterez la présence, plutôt importante, du vignetage (f/4).

Nikkor 24-120 mm f/4 test review distorsion

Vignetage

Le vignetage est assez marqué à pleine ouverture (f/4) sur pratiquement toute la plage focale. A 24 mm, même en fermant le diaphragme à f/5,6, l'assombrissement des bords est encore visible. Même si le vignetage se corrige facilement avec un profil, ce défaut est particulièrement visible et difficile à accepter pour une optique de ce "calibre". On note surtout qu'en position N (Normal), la correction du vignetage par le boîtier n'est pas réellement efficace.

Nikon 24-120 mm f/4 test review vignetage 24 mm f/4Nikon 24-120 mm f/4 test review vignetage 24 mm f/4.5Nikkor 24-120 mm f/4 : à gauche 24 mm f/4 et à droite 24 mm f/4,5

Nikon 24-120 mm f/4 test review vignetage 24 mm f/5,6
Nikkor 24-120 mm f/4 : à gauche 24 mm f/5,6

Nikon 24-120 mm f/4 test review vignetage 70 mm f/4Nikon 24-120 mm f/4 test review vignetage 120 mm f/4
Nikkor 24-120 mm f/4 : à gauche 70mm f/4 et à droite 120 mm f/4

Flare

L'optique bénéficie d'un traitement de surface Nano Crystal qui permet de réduire l'apparition d'images fantômes; Lors de nos tests, nous n'avons pas noté de problèmes particuliers même avec une source lumineuse présente dans le champ.

Nikon 24-120 mm f/4 test review flare

Franges colorées

Malgré la présence d'un verre ED, censées limiter les aberrations chromatiques, les franges pourpres sont assez visibles sur les zones à fort contraste. L'aberration chromatique latérale est peu présente (elle est corrigée à la volée lors de l'enregistrement JPeg), mais l'aberration chromatique longitudinale est plus facilement observable dans les branchages par exemple. Le phénomène reste toutefois cantonné à des cas particuliers.

Nikon 24-120 mm f/4 test review franges colorées

Exemples de photos

Tous ces exemples sont issus d'un Nikon D700.

Sur un plein format, même une ouverture à f/4 permet d'avoir un flou de transition. Sur cette photo, la mise au point est trop haute (sur le pantalon jean) et le flou de transition est bien visible.

Nikon Nikkor AF-S 24-120 mm f/4G ED VR exemple 1
Nikon Nikkor AF-S 24-120 mm f/4G ED VR exemple 2

Encore un exemple de vignetage bien présent...

Nikon Nikkor AF-S 24-120 mm f/4G ED VR exemple 4

Les aberrations chromatiques latérales sont peu visibles sur les fichiers JPeg. L'aberration chromatique longitudinale est, elle, plus marquée.

Nikon Nikkor AF-S 24-120 mm f/4G ED VR exemple 3
Nikon Nikkor AF-S 24-120 mm f/4G ED VR exemple 5

Même si les bords sont un peu plus "mous", le 24-120 mm offre globalement un bon piqué.

Nikon Nikkor AF-S 24-120 mm f/4G ED VR exemple 6
Nikon Nikkor AF-S 24-120 mm f/4G ED VR exemple 7

Même si la distance de mise au point n'est que de 45 cm (elle est de 25 cm sur le 24 mm f/1,4), le 24-120 permet des points de vue sympathiques. À droite : l'optique n'est pas trop affectée par le flare, même dans des conditions délicates.

Nikon Nikkor AF-S 24-120 mm f/4G ED VR exemple 8
Nikon Nikkor AF-S 24-120 mm f/4G ED VR exemple 9

L'autofocus SWM permet de retoucher la mise au point pour "récupérer" les pièges. À droite, la déformation est facilement visible à 24 mm.

Nikon Nikkor AF-S 24-120 mm f/4G ED VR exemple 10
Nikon Nikkor AF-S 24-120 mm f/4G ED VR exemple 11

Malgré son statut de "liseré doré", le Nikkor 24-120 mm montre un vignetage sévère et une belle distorsion à 24 mm.

Nikon Nikkor AF-S 24-120 mm f/4G ED VR exemple 12

Le 24-120 mm permet d'avoir en une seule optique un vrai grand-angle et un petit télé. Ci-dessous les deux positions extrêmes.

Nikon Nikkor AF-S 24-120 mm f/4G ED VR exemple 13
Nikon Nikkor AF-S 24-120 mm f/4G ED VR exemple 14

Verdict

Nikkor 24-120 mm f/4

Succéder au décevant 24-120 mm f/3,5-5,6 pouvait sembler chose aisée. Pourtant, la nouvelle version à ouverture constante f/4 ne remplit pas complètement son contrat.

Si nous n'avons rien à redire sur la qualité de fabrication, la nouvelle formule optique déçoit un peu.

Le piqué est globalement plus satisfaisant que sur la précédente version, mais la périphérie de l'optique manque clairement de punch. Le vignetage est beaucoup trop marqué sur pratiquement toute la plage focale à f/4 et la distorsion trop visible à 24 mm et de 35 à 120 mm...

Si ces défauts sont facilement corrigés sur un ordinateur avec un logiciel comme Nikon Capture (200 euros) ou DxO Optics Pro (130 euros), il est regrettable de devoir retoucher tous les fichiers JPeg et Raw pour en améliorer la qualité. Ces défauts seraient plus "acceptables" si les boîtiers Nikon traitaient ces défauts à la volée lors de l'enregistrement des fichiers JPeg. Malheureusement il n'en est rien et seule l'aberration chromatique latérale est éliminée sur les JPeg (le vignetage est normalement corrigé sur les JPeg, mais sur nos exemples, il est encore très visibles); les fichiers raw doivent malheureusement faire avec.

Ces défauts sont difficiles à accepter pour une optique avec un "liseré doré" qui sera vendue pratiquement 2 fois plus chère que la précédente version. Certes, le 24-120 mm f/4 est équipé d'une nouvelle version du système de stabilisation optique impressionnante d'efficacité et le système autofocus ne souffre pas de défaut, mais cela suffit-il ?

Par sa plage focale très intéressante, cette optique intéressera sans doute les primo accédants qui accepteront les défauts pour disposer d'une optique polyvalente. Les photographes déjà équipés de la version à ouverture glissante f/3,5-5,6 y réfléchiront sans doute plusieurs fois avant de craquer.

+
  • Excellente stabilisation optique
  • Piqué plus qu'honorable au centre
  • Autofocus rapide et silencieux
  • Fabrication de qualité et belle finition
  • Plage focale très intéressante pour un format 24x36
  • Bonne gestion du flare
  • Vignetage trop marqué à de f/4 à f/5,6 sur toute la plage focale
  • Distorsion bien visible à 24 mm et au télé
  • Aberrations chromatiques latérales visibles sur les fichiers bruts
  • Aberrations chromatiques longitudinales visibles
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW.

Les prix
Nikon Nikkor AF-S 24-120 mm f/4G ED VR
Nikkor AF-S 24-120 mm f/4G ED VR
Il n'y a actuellement aucune offre.