MontureNikon F
Format couvertDX, cercle image pour capteur APS-C
Plage focale18-200 mm (zoom 11,1x)
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C27-300 mm
Ouverture maximalef/3,5 - 5,6
Ouverture minimalef/22-36
Distance de mise au point0,5 m
Nombre de lamelles du diaphragme/
Construction16 éléments en 12 groupes
Éléments spécifiques2 lentilles ED et 3 éléments asphériques. Traitement de surface SIC (Super Integrated Coating)
Échelle des distancesoui
Rapport de reproduction0,22x
Motorisationsonique AF-S (Slient Wave Motor)
Stabilisationoui, VR II
Dimensions77 x 96,5 mm
Diamètre filtre72 mm
Poids560 g
Pare-soleiloui, livré
Étui soupleoui

Caractéristiques

Test Nikkor 18-200 mm VR II test review Nikkor 18-200 mm f/3,5-5,6 AF-S G ED VR II

Nikon met à jour son 18-200 mm stabilisé en version 2. Pas de grosses nouveautés, mais quelques petits changements sensés améliorer la qualité d’image avec les capteurs numériques APS-C, pour lesquels il est prévu.

Cette énorme amplitude permet de couvrir toutes les situations possibles, du portrait au paysage, an passant par l’architecture ou le reportage de rue. De nombreux photographes seront bien évidemment très heureux de pouvoir se passer de besace, et se contenter d’un unique objectif vissé sur le boîtier. Mais vous vous en doutez bien, plus l’amplitude va être importante, plus les défauts vont venir jouer les trouble-fête. De plus, l’ouverture maximale se retrouve ici limitée à f :3,5 en position grand angle et f :5,6 à la plus longue focale.

Alors est-il vraiment intéressant de diposer d'un zoom aussi important, au prix d’une qualité d’image forcément moindre ? Faut-il privilégier la polyvalence à la qualité pure ?

C’est ce que nous allons voir avec ce test au labo et sur le terrain, le 18-200 mm f/3,5-5,6 G ED VR II étant monté sur un Nikon D90.

Prise en main

Vous avez déjà dû vous en rendre compte dans les précédents tests, je suis toujours sensible aux petits plus, qui ne jouent pas forcément sur la qualité d’un produit, mais qui font que l’on prend un plaisir plus important à les acheter et à les utiliser; c’est pourquoi j’accorde une attention toute particulière aux conditionnements et aux finitions.

Nous avons déjà eu l’occasion de nous en rendre compte, pour les gens soucieux du moindre petit détail comme moi, Nikon est "aux petits soins". Bien protégée entre un carton et du polystyrène qui la maintienne en place, l’optique est fournie avec une pochette de rangement et un pare soleil. La pochette servira plus à protéger de la poussière que des chocs, et le pare soleil, bien qu’en matière plastique, demeure assez solide. Attention tout de même en l’installant, un geste un peu trop brusque et insistant pourrait casser les ergots servant à le maintenir en place. Cette faiblesse n’est pas inhérente à la marque nippone, et seul Sony se démarque en fournissant, avec ses optiques haut de gamme, un pare soleil en métal bien plus solide.

Sur le Nikkor 18-200 mm f/3,5-5,6 G ED VR II, on retrouve les deux bagues de mise au point et de zoom. Comme c’était déjà le cas sur la première version, le passage à la gamme G signe la disparition de la bague de diaphragme, qui, de toute façon n’avait plus aucun intérêt. Au niveau de la prise en main, ces deux bagues sont tout à fait agréables. Les crans caoutchoutés accrochent bien à la main pour des mouvements rapides, quelles que soient les conditions (mains sèches, pluie…). On fera à Nikon un seul reproche : la trop petite taille de la bague de mise au point. Malgré l’ultra domination de la mise au point autofocus par rapport à la mise au point manuelle, il me semble encore important d'avoir un minimum de confort pour réaliser une mise au point manuelle, surtout dans le cas de scènes rapides, comme le sport, où l’autofocus des boîtiers peut encore avoir quelques difficultés à suivre l’action. Mis à part ce léger détail récurrent, la prise en main est tout à fait satisfaisante.

Le fût accueille deux boutons, l’un servant à jongler entre la mise au point manuelle et l’autofocus, l’autre permettant d’activer à la volée la stabilisation optique. Tous deux, dans la lignée de ce qui se fait habituellement chez Nikon, sont d’une très bonne préhension. L’optique est assez lourde pour inspirer un minimum de confiance et une certaine stabilité lors des poses longues.

À noter également, un bouton permettant le blocage de l’optique en position «fermée» (18mm), afin d’éviter tout glissement de focale lors du transport.

Ce nouveau Nikkor 18-200 mm f/3,5-5,6 G ED VR II est donc d’une conception presque exemplaire, la qualité des images restant à vérifier. C’est ce que nous allons maintenant voir avec les tests réalisés sur notre mire et dans la vraie vie.

Tests mires

Piqué

Commençons par la position grand angle, ici le 18 mm. Au centre de l’image, dès la pleine ouverture, la qualité est au rendez-vous. De f/3,5 à f/8, les différences sont imperceptibles et l'on se trouve face à une image au piqué tout à fait honorable pour une focale extrême sur une optique à l’étendue si importante.

À f/11, on peut percevoir une légère perte de qualité, mais si insignifiante qu’elle en est presque imperceptible. C’est aux plus petites ouvertures que la qualité baisse. En cause, la diffraction qui se fait nettement sentir avec notre D90 et son capteur APS-C à 12 Mpix.

  • [f/3,5 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_18 mm_f3.5-big.jpg)
  • [f/4 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_18 mm_f4-big.jpg)
  • [f/5,6 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/13/Nikkor-dx-18-200mm_18 mm_f5.6-big.jpg)
  • [f/8 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_18 mm_f8-big.jpg)

Nikkor AF-S DX 18-200 mm f/3,5-5,6 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/3,5 à f/8 en centre de l'image à 18 mm .

  • [f/11 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_18 mm_f11-big.jpg)
  • [f/16 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_18 mm_f16-big.jpg)
  • [f/22 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_18 mm_f22-big.jpg)

Nikkor AF-S DX 18-200 mm f/3,5-5,6 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/11 à f/22 en centre de l'image à 18 mm .

Sur les bords de l’image, en revanche, c’est une autre paire de manches. Dès la pleine ouverture, on observe une nette perte de qualité de l’image. C’est moins précis, moins contrasté et les aberrations chromatiques viennent jouer les trouble-fête. De f/3,5 à f/5,6, ce n’est pas terrible, mais les images sont homogènes et dès f/11 la diffraction vient réduire encore un peu la précision.

  • [f/3,5 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_18 mm_f3.5-big.jpg)
  • [f/4 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_18 mm_f4-big.jpg)
  • [f/5,6 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/13/Nikkor-dx-18-200mm_18 mm_f5.6-big.jpg)
  • [f/8 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_18 mm_f8-big.jpg)

Nikkor AF-S DX 18-200 mm f/3,5-5,6 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/3,5 à f/8 en bordure d'image à 18 mm .

  • [f/11 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_18 mm_f11-big.jpg)
  • [f/16 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_18 mm_f16-big.jpg)
  • [f/22 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_18 mm_f22-big.jpg)

Nikkor AF-S DX 18-200 mm f/3,5-5,6 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/11 à f/22 en bordure d'image à 18 mm .

À 35 mm, c’est toujours aussi bon au centre, malgré une perte légère de piqué. À la plus grande ouverture, qui passe ici à f/4,2, le piqué est présent et le contraste permet une bonne perception des détails. Le rendu reste assez constant jusqu’à f/16. Ensuite, la diminution de contraste est assez marquée avec le phénomène de la diffraction. En diaphragmant encore un peu jusqu'à f/27, l'image perd encore en détail, mais globalement reste acceptable au centre.

  • [f/4 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_35 mm_f4-big.jpg)
  • [f/5,6 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/13/Nikkor-dx-18-200mm_35 mm_f5.6-big.jpg)
  • [f/8 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_35 mm_f8-big.jpg)
  • [f/11 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_35 mm_f11-big.jpg)

Nikkor AF-S DX 18-200 mm f/3,5-5,6 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/3,5 à f/8 en centre de l'image à 35 mm.

  • [f/16 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_35 mm_f16-big.jpg)
  • [f/22 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_35 mm_f22-big.jpg)
  • [f/27 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_35 mm_f27-big.jpg)

Nikkor AF-S DX 18-200 mm f/3,5-5,6 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/11 à f/22 en centre de l'image à 35 mm.

Sur les bords arrivent les bonnes surprises. Même si vous vous en doutez, les deux premières ouvertures ne sont pas exemptes de défauts (quoique à f/5,6 on sent une amélioration par rapport à la pleine ouverture), c’est à f/8, f/11 et f/16 qu’on voit apparaitre une belle qualité d’image, avec une mention spéciale pour f/11 où la qualité est presque semblable à celle au centre. Au-delà la diffraction dégrade la qualité des rendus.

  • [f/4 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_35 mm_f4-big.jpg)
  • [f/5,6 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/13/Nikkor-dx-18-200mm_35 mm_f5.6-big.jpg)
  • [f/8 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_35 mm_f8-big.jpg)
  • [f/11 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_35 mm_f11-big.jpg)

Nikkor AF-S DX 18-200 mm f/3,5-5,6 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/3,5 à f/8 en bordure d'image à 35 mm.

  • [f/16 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_35 mm_f16-big.jpg)
  • [f/22 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_35 mm_f22-big.jpg)
  • [f/27 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_35 mm_f27-big.jpg)

Nikkor AF-S DX 18-200 mm f/3,5-5,6 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/11 à f/22 en bordure d'image à 35 mm.

À 70 mm, les détails au centre sont assez similaires à ceux obtenus à 35 mm, mais l'ouverture maximale passe désormais à f/5. Les images conservent beaucoup de détails jusqu'à f/16, ce qui est une assez bonne performance. Toutefois, la qualité des images baissent brutalement à f/22 et f/32.

  • [f/5 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_70 mm_f5-big.jpg)
  • [f/5,6 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/13/Nikkor-dx-18-200mm_70 mm_f5.6-big.jpg)
  • [f/8 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_70 mm_f8-big.jpg)
  • [f/11 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_70 mm_f11-big.jpg)

Nikkor AF-S DX 18-200 mm f/3,5-5,6 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/5 à f/11 en centre de l'image à 70 mm.

  • [f/16 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_70 mm_f16-big.jpg)
  • [f/22 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_70 mm_f22-big.jpg)
  • [f/32 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_70 mm_f32-big.jpg)

Nikkor AF-S DX 18-200 mm f/3,5-5,6 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/16 à f/32 en centre de l'image à 70 mm.

Sur les bords, la qualité est également au rendez-vous avec un bon piqué de la pleine ouverture à f/16 voir f/22 si vous n’êtes pas trop tatillon, mais il faudra éviter à tout prix f/32, ce qui ne devrait pas être trop compliqué. C’est vraiment très agréable de voir une constance dans la qualité à quasiment toutes les ouvertures.

  • [f/4 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_70 mm_f5-big.jpg)
  • [f/5,6 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/13/Nikkor-dx-18-200mm_70 mm_f5.6-big.jpg)
  • [f/8 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_70 mm_f8-big.jpg)
  • [f/11 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_70 mm_f11-big.jpg)

Nikkor AF-S DX 18-200 mm f/3,5-5,6 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/5 à f/11 en bordure d'image à 70 mm.

  • [f/16 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_70 mm_f16-big.jpg)
  • [f/22 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_70 mm_f22-big.jpg)
  • [f/32 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_70 mm_f32-big.jpg)

Nikkor AF-S DX 18-200 mm f/3,5-5,6 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/16 à f/32 en bordure d'image à 70 mm.

À 170 mm, le piqué reste encore de bon aloi, même si le rendu n'est pas aussi performant qu'à 18 mm. De f/5,6 à f/16, les détails sont encore discernables et les images conservent un peu de nervosité. À f/22, pas de miracle : la diffraction commence à venir brouiller le rendu et les dégâts sont de plus en plus visibles jusqu'à f/38.

  • [f/5.6 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_170 mm_f5.6-big.jpg)
  • [f/8 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_170 mm_f8-big.jpg)
  • [f/11 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_170 mm_f11-big.jpg)
  • [f/16 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/13/Nikkor-dx-18-200mm_170 mm_f16-big.jpg)

Nikkor AF-S DX 18-200 mm f/3,5-5,6 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/5,6 à f/16 en centre de l'image à 170 mm.

  • [f/22 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_170 mm_f22-big.jpg)
  • [f/32 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_170 mm_f32-big.jpg)
  • [f/38 centre](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_170 mm_f38-big.jpg)

Nikkor AF-S DX 18-200 mm f/3,5-5,6 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/16 à f/32 en centre de l'image à 170 mm.

Sur les bords, pas de miracle, même si on aurait pu s’attendre à pire. On ne peut être satisfait de la qualité qu’à deux ouvertures, f/11 et f/16, les autres ouvertures .

  • [f/5.6 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_170 mm_f5.6-big.jpg)
  • [f/8 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_170 mm_f8-big.jpg)
  • [f/11 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_170 mm_f11-big.jpg)
  • [f/16 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/13/Nikkor-dx-18-200mm_170 mm_f16-big.jpg)

Nikkor AF-S DX 18-200 mm f/3,5-5,6 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/5,6 à f/16 en bordure d'image à 170 mm.

  • [f/22 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_170 mm_f22-big.jpg)
  • [f/32 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_170 mm_f32-big.jpg)
  • [f/38 bord](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_170 mm_f38-big.jpg)

Nikkor AF-S DX 18-200 mm f/3,5-5,6 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/16 à f/32 en bordure d'image à 170 mm.

Les mires ont été impitoyables et ont données leur jugement impartial. Mais une optique est avant tout conçue pour une utilisation extérieure. Voyons maintenant ce qu’il en est dans une situation plus courante.

Tests terrain

Stabilisation

Commençons par l’intérêt principal de cette optique, à savoir la stabilisation optique. Notre référence en la matière reste pour l’instant la stabilisation intégrée aux optiques Canon, qui permet un réel gain de quatre diaphragmes. Ce sera donc notre maitre étalon.

Ici, disons-le tout de suite, Nikon ne parvient pas à la hauteur de son concurrent nippon. Comme vous pouvez le voir sur nos exemples, au 135mm au 1/60ème de sec, sans stabilisation l’image est bien évidemment floue. L’activation de la stabilisation permet indubitablement de récupérer de la netteté, mais sans toutefois retrouver la qualité maximale que l’on a pu voir sur nos tests de mire. La stabilisation fonctionne donc bien, mais la différence avec le premier modèle (VR) n'est pas franchement évidente.

[Nikkor 18-200 mm VR II test review](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_135 mm_big-nonstabilise.jpg) | [Nikkor 18-200 mm VR II test review](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_135 mm_big-stabilise.jpg) | | Version non stabilisée | avec le VR II enclenché |

Vignettage

C’est avec la gestion du vignettage que cette optique se démarque, même si à 18 mm cela commence très mal avec un vignettage visible aux trois plus grandes ouvertures. Toutefois , celui-ci n’est pas très marqué et seulement perceptible aux grandes ouvertures. Imaginez donc une optique où le vignettage se fait extrêmement discret voir invisible, à toutes les focales à toutes les ouvertures à l’exception de la plus grande. C’est ici un grand bonheur. Ci-dessous vous trouverez des exemples à 18 mm. Attention, nous avons renforcé le contraste pour mettre en évidence le vignettage.

nikkor 18-200 mmm VR II test review | nikkor 18-200 mmm VR II test review | nikkor 18-200 mmm VR II test review | | vignettage 18 mm f/3,5 | vignettage 18 mm f/4 | vignettage 18 mm f/5,6 |

Distorsion

C’est à se demander si les opticiens de chez Nikon n’ont pas oublié de se pencher sur les problèmes de la distorsion. Il a été quasiment impossible de trouver une focale exempte de distorsion. Au 18 mm bien évidemment, les déformations en coussinet sont très présentes et gênantes. Mais après, ça ne s’arrange pas. Dès le 35 mm on voit apparaitre des distorsions en barillet, certes légères mais quand même présentes. Tout cela s’accentue aux plus grandes focales, même si le phénomène est stabilisé entre le 70 mm et le 200 mm. Ces phénomènes sont visibles sur les mires, mais aussi, et c’est plus gênant, sur les photos courantes où vos bâtiments prennent tout à coup des formes et arrondis bizarres. Toutefois, gardons à l'esprit que les déformations géométriques sont assez faciles à corriger avec un logiciel (NX2 permet de corriger celles-ci automatiquement, mais il faut dépenser 200 euros de plus...).

Autofocus

L’autofocus est assez efficace compte tenu du fort range auquel nous avons affaire. Malgré un temps de mise au point qui peut parfois sembler une éternité, surtout à la plus grande focale et dans des situations un peu «sportive» où l’autofocus a besoin d’être réactif, celui-ci sait se faire discret grâce à la motorisation silencieuse SWM.

Même si l'on observe de très beaux flous d’arrière-plan, surtout vous vous en doutez à pleine ouverture, on est tout de même un peu frustré de ne pas retrouver les flous «circulaires» caractéristiques des optiques à diaphragmes circulaires comme c’est ici le cas.

Exemples de photos

[Nikkor 18-200 mm f/3,5-5,6 VR II exemple 1](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_200 mm-exemple1-big.jpg) Nikkor-dx-18-200mm_35 mm_¹⁄₁₂₅ s à ƒ - 11

[Nikkor 18-200 mm f/3,5-5,6 VR II test review](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_200 mm-exemple2-big.jpg) | [Nikkor 18-200 mm f/3,5-5,6 VR II test review](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_200 mm-exemple3-big.jpg) | | Nikkor-dx-18-200mm_200 mm_¹⁄₂₅₀ s à ƒ - 5,6 | Nikkor-dx-18-200mm_75 mm_¹⁄₅₀₀ s à ƒ - 5,0 |

[Nikkor 18-200 mm f/3,5-5,6 VR II test review](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/139/Nikkor-dx-18-200mm_200 mm-exemple4-big.jpg) | | | Nikkor-dx-18-200mm_35 mm_¹⁄₁₂₅ s à ƒ - 11 | |

Verdict

Test Nikkor 18-200 mm VR II test review

Avec cette version II, Nikon apporte peu de nouveautés. On aurait pu s’attendre à un meilleur traitement, de nouvelles lentilles, mais rien de tout ça, la nouvelle version ne met à jour que le système de stabilisation VR II.

En optique, il faut souvent faire des choix : soit utiliser des focales fixes performantes ou des zooms plus polyvalents, mais optiquement moins performants. Avec un 18-200 mm, le photographe fait clairement le choix de la flexibilité avec un objectif à l'aise aussi bien en portrait qu'en paysage. Possible donc de laisser le 18-200 mm vissé sur le reflex sans avoir à transporter une palanquée d'optiques adaptées aux diverses situations. Toutefois, cette souplesse a un prix : la qualité des images. il est difficile de concevoir une optique 18-200 avec un excellent piqué à toutes les focales. Pourtant, le Nikkor AF-S 18-200 mm f/3,5-5,6 G ED VR II se défend assez bien avec un centre assez bon et une périphérie d'image qui tient la route. La distorsion est encore très marquée, mais celle-ci est facile à corriger et le vignettage est bien contenu hormis à 18 mm.

Proposé à 959 €, la note est finalement assez élevée pour un objectif qui n’apporte pas de réelles nouveautés ou améliorations. Je pense au contraire qu’on pourrait facilement se tourner vers la première version, qui conserve ces mêmes qualités mais à des prix qui devraient fortement chuter avec l’arrivée de ce nouveau modèle.

Test Nikkor AF-S 18-200 mm f/3,5-5,6 G ED VR II

+
  • Bon piqué au centre sur l'ensemble de la plage de focales
  • Piqué correct sur les bords jusqu'à f/11
  • Stabilisation optique VR II efficace
  • Assez bonne gestion du vignettage
  • Construction correcte
  • Bonne prise en mains
  • Distorsions géométriques importantes
  • Prix assez élevé face à la concurrence
  • Aberrations chromatiques toujours présentes
Les prix
Nikon Nikkor 18-200 mm AF-S DX f/3.5-5.6 G ED VR II
Il n'y a actuellement aucune offre.
Contenus sponsorisés