MontureFujifilm XF
Format couvertAPS-C
Plage focale16-55 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C24-84 mm
Ouverture maximalef/2,8
Ouverture minimalef/22
Distance de mise au point0,6 m
Nombre de lamelles du diaphragme7
Construction17 lentilles réparties en 12 groupes
Éléments spécifiques3 lentilles asphériques et 3 lentilles à ultra faible dispersion
Échelle des distancesnon
Rapport de reproduction0,16x
Motorisationoui
Stabilisationnon
Dimensions83,3 x 106 mm
Poids655 g
Étui soupleoui

Flash test

Ce Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR vient rejoindre le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR. Comme son grand frère, il dispose d'une ouverture constante de f/2,8 et d'une construction 100 % métal parée à affronter les pires conditions de prise de vue. En revanche, il est malheureusement dénué de stabilisation optique — technologie qui, bien que d'un intérêt discutable sur cette plage de focale, étendrait son champ d'action.
Au programme, on retrouve une formule de construction de 17 lentilles réparties en 12 groupes avec 3 verres asphériques et 3 verres à ultra faible dispersion. Le diaphragme circulaire à 9 lamelles est contrôlé par une bague manuelle crantée au 1/3 d'IL.

L'objectif est imposant avec un encombrement de 106 mm de long replié (130 mm déployé) et un poids de 655 g.

Fujifilm XF 16-55 f/2,8

Caractéristiques

Prise en main

La prise en main de cet objectif rappelle à s'y méprendre celle de son aîné le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR, toutes proportions gardées.

Ce 16-55 mm est également un beau bébé avec ses 10 cm de long (13 déployé) et ses 650 g. Il est toutefois assez bien proportionné à un boîtier du calibre du X-T1, mais attention au léger déséquilibre à main levée. Côté construction, l'objectif profite d'une finition 100 % métal "tout temps" du plus bel effet et d'une bague de diaphragme que l'on peut utiliser en manuel !

Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM  WR

Les deux bagues de ce zoom frôlent la perfection. La bague dédiée à la mise au point, à l'avant, est

tout en métal et donc très agréable au toucher. La préhension et la fluidité sont parfaites. Malheureusement, elle n'est dotée ni de repères de butée pour indiquer la distance minimale de mise au point et l'infini, ni d'indicateur de distance de mise au point dynamique.

La bague de zoom, beaucoup plus large, présente un revêtement en caoutchouc. Fluidité, prise en main et course : tout est parfait, rien à redire !

Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM  WR

Test labo

Nous avons testé le Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR avec un Fujifilm X-T1 et son capteur APS-C de 16 Mpx (4,8 µm de côté).

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un X-T1 de 16 Mpx) et la taille de son capteur (APS-C pour le X-T1). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Le X-T1 dispose d'une définition de 4 896 x 3 264 pixels. Chaque pixel mesure donc 4,8 µm de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Les résultats de ce 16-55 mm sont globalement très bons. Les images fourmillent de fins détails et disposent d'une belle homogénéité, quelles que soient la focale ou les différentes ouvertures. Seul bémol : à la plus large focale (16 mm), l'extrême bord des images est très en retrait par rapport au centre, et ce, à toutes les ouvertures. Dès que l'on passe au 23 mm, le phénomène disparaît totalement.

Test terrain

La focale

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l'on obtient avec le 16-55 mm monté sur un X-T1 équipé d'un capteur APS-C. Il devient un équivalent 24-84 mm (coefficient de conversion de 1,5x). La plage de focales est relativement polyvalente et conviendra à la plupart des sujets.

Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR exemple 17
Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR exemple 8
Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR exemple 9

Le vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Oubliez le vignetage !

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Bon point, les distorsions sont très faibles sur cet objectif. On les ressent légèrement à la plus large focale (16 mm) mais elles se corrigeront sans peine à la retouche.

Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Pour ce qui est de la profondeur de champ et du bokeh, l'ouverture constante lumineuse de f/2,8 et le capteur de taille relativement élevée du système Fujifilm constituent plutôt un avantage. Bien entendu, on ne peut pas espérer approcher les types de rendus obtenus avec un objectif équivalent sur un appareil 24 x 36 mm. Il est toutefois assez facile de décrocher le sujet principal de son arrière-plan.

Galerie terrain

Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR exemple 2
Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR exemple 4
Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR exemple 6
Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR exemple 7
Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR exemple 10
Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR exemple 11
Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR exemple 12
Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR exemple 13
Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR exemple 15
Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR exemple 16
Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR exemple 19

Verdict

Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM  WR

Au final, avec ce Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR, Fujifilm signe une fois de plus une belle optique, polyvalente et lumineuse, qui pourra affronter avec brio un grand nombre de situations de prises de vues.

On apprécie toujours autant la prise en main avec un objectif 100 % métal très agréable à utiliser (un objet imposant et massif, une vraie bague de diaphragme, des bagues de zoom et de mise au point qui frôlent la perfection). La qualité optique est très bonne, avec un fort piqué très homogène dans presque toutes les situations. Peu de vignetage, peu de distorsions et de très faibles aberrations chromatiques viennent parfaire ce joli tableau.

Seul regret sur cet objectif : l'absence de stabilisation optique, qui commence pourtant à se généraliser sur ce type de focales et aurait augmenté le champ des possibles dans de faibles conditions lumineuses et à main levée.

Nous le recommandons sans trop d'hésitations.

+
  • Ouverture constante f/2,8
  • Qualité de construction exemplaire
  • Confort d'utilisation
  • Qualité optique générale
  • Piqué élevé et homogène
  • Peu de vignetage
  • Peu de distorsions
  • Faibles aberrations chormatiques
  • Pas de stabilisation optique
  • Manque d'homogénéité entre le centre et les bords extrêmes au grand-angle
  • Encombrement et poids peut-être un peu trop élevés
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Fujifilm Fujinon XF 16-55 mm f/2,8 R LM WR
Digixo 1128,00 €
Fnac.com marketplace 1138,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 1139,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1139,99 € Voir l'offre
Priceminister 1331,11 € Voir l'offre