MontureCanon EF
Format couvert24 x 36 mm
Plage focale200-400 mm / convertisseur 1,4x : 280-560 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C300-600 mm / convertisseur 1,4x : 420-840 mm
Ouverture maximalef/4 / convertisseur 1,4x : f/5,6
Ouverture minimale32 / convertisseur 1,4x : 45
Distance de mise au point2 m
Nombre de lamelles du diaphragme9
Construction25 lentilles (20 groupes) / convertisseur 1,4x : 33 lentilles (24 groupes)
Éléments spécifiquesConvertisseur 1,4x intégré - nc
Échelle des distancesoui
Rapport de reproduction0,15
MotorisationUSM
StabilisationOui (4 IL)
Dimensions128 × 366 mm (diamètre max. x longueur)
Poids3,620 kg
Étui soupleValise de transport

Caractéristiques

Annoncé il y a plus de trois ans (en février 2011), mis en production l'année dernière, le dernier téléobjectif professionnel de Canon est particulièrement attendu par les photographes animaliers et sportifs : il s'agit en effet d'un 200-400 mm f/4 avec 1,4x intégré.

Canon EF 200-400mm f/4L IS USM Extender 1,4x

Ce 200-400 mm f/4 est une optique très haut de gamme disposant de tout le raffinement technologique de la marque : stabilisateur optique 4 IL (3 modes, motorisation USM), formule optique avec des éléments UD (Ultra-low Dispersion) et fluorite, traitements de surface SWC (SubWavelength Structure Coating ou traitement à structure de sous-longueur d'onde) et Super Spectra pour limiter les reflets internes (flare) et les images fantômes. Bien sûr, la pièce maîtresse de cette optique est le multiplicateur 1,4x intégré. D'un simple geste accompagné d'un joli bruit, vous passez d'un 200-400 à un 280-560 mm.

Caractéristiques

Logo DxOCe test optique est basé en partie sur les mesures réalisées en laboratoire par DxOMark dans le cadre d’un partenariat conclu entre Les Numériques/Focus Numérique et DxO Labs. Créée par DxO Labs, DxOMark est la source d’information indépendante la plus fiable et la plus objective sur la mesure de qualité d’image. DxOMark a bâti sa réputation grâce à des protocoles de tests rigoureux, des outils de mesure de qualité industrielle et une base de données constituée de milliers de mesures d’appareils photo, d’objectifs et de téléphones mobiles. Les résultats complets des tests réalisés sur cette optique sont disponibles sur www.dxomark.com.

Déplier

Prise en main

Le 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x de Canon est impressionnant. Pour commencer, il est livré dans une belle valise rigide du plus bel effet. Tous les éléments ont leur place dans un intérieur thermomoulé. Bon point, le format conviendra parfaitement en cabine pour vos déplacements en avion !

Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x

La qualité de fabrication est tout simplement irréprochable. L'optique est de couleur blanche, comme tous les téléobjectifs professionnels chez Canon. On retrouve le symbole de la série L avec le liseré rouge situé au niveau de la lentille frontale. L'objectif, 100 % métal, inspire robustesse et longévité. Bien entendu, en blanc, pour la discrétion, on repassera !

Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x

C'est un objectif à encombrement constant (mise au point et zoom) qui est donc paré pour les pires conditions d'humidité et de poussière. Il est livré avec un impressionnant pare-soleil en métal, un collier de fixation trépied orientable avec deux longueurs de plateau et une sangle de transport qui se fixe sur les deux anneaux argentés positionnés de chaque côté.

Sous le bouton de serrage du collier, qui dispose d'un repère pour se remettre dans l'axe, on retrouve une accroche de sécurité qui permet de fixer à un câble d'acier l'objectif et d'éviter les vols !

Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x

On retrouve à l'arrière le module Extender (multiplicateur intégré) 1,4x qui engendre une protubérance sur le côté gauche de l'objectif. La mise en place du complément optique se fait grâce à un permutateur manuel que l'on peut bloquer. Le mécanisme est parfait et semble d'une précision redoutable. Le petit bruit que fait le multiplicateur lorsqu'on le met en place est sublime : il faut le tester pour comprendre.

Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x

Dans la partie la plus arrière de l'objectif, on retrouve un porte-filtre / gélatine qui permet de monter différents types de filtres avec un diamètre raisonnable à l'intérieur de l'objectif. Ces filtres et gélatines sont proposés en options.

Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x

Le 200-400 mm est bien entendu stabilisé optiquement. L'objectif propose différents modes de stabilisation que l'on peut configurer via les interrupteurs dédiés :

  • Mode 1 : stabilisation sur 2 axes ;
  • Mode 2 : stabilisation verticale uniquement ;
  • Mode 3 : stabilisation sur 2 axes uniquement au moment du déclenchement.

L'objectif dispose également de nombreuses options de personnalisation de l'AF. La première intéressera les vidéastes qui veulent avoir des transitions d'AF douces et fluides. Grâce au mode PF et à l'utilisation de la bague blanche crantée, l'opérateur peut faire varier l'AF dans un sens ou dans l'autre de manière totalement fluide. Autre fonction, il est possible de pré-enregistrer une mise au point grâce au Focus Preset et, grâce à la bague blanche crantée, d'aller directement à distance voulue. On retrouve aussi un limitateur de distance de mise au point ainsi que des boutons d'arrêts d'autofocus.

Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x

Les bagues de zoom et de mise au point manuelle sont proches de la perfection. Rien à redire sur la bague de zooming, fluide, précise et offrant une course modérée. La bague de mise au point est très agréable à l'usage, malgré une course très longue entre 2 mètres et l'infini. On dispose également d'un indicateur de distance de mise au point dynamique sur le dessus de l'objectif.

Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x

Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x

Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x

Déplier

Tests mires

logo dxo

Canon EOS 5D Mark III

Voici une étude objective sur des tests labo. Ce travail est réalisé en partenariat avec DxO Mark qui s'occupe de la réalisation des mesures. Ici encore, les résultats de ces analyses sont à mettre correspondance avec le ou les boîtiers de tests que nous avons utilisés.

Nous avons opté ici pour un Canon EOS 5D Mark III.

Le test du Canon EOS 5D Mark III

Nos analyses sont basées sur des images réalisées en RAW et JPEG.

Facteur de transmission

Le facteur de transmission est une donnée intéressante. Il correspond à la quantité de lumière que laisse réellement passer l'objectif. Il est important de l'étudier à pleine ouverture, c'est-à-dire dans le cas où l'objectif est supposé laisser passer un maximum de lumière.

Le zoom Canon est un peu moins lumineux que ce que sa fiche technique ne le laisse supposer. On observe un décalage moyen d'environ 0,45 IL entre l'ouverture théorique et l'ouverture réelle. C'est principalement à f/4 que le souci se pose avec un décalage de 0,5 IL.

Vignetage

Tous les objectifs donnent des images dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence en IL entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Nous avons décidé d'observer le vignetage aux grandes ouvertures. Le vignetage est exprimé en IL. -1 IL correspond à une sous-exposition équivalente à la fermeture de 1 diaphragme, ou la division par 2 du temps de pose ou de la sensibilité ISO.

échelle vignetage

Le vignetage est très limité. Il est présent, comme très souvent, uniquement à la plus grande ouverture f/4. Dans ces conditions, quelle que soit la focale, on retrouve un décalage pouvant aller jusqu'à -1 IL entre le centre et les bords extrêmes des images. Avec le convertisseur 1,4x, au 560 mm et à f/5,6 (l'ouverture minimale), le vignetage est un peu plus "rentrant" que dans le cadre d'utilisation 200-400 mm.

Aberrations chromatiques

Les aberrations chromatiques résultent d'un problème de focalisation de la lumière variant selon les différentes longueurs d'onde des rayons lumineux. La mise au point ne peut pas être effectuée simultanément au même endroit pour les différentes couleurs du spectre. Ces légers décalages de mise au point entraînent l'apparition de bordures irisées colorées. Ces défauts se voient particulièrement lors des transitions précises du net au flou, sur les fins détails (très contrastés).

echelle ABEC

Oubliez les aberrations chromatiques sur ce 200-400 mm !

Distorsions

Les objectifs ont tendance à tordre la réalité. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Oubliez également les distorsions. Elle sont presque totalement imperceptibles, sauf peut-être à 560 mm avec le convertisseur 1,4x.

Piqué (Visuel et Acutance)

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 par exemple.

De plus le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un Canon EOS 5D Mark III de 22 millions de pixels) et la taille de son capteur (24 x 36 mm pour le Mark III). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif. Le Canon 5D Mark III dispose d'une définition de 5920 x 3950 pixels. Chaque pixel mesure donc 6 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/18 !

Le piqué du 200-400 mm est tout simplement impressionnant ! Les images sont extrêmement riches en détails et micro-contraste, du centre aux bords. Le piqué est extrêmement élevé dès les plus grandes ouvertures à f/4. L'utilisation du convertisseur 1,4x intégré pour obtenir un 560 mm conserve le même niveau de piqué que les focales de base de l'objectif !

Téléchargez le pack RAW

acutance scale

***Toutes les mesures DxO Mark du Canon EF 200-400 mm f/4 L IS USM 1,4x (en anglais)***

Déplier

Tests terrain

  1. Focale et angle de champ
  2. Distorsions
  3. Vignetage
  4. Bokeh
  5. Stabilisation

Il faut bien distinguer deux approches dans le jugement de la qualité d'image que procure un objectif : la première se fait de manière subjective et observant des images ; la seconde est objective, en se basant sur les résultats de tests réalisés en laboratoire. L'une ne va pas sans l'autre. De plus, il faut tenir compte des caractéristiques de l'appareil utilisé dans le test.

Canon EOS 5D Mark III

Ici, nous avons opté pour le Canon EOS 5D Mark III équipé d'un capteur 24 x 36 mm de 22 millions de pixels. Le test terrain sert à l'évaluation subjective de la qualité d'image que procure l'objectif.

Test Canon EOS 5D Mark III

Focale et angle de champ

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l’on obtient avec le 200-400 mm monté sur le Mark III, qui est équipé d’un capteur 24 x 36 mm. En activant le convertisseur 1,4x, on obtient un équivalent 560 mm f/5,6 (son utilisation fait perdre un diaphragme). Monté sur un reflex équipé d'un capteur APS-C et avec le coefficient de conversion de 1,5x, on obtient un équivalent 300-600 mm (840 mm avec le convertisseur). Cet objectif est idéal pour les photos d'action et animalières. Les très longues focales permettent de garder une grande distance avec les scènes ou les sujets que l'on souhaite photographier.

.

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Aucune distorsion visible sur ce zoom, aussi bien au 200 qu'au 560 mm !

Vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Comme toujours ou presque, avec le Canon, le vignetage est visible aux plus grandes ouvertures. Il reste modéré et pourra se corriger très facilement en post-production.

Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Bien entendu, un objectif de ce type n'est pas forcement conçu pour du portrait, mais ses focales extrêmes, couplées à une distance de mise au point assez proche (2 mètres au minimum) et à une ouverture de f/4 permettent d'obtenir de très beaux flous d'arrière-plan et des zones de mise au point très courtes. Nous avons commencé par jouer avec un sujet à 10 mètres et à la plus grande ouverture avec la focale. Dès le 300 mm, nous arrivons à détacher entièrement le sujet de son arrière-plan, qui est noyé dans un très beau et très doux flou.

Dans un deuxième temps, nous avons joué sur l'ouverture à 400 mm avec un sujet à 2 mètres. La zone de netteté est très courte à f/4 et la mise au point doit être très précise.

Stabilisation

Le principe d'un stabilisateur optique est simple : ces objectifs sont équipés d’une petite lentille montée sur un système de micromoteurs qui lui permet d’être mobile, c’est-à-dire de pouvoir bouger dans deux directions : verticale et horizontale. Ces micromoteurs sont actionnés grâce à un système gyroscopique qui détecte les moindres mouvements de l’objectif (et donc du bras du photographe), et les compensent afin de les corriger.

Très schématiquement, si on monte très légèrement son appareil vers le haut, la lentille dans l’objectif se déplace vers le bas. Les deux mouvements s’annulent d’un point de vue optique et c’est comme si l’on n’avait pas bougé.

Dans notre cas, nous avons testé la stabilisation à main levée au 560 mm sur un sujet fixe situé à environ 2 mètres de distance. Nous avons réussi à descendre au 1/15 de seconde et obtenir une image satisfaisante en netteté. Cela nous donne un gain d'environ 5 IL, 4 IL pour être quasi sûr d'être net.

stab

stab crop

Déplier

Exemples de photos

Taillé pour la photo de sport ?

Un tel zoom est avant tout conçu pour les photographes de sport et de nature. Afin de le tester en conditions réelles, nous avons donc décidé de faire une petite séance à un concours équestre international au Grand Parquet de Fontainebleau.

Bien entendu, l'objectif est toujours associé au 5D Mark III.

Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x exemple 24
Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x exemple 28

Premier constat, cet objectif est lourd ! Nous avons en vain essayé quelques minutes à main levée : c'est peine perdue. Mis à part le poids que l'on ne tient pas très longtemps, le bras gauche est dans l'incapacité totale de modifier la focale. Premier échec et déploiement du monopode : ça va beaucoup mieux !

Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x exemple 20
Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x exemple 21

Un boîtier du calibre 5D Mark III fait petit joueur à l'arrière de cet objectif. Peu importe, ce sera largement suffisant pour les essais que nous souhaitons réaliser. Il fait beau, bien que la lumière soit très changeante à cause des nuages et du vent assez fort. Nos sommes positionnés sur un spot dégagé et l'action se déroule sur une très grande zone, de 5 mètres à plus de 40 mètres. Ce sera donc un premier réglage à 400 ISO, balance des blancs automatique, mode Tv (priorité à la vitesse), zone AF large centrée, mode AI Servo (AF continu) et bien entendu rafale. Sur le boîtier, on privilégie une mise au point entre 6 mètres et l'infini et une stabilisation 2 axes (mode 2).

Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x exemple 25
Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x exemple 26

Les premières sensations sont excellentes ! Soutenu par le monopode, on peut manipuler la bague de zoom par le dessus de l'objectif ce qui, en plus d'être la classe, est très agréable. La mise en place du convertisseur 1,4x est d'une rapidité et d'une précision redoutables. On commence à repérer les parcours et choisir les moments et les obstacles que l'on va photographier sans changer de point de vue. Pour le coup, un équivalent 560 mm permet d'aller très loin, et le 200 mm, de couvrir un obstacle relativement proche : parfait !

Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x exemple 19
Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x exemple 30

Les premiers essais sont aléatoires au niveau de la mise au point. Avec de telles focales et un sujet éloigné, celle-ci doit être très précise car la profondeur de champ est courte, même à f/5,6 ou f/8. L'autofocus de l'objectif répond quasi instantanément : on a presque l'impression que c'est le boîtier qui est un facteur limitant en réactivité.

Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x exemple 22

Une fois rentré dans l'action, une fois que l'on parvient à sentir le moment adéquat pour déclencher et que l'on a trouvé le bon couple vitesse ouverture, c'est presque trop facile ! Les cavaliers s'enchaînent et les photos se succèdent : ça marche presque à chaque fois...

Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x exemple 29

Nous n'avons pas pu vraiment juger de la performance de la stabilisation. La photo équestre nécessite des temps de pose assez courts, qui ne risquent pas de souligner un flou de bougé photographe associé au trépied.

Déplier

Verdict

Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x

Difficile de conclure sur ce Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x. En effet, mis à part son prix, on ne peut pas lui reprocher grand-chose.

La liste des points positifs est beaucoup plus longue que celle des points négatifs. On apprécie déjà sa polyvalence grâce à sa plage de focales généreuses et son convertisseur 1,4x intégré qui lui confère une étendue de 200 à 560 mm. Les amoureux de photos de sports ou de photo de nature, voire de portraits, seront aux anges ! Même dans des conditions de lumière difficiles, son ouverture constante f/4 combinée à sa stabilisation optique redoutable permet de limiter les soucis de flou de bougé. La qualité optique est tout simplement époustouflante, avec un niveau de piqué rarement atteint dans notre laboratoire. Oubliez distorsions et aberrations chromatiques. Vous devrez seulement jouer avec un peu de vignetage aux plus grandes ouvertures : rien de grave. La qualité de construction est irréprochable. L'objectif est parfaitement conçu et offre de nombreuses options de personnalisation.

Maintenant, il ne faut pas se cacher (impossible avec cet objectif de toute façon), ce zoom est lourd et encombrant. N'envisagez même pas une utilisation régulière à main levée sauf si vous aimez jouer des biscotos. Pour la discrétion, passez votre chemin également, on ne verra que vous ! Enfin, le prix est à la hauteur de performances : près de 13 000 €.

Vous pouvez toujours tenter l'Euro Millions...

Déplier
+
  • Conception
  • Qualité de fabrication
  • Polyvalence du 200-400
  • F/4 constant
  • Convertisseur 1,4x intégré
  • Stabilisation optique personnalisable
  • Nombreuses options de personalisation
  • Pas de distorsions
  • Pas d'aberrations chromatiques
  • Piqué extraordinaire
  • Autofocus très réactif
  • Poids et encombrement
  • Manque de discrétion
  • Un peu de vignetage aux grandes ouvertures
  • Prix
  • Son tarif
  • Sa valeur
  • Ce qu'il coûte
  • Sa cotation
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW.

Les prix
Canon EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x
EF 200-400 mm f/4 IS USM 1,4x
Miss Numérique 12829,00 €
Fnac.com 12840,00 € Voir l'offre