Quiconque a posté des photos sur Internet est susceptible de s’en être déjà fait voler. Aujourd'hui, c’est malheureusement une fatalité. Mais s’il est quasi impossible de se prémunir contre le vol de photos, il est possible de lutter contre ce phénomène. Nous allons lister, ici, les différentes offres disponibles pour retrouver vos photos volées.

Aujourd’hui, il faut être réaliste, dès qu’une photo est publiée sur Internet, elle est susceptible d’être volée. Peu importe le système de protection que vous utilisez, aucun n’est efficace à 100 %, que ce soit en apposant un copyright sur la photo, dans les métadonnées du fichier ou en désactivant le clic droit sur votre site, aucune sécurité n’est inviolable. Avec un minimum de compétences sur les logiciels de retouche, il est aisé de supprimer un copyright sans recadrer la photo, de modifier les métas ou de retrouver le dossier du serveur hébergeant la photo via le code source.

Il ne s’agit pas d’être fataliste et de laisser faire, mais plutôt d’apprendre à retrouver et à se défendre face au vol de photos sur Internet.

Vous me direz, pourquoi s’embêter à rechercher chacune de ses photos sur Internet alors que le vol est quasi inévitable. Parce que vous êtes photographe et ces photos vous appartiennent : les utiliser et les diffuser sans votre accord est un délit relevant de la contrefaçon. Vos photos vous appartiennent et vous êtes en droit de maîtriser leur diffusion.

Google Images – La simplicité avec la recherche inversée

Une des solutions les plus simples à ce jour reste la recherche inversée de Google Images. En supposant que vous utilisiez le navigateur « Google Chrome », faites un clic droit sur la photo que vous souhaitez rechercher et cliquer sur « Rechercher cette image sur Google » pour qu’un nouvel onglet s’ouvre et affiche tous les liens comprenant les photos identiques ou quasi identiques à la vôtre.

Tutoriel retrouver photos volées sur internet

Dans l’exemple ci-dessus, tout est ok, j’ai choisi une photo depuis mon site web, et je retrouve bien le lien correspondant à ce dernier, ainsi qu’un lien vers mon compte Twitter et une agence où j’avais aussi posté cette photo.

Dans le cadre de mon activité professionnelle, je travaille aussi avec des agences de presse, et ce service me permet de scanner les photos qui y sont distribuées et de vérifier que chaque utilisation correspond bien à une vente déclarée via le relevé de droits d’auteurs fourni par l’agence en question. La question n'est pas de se méfier des agences, mais des nombreux sites d’informations qui reprennent en toute impunité des photos déjà publiées ailleurs. Cette technique peut également être pratique pour ceux qui vendent des photos en microstock, banques d'images sur lesquelles le prix des photos est peu élevé.

Tutoriel retrouver photos volées sur InternetCette fonction permet ici de suivre les ventes et surtout que chaque média a bien déclaré l’achat de la photo.

Si vous utilisez un autre navigateur, vous pouvez d’obtenir le même résultat, mais en uploadant chaque photo une à une depuis la barre de recherche de Google Images.

Who Stole my pictures? - Un add-on pour Firefox

Si vous êtes plus adepte du navigateur Firefox, alors il existe un add-on quasi similaire à la recherche inversée de Google via « Who stole my pictures? ».

Une fois installé, il vous suffit alors de faire un clic droit sur la photo de votre choix et de cliquer sur « Who stole my pictures? », puis sur « Open in all tabs ». Ce plugin effectue alors une recherche d’images similaires sur Google Images, mais aussi sur le site TinEye, ainsi que sur Yandex, l’équivalent russe de Google Images.

Si cette solution offre plus d’options, TinEye et Yandex ne sont pas aussi efficaces que Google Images. Le premier ne donne pas tous les liens et le second affiche beaucoup trop de faux similaires…

Tutoriel retrouver photos volées sur InternetYandex n’affiche que des faux semblants, TinEye ne trouve aucune correspondance, alors que Google trouve les deux endroits où la photo a été publiée.

Lenstag – La solution contre le vol dans sa globalité

Si vous êtes un lecteur assidu de Focus numérique, Lenstag ne vous êtes sûrement pas inconnu. À l’origine créé pour lutter contre le vol d’appareils photo et peut-être vous aider à retrouver votre matériel volé, il peut aussi vous assister pour retrouver des photos volées.

En effet, ce système fonctionne grâce à la recherche du numéro de série de votre boîtier inscrit dans les EXIF de votre photo et les compare avec les EXIF des photos sur Internet. À terme, vous pouvez espérer retrouver un certain nombre de photos, à supposer bien entendu que vous ayez exporté vos photos en intégrant le numéro de série et que ce dernier ne soit pas écrasé par l’hébergeur, ce qui est malheureusement courant et vous laisse peu de chances d’obtenir une liste fiable.

Tutoriel retrouver photos volées sur internetLenstag me permet de tracer les photos prises par un de mes boîtiers.

Pixtrakk – Une solution pour les professionnels

Dans l’univers de la recherche de photos volées, le service PixTrakk est sûrement le plus complet et surtout le plus efficace du marché. Édité par la société PixWays, éditeur aussi de PixPalace, PixTrakk permet de scanner les utilisations de vos photos sur le web, mais aussi dans les principales publications papier du marché français.

Si ce service est le plus efficace, il est aussi le plus onéreux (99 € TTC/an). Destiné tout particulièrement aux professionnels de la photographie qui ont pour habitude de collaborer avec les médias, PixTrakk facilite le traçage des photos et lutte ainsi contre les oublis de crédits, d’obtentions de justificatifs, de retards ou « d’oublis » de facturation.

Tutoriel retrouver photos volées sur Internet

Après avoir uploadé vos photos sur le serveur de PixTrakk, le logiciel va scanner en temps réel toutes les publications papier et le web à la recherche de vos photos. Si les autres solutions présentées précédemment le font aussi, PixTrakk reste au-dessus de la concurrence, car il est capable d’identifier une photo même si celle-ci a été inversée, recadrée avec changement de ratio, etc. Surtout, Pixtrakk met à disposition des photographes un service de recouvrement de droits d’auteur en cas d’utilisation frauduleuse.

Une fois la fraude signalée via la plate-forme, c’est le cabinet d’avocats Harlay qui s’occupe de tout pour vous ; vous n'avez pas à avancer de frais de recouvrement. En contrepartie, vous encaisserez 60 % des frais recouvrés, les 40 % restants serviront à payer les prestataires. Quand on sait à quel point ce travail peut être chronophage, cela en vaut largement le prix.

Ce service se destine aux professionnels, car vous devez être en mesure d’éditer une facture auprès du diffuseur en cas de recouvrement d’utilisation frauduleuse.

Que faire en cas de vol ?

Effectivement, c’est une chose de partir à la recherche des photos volées, mais il faut savoir aussi comment agir en cas de vol. Il n’y a pas de parcours typique, tout dépendra de votre statut (si vous êtes en mesure de facturer ou non) et de la nature de l’utilisation frauduleuse (blog personnel, utilisation commerciale, éditoriale, etc.).

La première chose à faire après avoir constaté le vol d’une photo est de vérifier où vous l’avez publiée et sous quelles conditions d’utilisation. Par exemple, si vous l’avez publiée sur Flickr en licence « droits de domaine public (CC0) », vous avez involontairement autorisé son utilisation sans restriction, si par contre vous aviez bien mis sous licence « Tous droits réservés », c’est bien du vol. Rassurez-vous, la majeure partie des sites de partage de photos, Flickr, 500px, 1px, Instagram, etc., vous protègent contre le vol ; à différencier le vol et le partage, l’embed, le retweet, etc.

Tutoriel retrouver photos volées sur InternetPensez à bien vérifier sous quelles conditions vous partagez vos photos sur les réseaux quand vous avez le choix.

Pour être concret, si vous retrouvez sur le blog d’un particulier une de vos photos uniquement disponibles sur votre site, contactez la personne en expliquant de manière cordiale qu’il s’agit bel et bien d’une utilisation frauduleuse, en l’occurrence un vol, et demandez la suppression de la photo du serveur, sous peine d’avoir à régler la facture.

Faute de réponse ou de bonne volonté, vous pouvez relancer le voleur facture à l’appui ou contacter l’hébergeur du site ou de la photo pour en demander la suppression.

S’il s’agit d’une utilisation commerciale ou éditoriale, il n’y a pas d’hésitation à avoir, vous envoyez directement la facture avec majoration après avoir constaté et archivé les preuves du vol. Il n’y a pas de scrupules à avoir ou de négociation à faire, la loi est de votre côté et elle s’applique simplement.

Tutoriel retrouver photos volées sur InternetCette photo de mon chat est disponible uniquement sur une banque d’images où elle a été achetée deux fois, pourtant elle illustre 8 sites de professionnels, 6 d’entre eux ont été mis en recouvrement.

Le recouvrement est un métier. Si vous ne savez pas comment vous y prendre, si vous n’avez pas le temps ni les moyens d’engager un professionnel, il existe de nombreuses solutions accessibles et efficaces. Si vous n’utilisez pas PixTrakk, vous pouvez adhérer à un syndicat tel que l’UPP (Union des photographes professionnels) qui met à votre disposition une protection juridique pour faire respecter le droit d’auteur. Vous pouvez aussi adhérer à la Saif (Société des auteurs des arts visuels et de l’imagerie fixe). Contre une cotisation d’une quinzaine d’euros à vie, vous devenez sociétaire et pourrez bénéficier d’une protection juridique sans avance de frais. Le service juridique de la société s’occupe des démarches de recouvrement et, en échange, garde un pourcentage afin de se rémunérer.

Dans tous les cas, surtout n’hésitez pas à demander conseil auprès de professionnels de la photographie. De nombreux groupes existent sur les réseaux sociaux pour conseiller et orienter dans ce genre de situation. Mais, surtout, ne laissez jamais passer une utilisation frauduleuse une fois constatée, c’est justement ce laisser-faire qui contribue toujours un peu plus à la dévalorisation du métier de photographe et à sa précarisation grandissante.

Samuel Boivin

Grand reporter spécialiste du Val-de-Marne, se revendique d'Albert Londres, Günter Wallraff et autres Robert Namias. Ses publications 

Contenus sponsorisés