La technique photo du collodion humide a été popularisée, entre autres, par le photographe français Nadar. Essayons de retrouver l'esprit de ces clichés anciens, l'éther en moins.

De son vrai nom Félix Tournachon, Nadar s’est illustré au milieu du XIXe siècle avec ses caricatures, mais également avec ses photos de portrait réalisées en studio selon le procédé du collodion humide sur plaque de verre. Loin de permettre l'obtention d’un résultat identique, nous vous proposons une solution de retouche pour obtenir un effet qui s’en approche sur vos photos numériques.

Pas de décor, des cadrages peu serrés où le sujet est coupé à la taille ou à mi-cuisse et regarde généralement face à la caméra : ainsi pourrait-on définir l’esthétique des portraits de Nadar qui vit défiler dans son atelier de nombreuses célébrités, comme Claude Monet, Charles Baudelaire, Guy de Maupassant ou Sarah Bernhardt. Pionnier des techniques d’éclairage, il s’essaya à la poudre de magnésium avant de modeler plus subtilement la lumière avec des jeux de réflecteurs et de miroir. Une technique qu’il a décrite dans son livre Quand j’étais photographe.

Je tentai de tamiser ma lumière en plaçant une glace dépolie entre l'objectif et le modèle, ce qui ne pouvait m'amener à grand-chose ; puis plus pratiquement je disposai des réflecteurs en coutil blanc, et enfin un double jeu de grands miroirs répercutant par intermittences le foyer lumineux sur les parties ombrées. J'arrivai ainsi à ramener mon temps de pose à la moyenne diurne et finalement je pus obtenir des clichés à rapidité égale et de valeur tout à fait équivalente à celle des clichés exécutés quotidiennement dans mon atelier.

Nadar, Quand j'étais photographe

tutoriel retouche collodion humide

Pour notre exercice, nous avons donc choisi de prendre dans nos archives, une photographie de portrait réalisée sur un fond neutre avec un éclairage contrôlé. Les portraits de l’époque représentant généralement des personnes figées, peu souriantes, nous avons choisi un cliché où notre sujet regarde fixement l’appareil photo avec une expression de visage relativement neutre.

Le collodion humide

La quasi-totalité des portraits réalisés par Nadar l’a été selon la technique du collodion humide sur plaque, dont une importante quantité a été numérisée et conservée par le musée d’Orsay. Ce procédé consiste à préparer un mélange de nitrate de cellulose, d’alcool et d’éther manuellement étendu sur une plaque de verre, avant d’être sensibilisé à la lumière par un bain d’argent. Très contraignant, le procédé demande d’être développé immédiatement après l’exposition de la plaque dans une chambre et présente un caractère assez aléatoire en raison son aspect artisanal. Les bords présentent des marques d’émulsion et les rendus varient en fonction de l’ancienneté du collodion : une préparation d’une semaine se trouve au maximum de sa sensibilité avec un contraste fort qui va diminuer avec le temps. Le collodion humide possède une autre particularité, car l’image formée en négatif est argentée et non noire. On peut décider de placer la plaque développée sur un fond noir, laissant apparaître une image positive reflétée par les zones d’argent métallique. Il s’agit alors d’un ambrotype. On peut également réaliser un scan ou un tirage pour obtenir une image positive. Pour ces raisons, vous trouverez des images réalisées sur collodion humide avec des rendus très différents et des tonalités qui vont du chaud au noir et blanc parfaitement neutre.

Sensibilité spectrale

Pour réaliser notre conversion en noir et blanc, nous avons utilisé le calque de réglage noir et blanc de Photoshop. Ainsi, nous pourrons revenir sur ses réglages plus loin si nous souhaitons réaliser des ajustements. Les émulsions photosensibles de l’époque étaient très peu sensibles au rouge. Nous avons donc joué sur ce canal pour densifier légèrement les teintes chair et nous avons rehaussé légèrement les bleus.

tutoriel collodion humide

Pour donner un aspect ancien à notre photo, nous avons ensuite appliqué un calque de réglage "Courbes" sur lequel nous avons abaissé la valeur maximale des blancs, de manière à reproduire l’impression d’un support légèrement voilé avec des blancs relativement denses. Nous avons également bouché les noirs en décalant le pied de courbe de manière à placer un grand nombre de pixels à la valeur maximale et nous avons accentué le contraste. Attention, alors, à travailler sur des images présentant une importante profondeur de codage pour conserver des gradations de gris, caractéristiques des images réalisées en collodion humide.

tutoriel collodion humide

Grain et flou de l’objectif

Après le réglage des tonalités, nous nous attaquons à celui du rendu des détails et de la netteté en donnant à notre photo un aspect "réalisé à la chambre" avec un objectif au piqué modeste. Pour cela, nous avons commencé par convertir notre calque d’arrière-plan en objet dynamique. Cette manipulation nous permet d’y appliquer des filtres de manière réversible pour revenir sur des réglages. Dans le menu filtre, nous avons ensuite appelé la fonction "Outils effets de flou".

tutoriel collodion humide

Nous avons appliqué un flou de profondeur de champ en limitant la zone d’application de manière à ce que la totalité de l’image soit floue. Nous verrons plus loin comment récupérer du détail dans le regard, car il s’agit d’une constante dans les portraits au collodion humide où les yeux ressortent toujours de manière intense.
Notre choix c’est porté sur les "Effets de flou" afin d’accéder au réglage du grain. Nous souhaitons en effet pouvoir le doser pour qu’il soit présent et simule autant que possible le rendu d’un film argentique sans être trop grossier, car le grain du collodion était en réalité relativement fin. C’est en jouant sur les différents curseurs de la quantité, de la taille et de la cassure que vous pourrez parvenir à un résultat satisfaisant. La quantité et la taille sont des notions faciles à appréhender. La cassure correspond quant à elle à la régularité. Plus elle est faible, plus le grain et uniforme. Nous avons donc poussé le curseur vers la droite pour avoir un côté plus aléatoire.

Contours nets

tutoriel collodion humide

Afin de redonner une impression de netteté à notre image, nous appliqué un filtre passe-haut à notre image. Comme précédemment, nous avons pris soin de convertir notre calque en filtre dynamique pour revenir sur les réglages. Nous avons appliqué ce calque en mode Incrustation pour que seuls les détails de l’image présentant de forts contrastes soient accentués. Pour que l’effet soit plus important sur les yeux, nous avons masqué une partie du calque d’effets de flou à l’aide du pinceau.

tutoriel collodion humide

Effet plaque de verre

tutoriel collodion humide

Pour que notre image s’apparente plus au résultat d’une photographie au collodion humide sur plaque de verre, nous avons ensuite décidé de lui donner une teinte légèrement chaude. Pour cela, nous avons appliqué un calque de réglage "Filtre photo". Nous avons choisi une tonalité sépia et un réglage à quelques pourcents pour qu’il ne soit pas trop intense.

effet plaque de verre

Enfin, nous nous sommes attaqués à "l’effet plaque" que nous voulions donner aux bords de l’image. Nous avons préalablement réalisé une image à l’aide du logiciel DxO Film Pack en appliquant le cadre "verre noir et blanc". Vous pouvez utiliser pour cela une version de démonstration du logiciel. Nous ensuite importé cette image dans Photoshop et l’avons ajoutée comme calque en mode "Produit". Nous avons ainsi pu appliquer des effets de craquelure et de gélatine mal étalée à notre image.

tutoriel effet collodion humide

Rien ne vaut le collodion

L’idée de ce tutoriel n’est pas de vous dire qu’il est possible en numérique de reproduire l’effet d’une photographie sur plaque au collodion humide. C’est impossible. C’est d’ailleurs ce qui fait tout le charme des véritables photos argentiques comme elles sont encore pratiquées aujourd’hui par des photographes. Nous avons d’ailleurs eu l’occasion de vous parler de l’exposition Mapuche qui s’est tenue jusqu’en avril au musée de l’Homme. Des studios proposent également de réaliser votre portrait avec ce procédé et plusieurs personnes se sont spécialisées dans les stages de prises de vue au collodion humide. Sans prétention, ce tutoriel est plutôt destiné à vous donner des pistes pour vous essayer à différents types de retouches et prendre plaisir à travailler vos images chez vous. Si vous avez d’autres méthodes et souhaitez nous en faire part, n’hésitez pas à partager vos solutions et vos résultats avec nous !

Pascale Brites

Journaliste technique, elle renforce l'équipe de rédaction en publiant des actualités et des articles pratiques. Ses publications 

Contenus sponsorisés