Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.

Qu’on soit photographe amateur ou professionnel, avec la démocratisation de la photographie numérique, on photographie aujourd’hui plus souvent et en plus grande quantité. Cela permet de créer une belle photothèque, mais peut aussi vite devenir un enfer pour s’y retrouver et, surtout, dénicher une photo. C’est à ce moment-là qu'entrent en jeu les métadonnées, et plus particulièrement les données IPTC qui vous permettront de sécuriser et mieux référencer vos archives.

Définition

Pour les néophytes, les termes “métadonnée“, et qui plus est “IPTC”, vous sont peut-être étrangers et vous rebutent. Pourtant, derrière ce dernier acronyme barbare se cache quelque chose de très simple et hautement pratique. Concernant les professionnels, vous devez déjà normalement être familier avec les IPTC puisqu'obligatoires en agence et presque indispensables pour correctement gérer votre catalogue.

L’IPTC est en réalité une organisation (International Press and Telecommunications Council) créée en 1965 et visant à développer et promouvoir des standards d’échange de données pour la presse. C’est-à-dire uniformiser la manière d’écrire et de référencer les descriptions et auteurs des données destinées aux médias afin d’en faciliter la recherche.

Il vous reste de l'article à lire
Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.
Samuel Boivin
Samuel Boivin

Grand reporter spécialiste du Val-de-Marne, se revendique d'Albert Londres, Günter Wallraff et autres Robert Namias. Ses publications