On ne le répètera jamais assez, en photographie, la poussière est l’ennemi numéro un ! Que ce soit sur le boîtier, l’optique ou le capteur, elle s’incruste partout et peut vite vous ruiner des photos. Dans cet article, nous allons voir comment bien nettoyer son matériel et surtout comment minimiser les risques de détérioration.

Prérequis

Il est peut-être inutile de le préciser, mais avant de commencer à vous battre contre la poussière sur et dans votre matériel, commencez par bien nettoyer la pièce où vous allez vous installer. Une pièce de la maison est particulièrement recommandée : la salle de bain. En effet, les poussières y sont beaucoup moins volatiles et ont tendance à se coller contre les parois.

S’il n’est pas aisé pour vous de vous y installer, optez alors pour un autre endroit sans courant d’air et dans lequel vous aurez fait le ménage au préalable afin d’éviter au maximum les poussières en stagnation.

Le nettoyage extérieur du boîtier

Maintenant que vous avez trouvé l’endroit idéal et qu’il a été assaini, commencez par nettoyer les extérieurs des boitiers et optiques.
Utilisez un chiffon microfibre propre et légèrement humide pour nettoyer les plastiques. Évitez autant que possible les chiffons tissés qui peuvent laisser des résidus dans les endroits abrasifs. Si des traces persistent, il est possible d’utiliser un peu de savon, mais jamais de solvants qui pourraient endommager de manière irréversible les plastiques et joints de caoutchouc.

Pour dépoussiérer les endroits non accessibles avec le chiffon, utilisez une poire soufflante ou une bombe d’air comprimé.

À moins d’avoir laissé traîner votre appareil dans le sable ou la boue, vous ne devriez pas avoir grand-chose à nettoyer ; il s’agit surtout d’assainir les extérieurs pour la suite des opérations.

Le nettoyage des optiques

Il est désormais temps de passer au nettoyage des optiques, et plus particulièrement des lentilles frontales et arrière. Si la lentille frontale est celle qu’on pense à nettoyer le plus souvent, il ne faut pas négliger la lentille arrière, car elle est en contact direct avec l’intérieur du boitier : si elle est poussiéreuse, vous pourriez encore plus salir votre miroir et capteur.

Attention, bien que les lentilles ne soient pas les éléments les plus fragiles de votre matériel, leur nettoyage demande tout de même quelques précautions : les éventuels dégâts seraient irréversibles. Il est donc recommandé d’utiliser le matériel suivant :
• un LensPen,
• une poire soufflante,
• du papier optique,
• un chiffon microfibre.

La première étape consiste à retirer les plus grosses poussières à l’aide de la poire soufflante, puis à affiner le travail à l’aide du pinceau doux du LensPen. Si vous avez une bombe d’air comprimé à disposition, n’hésitez pas à donner un coup d’air sur les poils du pinceau afin de les charger en électricité. L’électricité statique capturera alors les poussières beaucoup plus facilement dans les poils du pinceau, au lieu de simplement les balayer.

Pour nettoyer les éventuelles traces de doigts, de gras ou d’humidité sur les lentilles, faites de petits cercles de l’intérieur vers l’extérieur de la lentille, à l’aide de la feutrine chargée de carbone située à l’autre extrémité du LensPen. L’utilisation de tout autre produit pourrait provoquer des micro-rayures sur la lentille ; certes, à petites doses, celles-ci ne sont pas bien graves, mais avec le temps, elles pourraient réellement détériorer votre objectif.

Pensez aussi à nettoyer la baïonnette et les contacteurs de vos objectifs et du boîtier ; avec le temps, ils peuvent accumuler de la poussière et de la graisse. Pour ces zones, utilisez du papier optique et de l’alcool isopropylique. Cet alcool s’évapore très rapidement tout en ayant un fort pouvoir dégraissant.

Enfin, pensez aussi à nettoyer les bouchons avant et arrière de vos objectifs et boîtiers. À l’aide de la poire soufflante ou de la bombe d’air, éliminez le maximum de poussière qui pourrait s’y trouver. En effet ces bouchons (lorsqu'ils sont utilisés) sont en contact direct avec les lentilles. Il ne sert à rien de nettoyer toutes vos optiques si vos bouchons sont poussiéreux.

Le nettoyage du miroir

Si vous voyez des taches à travers le viseur optique de votre reflex, c’est que votre miroir est sale. Attention, le miroir est une pièce très fragile de votre boîtier (s'il en comporte un) et son nettoyage doit se faire avec précaution. Si vous n’êtes pas sûr de vous, confiez plutôt cette étape à un professionnel.

Le miroir se situe juste devant le capteur et peut s’observer en retirant simplement l’objectif du boîtier. Pour le nettoyer, vous allez avoir besoin de votre poire soufflante, à l’aide de laquelle vous allez décoller les principales poussières. Pour éviter que ces poussières tombent derrière le capteur ou que de nouvelles s’y déposent, il est conseillé de tenir votre boîtier ouverture vers le bas.

Si ces poussières ne se voient que dans le viseur, et non pas sur les photos, et si vous n’êtes pas vraiment à l’aise dans le nettoyage, il est fortement conseillé de s’arrêter ici. S'il reste des taches qui vous dérangent dans votre viseur optique, confiez la suite des opérations à un professionnel ou continuez en acceptant les risques.

Si vous continuez, c’est que vous savez ce que vous faites et êtes plutôt habile de vos dix doigts. Pour éliminer les poussières restantes, vous allez de nouveau utiliser le pinceau souple chargé en électricité à l’aide de la bombe d’air comprimé (là encore, pour éviter que les poussières tombent sur le capteur).

Si vous êtes vraiment sûr de vous, vous pouvez donner un coup de bombe à air dans la chambre afin de tout nettoyer. Dans tous les cas, quand vous utilisez la bombe d’air comprimé, procédez par petits coups successifs et brefs : un appui prolongé risquerait de projeter de l’air liquéfié, donc de laisser des traces.

Le nettoyage du capteur

Le capteur est sans aucun doute la pièce la plus importante de votre appareil photo numérique, mais aussi la plus fragile. Si vous constatez des taches sur vos photos, il est grand temps de le nettoyer. En raison de sa fragilité, si vous n’avez aucune expérience et la main tremblante, dirigez-vous vers un professionnel qui s'en chargera et, à l’occasion, pourra vous apprendre à le faire.

Si vous souhaitez le faire vous-même, la première étape consiste à prendre un cliché test pour vérifier et localiser la saleté présente. Prenez en photo une surface unie ou un ciel dégagé avec une ouverture telle que f/16. Sur votre ordinateur, inspectez la photo à 100 % et localisez les éventuelles traces et taches de poussières. Vous pouvez aussi utiliser l’outil de suppression des défauts de Lightroom : il permet d’inverser les couleurs donc de mettre en évidence la saleté.

Au cas où un nettoyage s’impose, installez-vous dans une pièce saine (telle que la salle de bain), insérez une batterie pleinement chargée dans votre boîtier puis, dans le menu, activez le mode "nettoyage avec miroir relevé" (reportez-vous à votre manuel) afin d’avoir accès au capteur.

Pour nettoyer votre capteur, il existe deux solutions :

  • la méthode sèche, à l’aide d’un pinceau doux et d’un LensPen spécifique ; vous nettoierez votre capteur en procédant de la même manière que pour la lentille ;
  • la méthode humide, à l’aide de petites raclettes adaptées à la taille de votre capteur que vous humidifierez avec de l’alcool isopropanol. Cet alcool peu dilué s’évapore très rapidement et ne laisse aucune trace d’humidité, à condition toutefois d’humidifier le tampon et non de le mouiller (généralement 2 gouttes suffisent). Vous ferez un aller-retour pour récupérer la poussière et diluer les éventuelles tâches.

Quelle que soit la solution utilisée, faites toujours ces opérations en évitant de tenir le boîtier vers le haut et faites au préalable un coup de poire soufflante afin de retirer les plus grosses poussières sans risquer de rayer le capteur au contact du LensPen ou de la raclette. Inutile d’appuyer sur le capteur, vous risqueriez de l’endommager : effleurez-le simplement.

Une fois le nettoyage terminé, vissez un objectif sur votre boîtier et appuyez sur le déclencheur pour rabaisser le miroir — dans cet ordre, afin d’éviter de créer un appel d’air qui pourrait remettre des poussières dans la chambre.

Faites une nouvelle photo test et répétez éventuellement l’opération si des poussières sont encore présentes. S'il en reste encore, arrêtez les dégâts et confiez le nettoyage à un professionnel.

Le nettoyage du viseur optique

Entre les dépôts de poussières, l’humidité et les traces de doigts, votre œilleton peut vite devenir très sale. Pour le nettoyer, vous aurez aussi le choix entre la méthode sèche et humide.

Pour la méthode sèche, vous pouvez utiliser votre LensPen, mais de par la petite taille de l’œilleton, la manœuvre ne sera pas forcement aisée (même s'il existe des LensPen spécifiquement adaptés).

La méthode plus simple et la moins onéreuse reste d’utiliser votre alcool isopropanol et un coton-tige, de préférence pointu, afin d’aller récupérer le moindre recoin.

Prévenir plutôt que nettoyer

Vous l’aurez compris, nettoyer correctement son matériel nécessite du temps et de l’habilité. Alors plutôt que de vous angoisser à devoir tout nettoyer tout le temps, le plus simple reste de prévenir l’apparition de la poussière.

La première chose à faire est de nettoyer régulièrement votre sac photo qui peut rapidement devenir un nid à poussières. Un simple coup d’aspirateur régulier devrait suffire.

Quand vous changez vos optiques, maintenez votre boîtier vers le bas et placez-vous dos au vent ou aux courants d’air. De même, entraînez-vous à changer rapidement vos optiques si vous devez le faire régulièrement. Avec un peu de temps, vous parviendrez à préparer la nouvelle de la main gauche tout en dévissant l’autre de la main droite. Votre boîtier ne restera ainsi jamais plus d’une demi-seconde à nu.

Enfin, même si ça peut vous paraître inutile, vissez toujours un pare-soleil et un filtre UV ou neutre sur vos objectifs. En plus des chocs, ils empêcheront la poussière ou la pluie de se déposer directement sur la lentille frontale et vous n’aurez jamais plus qu’à nettoyer votre filtre, plutôt que la lentille. De plus, en cas de rayure ou de choc, un filtre se change plus facilement et pour beaucoup moins cher qu’une lentille.

Et quoi qu'il advienne, par pitié, ne faites pas comme l'homme dans la vidéo ci-dessous !

Voir aussi

Samuel Boivin

Grand reporter spécialiste du Val-de-Marne, se revendique d'Albert Londres, Günter Wallraff et autres Robert Namias. Ses publications 

Contenus sponsorisés