Créée dans les années 1970 par le photographe français Jean Coquin et plus habituée à fréquenter les colonnes de nos tests de filtres optiques, la société Cokin s'est récemment associée à Slik (les deux marques font partie du groupe Kenko-Tokina) pour concevoir le Riviera Classic, trépied parvenant à marier une apparence quelque peu rétro à des fonctionnalités actuelles.

Prise en main
Un trépied simple d'utilisation et polyvalent

Il y a de cela quelques mois, un premier prototype du Riviera avait déjà suscité notre intérêt pour ce projet mené par une équipe de passionnés. Les caractéristiques de ce trépied semblent aujourd'hui à la hauteur des promesses avancées : matériaux nobles, sections télescopiques, colonne centrale inversible et réductible, tête multi-axes avec poignée de serrage et jambes ajustables selon différents angles sont ainsi de la partie.

Le Cokin Riviera Classic mesure 60 cm en position de rangement et peut atteindre une hauteur minimale de 19,7 cm ou une hauteur maximale de 160 cm (avec la colonne centrale déployée). Bien que fabriqué en majeure partie en aluminium, ce trépied présente un poids relativement contenu de 1,54 kg avec rotule. Cokin annonce une capacité de charge maximale de 5 kg. Si nous attestons d'une très bonne stabilité à la hauteur maximale avec une configuration avoisinant 3 kg, l'utilisateur souhaitant augmenter la charge jusqu'à 5 kg devra certainement se limiter à une hauteur moindre (soit 1,30 m lorsque la colonne centrale n'est pas déployée) de manière à assurer la stabilité du trépied.

Aisément transportable et profitant de caractéristiques (taille et charge maximales) qui devraient convenir à bon nombre d'utilisations, le Riviera Classic a un caractère polyvalent. Ce n'est cependant ni un lourd trépied de studio ni un trépied de voyage paré à résister à de violentes intempéries.

Ce dernier point est d'ailleurs confirmé par les matériaux légers (simili-cuir et toile doublés d'un revêtement imperméabilisant) utilisés pour sa housse de transport. Concernant cette dernière, nous regrettons quelque peu l'absence de fermeture complète de sa partie supérieure, ainsi que la finesse de sa sangle.

Test trépied Cokin Riviera Classic

D'un point de vue esthétique, le Cokin Riviera Classic semble faire l'unanimité : tout en restant sobre et élégant, son caractère rétro est assuré par la présence d'une poignée en bois et le simili-cuir venant gainer la partie supérieure de chaque jambe. Le matériau principal restant l'aluminium, aucun compromis n'a été fait concernant la qualité de fabrication. En cas de problème, le Cokin assure une garantie de 2 ans.

Test trépied Cokin Riviera ClassicTest trépied Cokin Riviera Classic

Le Riviera Classic est livré avec une rotule dotée d'un plateau rapide, de deux niveaux à bulle, et qui a la particularité de disposer d'un mécanisme de serrage principal autorisant le choix d'un axe horizontal et d'un axe vertical, mais pas de gérer le niveau du boîtier par rapport à la ligne d'horizon. Si cette tête est très simple d'utilisation, cela signifie qu'il faudra parfois (notamment sur terrain accidenté) ajuster la longueur des pieds pour adopter un positionnement parfaitement droit.

La tête étant divisée en deux parties, un deuxième levier de serrage permet quant à lui une rotation indépendante de sa partie supérieure sur 360°. C'est par la combinaison d'un mouvement sur l'axe vertical et d'une rotation à l'aide du deuxième levier qu'il est possible de positionner son appareil de façon à effectuer un cadre de type portrait.

Test trépied Cokin Riviera Classic

La base du trépied présente un mécanisme de serrage pour modifier la hauteur de la colonne centrale ou la libérer afin de la positionner de façon inverse et ainsi faciliter les prises de vues macro. Si, comme sur de nombreux trépieds, cette dernière opération nécessite d'ôter une pièce en plastique située à l'extrémité inférieure de la colonne, nous déplorons le fait que cette même pièce n'intègre pas de crochet permettant de lester le trépied.

Test trépied Cokin Riviera Classic

On notera de plus que la colonne centrale peut être séparée en 2 parties distinctes, de façon à disposer d'une colonne courte et ainsi accéder à la hauteur minimale de 19,7 cm annoncée par le constructeur.

Test trépied Cokin Riviera Classic

Chacun des 3 pieds du Riviera est composé de 3 sections et dispose d'un gainage en simili-cuir qui, outre son caractère esthétique, offre une meilleure préhension. L'extension des pieds se fait au moyen de bagues de serrage dont la manipulation est rapide et aisée. L'extrémité de chaque pied est de plus équipée d'un embout en caoutchouc. Ceux-ci ne pouvant être dévissés, leur remplacement par des pointes en métal — assurant une meilleure adhérence sur une surface meuble — est impossible.

Test trépied Cokin Riviera Classic

Verdict
L'élégance à la française

Test trépied Cokin Riviera Classic recommandé par Focus Numérique

Le Cokin Riviera Classic fait figure d'ovni dans le monde des trépieds. Alors que la plupart des constructeurs historiques redoublent d'efforts pour proposer toujours plus de fonctionnalités, toute recherche esthétique semble avoir été depuis longtemps oubliée. Agissant à contrepied de cette tendance, Cokin joue sur son image de marque française et parisienne (comme en témoigne la poignée en bois marquée du sceau "Cokin Paris") pour proposer un produit à la fois simple et polyvalent, séduisant et de qualité.

En matière de fonctionnalités, quelques manques sont à noter : nous déplorons notamment l'absence de crochet pour lester le trépied, l'impossibilité de remplacer les embouts en caoutchouc des pieds par des pointes en métal, ainsi que la housse de transport qui aurait pu être mieux optimisée — elle a néanmoins le mérite d'exister. Quant à la rotule choisie par Cokin, si elle s'accorde parfaitement à l'esthétique du trépied, ce n'est pas une rotule 3D, ce qui limite donc quelque peu sa souplesse d'utilisation sur terrain accidenté.

Le Riviera Classic n'est pas un trépied de voyage tout-terrain, pas plus qu'il n'est un lourd trépied de studio ultra-précis. Il s'adresse aux photographes disposant d'une configuration matérielle de poids intermédiaire et joue les charmeurs auprès de ceux qui souhaitent rompre avec l'esthétique monotone proposée par la plupart des trépieds.

+
  • Qualité de fabrication
  • Légèreté
  • Colonne courte (pour des prises de vues proches du sol)
  • Colonne centrale inversible (utile pour la macrophotographie)
  • Deux niveaux à bulle (pour positions horizontale et verticale)
  • Housse de transport
  • Aspect rétro et élégant
  • Rotule moins souple d'utilisation qu'une rotule 3D
  • Absence de quelques accessoires (crochet pour lester le trépied et pointes en métal)
  • Manque d'optimisation de la housse de transport (ouverture sur sa partie supérieure et sangle peu confortable)
En résumé

S'il n'est ni le plus compact ni le plus robuste des trépieds, le Cokin Riviera Classic se montre capable et polyvalent. Son relatif manque de fonctionnalités (par rapport à des concurrents plus classiques) se fait vite oublier au profit d'une qualité de fabrication irréprochable et d'une élégance rare dans le monde des trépieds.

Riviera Classic
Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications 

Les prix
Cokin Riviera Classic
Digit-photo.com 199,00 €
Amazon 199,90 € Voir l'offre