Souvent considéré quelque peu marginal, le marché des phablettes se fait pourtant l'écrin de nouveautés technologiques qui intégreront par la suite de plus modestes terminaux. Avec une ergonomie qui optimise la taille de son écran par rapport à son gabarit total, le Huawei Mate 10 Pro s'ancre tout à fait dans la tendance de cette fin d'année. Pour contrer Samsung et Apple sur le terrain de la photographie, le Chinois mise également sur l'intelligence artificielle et sur ses deux modules photo ouvrant à f/1,6.

Capteur principalDouble capteur 12 Mpx (couleur) et 20 Mpx (monochrome)
Bloc optique principaleDouble optique Leica Summilux-H 27 mm f/1,6
ÉcranOled, 6 pouces (≈15,2 cm), 2 160 x 1 080 px (402 ppp)
StabilisationOptique (pour le module couleur 12 Mpx seulement) et numérique (en vidéo seulement)
Mise au pointAF hybride (autofocus laser, à corrélation de phase et stéréoscopie)
FlashLed double ton
Mode manuelOui
Format rawOui (seulement avec le module couleur 12 Mpx)
Modes autofocusAF-S, AF-C
Mesure de l'expositionPondérée centrale
Vitesse d\obturation1/4 000 à 30 s
Mode vidéo2160p 30 i/s, 1080p 60/30 i/s et 720p 30 i/s (mode Vidéo) – 1080p 120 i/s et 720p 240 i/s (mode Ralenti)
Sensibilité ISO50 à 3 200 ISO
Module photo frontal8 Mpx, f/2, vidéo 720p 30 i/s
Mémoire interne128 Go
Carte mémoireOui (micro-SD)
Puce mobileHiSilicon Kirin 970
Processeur4x ARM Cortex-A73 2,4 GHz + 4x ARM Cortex-A53 1,8 GHz
GPUMali-G72 MP12
Mémoire vive6 Go
Capacité de la batterie4 000 mAh
Système d'exploitationAndroid
Dimensions154,2 x 74,5 x 7,9 mm
Poids178 g
AutresCertification IP 67

Modules photo

Le Mate 10 Pro reprend bien évidemment la technologie de double module photo développée à l'occasion de la conception du P9 – depuis réutilisée par Huawei ainsi que par de nombreuses autres marques concurrentes. Deux objectifs de même focale sont donc couplés à des capteurs dont les rendus photographiques diffèrent. Le premier permet de prendre des photographies en couleur, tandis que le deuxième est dépourvu de matrice de Bayer de façon à se spécialiser dans la capture d'images monochromes. Sur le papier, cela permet d'améliorer la capacité du capteur noir et blanc à attraper la lumière, ce qui autorise un gain en qualité d'image lorsqu'il est utilisé seul, ainsi que conjointement avec le capteur couleur.

Ce principe est ici mis en œuvre par un premier module photo doté d'un capteur couleur de 12 Mpx et d'un objectif 27 mm f/1,6, associé à un second module équipé d'un capteur monochrome de 20 Mpx et d'une même optique 27 mm f/1,6. Par rapport au Mate 9, dont les objectifs disposent d'une ouverture de f/2,2, on note donc un gain non négligeable de 1 diaph. Cela permet non seulement au Mate 10 d'arborer l'inscription Summilux-H – attestant au passage du partenariat avec Leica –, mais aussi de figurer au palmarès 2017 des photophones dotés de la plus grande ouverture de diaphragme aux côtés du LG V30. Au chapitre des regrets, notons que si le module couleur se voit bel et bien doter d'un système de stabilisation optique, le module noir et blanc en est hélas toujours dépourvu.

Huawei Mate 10 Pro modules photo

Au dispositif de double module photo utilisé par Huawei, s'ajoute une technologie de zoom hybride mise en œuvre pour la première fois sur le Mate 9. Celle-ci profite de la différenciation entre la captation des informations de couleur et des informations de luminosité grâce à l'utilisation des deux capteurs dédiés à chaque tâche. Un recadrage est bel et bien effectué, mais le module couleur bénéficie de la définition de 20 Mpx du capteur monochrome pour capturer des images de 12 Mpx sans rééchantillonnage des informations de luminosité.

Au-delà d'une amélioration de la rapidité et de la qualité des classiques tâches de traitement d'image (dématriçage, netteté, réduction du bruit, etc.), Huawei nous promet que l'intelligence artificielle interviendra en amont de la prise de vue, de façon à reconnaître la scène photographiée en temps réel et ainsi adapter automatiquement les paramètres de prise de vue.

En façade, peu de changements sont à signaler par rapport à la dernière génération de smartphones Huawei ; on trouve ainsi un capteur 8 Mpx associé à une optique ouvrant à f/2.

Prise en main

Ergonomie et design

Bien que la patte de Huawei soit toujours clairement perceptible dans le design du Mate 10 Pro, celui-ci se démarque un peu de son prédécesseur en faisant la part belle au verre sur sa façade arrière. Cette dernière est enchâssée dans un pourtour en aluminium, tandis que la mention “Leica” qui accompagne le double module photo atteste toujours des ambitions photographiques de la marque. Les finitions du Mate 10 Pro sont excellentes et sa prise en main agréable malgré sa grande taille.

Grande nouveauté chez Huawei, le dernier smartphone de la marque est certifié IP67, ce qui lui octroie une résistance à la poussière et à l'immersion dans un liquide (pendant 30 min maximum et jusqu'à 1 m de profondeur). Côté connectique, si un port USB-C est bien présent sur la tranche inférieure, on remarque la disparition de la prise jack 3,5 mm. Un port micro-SD permet quant à lui d'étendre l'espace de stockage.

Huawei Mate 10 Pro prise en main

Le Mate 10 Pro adhère bien entendu à la mode du borderless. Son écran dispose ainsi d'un taux d'occupation de 81 % par rapport à la face avant du terminal. Taillé au format 18:9, cet écran OLED de 6 pouces (≈15,2 cm) bénéficie d'une définition de 2 160 x 1 080 px pour une résolution de 402 ppp. Du côté des mesures en laboratoire, les tests réalisés par nos confrères des Numériques attestent d'une très bonne qualité d'affichage : luminosité maximale de 548 cd/m2 et minimale de 2,7 cd/m2, taux de réflexion lumineuse de 8 %, delta E à 1,9 et température de couleur de 6 630 K. Pour obtenir ces résultats en matière de colorimétrie, il convient de passer par les options d'affichage et de désactiver le paramétrage Couleurs vives au profit de Couleurs normales.

Huawei Mate 10 Pro prise en main

S'il n'a rien de nouveau, le raccourci dont se dote le Mate 10 Pro reste pratique : lorsque le smartphone est en veille, deux pressions sur la touche de volume inférieure (placée sur la tranche droite du smartphone) permettent d'accéder directement à l'app photo. Une fois ouverte, les boutons de volume peuvent être paramétrés de manière à contrôler la prise de vue, le zoom ou la mise au point.

Huawei Mate 10 Pro prise en main Huawei Mate 10 Pro prise en main

Interface

Bien que l'interface de prise de vue des smartphones haut de gamme Huawei ait très peu évolué depuis les débuts du partenariat de la marque chinoise avec Leica, elle reste complète et agréable à utiliser. Un déplacement du doigt de la gauche vers la droite de l'écran donne accès aux différents modes de prise de vue (dont le mode monochrome), et un mouvement dans le sens inverse permet l'ouverture d'un menu comportant divers paramètres (définition, grille de composition, minuteur, etc.)

Un mode Pro donne de plus accès à divers réglages manuels, dont la sélection du mode de mise au point et de la mesure d'exposition, ainsi que le paramétrage de la balance des blancs, de la sensibilité ISO et de la vitesse d'obturation. Ce mode Pro peut aussi être activé lors de la capture de vidéos, mais les réglages sont alors plus limités.

Huawei Mate 10 Pro prise en main interface photoInterface de prise de vue photo.

Huawei Mate 10 Pro prise en main interface vidéoInterface de prise de vue vidéo.

Tout comme ses prédécesseurs, le Mate 10 Pro autorise la capture d'image au format RAW, mais cette option se limite une fois de plus à l'utilisation du module photo couleur. L'accès à des images monochromes au format RAW nous semblerait intéressant, notamment pour les possibilités qu'il offrirait lors de la correction de l'exposition et du contraste.

Contrairement au P10, dont la galerie d'images mélangeait pêle-mêle fichiers JPEG et RAW, la seule possibilité pour accéder aux raw capturés avec le Mate 10 Pro semble passer par l'utilisation d'un explorateur de fichiers. Si les outils de retouche du Mate 10 autorisent bien la modification de fichiers RAW, parvenir à une telle étape semble donc étrangement alambiqué. Notons de plus que les outils de retouche mis à disposition par Huawei nous semblent quelque peu limités par rapport aux possibilités offertes par des applications dédiées.

Huawei Mate 10 Pro prise en main interface retouche Huawei Mate 10 Pro prise en main interface retouche

Qualité d'image

Protocole de test

En plus d'une montée en sensibilité en conditions d'éclairage simulant la lumière du jour (éclairement lumineux de 250 lux et température de couleur de 6 500 K), nous avons testé les capacités photographiques du terminal en situation de faible luminosité (éclairement lumineux de 3 lux et température de couleur de 3 200 K).

Gestion du bruit électronique

La plage de sensibilité des deux modules photo du Huawei Mate 10 Pro s'étend de 50 à 3 200 ISO. Nous avons ici choisi de vous soumettre des images capturées à l'aide de la résolution native de chaque capteur : 12 Mpx en couleur et 20 Mpx en noir et blanc.

test Huawei Mate 10 ProTailles relatives des différents formats de capteurs.

Bien que le Mate 10 Pro s'équipe a priori des mêmes capteurs que le P10 et le Mate 9, la montée en sensibilité ISO de son module couleur nous semble bien étrange. Relativement mauvaise à 50 et 100 ISO, la retranscription des détails atteint son apogée à 200 ISO – sensibilité à laquelle le smartphone Huawei rivalise avec les meilleurs élèves de sa catégorie. Si une légère baisse de qualité est logiquement perceptible à 400 ISO, le passage à 800 ISO s'accompagne, lui, d'une perte de tous les détails les plus fins. À 1 600 ISO, malgré une perte d'informations colorimétriques, le niveau de détails remonte alors pour ensuite retomber de nouveau à 3 200 ISO.

L'analyse des fichiers RAW nous montre une montée en sensibilité plus classique, avec une augmentation progressive du bruit numérique. Si le traitement appliqué par Huawei aux fichiers JPEG autorise une réduction efficace du bruit numérique, il se montre particulièrement mal dosé et donne ainsi lieu à des résultats grandement aléatoires. Espérons que ce problème de taille sera résolu par le biais d'une future mise à jour.

Lors de l'utilisation du module monochrome, le traitement des fichiers JPEG est adapté à la montée en sensibilité. De 50 à 200 ISO, la retranscription des détails est à la fois fine et précise, ce qui nous rappelle la véritable force que constitue ce module spécialisé dans le noir et blanc. La perte de détails est ensuite perceptible, mais nous semble acceptable jusqu'à 800 ISO. Elle se fait plus prononcée à 1 600 ISO et s'accompagne ensuite, à 3 200 ISO, de l'apparition de bruit numérique.

Traitement d'image

Nos récents tests de smartphones ayant mis en évidence des différences de rendu esthétique selon le mode de prise de vue sélectionné, nous avons ici choisi de comparer les images capturées en mode automatique et en mode manuel, avec les modules couleur et monochrome, ainsi qu'en utilisant la technologie de zoom hybride mise en avant par Huawei.

Lorsque le module couleur est utilisé dans des conditions de luminosité favorables, si nous obtenons des résultats strictement identiques en mode automatique et en mode manuel, il n'en est pas de même en situation de basse luminosité. Malgré une balance des blancs correcte, le mode automatique donne alors lieu à une perte conséquente d'informations colorimétriques, ainsi qu'à une réduction du bruit dévastatrice pour la retranscription des détails. En mode manuel, certains détails sont conservés au prix d'une très forte présence de bruit numérique. On observe également un rendu colorimétrique très peu réaliste, avec des couleurs extrêmement saturées.

Au-delà de la baisse de qualité d'image clairement perceptible lors de l'utilisation de la technologie de zoom hybride développée par Huawei, la comparaison entre mode automatique et mode manuel suit le même schéma que précédemment. Lors de l'utilisation du zoom 2x, les images capturées dans des conditions d'éclairage simulant la lumière du jour disposent de caractéristiques similaires. En basse luminosité, la réduction du bruit accompagnant le mode automatique entraîne une perte de détails importante, tandis que les images capturées en mode manuel sont marquées par une forte présence de bruit numérique et des couleurs criardes.

On retrouve une fois de plus un comportement à peu près semblable avec le module monochrome. Il est ainsi difficile de faire la distinction entre mode automatique et mode manuel lorsque la luminosité est au beau fixe. Les résultats en situation de basse luminosité sont cependant plus surprenants avec – malgré des paramètres de prise de vue identiques – des images obtenues en mode manuel beaucoup plus denses que celles capturées à l'aide du mode automatique.

Face à la concurrence

Module couleur (zoom 1x)

Le comportement erratique du Huawei Mate 10 Pro est malheureusement mis en évidence par la comparaison suivante. À 100 ISO, il est battu à plate couture par le champion de précision qu'est le OnePlus 5. Alors que la retranscription des détails se fait moins bonne pour ce dernier en passant à 200 ISO, celle du Mate 10 Pro s'affirme pour atteindre son apogée. Dans ces conditions, les deux smartphones font à peu près jeu égal, même si l'on remarque une accentuation du micro-contraste plus prononcée chez Huawei.

En situation de basse luminosité, l'OnePlus 5 reprend cependant l'avantage en conservant un niveau de détails correct et en affichant un bruit numérique relativement fin.

Huawei Mate 10 Pro - 100 ISOOnePlus 5 - 100 ISO
Huawei Mate 10 Pro - 200 ISOOnePlus 5 - 200 ISO
Huawei Mate 10 Pro - 3 200 ISO (basse luminosité)OnePlus 5 - 9 600 ISO (basse luminosité)

Module couleur (zoom 2x)

Pour nous faire une idée de la qualité d'image que permet d'obtenir la technologie de zoom hybride du Mate 10 Pro, nous avons choisi de l'opposer au Samsung Galaxy Note 8, smartphone doté d'un module 12 Mpx 52 mm f/2,4 dont nous estimons les résultats corrects. Dans des conditions de luminosité favorables, ce dernier surpasse largement le zoom 2x du Mate 10 Pro grâce à une bonne gestion des couleurs et un niveau de détails raisonnable.

Les choses deviennent cependant plus compliquées pour le Note 8 en situation de basse luminosité. Ce dernier opérant alors automatiquement un zoom numérique à l'aide de son module grand-angle de façon à combler le manque de lumière, l'image résultante se trouve fortement dégradée. Le Mate 10 Pro parvient quant à lui à conserver quelques détails, mais délivre une image au rendu colorimétrique médiocre.

Huawei Mate 10 Pro - 200 ISOSamsung Galaxy Note 8 - 160 ISO
Huawei Mate 10 Pro - 1 000 ISO (basse luminosité)Samsung Galaxy Note 8 - 1 250 ISO (basse luminosité)

Module monochrome

La comparaison avec le P10 témoigne ici des progrès de Huawei en ce qui concerne le traitement des images monochromes. On remarque ainsi que le Mate 10 Pro permet un rendu mieux optimisé, notamment grâce à une meilleure retranscription des détails.

Huawei Mate 10 Pro - 100 ISOHuawei P10 - 100 ISO

Vidéo

Le Huawei Mate 10 Pro autorise l'enregistrement de vidéos en 2 160p 30 i/s, 1 080p 60/30 i/s et 720p 30 i/s, avec l'un ou l'autre des modules photo. Un mode dédié aux prises de vue au ralenti permet l'enregistrement en 1 080p à 120 i/s et en 720p jusqu'à 240 i/s. Notez que l'activation de la stabilisation numérique n'est possible qu'en 1 080p et 720p à 30 i/s. De plus, nous déplorons (encore et toujours) l'impossibilité de capturer des vidéos à l'aide du module monochrome.

La captation en UHD 2 160p autorise un niveau de détails tout à fait honorable, bien qu'inférieur à celui octroyé par le maître du genre, l'Asus ZenFone Zoom S. L'autofocus se montre efficace et parvient à réaliser des transitions plutôt fluides. Les effets de rolling shutter sont bel et bien perceptibles, mais restent modérés.

Huawei Mate 10 Pro – UHD 2 160p 30 i/s.

Galerie terrain

Photo

Vidéo

Verdict

Premier constructeur à proposer – aux côtés de LG – un smartphone équipé d'un double module photo, Huawei réitère sa formule phare. Le Mate 10 Pro s'équipe d'un couple formé d'un objectif et d'un capteur couleur relativement classique, associé à un autre couple à la partie optique similaire, mais doté d'un capteur dédié à la capture d'images monochromes. Délaissée par les plus grands acteurs du marché (dont Samsung et Apple) au profit d'APN se différenciant par leur focale, la recette de la firme chinoise a peu évolué depuis maintenant un an, mais se démarque toujours par son originalité et sa capacité à délivrer des photographies noir et blanc que la concurrence est incapable de produire.

Au-delà d'un design borderless très en vogue et plutôt séduisant, le Mate 10 Pro arrive notamment avec des optiques dotées d'une ouverture de diaphragme conséquente (f/1,6 au lieu de f/2,2 sur les Mate 9 et P10) et de supposées améliorations en ce qui concerne le traitement d'image. Si le gain procuré par l'ouverture des deux nouveaux objectifs est réel en matière de luminosité, il convient d'être plus dubitatif quant à la dernière promesse faite par Huawei. Certes, la rapidité avec laquelle le Mate 10 Pro traite les données ne laisse place à aucun ralentissement lors d'une utilisation photo et vidéo, mais le traitement d'image donne lieu à des résultats erratiques. À titre d'exemple, les fichiers JPEG obtenus à l'aide du module couleur connaissent un cruel manque de précision à 50 et 100 ISO, tandis que les résultats obtenus à 200 et 400 ISO sont bien meilleurs. Notons de plus que le traitement logiciel des images capturées en situation de basse luminosité se montre toujours problématique pour Huawei.

Si l'on espère que ce problème sera prochainement réglé par le biais d'une mise à jour, le Mate 10 Pro se montre, lors de la captation d'images en couleur, relativement peu constant. Fort heureusement, le module monochrome n'est pas touché par cette inconstance et a même réussi à faire des progrès par rapport à celui dont dispose le P10. Mieux équilibré qu'auparavant, le traitement logiciel permet ici d'optimiser la retranscription des détails et le contraste des images. Dommage que ce module photo ne dispose toujours pas de système de stabilisation optique et ne permette pas la captation de vidéos ainsi que la capture de photos au format RAW.

Au final, bien que nous n'ayons pas ressenti les bénéfices de l'intelligence artificielle sur le confort de prise de vue et la qualité des images obtenues, le Mate 10 Pro parvient à améliorer toujours un peu plus le système de prise de vue proposé par Huawei. Nous le recommandons donc, tout en espérant qu'une prochaine mise à jour homogénéise le rendu des images capturées à faible sensibilité et qu'un prochain smartphone Huawei comble les lacunes de ses prédécesseurs en situation de basse luminosité. Par rapport à la concurrence, nous considérons enfin que le Mate 10 Pro constitue une proposition originale, conçue pour tous ceux qui font peu de cas des longues focales dont se dotent le Samsung Galaxy Note 8 et l'iPhone 8 Plus.

+
  • Très bon mode monochrome
  • Très bonne réactivité générale
  • Autofocus efficace
  • Interface de prise de vue claire, complète et efficace
  • Stabilisation optique (pour le module couleur seulement)
  • Écran de qualité (taux de contraste, luminosité, température de couleur, lisibilité, etc.)
  • Mode manuel
  • Support du format RAW (en couleur seulement)
  • Résistance à l'eau et à la poussière (certification IP67)
  • Résultats perfectibles en situation de basse luminosité
  • Inconstance du traitement des images issues du module couleur
  • Impossibilité de capturer des photos monochromes au format RAW
  • Impossibilité de capturer des vidéos avec le module monochrome
  • Module monochrome dénué de stabilisation optique
  • Stabilisation électronique inactive en UHD 2160p
En résumé

Malgré quelques inconstances dans le traitement d'image, le Mate 10 Pro parvient à porter toujours un peu plus loin le partenariat photographique entre Huawei et Leica. Les amateurs d'images noir et blanc apprécieront.

default image
Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications 

Les prix
Huawei Mate 10 Pro
Darty.com 799,00 €
Boulanger.com 799,00 € Voir l'offre
Contenus sponsorisés