La question revient en permanence sur les forums photo et dans les conversations entre photographes : quel statut fiscal et juridique faut-il adopter pour lancer son activité professionnelle ? Nous allons essayer d’éclairer vos lanternes en mettant un peu d’ordre dans toutes les informations contradictoires qui circulent.

Voici donc le premier volet d’une série de trois articles consacrés au statut du photographe indépendant et à ses applications comptables, fiscales et juridiques. Nous abordons, dans ce premier article, les enjeux inhérents au choix de son statut. Les deux prochains articles traiteront d’abord des démarches juridiques et obligations fiscales pour chaque statut, puis des méthodes d’élaboration de devis pour les deux régimes les plus courants.

Attention

Ces informations sont le résultat des recherches et de l‘expérience personnelles de l‘auteur. Focus Numérique et l’auteur se déchargent par avance de toute responsabilité quant aux potentielles erreurs ou omissions contenue dans ces articles. N’oubliez pas que rien ne vaut les conseils d’un bon expert comptable !

En France plus qu’ailleurs, choisir son régime professionnel n’est pas une mince affaire ! En tant que photographe, plusieurs statuts sont envisageables. Mais chacun recouvre un domaine d’activités photographiques bien particulier. Aussi, choisir son statut revient souvent à s’interroger sur quel type de photo on souhaite facturer et à quelle clientèle.

Il vous reste de l'article à lire