Dernier reportage de notre tournée asiatique 2017 ! Après le CP+, le centre de recherche et développement d'Olympus et l'usine d'optiques Canon d'Utsunomiya, nous quittons le Japon, direction la Corée du Sud (pays voisin) et plus précisément la région de Busan, deuxième ville après Séoul, pour découvrir l'usine de Samyang de Kyungnam ! Là aussi, c'est la première fois que la firme coréenne ouvre les portes de son usine à des journalistes. Nous en sommes particulièrement honorés.

Visite de l'usine Samyang d'optiques photographiques en Corée du SudL'usine Samyang de Kyungnam (Corée du Sud).

Il n'existe qu'une seule usine au monde où sont produites les optiques Samyang, et elle se situe en Corée du Sud, à Kyungnam, dans la banlieue de la deuxième plus grande ville du pays, Busan. Ce site de Kyungnam est le centre névralgique de la société Samyang : en plus de la production, il abrite le centre de recherche et développement. Ce n'est pas le seul site de la firme coréenne. En effet, elle dispose aussi de bureaux à Séoul (la capitale) pour les ventes, le marketing, la communication et la partie administrative.

Après une première rencontre avec M. Jeong Min Shin, qui travaille sur la planification produit, à l'occasion de la dernière photokina fin 2016, nous le retrouvons en compagnie de M. Lee, Woo Nyun, directeur de l'usine, M. Lee, Hae Jin, ingénieur en chef, et M. Jeong Min, Shin, responsable de la planification produit.

Un peu d'histoire

Bien que beaucoup plus récente que les grandes compagnies photo japonaises, Samyang n'est pas une jeune société. Fondée sous le nom initial de Wako Korea il y a 45 ans, en 1972, elle a subi une profonde réorganisation en 2013. C'est à ce moment-là que le nom Samyang Optics a été déposé. La firme a commencé par produire des objectifs destinés aux reflex, puis en 1985 des appareils photo, et en 1995 des optiques pour le marché des caméras de surveillance (CCTV). Désormais, la firme se concentre uniquement sur les objectifs photo, vidéo et cinéma.

Visite de l'usine Samyang d'optiques photographiques en Corée du SudOui, Samyang sait très bien faire des zooms pour reflex avec autofocus et à ouverture constante...

Quelle est la différence entre Samyang et Rokinon ?

Nous exportons 95 % de nos produits dans 59 pays à travers le monde. Pour les États-Unis et l'Allemagne, nous sommes présents avec nos produits sous les marques Rokinon et Wallimex en tant que OEM (Original Equipment Manufacturer). Pour nos produits dédiés au cinéma, nous avons préféré concevoir une marque à part entière : Xeen. Samyang n'est pas une "nouvelle" marque internationale et nous avions envie de mettre un réel nouvel acteur sur ce marché. De plus, les produits Xeen sont totalement différents des optiques Samyang, ne serait-ce que par le prix.

2016, un grand cru, et après ?

L'année 2016 a été extrêmement riche pour la firme sud-coréenne avec le lancement de très nombreuses optiques (10 au total) et de nouvelles gammes de produits. On citera par exemple la nouvelle gamme Premium XP avec les 14 mm f/2,4 et 85 mm f/1,2conçus pour les reflex 24 x 36 mm. Ces objectifs hauts de gamme sont toujours dépourvus d'autofocus, mais communiquent avec le boîtier auquel ils sont associés (diaphragme électromagnétique, données Exif). On pense aussi à leur nouvelle gamme d'objectifs dédiés aux hybrides Sony A7 et pourvus, pour la première fois chez Samyang, d'un autofocus, inaugurée par le 14 mm f/2,8et le 50 mm f/1,4.

La gamme d'objectifs dédiés à la photo ne comporte donc pas moins de 25 références, celle d'objectifs dédiés à la vidéo, 19 références, et celle dédiée au cinéma (les Xeen), 9 références. Et même si ce début d'année est encore très timide en nouveaux produits, les responsables de la marque nous l'ont garanti : 2017 sera aussi une très belle année pour Samyang ! Au programme, en toute logique, l'expansion de la gamme XP et de la gamme AF (monture Sony FE) avec de nouvelles montures, Canon et Nikon.

Visite de l'usine Samyang d'optiques photographiques en Corée du SudLe portfolio des produits Samyang.

Quelles sont les priorités de développement pour le futur ? Après le lancement de vos premières optiques équipées d'autofocus, allez-vous vous intéresser à la stabilisation optique, aux zooms ?

Les zooms seront notre prochain chantier, mais ce ne sera pas dans un futur très proche. Nous devons d'abord lancer beaucoup de focales fixes, ce qui prendra environ 2 ans. Puis nous nous pencherons sur les zooms, et ensuite sur la stabilisation optique.

Des objectifs faits maison

Tout ou presque est réalisé dans l'usine Samyang. La firme dispose du savoir-faire et des moyens nécessaires à la réalisation des lentilles classiques et asphériques, ainsi qu'à l'assemblage de ses objectifs. L'usine est organisée sur 2 étages ; le premier est dédié à la réalisation des différentes lentilles et le second, aux lignes d'assemblage et aux contrôles qualité. La présence du centre de recherche et développement à proximité des chaînes de production est un réel atout.

Visite de l'usine Samyang d'optiques photographiques en Corée du SudLee, Woo Nyun nous présente les différentes étapes dans la production des lentilles nécessaires à la réalisation du 85 mm f/1,4.

Production des lentilles

Pour une lentille sphérique, tout commence par un premier polissage grossier (rough grinding) qui donne la première forme à la lentille. Ceci fait, la lentille est placée dans une deuxième machine qui réalise un polissage plus fin (fine grinding ou smoothing). En sortie de cette étape, la lentille est devenue transparente. Il faut ensuite la centrer. Cette étape consiste à limer les pourtours de la lentille afin de s'assurer que le centre optique est parfaitement centré par rapport à la lentille.

Visite de l'usine Samyang d'optiques photographiques en Corée du Sud
Une machine automatique de polissage.Une machine automatique de polissage.
Élément en diamant permettant de réaliser les outils de polissage.Élément en diamant permettant de réaliser les outils de polissage.

Visite de l'usine Samyang d'optiques photographiques en Corée du SudCentrage de la lentille.

Enfin, la lentille doit passer par une dernière étape de polissage très fin pour affiner sa surface (polishing). Elle est alors nettoyée une première fois grâce à un lavage chimique en plusieurs bains, avant d'être une première fois inspectée.

Visite de l'usine Samyang d'optiques photographiques en Corée du SudLa (très longue) machine à laver les lentilles.

Si tout est correct, la lentille passe à l'étape du couchage qui optimise ses performances. Cette étape est réalisée dans une sorte de grand four. Les lentilles y sont installées sur d'énormes moules voûtés et, grâce à la sublimation thermique, une fine couche est déposée uniformément sur la surface de chaque lentille. Vient ensuite une nouvelle phase de nettoyage et d'inspection avant que la lentille soit prête pour l'assemblage.

Inspection pendant le couchage.Inspection pendant le couchage.
Les supports sur lesquels sont déposés les lentilles avant couchage.Les supports sur lesquels sont déposés les lentilles avant couchage.

Certaines pièces subissent aussi une phase de peinture de leur pourtour afin de limiter les reflets parasites.

Visite de l'usine Samyang d'optiques photographiques en Corée du SudPeinture du pourtour de la lentille pour limiter les réflexions.

Les lignes d'assemblage

L'assemblage des optiques se réalise en différentes étapes. Il faut tout d'abord réunir l'ensemble des lentilles nécessaires à l'optique, ainsi que toutes les pièces mécaniques pour les assembler. Les différents groupes de lentilles sont dans un premier temps assemblés avant le montage final de l'objectif avec toutes les pièces nécessaires (bagues hélicoïdales, moteurs AF, carte contrôleur, diaphragme, connectiques et fût de l'objectif).

Une fois toutes ces opérations achevées vient le temps du contrôle qualité sur banc FTM, puis l'emballage et l'expédition.

Par exemple, sur un 24 mm f/1,4 il y a 3 groupes et 40 éléments à assembler au total. Chez Samyang, l'assemblage des objectifs se fait à la main.

Visite de l'usine Samyang d'optiques photographiques en Corée du SudContrôle des groupes d'optiques.

Visite de l'usine Samyang d'optiques photographiques en Corée du SudAssemblage d'un groupe optique.

Visite de l'usine Samyang d'optiques photographiques en Corée du SudAssemblage final de l'objectif.

Inspections et contrôle qualité

Des échantillons de lentilles passent en salle d'inspection pour subir un imposant contrôle qualité. Les contrôles se font dans une salle blanche spécifique, à l'accès très limité. Pour y entrer, nous avons dû revêtir une combinaison complète (blouse, chaussons, masque, charlotte) et passer par une douche d'air qui sert de sas.

Visite de l'usine Samyang d'optiques photographiques en Corée du SudLa poussière est l'ennemi numéro 1 de cette pièce !

Visite de l'usine Samyang d'optiques photographiques en Corée du SudCette machine permet de tester les lentilles asphériques.

Visite de l'usine Samyang d'optiques photographiques en Corée du SudCette machine mesure la surface des lentilles.

Une fois assemblés, les objectifs passent tous sur un banc FTM afin de vérifier leur niveau de qualité et s'assurer qu'ils respectent le cahier des charges imposé par Samyang. Il y a aussi une salle de torture qui permet de tester la résistance des optiques aux intempéries et aux chocs.

Visite de l'usine Samyang d'optiques photographiques en Corée du SudIci, le banc FTM sur lequel sont testées les optiques.

Pour conclure

Nous étions très curieux de découvrir l'usine de production Samyang. En effet, c'est la première usine sud-coréenne que nous visitons : jusqu'à présent, nous ne connaissions que les usines japonaises et allemandes en la matière. Les méthodes de production des optiques sont-elles différentes en Corée du Sud : non. Samyang a de quoi être fier de son usine face aux mastodontes du secteur. Elle est certes de taille plus modeste, mais dispose des mêmes technologies et des mêmes outils que ses consœurs. Forte de près de 50 ans d'expérience, la marque met un point d'honneur à concevoir et produire des optiques de qualité, dans les règles de l'art.

Nous tenons à remercier particulièrement M. David Ryu, pour l'organisation de cette visite, et M. Marc Rabuteau, de la société Digit Access, sans qui elle n'aurait pas pu se faire.

Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications