En franchissant les portes du Studio Cui Cui, nous avons l’impression immédiate d’avoir fait un saut dans le temps. Ambiance musicale des fifties, chambre photo ancienne et canapé en cuir piqué : c’est dans un cocon définitivement vintage qu’Aude Boissaye et Sébastien Randé ont construit leur studio photo au collodion humide. Un petit bijou lancé il y a 3 ans sur l’envie de partager avec le public l'amour de la photographie artisanale. Rencontre.

© Johana HallmannL'entrée du Studio Cui Cui replète de portraits.

Quand le visiteur fait la connaissance d'Aude et Sébastien, il sent tout de suite que ce duo aime profondément la photographie. Non pas parce que leur studio est peuplé de tirages et de matériel ancien, ou que son nom est inspiré d'une touchante série de clichés de la photographe japonaise Rinko Kawauchi. Non, on sait d'emblée qu'Aude et Sébastien aiment leur métier, parce qu’à les entendre en parler avec tant de passion, il est impossible d'en douter. Au visiteur, ils racontent l’histoire des différents boîtiers anciens qui meublent l’atelier ou les anecdotes des portraits exposés à l’entrée, dont l’un est assez connu : “Kiyoshi Kurosawa est passé par le studio quand il effectuait des recherches pour son film Le Secret de la chambre noire”, raconte Sébastien. “Du coup, nous en avons profité pour faire son portrait”, ajoute Aude en riant.

Il vous reste de l'article à lire