Capteur- APS-C 23,2 x 15,4 mm, 20,1 Mpx
Monture- Sony A
Optique livrée- selon kit (notre test : 18-55 mm f/3,5-5,6)
Stabilisation- oui, par déplacement du capteur
Antipoussière- oui
Viseur- oui, électronique. Oled. 1 440 000 points
Écran- 6,7 cm, 460 800 points, inclinable
Mise au point- TTL, système par corrélation de phase. 15 collimateurs dont 3 en croix. Sensibilité de -1 à 18 IL. Assistance par salves d'éclairs du flash. Zone large, spot.
Modes autofocus- Prise de vue unique, automatique ou continu.
Mesures d'exposition- TTL, évaluation sur 1200 zones sur le capteur principal.
Modes d'exposition- Spot, pondérée centrale, évaluative. Correction d'exposition sur +/- 3 IL. Bracketing d'images sur 3 vues (+/- 3 IL).
Vitesse d'obturation- 30 à 1/4000 s. Synchro flash 1/160 s
Motorisation- 8 vps sur 7 vues JPeg Fine et 6 Raw
Sensibilité ISO- 100 - 16 000 ISO
Mémoire- Memory Stick PRO Duo™, Memory Stick PRO-HG Duo™, Memory Stick XC-HG Duo™, cartes mémoire SD, SDHC et SDXC
Alimentation- NP-FM500H (690 vues CIPA)
Connexion- HDMI, USB 2
Flash- NG 10. Correction exposition +/- 2 IL. Possibilité de piloter des flashes sans fil à distance.
LogicielsSuite de logiciels Sony
Dans la boîte/

Caractéristiques

Test Sony Alpha 58 bruit électronique

Nouveau reflex (SLT : miroir fixe semi-transparent) d'entrée de gamme, l'Alpha 58 apporte quelques nouveautés intéressantes à commencer par un nouveau capteur APS-C de 20 Mpx qui vient surclasser au niveau de la définition les modèles Canon qui plafonnent à 18 Mpx, les modèles Pentax scotchés à 16 Mpx, mais toujours en retrait par rapport aux Nikon D3200 et D5200 qui culminent à 24 Mpx.

La technologie SLT (Single Lens Translucen) qui repose sur un miroir fixe semi-transparent offre plusieurs bénéfices :

  • un autofocus par corrélation de phase fonctionnant aussi bien en photo qu'en vidéo

  • un mode rafale rapide avec suivi AF

  • moins de poussière, car moins de mouvements.

En revanche, le miroir transparent bloque une partie de la lumière (environ 1/3 IL) qui arrive sur le capteur.

L'Alpha 58 aligne donc une belle fiche technique avec une rafale à 8 vps avec suivi autofocus, un viseur électronique Oled affichant 1 440 000 points, un écran inclinable de 460 000 points et un mode vidéo HDTV 1080 avec un autofocus réactif.

Le Sony Alpha 58 peut-il venir jouer les trublions entre Canon et Nikon ? Réponse dans notre test.

Gestion du bruit électronique

Le Sony Alpha 58 est le premier boîtier équipé du nouveau capteur APS-C Sony à 20 Mpx. Il est probable que ce capteur trouve place dans d'autres boîtiers dans les mois à venir, nous étions donc très curieux de voir les premiers résultats dans un modèle Sony.

Pour notre traditionnelle montée ISO, nous avons équipé le Sony A58 avec le DT 18-55 mm f/3,5-5,6 SAM II positionné en focale 35 mm (équivalent environ 50 mm en 24x36). Le boîtier est positionné en mode M pour un couple vitesse diaphragme de départ de 1/4 s, f/5,6 avec une sensibilité positionnée à 100 ISO. La scène est éclairée sous 200 lux. Comme d'habitude, vous pouvez visualiser les images en pleine définition et télécharger les fichiers bruts (ARW).

Les JPeg

Le 18-55 mm f/3,5-5,6 livré en kit avec le A58 n'est pas forcément l'optique la plus piquée. Quoi qu'il en soit, nous nous intéressons ici à la gestion du bruit électronique. Globalement, les clichés sont assez clairs et les noirs manquent de profondeur. Corolaire de cette exposition, le bruit est rapidement visible sur les aplats noirs. De 100 à 400 ISO, le moutonnement est donc visible, mais celui-ci ne vient pas brouiller la restitution des détails et même jusqu'à 800 ISO, les images délivrées par l'Alpha 58 sont fouillées avec un niveau de détail encore impressionnant. Les premiers effets de lissage sont perceptibles à 1600 ISO et le grain devient un peu plus envahissant. Il reste toutefois très fin et assez agréable. Vous noterez toutefois les marbrures violettes, peu visibles jusqu'à maintenant, apparaissent plus franchement. En grimpant en sensibilité (3200 et 6400 ISO), le lissage des fins détails s'accentue et le grain devient plus discret, laissant la place à un moutonnement plus nuageux. La dynamique reste encore confortable avec bon rendu des matières dans les zones sombres et les zones plus claires.

Un seuil est clairement franchi à 12800 ISO : le lissage devient beaucoup plus appuyé et la dynamique baisse brutalement (beaucoup moins de détails dans le ventilateur par exemple). Le moutonnement est naturellement toujours très présent. Le cran au-dessus, 16000 ISO sera difficile à exploiter en grand format, mais il sera facile de visionner les images sur un écran HDTV 1080.

Globalement, le nouveau capteur APS-C de 20 Mpx n'a pas à rougir de ses performances. Toutefois, nous préférons le rendu de l'ancienne génération à 16 Mpx. Quoi qu'il en soit, la montée en mégapixel est en marche et il faudra s'en accommoder. Nous attendons avec impatience la prise en charge des fichiers bruts par les principaux logiciels de traitement des images comme Lightroom 5, DxO Optics Pro 8 ou Capture One Pro 7 afin d'estimer le potentiel des capteurs.

Pixum partenaire de Focus Numérique pour l'évaluation de la qualité des imagesPour l'observation de la qualité des images en format 30x45 cm, nous réalisons un tirage chez notre partenaire Pixum. Cela nous permet de comparer facilement les appareils à 6400 ISO et la plus haute sensibilité ISO proposée.

Vous pouvez également comparer les images de l'Alpha 58 avec celles du Canon EOS 100D (18 Mpx) ou le Nikon D5200 (24 Mpx).

Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Sony A58
Fnac.com marketplace 696,00 €