CapteurCMOS 14,6 Mpix (15,1 Mpix au total), format 3:2 (23,4 x 15,5 mm)
Monturebaïonnette Pentax KAF2, compatible avec les objectifs KAF3, KAF2, KAF et KA
Stabilisationoui, par déplacement du capteur
Antipoussièreoui, par déplacement rapide du capteur
Viseuroptique, pentaprisme (champ couvert 95%, grossissement de 0,95x), verre de visée Ntural Bright-Matte II
Écran2,7 pouces (6,9 cm), 230 000 points.
Mise au pointTTL par détection de phase. 11 collimateurs AF (9 en croix, 2 verticaux).
Modes autofocussingle, continu, manuel
Mesures d'expositionMesure TTL pleine ouverture sur 16 segments. Matricielle, pondérée centrale, spot
Modes d'expositionVert, Programme (Hyper-Programme), Priorité Sensibilité (Sv), Priorité Vitesse (Tv), Priorité Ouverture (Av), Priorité couple Vitesse/ Ouverture (TAv), Manuel, Vitesse synchro flash, Pose B, USER
Vitesse d'obturation30 - 1/4000 s, pose B, synchro flash 1/180 s
Motorisation3 i/s en JPeg sur 38 vues. 3 i/s en Raw sur 16 vues
Sensibilité ISOAUTO, 100-6400 ISO par incrément de 1/3 IL ou 1/2 IL
Mémoire1 emplacement pour SD/SDHC
Alimentationbatterie Li-Ion SLB-1674, 1620 mAh, 7,4 V, environ 860 vues avec 50% flash (CIPA)
ConnexionUSB 2, sortie vidéo, synchroflash, alimentation
Dimensions142 mm × 101 mm × 71,5 mm
Poids834 g (avec batterie, carte, courroie) et 1318 g avec 18-250 mm.
LogicielsSamsung Master, Samsung Raw Converter 2, DxO Optics Pro 5
Dans la boîte-

Caractéristiques

samsung gx20 testQuelques mois après la sortie du très mediatisé Pentax K20D, Samsung propose la déclinaison du boîtier sous sa propre marque : le GX20

Contrairement au GX10 qui se positionnait en frontal face au Pentax K10D, le Samsung GX20 choisit une autre voie pour se différencier. En effet, le nouveau reflex Samsung est proposé en kit sous deux versions inédites et uniquement dans les magasins Fnac. La première offre propose un GX20 accompagné d'un zoom polyvalent 18-250 mm et du logiciel DxO Optics Pro dans sa version 5 qui prend naturellement en compte l'objectif livré. La seconde version comprend un 12-24 mm plus spécifique, mais toujours escorté du logiciel de correction des défauts optiques DxO Optics Pro.

Deux solutions élégantes donc pour séduire les photographes à la recherche d'un boîtier bien construit et polyvalent. Pourtant, face à la marque "photo" Pentax, on peut s'étonner du manque de volontarisme de la marque coréenne. En effet, si la stratégie de Pentax semble assez bien orchestrée, on reste plus dubitatif devant la gamme de Samsung sur le segment du reflex. En effet, Pentax propose désormais des objectifs à motorisation interne (gage d'une mise au point silencieuse et un peu plus rapide) SDM résolument tournés vers l'avenir. Du côté de Samsung, les objectifs (re)badgés Schneider-Kreuznach restent en retrait d'une génération. Dommage ! Il semble important que Samsung réagisse rapidement pour dévoiler une gamme plus conséquente d'optiques de qualité.

Reste bien sûr le boîtier. Si on le connait déjà, les changements opérés par le géant de l'électronique ne semblent pas uniquement cosmétiques et le logiciel interne (en grand partie responsable de la qualité des images) est spécifique à Samsung. Raison de plus pour se pencher sur un boîtier ambitieux (14,6 Mpix) et doté de nombreux atouts comme la tropicalisation, la stabilisation interne ou le large viseur optique.

Alors, le Kit Samsung GX20 + 18-250 mm est-il réellement à la hauteur des ambitions de Samsung ? Réponse dans notre test.

Prise en main

samsung gx20 testLe Samsung GX20 est admirablement bien construit. La finition est exemplaire et le boîtier est traité antiruissellement (tropicalisation) et dispose donc de joints (au nombre de 74) pour renforcer l'étanchéité dans les zones critiques comme les touches, les molettes ou les points de raccords du boîtier. L'ensemble inspire confiance.

Le Samsung GX20 est relativement imposant : on est vraiment loin de la compacité affichée et revendiquée par un Olympus E-420 ou même un Nikon D60. La prise en main s'avère excellente et la poignée est à la fois bien dessinée et bien proportionnée pour des mains standards.

Revers de la médaille, le Samsung GX20 est un reflex qui joue dans la catégorie poids lourd et affiche 1318 g sur la balance tout équipé. Autant dire qu'autour du cou, il se fera ressentir ! Un sac photo (bandoulière ou à dos) est fortement conseillé si vous souhaitez partir en balade.

samsung gx20 testSamsung GX20 avec 16-45 mm.

samsung gx20 testSamsung GX20 de dos.

samsung gx20 testSamsung GX20 avec 12-24 mm.

samsung gx20 testSamsung GX20 avec 12-24 vue par le dessus.

Interface

Interface

Le Samsung GX20 étant fabriqué sur la même base que le Pentax K20D, les différences entre les deux modèles sont plutôt minimes. Toutefois, on note quelques changements au niveau de l'interface. Là où Pentax joue la rondeur, les touches du Samsung GX20 sont à la fois plus anguleuses et plus larges. Des dimensions plus respectables qui facilitent l'utilisation du reflex. La description du boîtier est malgré tout identique à celle du K20D.

samsung gx20 testArmé d'un 18-250 mm, le Samsung GX20 est un reflex à la fois polyvalent et imposant.

Le flanc gauche du Samsung GX20 regroupe le sélecteur du mode AF (AF-S, AF-C et manuelle), le bouton pour déployer le flash et la touche Raw. Celle-ci permet d'activer, à la demande, les différents modes Raw (Raw, Raw + JPeg...). Dommage qu'il ne soit pas possible de personnaliser cette touche avec une autre fonctionnalité comme le propose le Nikon D60. Sur le barillet des modes d'exposition, vous retrouverez les modes Sv et TAv. Le premier peut s'assimiler à un mode à priorité sensibilité. En effet, il est possible de modifier, avec une molette, la sensibilité ISO, le boîtier assurant automatiquement le couple ouverture/diaphragme : très pratique. Le mode TAv agit de manière inverse, l'utilisateur définissant le couple ouverture/diaphragme et le boîtier ajustant automatiquement la sensibilité ISO. Bien sûr, les traditionnels modes P,S,A et M sont présents et un mode USER permet de retrouver rapidement les paramètres d'exposition préalablement enregistrés via les menus. Sous le barillet, une couronne permet de choisir rapidement la méthode de mesure de la lumière (matricielle, pondérée centrale ou spot).

samsung gx20 testLe Samsung GX20 propose les deux modes à priorité ISO : TAv et Sv.

La poignée regroupe le déclencheur, la couronne pour la mise sous tension (elle permet d'activer également la prévisualisation numérique ou le testeur de profondeur de champ) et un bouton vert, sorte de mode "panique". En effet, en mode P, l'appareil bascule automatiquement en mode A ou S dès que l'une des molettes est activée (mode Hyper programme). Une simple pression sur la touche verte et le GX20 retrouve automatiquement la bonne exposition en ajustement automatiquement le couple ouverture/vitesse. Bien vu. Le principe est identique en mode M (mode Hyper Manuel).

samsung gx20 testL'arrière de l'appareil est un véritable (et impressionnant) tableau de bord. Celui-ci est dominé par un bel écran LCD de 2,7 pouces capable d'afficher 230 000 points. Une taille raisonnable et dans les standards actuels, mais la concurrence propose désormais mieux avec à la fois un afficheur plus large (3 pouces sur le Canon 40D par exemple) et mieux défini (920 000 points sur les Nikon D300 et Sony Alpha 700). Toutefois, les angles de vision sont très bons, mais la surface reste très réfléchissante, ce qui rend l'utilisation de celui-ci très délicate, voire impossible en plein soleil. Petite différence d'importance sur les touches situées à gauche de l'appareil, on note que la touche "poubelle" permet également d'accéder aux styles d'images de l'appareil. Une excellente initiative.

samsung gx20 testSur la droite, vous retrouverez une molette de réglage, une touche pour bloquer l'exposition, le correcteur d'exposition, une touche AF (surtout utile pour le mode LiveView), une couronne (peu pratique et que l'on confond souvent avec une véritable roue codeuse) pour la sélection du point AF (automatique, central ou sélectionnable), la commande pour l'ouverture de la trappe d'accès à la carte mémoire (SD/SDHC uniquement), une touche Fn pour accéder rapidement aux réglages de la balance des blancs, du flash, de la motorisation et de la sensibilité ISO (une touche présente depuis les premiers reflex numériques de la marque) et un commutateur pour la stabilisation optique par déplacement du capteur.

Menus

samsung gx20 testLà encore, la comparaison avec le Pentax K20D est inévitable et sur ce point, les ingénieurs de Samsung ont fait un excellent travail. On est loin des menus austères du Pentax K20D et Samsung offre enfin une véritable interface graphique au vénérable boîtier. Si parfois les changements ne sont que cosmétiques, les menus sont nettement plus agréables et l'arrangement est également plus intuitif et surtout beaucoup moins fouilli que sur son frère jumeau.

Le mode lecture n'apporte pas de modifications spéciales et on retrouvera la possibilité de créer des diaporamas ou d'appliquer des filtres sur l'appareil. Le module de derawtisation est également disponible sur le GX20.

.

| |
|
| samsung gx20 test | samsung gx20 test |

Bon point, le GX20 propose des styles d'images qu'il est possible de configurer rapidement sur le boîtier. Comme sur le K20D, la touche Raw est paramétrable, mais pas vraiment personnalisable (on ne peut pas affecter une autre fonction que le traitement Raw).

| |
|
| samsung gx20 test | samsung gx20 test |

Dans les différents modes d'exposition, il est possible de configurer les deux molettes de manière assez précise pour configurer un GX20 aux petits oignons. Le réglage de la balance des blancs propose une correction des teintes sur les axes bleu - ambre et vert - magenta.

| |
|
| samsung gx20 test | samsung gx20 test |

En mode lecture, le Samsung GX20 propose le désormais classique affichage des histogrammes RVB et offre surtout la possibilité de développer ses fichiers Raw sur l'appareil photo.

Vous trouverez ci-dessous une vidéo présentant les menus du Samsung GX20.

Samsung gx20 menus
envoyé par focusnumerique

Logiciels

Le reflex Samsung GX20 est livré avec deux logiciels : Samsung Master et Raw Converter. Le premier un simple navigateur de fichier qui montrera vite ses limites. Le second est un logiciel pour développer ses fichiers Raw sur une base de l'excellent Silkypix.

Bien sûr "l'attraction" est assurée Par DxO Optics Pro 5 (dont vous pouvez lire le test sur Focus Numérique) qui est un logiciel de traitement des images très évolué. Il est très performant dans la correction des défauts optiques et la gestion du bruit électronique.

La seule véritable lacune concerne le pilotage du GX20 à distance. La fonction Liveview pourrait permettre de déporter l'image de visée sur l'ordinateur. Malheureusement, ni Samsung Master, ni Samsung Raw Converter ne possèdent de telles fonctionnalités. Dommage.

samsung gx20 testSamsung Master : un simple navigateur de fichiers que l'on oubliera rapidement...

samsung gx20 testLe logiciel pour le traitement des fichiers Raw est une élégante (très inspirée d'Adobe Lightroom une fois de plus) adaptation des produits Silkypix. La société est reconnue pour la qualité de ses logiciels et le Samsung Raw Converter n'échappe pas à la règle. Le logiciel est superbe et dispose de toutes les options pour traiter correctement ses fichiers. Sur ce point, Samsung offre bien plus que Pentax.

samsung gx20 testDxO Optics Pro 5 est un logiciel professionnel pour la retouche des images. Son principal intérêt : la correction automatique des défauts optiques. Ici, la correction de la déformation est automatique à l'ouverture de l'image. Dans l'exemple ci-dessous, vous pouvez constater la correction des déformations au grand-angle. Toutefois, il faut impérativement que DxO "connaisse" votre boîtier et vos objectifs. Pour l'instant, seules deux optiques sont compatibles avec le GX20 dans DxO Optics Pro et il est impossible de s'assurer que l'éditeur publie également les optiques Pentax pour le Samsung GX20. N'attendez pas qu'il corrige automatiquement les aberrations chromatiques d'un objectif M42 monté sur le GX20! Toutefois, des corrections sont réalisables manuellement. Le traitement du bruit est également intéressant et vous pouvez consulter pour cela la section Qualité des images. Seule véritable ombre au tableau : la lenteur du logiciel. Malgré les différentes mises à jour, DxO Optics Pro 5 reste un logiciel très gourmand et le traitement des images (surtout les Raw) est particulièrement long (1 à 2 minutes pour une image).

Alimentation, stockage

Alimentation

Le Samsung GX20 est équipé d'une batterie Li-Ion propriétaire identique à celle qui équipe le K10D et le K20D. Lors de nos tests, cette batterie un peu plus de 730 vues dans le cadre d'une utilisation classique : prise de vue avec viseur optique, avec visée sur écran LCD, visualisation sur écran LCD, réglage de l'appareil, utilisation du flash...Une autonomie légèrement supérieure à celle que nous avions eu avec le K20D.

samsung gx20 testSi la batterie du GX20 vous semble trop limitée, vous pouvez également équiper le reflex d'une poignée d'alimentation SBG-D1V qui permet d'utiliser une seconde batterie. Le compartiment permet également de transporter des cartes SD/SDHC supplémentaires. La poignée dispose également d'un déclencheur (correcteur d'expo, mémorisation...) pour faciliter la prise de vue portrait.

samsung gx20 testLe grip de face et de dos

pentax k20d testLe grip ne peut contenir qu'une seule batterie. L'autre compartiment permet de transporter la télécommande ou des cartes SD supplémentaires.

Stockage

Le Samsung GX20 est équipé d'un emplacement SD/SDHC pour le stockage des images. Pentax a fait l'impasse sur le format Compact Flash pratiquement depuis le premier reflex numérique de la marque.

samsung gx20 testLe Samsung GX20accepte aussi bien les cartes SD que SDHC.

Connexions

Sur le flanc gauche de l'appareil, vous trouverez 3 connecteurs : une prise d'alimentation, une prise pour la télécommande et une sortie USB qui officie également pour la sortie vidéo. Pas de connecteur HDMI. Dommage pour l'un des principaux fabricants de téléviseurs HD dans le monde.

Antipoussière, stabilisation

samsung gx20 antipoussière

Antipoussière

Le système antipoussière de Samsung combine plusieurs technologies baptisées Dust Removal. La première est un traitement antistatique du filtre passe-bas pour éviter que les particules se collent sur sa surface. La seconde est le système "classique" de vibration du capteur pour décoller les particules accrochées. Enfin, il est toujours possible de nettoyer manuellement le capteur du reflex. Pour faciliter les manipulations, Pentax a intégré un système de détection des poussières qui permet de localiser les particules. Si le système est intéressant pour vérifier la présence de particules, la localisation réelle des particules est accessoire, le nettoyage d'un capteur se faisant sur l'ensemble de sa surface.

Quoi qu'il en soit, le système de Samsung semble "relativement" efficace et après plus de 15 jours d'utilisation, nous n'avons noté que 3 tâches vraiment importantes à la surface du capteur. Toutefois, le système montre également ses limites, puisqu’un filament est également clairement visible à la fois avec la fonction d'alerte des poussières et sur notre cliché test.

samsung gx20 antipoussière
En diaphragmant l'objectif à f/45, on note la présence de poussières (souvent de longs filaments). Ceux-ci s'enlèvent facilement avec un coup de soufflette.

Stabilisation

Le Samsung GX20 est équipé du système de stabilisation Shake Reduction, qui compense les mouvements du photographe par le déplacement du capteur. Un système qui permet à tous les objectifs de la marque de profiter de la stabilisation. Lors de nos tests, la stabilisation mécanique devient réellement effective au 1/8 s. Si l'on considère que la limite théorique (focale 60 mm) est de 1/60 s, le système permet de gagner 3 vitesses, ce qui est plus qu'honorable.

samsung gx20 stabilisationsamsung gx20 stabilisation
Exemple de photo réalisée à main levée (focale 60 mm eq. 24x36) 1/8 s 1600 ISO avec la stabilisation activée.

Flash

Le Samsung GX20 est équipé d'un flash intégré qui possède un nombre guide de 13 à 100 ISO avec une correction de -2 à +1 IL. Celui-ci est compatible P-TTL (un pré-éclair permet au boîtier de déterminer la distance du sujet, sa luminosité, son contraste avec la mesure matricielle) et assure une synchro flash au 1/180 s seulement. Le flash intégré permet de piloter des flash externes distants sans fil (avec les modèles Pentax SEF-36PZF et SEF-54PZF et compatibles). Il est alors possible d'utiliser le mode stroboscopique des flashes pour des synchro flash à haute vitesse.

samsung gx20 flashÀ environ 2 mètres, le flash intégré donne de bons résultats. Le visage est bien exposé et la balance des blancs réagit correctement.

Visée, autofocus

Le viseur du Samsung GX20 est un de ses atouts. Le dégagement oculaire permet facilement aux porteurs de lunettes de viser correctement. Le système de visée est un pentaprisme avec un dépoli interchangeable (vous pouvez opter pour un verre quadrillé) Natural Bright II. La visée est lumineuse, mais légèrement granuleuse et le grossissement de 0,95x apporte un indéniable confort. On regrette que le viseur n'offre qu'un champ couvert de 95%, une précision plus importante aurait été un plus important. Les limites des zones AF sont bien matérialisées dans la visée, mais les différents collimateurs AF eux ne sont pas gravés dans le verre. La visée est donc moins "encombrée", et il faudra utiliser la croix directionnelle pour faire apparaître en rouge les différents collimateurs sélectionnés pour la mise au point.

pentax k20d visée

Le bas de la visée regroupe beaucoup d'informations sur les paramètres de prise de vue. Il ne manque rien d'essentiel.

Bien sûr, la nouveauté reste la visée directe sur écran LCD. Là, c'est un peu la déception. La visée LiveView est en effet embryonnaire et ne permet pas beaucoup de chose. Il est intéressant pour les cadrages (la visée est plus précise que le viseur optique sans toutefois atteindre les 100%), mais ne permet aucune modification de réglages (balance des blancs, vitesse, ouverture...). Aucune indication, comme un histogramme d'exposition, ne vient compléter la visée et seuls les repères AF peuvent s'afficher sur l'écran LCD. Il est alors possible de modifier le point AF directement à l'écran.

L'autofocus est opérationnel, mais nécessite l'abaissement du miroir ce qui rend la visée LCD aveugle pendant quelques instants, le temps de la mise au point. Autant dire que cette fonction autofocus ne sera utilisable qu'en studio, l'appareil monté sur un pied et avec un sujet fixe.

| |
|
| pentax k20d liveview | pentax k20d liveview |

S'il est possible d'activer un zoom lors de la visée directe sur écran LCD, il s'agit uniquement d'un zoom numérique (4x, 8x) sur l'image affichée en 320 x 240 pixels (230 000 points). Résultat, l'image présente des escaliers et ne permet absolument pas de vérifier la mise au point.

Vous pouvez visualiser une vidéo du mode liveview ci-dessous.

Samsung gx20 liveview
envoyé par focusnumerique

Autofocus

Le Samsung GX20 utilise le module AF présent sur le K20D : le SAFOX VIII à détection de phase. Ce module autofocus fonctionne sur 11 collimateurs disposés en losange et couvrant une large surface de la visée. Le SAFOX VIII est dans l'ensemble assez réactif. Avec une bonne luminosité, l'AF répond assez vite. Dans des conditions lumineuses plus délicates, l'autofocus patine un peu plus avant de faire le point. Dans le studio de test, avec une faible luminosité, l'AF dégrossit rapidement le travail, mais la mise au point finale demande plusieurs étapes qui nécessitent souvent plus d'une demi-seconde.

Pour ne rien arranger, le GX20 est livré avec le 18-250 mm f/3,5-6,3 peu lumineux. Si le reflex s'en sort honnêtement en pleine lumière et en grand-angle, il s'assombrit rapidement (f/4,5 à 35 mm...) et l'AF devient de plus en plus hésitant. L'objectif n'est pas équipé d'une motorisation interne (SDM). Il est donc assez bruyant et pas forcément très rapide.

Nous avons mesuré le temps de mise au point du Samsung GX20 avec le 18-250 mm sur une mire placée à 80 cm de l'appareil. L'objectif est placé à 18 mm, f/3,5 en enregistrant le son lors de la mise au point (l'objectif est placé à l'infini). Vous trouverez ci-dessous les graphiques des enregistrements sonores de la mise au point.

samsung gx20 testLe premier graphique montre l'enregistrement de l'autofocus (avec 18-250 mm f/3,5) en pleine lumière. Le temps de latence est d'environ 0,75 s, ce qui n'est pas extraordinaire. Le second graphique montre la réactivité de l'AF en pénombre (deuxième essai, le GX20 n'ayant pas réussi à faire le point dans les premières conditions lumineuses : pratiquement pas de lumière). Ici, l'AF patine 3 fois avant de pouvoir réaliser le point. La latence est alors de presque 1,78 s. Beaucoup trop long pour être réellement efficace.

samsung gx20 testCe graphique montre le temps de latence de l'AF en mode Liveview. Nous avons enregistré un temps de 1,19 s, soit pratiquement 1,6x plus de temps que l'AF classique.

Vous pouvez également écouter le podcast de Benoît Marchal (déclencheur.com) sur les systèmes AF avec Gunnar Bellstedt (Olympus France).
Comprendre l'autofocus d'un appareil photo avec Olympus

Performances

Le Samsung GX20 offre des performances honnêtes pour un reflex expert. La mise sous tension est très rapide (sans le nettoyage du capteur) et la cadence de 3 i/s est tenue sur environ 10 images. Seul le mode Raw + JPeg pénalise la rafale de l'appareil.

Le mode liveview (visée sur écran lcd) est pénalisé par une latence du déclenchement de 0,5 s.

Les tests de performance ont été réalisés avec une carte SD Lexar Media professional 133x 2 Go.

temps commentaires
première image 0,35 s bien (sans mise au point et sans nettoyage)
rafale en JPEG (100 ISO) 28 images en 10,13 secondes 2,8 s i/s. La cadence est légèrement inférieure à celle annoncée par Samsung. Toutefois, sur 10 images, la cadence est de 3,3 i/s
rafale en JPEG (1600 ISO) 10 images en 3 secondes 3,3 i/s. Aucun ralentissement avec la montée de la sensibilité.
rafale en RAW 10 images en 3 secondes 3,3 i/s. Pas de ralentissement pour la prise de vue en Raw
rafale Raw + JPeg 10 images en 4,39 secondes 2,3 i/s. Le mode Raw + JPeg ralenti l'appareil
entre 2 photos 0,49 s bien
entre 2 photos flash 0,9 s bien
Latence déclenchement mode visée directe 0,5 s mauvais

Précision, colorimétrie

Les tests de précisions ont été effectués avec le 18-250 mm f/3,5-5,6. Le capteur 14,6 Mpix et l'optique donnent des résultats très corrects et dès la plus "grande" ouverture. Les résultats varient d'ailleurs peu en diaphragmant l'objectif. Le logiciel HyRes dénombre environ 2300 lignes, ce qui est nettement mieux que le 18-55 mm de Pentax sur le K20D.

Nous avons également réalisé des tests en Raw (DNG) que nous avons développé avec les réglages par défaut de Lightroom. Les résultats sont très intéressants, puisque la mire "développée" atteint les limites de notre système de mesures avec plus de 2450 lignes discernées. Pour tirer le maximum du capteur et de sa débauche de pixels, il convient de photographier en Raw donc.

samsung gx20 test
Mire de résolution en JPeg avec le 18-250 mm.

samsung gx20 test
Mire de résolution en Raw (développement sous Lightroom) avec le 18-250 mm.

Distorsion

Pour revenir à l'optique (18-250 mm f/3,5 - 5,6), sa fabrication est un peu légère et les fûts ont tendance à tourner tout seuls (l'objectif se déploie) lorsque l'appareil est orienté vers le sol. Le vignetage est bien contenu sauf au grand-angle ou l'assombrissement des bords est parfois bien visible. La distorsion au grand-angle (>4%) est également bien sensible à 18 mm (cf. mire en dessous), mais les déformations géométriques se réduisent rapidement dès que l'on zoome (à partir de 35 mm, la distorsion tombe à moins de 1%). La mise au point est très bruyante (vive la motorisation SDM).

Aberrations chromatiques

Les aberrations chromatiques sont plutôt bien contenues pour un objectif de cette catégorie. Elles sont peu visibles jusqu'au télé. Là, les liserés colorés sont discernables sur les bords des images. Rien de dramatique pour un objectif aussi polyvalent et aussi bon marché. Notez que ces défauts optiques sont parfaitement gérés par DxO Optics Pro 5. Au final, l'optique est d'une qualité remarquable dans sa catégorie et associée au module DxO Optics Pro, les défauts de l'optique seront réellement minimisés.

Colorimétrie

En balance des blancs manuelle, le rendu colorimétrique en mode standard est relativement bon avec des dérives limitées.

samsung gx20 couleurs test

Par défaut, les styles d'images ne semblent pas avoir beaucoup d'influence sur le rendu colorimétrique du GX20, les paramètres portrait et paysage jouent plus sur le contraste et la netteté.

Gestion du bruit électronique

Une fois de plus, la confrontation avec le Pentax K20D est ici inévitable. Nous avons donc soumis le Samsung GX20 à notre mire pour une série de tests à toutes les sensibilités et avec tous les réglages de correction du bruit électronique.

Le reflex se comporte très bien sur la tranche 100 - 800 ISO avec des clichés assez propres et surtout des images très détaillées. Comme le montre le graphique ci-dessous, les performances du GX20 diminuent fortement (en dessous de 2000 lignes) à partir de 1600 ISO et se dégradent rapidement à 3200 et 6400 ISO. Sur nos images, le moutonnement et le bruit chromatiques sont bien contenus jusqu'à 800 ISO. Au-delà, le traitement masque le bruit par un assombrissement important des zones denses et une granulation importante. Quand le reflex est à 6400 ISO, le bruit chromatique est nettement visible, mais les images conservent des détails avec un lissage modéré. Sur des tirages A3, les clichés sont facilement exploitables jusqu'à 1600 ISO et parfois à 3200 ISO. Il faudra réserver les plus hautes sensibilités à des images pouvant être retravaillées, notamment en noir & blanc.

Les différents réglages de réduction du bruit modifient significativement la qualité des images. Les traitements légers (le plus faible et faible) donnent les meilleurs résultats, le processus ayant tendance à manger rapidement les détails.

Il est intéressant de noter que le logiciel Noiseware (spécialisé dans le traitement du bruit électronique), améliore les images brutes de l'appareil et permet de gagner pratiquement 1 IL, les images à 6400 étant très dégradées. Bien sûr, nous avons également utilisé DxO Optics Pro 5 sur les fichiers Raw afin d'évaluer les résultats avec le logiciel proposé en kit.

samsung gx20 sensibilité résolutionEvolution de la résolution de la mire en fonction de la sensibilité ISO. Le Samsung GX20 applique une réduction du bruit assez légère et permet de conserver des détails jusqu'à 800 - 1600 ISO.

Samsung GX20 réduction du bruit désactivée 100 - 6400 ISO

Samsung GX20 réduction du bruit très faible 100 - 6400 ISO

Exposition, RAW

Mesure de la lumière et dynamique

Globalement, le GX20 expose correctement avec toutefois une légère sous-exposition sur certaines scènes et notamment les paysages, mais vraiment rien de dramatique. Contrairement au Pentax K20D, le Samsung GX20 ne dispose pas de fonction pour améliorer la dynamique des images à la prise de vue. Par contre, il est possible d'activer un traitement des clichés à la lecture des images, directement sur le boîtier.

Raw

Sur le format Raw, on note également une petite différence par rapport au Pentax K20D. Si ce dernier enregistre les fichiers bruts en DNG et en PEF (format Raw propriétaire), le GX20 ne propose lui que le format ouvert DNG. Les fichiers oscillent entre 17 et 23 Mo selon les scènes photographiées. Si vous souhaitez travailler uniquement en Raw (voire Raw + JPeg), il sera prudent d'investir dans des cartes mémoire de grandes capacités.

Comme nous l'avons vu dans la partie "précision", le Raw (traité dans Lightroom) permet d'exploiter complètement les capacités du capteur en limitant par exemple tout le traitement inhérent à la fabrication du fichier JPeg (et notamment la compression).

Exemples de photos

Exemples de photos


1/30 s, f/7,1, ISO 800, 64 mm (eq. 24x26)


1/100 s, f/6,2, ISO 3200, 250 mm (eq. 24x26)


1/100 s, f/8, ISO 1600, 214 mm (eq. 24x26), flash

| |
|
|
1/125 s, f/5, ISO 3200, 58 mm (eq.24x36) |
1/40 s, f/4,5, ISO 1000, 75 mm (eq.24x36) |

| |
|
|
1/60 s, f/4,5, ISO 400, 72 mm (eq.24x36) |
1/80 s, f/4,5, ISO 6400, 72 mm (eq.24x36) |


1/125 s, f/5,6, ISO 800, 139 mm (eq. 24x26), flash

| |
|
|
1/160 s, f/7,1, ISO 100, 87 mm (eq.24x36) |
1/200 s, f/6,3, ISO 100, 375 mm (eq.24x36) |

Vidéo de présentation

Présentation du test du Samsung GX20

Vous pouvez également retrouver cette vidéo sur DailyMotion.

Verdict

Samsung GX20 recommandé

Le Samsung GX20 est un reflex expert intéressant (tout comme le Pentax K20D) qui dispose d'un boîter réussi (excellent fabrication, viseur optique large et agréable, tropicalisation, ergonomie excellente, modes priorité sensibilité...) et d'un capteur survitaminé à 14,6 Mpix. Même si le nombre de mégapixels n'est clairement plus un critère pour la qualité des images, force est de reconnaître que la définition importante du capteur permet à la fois de recadrer plus facilement dans les images et que cela permet de moins "tirer" sur les pixels pour réaliser des agrandissements ou des tirages en A3+.

L'optique 18-250 mm livrée en kit (non n'avons pas testé le 12-24 mm) est d'une remarquable qualité pour son prix et son poids. L'importante plage focale rend le Samsung GX20 polyvalent et ce seul objectif peut couvrir presque 90% des besoins d'un photographe "commun". Bien sûr, une optique plus lumineuse ou un macro seront toujours nécessaires pour des photographies plus spécialisées, mais le parc d'optiques compatibles avec le GX20 est assez conséquent (KAF, KAF2, KAF3, M42 avec adaptateur...) tout le monde y trouvera son bonheur. La stabilisation intégrée au boîtier est un atout supplémentaire puisqu'elle fonctionne avec la majorité des optiques.

La qualité des images est au rendez-vous avec une colorimétrie par défaut assez juste, une balance des blancs équilibrée en extérieur (beaucoup moins performante en intérieur avec un éclairage tungstène, comme trop souvent) et un bruit électronique bien maîtrisé jusqu'à 800 ISO. Ensuite, la stratégie du traitement du bruit est assez différente des concurrents, le Samsung GX20 privilégiant les détails à une réduction du bruit sans vergogne.

Bien sûr, le Samsung GX20 n'est pas exempt de défaut et on pourra facilement lui reprocher une cadence rafale à 3 i/s trop "grand public", un viseur qui couvre un champ à seulement 95% ou un mode de visée Liveview encore trop embryonnaire et aucun logiciel pour gérer l'appareil depuis un ordinateur.

Au final, le Samsung GX20 est un reflex très intéressant, robuste, polyvalent et à l'ergonomie bien pensée. Il se distingue de son frère jumeau par une offre commerciale intéressante qui couple un objectif, certes d'entrée de gamme, mais d'un niveau plus que correct et un logiciel professionnel (DxO Optics Pro 5) pour améliorer et retoucher automatiquement ses images. Une excellente initiative qui mérite notre "recommandé".

| |
|
| La confrontation avec son frère, le**Pentax K20D (testé)** est bien sûr incontournable. Si les appareils sont pratiquement similaires, on notera quelques différences à la faveur des deux boîtiers. L'interface, et plus encore les menus, sont clairement à l'avantage du reflex Samsung, mais le nouveau reflex omet certaines caractéristiques intéressantes du reflex Pentax comme la rafale à 21 i/s l'amélioration automatique de la dynamique. Sur les logiciels, le GX20 prend également l'avantage avec des logiciels livrés de qualité et surtout la possibilité d'avoir en kit DxO Optics Pro 5 qui prend en compte les deux nouvelles optiques : 18-250 mm et 12-24 mm. Sur la qualité des images, les deux boîtiers se comportent globalement de manière identique, le Pentax K20D l'emportant d'une courte tête sur le traitement du bruit dans les très hautes sensibilités, le GX20 proposant en standard un rendu des couleurs légèrement plus agréable. | Pentax K20D |

| |
|
| Face au Sony Alpha 350 (testé), le Samsung GX20 présente un capteur pratiquement similaire en terme de définition, mais la construction du boîtier est largement en faveur du modèle Samsung : tropicalisation, large viseur pentaprisme 95%, ergonomie. Le Sony Alpha 350 se démarque par une visée directe beaucoup plus performante et réellement utilisable au jour le jour, un autofocus plus précis et réactif et un prix beaucoup plus attractif. Pourtant, le Samsung GX20 reste intéressant par sa meilleure qualité des images et quelques points précis comme la prise synchro flash ou l'accès direct à quelques fonctionnalités comme le Raw ou les modes à priorité ISO. | Sony Alpha 350 |

| |
|
| Face à l'EOS 40D (testé), boîtier expert de la gamme Canon, le Samsung GX20 se démarque par un capteur plus fourni, un système de stabilisation mécanique intégré au boîtier, un mode Raw ouvert au format DNG (Adobe) et une ergonomie sans faille. Le Canon EOS 40D a pour lui des performances hors du commun avec une rafale à 6,5 i/s et une qualité d'image supérieure notamment dans la gestion du bruit électronique et la colorimétrie. Le système autofocus est également plus précis et plus rapide dans de nombreuses situations grâce, notamment, aux optiques motorisées. La visée directe est également limitée, mais l'écran de 3 pouces et la possibilité de déporter l'affichage sur un ordinateur rendent l'utilisation en studio plus confortable. Dans la balance, côté Samsung, il ne faut pas oublier l'optique polyvalente 18-250 mm et le logiciel DxO Optics Pro 5 pour amélioration précise des images. | Canon EOS 40D |

| |
|
| Face à l'EOS 450D (testé), leGX20 impose un capteur mieux défini, un boîtier mieux construit (tropicalisation), plus pratique et un meilleur viseur. L'EOS 450D domine toutefois le reflex Samsung par son autofocus plus rapide et plus précis, son écran LCD de 3 pouces (avec visée directe), et une gestion du bruit très légèrement supérieure (la sensibilité est limitée à 1600 ISO). Si le Samsung GX20 ne dispose pas de logiciel pour la capture sur ordinateur, il est en revanche livré avec une suite de logiciels complète et surtout DxO Optics Pro 5 qui prend en compte les deux optiques (18-250 mm et 12-24 mm). | Canon EOS 450D |

[notes(78)]

+
  • Capteur à 14,6 millions de pixels
  • Assez bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 1600 ISO
  • Viseur optique large et lumineux
  • Très bonne ergonomie du boîtier, menus agréables
  • Modes d'exposition à priorité sensibilité
  • Construction du boîtier robuste et antiruissellement
  • Optique 18-250 mm polyvalente et de qualité dans sa catégorie
  • Stabilisation optique intégrée au boîtier
  • Kit livré avec DxO Optics Pro 5, un logiciel performant
  • Assez bonne autonomie de la batterie
  • Fichiers Raw au format DNG. Touche dédiée au format Raw
  • Gestion sans fil de flashes externes
  • Offre logicielle complète
  • Compatibilité avec un important parc d'optiques
  • Visée directe sur écran LCD à 100%
  • Mode rafale limité à 3 i/s
  • Gestion du bruit électronique perfectible dans les hautes sensibilités
  • Pas de visée optique à 100%. Visée LCD pas à 100% non plus
  • Visée LiveView peu intéressante
  • Pas de détection du visage pour éteindre automatiquement l'écran LCD
  • Pas de lampe d'assistance pour l'AF (il faut relever le flash)
  • Pas de déclenchement silencieux en mode LiveView
  • Pas de connectique HDMI
  • Pas de possibilité de choisir entre des piles AA et une batterie
  • Construction de l'optique 18-250 mm un peu légère
  • Pas de visée optique 100%
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Samsung GX20
Il n'y a actuellement aucune offre.