CapteurCMOS, 44 x 33 mm (coefficient multiplicateur 1,3x), 50 Mpx
MonturePhase One / Mamiya, Hasselblad H1/H2, Hasselblad V, Contax 645 AF
Optique livrée/
Stabilisationnon
Antipoussièrenon
Viseur/
Écran8,1 cm, 1 115 000 points. Tactile.
Mise au point/
Modes autofocus/
Mesures d'exposition/
Modes d'exposition/
Vitesse d'obturation/
Motorisation/
Sensibilité ISO100 à 6 400 ISO
MémoireCompact Flash
AlimentationBatterie ou FireWire (en mode connecté)
ConnexionFireWire, USB 2.0 / USB 3.0, Wi-Fi.
Dimensions/
Poids/
LogicielsCapture One 7
Dans la boîte/

Caractéristiques

Phase One IQ250

Nous attendions l'arrivée du CMOS dans les dos numériques depuis quelques années déjà. Alors que tous les reflex sont désormais équipés de capteurs utilisant cette technologie, les dos numériques étaient encore cantonnés aux capteurs CCD. Le marché étant nettement plus limité que celui des reflex, la recherche et développement est également moindre et le nombre de fabricants, plutôt restreint.

Avec l'IQ250, Phase One est donc le premier constructeur à proposer un capteur CMOS de 50 Mpx dans un « petit » moyen format (44 x 33 mm). Nous espérions un peu plus de définition (pourquoi pas 100 Mpx pour battre le record ?), mais il faudra pour l'instant se contenter de cet unique modèle. Le dos conserve les avantages de la gamme IQ2 avec un large écran LCD tactile, une connexion FireWire 800 et USB 3.0 ainsi qu'un compartiment Compact Flash (et non CFast comme nous aurions pu l'imaginer).

Déplier

Test terrain jour 1

Du CMOS. Enfin du CMOS pour le moyen format. Nous attendions ça depuis des années et voilà que Hasselblad (H5D-50c) et Phase One (IQ250) annoncent coup sur coup des dos numériques en CMOS 50 Mpx. Coïncidence ? Sans doute pas, et la disponibilité chez un fabricant (Sony ?) d'un capteur 44 x 33 mm CMOS de 50 Mpx n'y est probablement pas étrangère.

Si Hasselblad a pour sa part uniquement annoncé le H5D-50, Phase One, lui, propose d'ores et déjà son dos numérique à la vente, au tarif plutôt salé de 25 000 € tout de même. Pour nos essais du Phase One IQ250, nous avons contacté le photographe Nick Norman ainsi que le revendeur Prophot afin d'organiser une séance photo en studio.

Rendez-vous a donc été pris au Studio 5 Monkeys, avec le photographe Nick Norman et le modèle Renee Peters de l'agence City pour un shooting « pop art ». Pour l'occasion, nous avons réuni un boîtier Phase One 645DF, deux optiques Phase One (120 mm f/4 et 80 mm f/2,8), et naturellement le dos IQ250.

phase one IQ250 test review

Nick Norman travaille habituellement avec un D800 de Nikon et une série de focales fixes dont un 85 mm f/1,4. Pour certaines commandes, il a déjà été amené à utiliser des dos numériques, notamment l'IQ180.

Phase One IQ250 test review

Nick n'est donc pas en terrain totalement inconnu et connaît déjà tout le bénéfice présenté par l'écran tactile du dos numérique.

En peu de temps, Nick est plutôt à l'aise avec les menus (peu nombreux) et la configuration du dos. Nous attendions beaucoup du nouveau capteur CMOS pour la visée directe sur écran. Nick est un peu déçu par cette fonctionnalité qui, si elle est beaucoup plus fluide que sur les dos à capteur CCD, reste en deçà des reflex. Pour passer en liveview, il faut appuyer sur l'icône caméra, alors que l'IQ250 ne permet pas de filmer... On note un effet de rolling shutter important et l'affichage bloque parfois complètement. Des ajustements sont encore nécessaires de ce côté.

L'aperçu des images est parfois un peu lent. Quand on zoome dans l'image de 50 Mpx, il faut patienter une seconde ou deux pour que l'image soit rafraîchie. La navigation dans les images n'est donc pas aisée. Par contre les retours avec l'histogramme d'exposition et l'indicateur de mise au point sont vraiment précieux et permettent de gagner du temps à la prise de vue en mode libre.

La connexion en FireWire est vraiment rapide (moins d'une seconde) et le câble tient bien. On est loin de la connexion USB 3.0 qui a tendance à s'arracher très facilement. En FireWire, la connexion est fiable, ce qui est vraiment important. Le bruit de déclenchement est également très agréable.

La possibilité de connecter une tablette en Wi-Fi pour recevoir les images constitue un autre point vraiment intéressant, le client pouvant recevoir les images au fur et à mesure de la séance. Il peut alors zoomer et sélectionner les images directement sur la tablette afin de gagner du temps.

Les images

Nick Norman recherche avant tout une bonne dynamique et un excellent rendu des couleurs et des teintes chair, deux éléments essentiels pour la photographie de mode et beauté. De plus, en mode et beauté, on recherche également un bon équilibre entre piqué et douceur, une image trop piquée demandant beaucoup plus de travail en postproduction. Le rendu du dos est réellement plaisant avec notamment un bon rendu de la peau, offrant une transition fine et une grande douceur. Les dégradés de l'IQ250 sont vraiment beaux et très précis ; les images présentent une belle latitude d'exposition. Dans les hautes lumières, la modulation est meilleure qu'un reflex 24x36 par exemple.

Phase One IQ250 exemple 1
Phase One IQ250 exemple 2
Phase One IQ250 exemple 3

Crédits séance photo

Photo : Nick Norman
http://www.nicknormanstudios.com

Maquillage : Meyloo
http://www.meyloo.com

Coiffure : Sadek
http://sadekl.com

Modèle : Renee Peters @ City
http://www.city-models.com

Séance réalisée au Studio 5 Monkeys
https://www.facebook.com/studio5monkeys

Déplier

Gestion du bruit électronique

Si les dos numériques n'ont aucun rival concernant la définition (50, 60, 80 Mpx), leurs capteurs CCD « traînent » depuis longtemps une très mauvaise réputation en ce qui concerne la gestion du bruit électronique. L'arrivée d'un capteur CMOS chez Phase One et Hasselblad pourrait bien changer la donne.

Pour notre test, nous avons utilisé le dos Phase One IQ250 monté sur un moyen format Mamiya. Les fichiers RAW ont été développés et exportés avec la dernière version de Capture One.

Les résultats sont plutôt convaincants avec un bruit électronique bien maîtrisé jusqu'à 800 ISO, ce qui est une belle performance pour un dos numérique. On pourra même pousser jusqu'à 1 600 ISO sans trop de crainte et selon ses exigences. Lorsque l'on pousse le capteur dans ses derniers retranchements, on perd un peu en dynamique, mais le grain reste peu coloré et la granulation, assez fine. On notera sur les aplats noirs des marbrures violettes, mais le niveau de détail reste impressionnant.

Vous pouvez également comparer avec les résultats du dos Leaf Aptus II-12 80 Mpx CCD (en mode 60 Mpx pour avoir une définition assez proche).

Comparaison IQ250 50 Mpx CMOS / Aptus II-12 80 Mpx CCD

Déplier
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW.

Les prix
Phase One IQ250
IQ250
Il n'y a actuellement aucune offre.