Changement de cap chez Pentax avec le KP, qui propose une rupture vis-à-vis de la série K3 plus classique et reprend des éléments du modèle haut de gamme K1, avec un barillet supplémentaire.

CapteurCMOS / APS-C / 23,5 x 15,6 mm / 24,32 Mpx
MonturePENTAX KAF2 bayonet mount (AF coupler, lens information contacts, K-mount with power contacts)
StabilisationOui. Mécanique par déplacement du capteur sur 5 axes.
AntipoussièreOui, par vibrations ultrasoniques
ViseurPrisme en toit / couverture 100% / grossissement 0,63x en equivalent 24x36

Présentation
Prise en main, fonctionnalités, réactivité

Pentax KP test review, vue de face capteurLe KP de Pentax est un petit reflex au look plutôt réussi.

Ergonomie

L'une des spécificités du Pentax KP est la possibilité de changer la poignée. En France, le reflex est livré avec 3 modèles de poignée et il suffit de quelques tours de clé Allen pour passer de l'une à l'autre. Pour notre part, c'est la poignée la plus creusée qui fait l'unanimité. Elle offre une meilleure préhension et s'avère incomparable, notamment avec le 16-85 mm que nous avons utilisé pendant le test.

Pentax KP test reviewLe reflex est vendu avec 3 poignées interchangeables.

Le KP est un reflex compact à la fabrication sérieuse. Le châssis est réalisé en alliage de magnésium qui assure bonne résistance et légèreté. Les matériaux externes, également de très bonne qualité, sont agréables : la peinture mate semble ne pas craindre les éraflures et la gomme de la poignée est plaisante au toucher. Le roulement des molettes est fluide, mais l'on regrette que tous les marquages ne soient pas gravés sur le boîtier (les informations sur les deux barillets sont bien gravées, mais les autres inscriptions ne sont que peintes). De plus, le KP est un reflex résistant aux intempéries par la présence de joints d'étanchéité aux endroits critiques.

Le dessus de l'appareil est assez dense. Sur l'épaule gauche, un barillet pour le choix du mode d'exposition bien garni. En plus des traditionnels modes PSAM (P, Tv, Av et M chez Pentax), vous trouverez les modes TAv, à priorité vitesse et ouverture, et Sv, priorité à la sensibilité. Dans le premier cas, l'appareil choisit automatiquement la sensibilité ISO pour obtenir une exposition adaptée en fonction de la vitesse d'obturation et de l'ouverture choisies par l'utilisateur — un fonctionnement identique au mode P (décalable) en mode ISO auto. Le mode Sv est peut-être plus intéressant, l'appareil choisissant automatiquement un couple vitesse/ouverture pour obtenir une exposition adaptée en fonction de la sensibilité ISO choisie par l'utilisateur. Le mode B (Bulb) offre une exposition aussi longue que le déclencheur est activé. Un mode T permet de choisir une durée d'exposition de 10 secondes à 20 minutes. Le reflex dispose de 5 configurations personnalisables (U1 à 5).

Pentax KP test review, vue de dessus

Sur l'épaule droite, vous trouverez le molette pour activer la fonction pompeusement baptisée "intelligente". Elle ressemble à celle déjà proposée sur le K-1. Sur le KP, cette fonctionnalité est même plus souple, puisqu'il est possible de paramétrer certaines options, modifiables ici alors que celles-ci sont figées sur le K-1. Vous pouvez choisir une option (mesure de l'exposition AE, HDR, rafale CH/CL) et modifier sa valeur à l'aide de la molette située à droite. Vous disposez également de deux molettes de réglage, l'une située sur la face avant du boîtier, l'autre à l'arrière. Enfin, sous le barillet "intelligent", vous trouverez un levier pour basculer de la prise de vue classique au mode visée sur écran ou vidéo. Un petit regret ? Le déclencheur est finalement mal placé ; il ne tombe pas facilement sous l'index et oblige à une petite contorsion.

Au dos du boîtier, vous retrouverez l'interface classique "Pentax". Les commandes sont larges et bien marquées et le trèfle de sélection permet d'accéder rapidement à certains réglages (flash, ISO, balance de blanc, motorisation, choix du collimateur AF).

Pentax KP test review, vue de dos

Personnalisation : des progrès

Le KP dispose désormais de 3 commandes Fx personnalisables. La touche AF/AE-L peut aussi être personnalisée et vous pouvez choisir les fonctions des molettes avant et arrière ainsi que du bouton vert dans chaque mode d'exposition.

Pentax KP test review, vue de dessus

Viseur, visée

Une visée optique claire et spacieuse a toujours été l'apanage des reflex Pentax milieu de gamme.

Les 25 points centraux sont en croix pour assurer un autofocus précis quel que soit le type de sujet.

Le KP ne fait pas exception à la règle et propose un prisme en toit avec un grossissement de 0,63x en équivalent 24x36 et un couverture de champ de 100 %. Un viseur de belle facture, donc ; seul le dégagement oculaire est un peu court pour les porteurs de lunettes. Notez que le verre de visée est interchangeable.

Le reflex est également équipé d'un écran LCD de 7,6 cm de diagonale capable d'afficher 921 000 points : un grand classique. Monté sur une double charnière, il peut être orienté à 90° vers le haut et 45° vers le bas. Malheureusement, il n'est pas tactile ; il faudra patienter encore un peu pour avoir cette fonctionnalité... Peut-être en 2017 ?

Pentax KP test review

Mémoire, connecteurs, autonomie

Le KP dispose d'un seul emplacement SD. Nous aurions apprécié la présence de 2 emplacements SD comme sur le K-3 II pour faciliter la gestion des JPEG/RAW ou des vidéos. C'est également très précieux pour réaliser une copie de sauvegarde. Dommage que Pentax ait rogné sur ce point. En outre, le module SD n'est compatible qu'avec la norme UHS-I.

Mais les emplacements SD ne sont pas les seuls éléments sur lesquels Pentax semble vouloir faire des économies. Du côté des connecteurs, c'est également le minimum syndical : télécommande/micro stéréo, alimentation et USB (type micro-USB). Aucune sortie vidéo, ni classique ni HDMI. Vous disposez toutefois d'une connexion Wi-Fi (b/g/n).

Côté alimentation, le KP intègre une petite batterie de 7,8 Wh pour une autonomie annoncée à 400 vues. Lors de nos tests, nous avons pu déclencher environ 500 fois. C'est assez bien pour cette petite batterie, mais nous sommes toujours en attente d'une autonomie plus confortable pour des reflex.

Pentax KP test review, connexions

Le KP accepte une nouvelle poignée d'alimentation D-BG7 qui permet de doubler l'autonomie du boîtier, annoncée à 390 vues selon la norme CIPA. Bon point, cette poignée permet également d'accueillir la batterie du K-1 (D-LI90).

Pentax KP et grip d'alimentationLe KP et sa poignée d'alimentation.

Flash

Un flash ! Après un K-1 et un K-3 II démunis, le KP reprend les basiques. Nous en sommes plus que ravis. Il s'agit d'un flash pop-up de nombre guide 6 (en m pour 100 ISO). C'est assez faible, mais cela permet de déboucher légèrement un contrejour ou d'apporter un peu d'éclairage sur une scène compliquée.

Pentax KP test review flash

Bruit au déclenchement

Le KP n'est pas un reflex très bruyant et le déclenchement est assez soyeux, mais il n'offre pas, contrairement au K-3 II, un mode silencieux pour étouffer davantage le bruit du miroir et de l'obturateur. Toutefois, le KP étant pourvu d'un obturateur électronique, il est possible de déclencher de manière totalement silencieuse une fois le reflex basculé en visée Live View (sur écran).

Stabilisation mécanique

Le KP dispose du même système de stabilisation mécanique sur 5 axes que le K-1, annonçant un gain de 5 IL. En outre, le système de déplacement du capteur peut simuler l'effet d'un filtre passe-bas en "floutant" très légèrement les images. Lors de nos tests avec le 16-85 mm f/3,5-5,6, nous avons pu gagner 4 IL, ce qui est vraiment très bon.


Pixel Shift

Contrairement au système développé par Olympus qui accroît la définition des images par combinaison de clichés, le Pixel Shift de Pentax crée des images au piqué amélioré en enregistrant 4 images de la même scène tout en déplaçant le capteur d’un pixel à chaque nouvelle vue. Il les combine ensuite pour créer une photographie composite plus précise, comme vous pouvez le constater sur notre scène de test. Le gain est considérable et ce mode sera un véritable atout pour le packshot, par exemple. Sur des sujets en mouvement ou à main levée, les résultats sont beaucoup plus hasardeux et beaucoup plus difficiles à exploiter, même avec la compensation de mouvement.

pentax-kp-JPEGpentax-kp-JPEG-pixel-shift

Obturation électronique au 1/24 000 s

L'obturateur mécanique du KP est "limité" au 1/4 000 s, mais il est possible de basculer en obturation électronique pour grimper au 1/24 000 s. Un temps de pose très court qui permet de photographier à pleine ouverture et en plein soleil. Nos deux portraits ont été réalisés avec le 35 mm f/1,4 de Sigma. En outre, comme évoqué ci-dessus, l'obturation électronique permet de déclencher de manière totalement silencieuse en visée écran.

pentax-kp-exemple11
pentax-kp-exemple12

Logiciel, Wi-Fi

Le reflex Pentax est livré avec une version personnalisée du logiciel de développement de fichiers Silkypix. Le KP étant équipé d'une puce Wi-Fi, il peut être piloté à distance et sans fil. Pour cela, vous disposez de l'application Image Sync, qui est assez basique au niveau de la lecture des images : vous pouvez transférer les clichés sur votre smartphone, mais il n'est pas possible de modifier les dimensions — ce sont les images en pleine définition qui sont envoyées, ce qui peut s'avérer long et gourmand en espace de stockage. Côté pilotage, l'application offre les commandes habituelles : possibilité de réaliser le point directement sur l'écran du smartphone, de modifier la sensibilité ISO, l'ouverture et le temps de pose. Vous avez également accès à la correction d'exposition et au format d'enregistrement (RAW / JPEG).

Pentax KP test review application Wi-FI
Pentax KP test review application Wi-FI

Réactivité : autofocus, suivi autofocus et rafale

Nous le répétons à chaque test de reflex Pentax : nous ne comprenons toujours pas pourquoi la marque ne propose toujours pas d'optiques à motorisation ultrasonique (SDM) en entrée de gamme avec les kits comme le 18-55 mm ou le 16-85 mm que nous avons eus pour les tests. La mise au point reste donc toujours plus bruyante et plus lente qu'avec les reflex Canon ou Nikon qui profitent, eux, d'optiques à la motorisation plus souple.


En visée optique, l'autofocus manque de punch, a fortiori lorsqu'on compare le KP à la concurrence, notamment chez les hybrides. En mode visée optique, le reflex est aussi dans les clous pour ce "type" de technologie à détection de contraste. La visée sur écran reste donc utilisable dans certaines conditions uniquement : il est impossible de suivre un sujet en déplacement, mais pour une scène fixe, c'est jouable.

Le KP est capable de grimper à 7 ips en mode rafale avec un suivi autofocus. Selon le mode sélectionné (priorité au déclenchement ou à la mise au point), la cadence peut varier. Sur notre test de suivi de sujet (AF-C / priorité à la mise au point / 9 collimateurs), fait sur une personne qui avance en direction du photographe, le KP montre également ses limites : on obtient environ 50 % de photos floues.

Pentax KP test review suivi AF rafale

Qualité des images
Photo et vidéo

Rendu des couleurs

Le KP dispose de nombreux profils de rendu des images qu'il est possible de personnaliser en modifiant l'accentuation, la saturation, la teinte, l'équilibre des zones claires et sombres et le contraste. Vous pouvez également opter pour des rendus orientés, comme "Monochrome", "Traitement croisé" ou "Diapositive".

pentax-kp-exemple9
pentax-kp-exemple10

Gestion du bruit électronique

Pour notre test, la scène est éclairée sous environ 250 lux. Notre appareil étalon est le Canon 5Ds R qui, pour un gris neutre 18 %, requiert le couple f/5,6 - 1/4 s à une sensibilité de 100 ISO. Le Pentax KP est également calé pour exposer correctement un gris 18 % avec une sensibilité de 100 ISO et une ouverture de f/5,6 pour une focale équivalente à environ 35 mm. La temps de pose est alors de 0,5 s. Pour notre test, nous avons utilisé une optique Sigma 35 mm f/1,4.
Nous faisons ensuite varier la vitesse et la sensibilité ISO. Les images sont visibles à 100 % (JPEG) et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (.NEF). Le boîtier est configuré par défaut, notamment pour ce qui est de rédaction du bruit électronique.
Comme d'habitude, en plus des vignettes présentées ci-dessous, les images sont toujours observables à 100 % et téléchargeables.

Les JPEG

Les images délivrées par le reflex Pentax entre 100 et 400 ISO sont de bonne facture, avec un bruit électronique peu présent et un lissage assez contenu. Ce lissage devient un peu plus marqué dès 800 ISO et les plus fins détails sont légèrement dilués. La granulation augmente logiquement avec la montée en sensibilité, mais le grain reste assez fin et peu coloré jusqu'à 6 400 ISO. Les fins détails sont un peu plus émoussés. À 12 800 ISO, le grain devient plus grossier et envahit toute l'image déposant un léger voile gris ; un palier est clairement franchi, avec une dynamique amoindrie et un rendu des couleurs un peu délavé.

Les sensibilités supérieures sont plus difficiles à gérer : 25 600, 51 200, 102 400 ISO... le grain et le moutonnement se font très présents et se teintent de magenta / violet. Au-delà, les clichés ont le mérite d'exister et il sera possible d'utiliser les plus hautes sensibilités, au prix d'un post-traitement assez lourd. Difficile de dépasser 204 800 ISO (ce qui est déjà énorme !) et d'exploiter les images dans un contexte normal. Les dernières valeurs ISO sont là pour la forme...

Comparaison JPEG Nikon D5600 / Sony A6500

Le Pentax KP avec sa plage ISO ultra large est-il meilleur que les reflex moins présomptueux ? Nous avons comparé les images du Nikon D5600 qui dispose également d'un capteur APS-C de 24 Mpx, celles du Sony A6500 (pareillement équipé). Les différences sont assez marginales, mais globalement, c'est le Sony A6500 qui semble le plus à l'aise à cette sensibilité. N'oubliez pas que les objectifs vissés devant les boîtiers étant différents, la comparaison est délicate.

pentax-kp-3200iso-comparaisonnikon-d5600-3200iso-comparaison
pentax-kp-3200iso-comparaisonsony-a6500-3200iso-comparaison

JPEG vs RAW 100 et 3 200 ISO

Le JPEG 100 ISO sortie du KP est un peu plus accentué que celui développé avec Lightroom (paramètres par défaut). Les images sont donc prêtes pour une impression sans passer par une case retouche.

pentax-kp-JPEG-comparaisonpentax-kp-raw-LR-comparaison

À 3 200 ISO, les choses sont un peu différentes. Comme souvent, les algorithmes de traitement du bruit électronique des marques forcent un peu le lissage du bruit électronique au détriment des détails. Dans ce cas, le traitement de Lightroom nous semble plus agréable, offrant plus de détails et une granulation qui crée un peu de matière, mais encore une fois, tout est une histoire de goût et de finalité des images.

pentax-kp-3200iso-comparaisonpentax-kp-3200iso-raw-jpeg-comparaison

Exemples de la vraie vie

pentax-kp-exemple5
pentax-kp-exemple1

Latitude d'exposition

Pour vérifier la plage de travail d'un point de vue "artistique", nous avons photographié notre scène test sur une plage de +/-5 IL et corrigé les fichiers bruts .DNG avec Adobe Lightroom afin d'obtenir une exposition similaire.

Le capteur APS-C de 24 Mpx (probablement signé Sony) est remarquable pour recouvrir des détails dans les hautes lumières. Avec le KP, il est possible de retrouver une modulation avec une surexposition de +2 IL.

Pentax KP test review latitude surexposition

En sous-exposition, la bonne gestion du bruit électronique devrait permettre de remonter les valeurs sombres sans faire apparaître trop de bruit. Là encore, le KP est à l'aise jusqu'à -4 IL.

Pentax KP test review latitude sousexposition

Au final, le reflex Pentax dispose d'une plage de -4 à +2 IL, soit 7 IL de latitude, ce qui est très bon pour un capteur APS-C.

Vidéo

Le mode vidéo n'a jamais été le point fort des reflex Pentax. Le KP ne change malheureusement pas la donne. D'une part, nous ne comprenons pas pourquoi la marque n'a pas reconduit l'autofocus hybride à corrélation de phase sur le capteur présent sur le K-70. En vidéo, il faudra donc se contenter d'un module à détection de contraste. Las, l'autofocus continu ne fonctionne qu'avec une optique de type PLM (55-300 mm). Optique que nous n'avons pas, puisque le KP nous a été livré avec le 16-85 mm f/3,5-5,6 DC. Côté son, le KP dispose d'une entrée micro stéréo, mais il n'est pas possible de brancher un casque pour le retour. En outre, le reflex offre peu d'assistants pour l'exposition ou le point.

Formats

Le KP propose 2 dimensions d'enregistrement vidéo :
– HDTV 1080 en 60i/50i/30/25 et 24p (H.264 / profil High@L4 / 2 images de référence / 18 Mbps / CABAC / pour 1080 25p ;
– HDTV 720 en 60/50p.

Le reflex ne propose donc pas le standard désormais adopté par la majorité des fabricants, à savoir l'enregistrement en 1080 à 50p. De façon moins surprenante, le KP ne propose pas non plus l'enregistrement 4K ou UHD.

Précision

Pour vérifier la qualité de l'enregistrement vidéo en studio, nous avons extrait une portion de l'image filmée, affichée ci-dessous à 100 %. La première image est issue d'une vidéo tournée en 1080 25p. Vous noterez une forte présence de moirage et une image très douce. De manière assez classique, la qualité se dégrade lorsque l'on bascule en mode 50i. Le moirage devient encore plus présent et les détails sont gommés.

Pentax KP test review vidéo 25p Pentax KP test review vidéo 50i

La comparaison avec les hybrides actuels moins chers est assez douloureuse pour le reflex. Les images délivrées par le Panasonic GX80 sont largement au-dessus.

Panasonic GX80 test review

Les effets de rolling shutter sont assez modérés et la stabilisation électronique donne d'assez bons résultats.

Galerie d'images

pentax-kp-exemple2
pentax-kp-exemple4
pentax-kp-exemple3
pentax-kp-exemple6
pentax-kp-exemple8
pentax-kp-exemple7

Nos conclusions
Verdict

Avec le KP, Pentax inaugure sans doute une nouvelle lignée de reflex compacts. Le pari est réussi et le nouveau venu s'avère un reflex bien né, offrant comme d'habitude une excellente qualité de construction (finition à l'épreuve des intempéries), une ergonomie soignée et désormais encore plus personnalisable, une stabilisation mécanique efficace, ainsi qu'un viseur optique large et précis à 100 %.

Du point de vue de la qualité d'image, le KP remplit également son contrat. Le capteur APS-C de 24 Mpx dépourvu de filtre passe-bas délivre des clichés précis et exploitables facilement jusqu'à 6 400 ISO. La plage annoncée de 100 à 819 200 ISO est un peu présomptueuse, mais on pourra pousser le KP dans des valeurs plus élevées en travaillant ses fichiers RAW avec un logiciel performant. Le capteur 24 Mpx mérite des optiques de qualité. Pour la nature morte, l'option Pixel Shift se révèle redoutable d'efficacité et offre des images d'une extrême finesse dans le rendu des détails. Elle est toutefois limitée à des sujets immobiles.

Nous regrettons toujours que Pentax ne développe pas des optiques SDM pour ses kits (18-55 ou 18-135 mm), car le reflex souffre d'une certaine lenteur. La mise sous tension est trop lente et l'autofocus reste en retrait par rapport à ses principaux concurrents dans les gammes reflex et hybrides. En visée sur écran, il y a du mieux, mais cela reste toujours trop lent pour une utilisation au quotidien. La vidéo n'est toujours pas une priorité pour la marque et le KP ne viendra pas changer la donne avec un enregistrement HDTV 1080 médiocre.

Au final, le KP séduira avant tout les photographes à la recherche d'un boîtier à l'allure séduisante et efficace (visée optique, stabilisation mécanique). Dans le segment des reflex, le KP reçoit un recommandé. Toutefois et si vous n'êtes pas réfractaire à la visée électronique, d'autres alternatives sont à considérer, comme l'Olympus Pen-F ou le Fujifilm X-T20, car sur le segment des boîtiers à plus de 1 200 €, la concurrence est rude et les innovations techniques les plus intéressantes se trouvent du côté des hybrides.

Face à la concurrence

Pentax K-3 II

Le principal concurrent du KP ? Sans doute le K-3 II. Positionné désormais à moins de 1 000 €, le haut de gamme APS-C est un boîtier très séduisant qui partage une bonne partie des spécifications techniques du KP : viseur optique 100 %, capteur APS-C de 24 Mpx, tropicalisation... Le boîtier profite même de quelques avantages, comme un écran LCD de rappel sur l'épaule, une rafale plus rapide, une puce GPS embarquée, un écran plus large, une sortie HDMI, une autonomie largement supérieure ainsi qu'un obturateur au 1/8 000 s.
De son côté, le KP arrive avec un flash pop-up toujours pratique, un écran LCD inclinable, un obturateur électronique jusqu'au 1/24 000 s, une stabilisation mécanique sur 5 axes et une interface un peu améliorée. Le KP a surtout l'avantage d'être beaucoup plus compact.

K-3 II
Fnac.com 949,99 €
Amazon 968,00 € Voir l'offre
Amazon 1049,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 1049,00 € Voir l'offre
Digixo 1479,00 € Voir l'offre
LDLC 1499,95 € Voir l'offre
Digixo 1699,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Sony A6300

L'alternative hybride est bien sûr à considérer et le Sony A6300 positionné à un peu moins de 1 000 € s'avère un concurrent sérieux. Il est également équipé d'un capteur APS-C de 24 Mpx, ainsi que d'un autofocus hybride à corrélation de phase et détection de contraste sur le capteur principal qui assure une mise au point rapide en photo, mais aussi en vidéo. Le mode vidéo d'ailleurs est capable de capter en UHD 3 840 x 2 160 px. On est bien loin du mode anémique du KP... Le viseur est certes électronique, mais le grossissement est supérieur et son mode rafale culmine à 11 ips.
De son côté, le KP dispose d'un viseur optique plus restreint, mais plus fluide, notamment en basse lumière. Sa finition à l'épreuve des intempéries est plus poussée que celle de l'A6300. De plus, sa stabilisation mécanique fonctionne avec toutes les optiques, alors qu'il faut choisir des objectifs stabilisés chez Sony pour en bénéficier. Les deux boîtiers présentent un écran LCD orientable et non tactile, ainsi qu'un flash pop-up.

A6300
Priceminister 869,98 €
Fnac.com marketplace 910,00 € Voir l'offre
Amazon 979,00 € Voir l'offre
Digixo 979,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 989,90 € Voir l'offre
Materiel.net 999,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1026,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
+
  • Fabrication résistante à l'épreuve des intempéries (pluie, neige, poussière) et au froid.
  • Stabilisation mécanique sur 5 axes efficace
  • Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 6 400 ISO
  • Mode Pixel Shift qui permet d'améliorer le piqué des images (sujet fixe)
  • Poignées interchangeables
  • Deux molettes de réglage avant/arrière
  • Viseur optique agréable
  • Écran LCD monté sur une double rotule
  • Possibilité de déclenchement totalement silencieux en visée sur écran
  • Puce Wi-Fi
  • Écran LCD non tactile
  • Autofocus en retrait par rapport à la concurrence à la fois en pleine et basse lumière
  • Toujours pas d'optiques SDM (motorisation ultrasonique) pour les kits...
  • Mise sous tension trop lente
  • Mode vidéo toujours en retrait : qualité, autofocus, son...
  • Pas de sortie vidéo
  • Autonomie un peu limitée par rapport à d'autres reflex
  • La puce GPS a disparu
En résumé

Reflex compact, élégant, à la finition flatteuse, le Pentax KP délivre de belles images, mais manque toutefois d'un peu de "punch" au niveau de l'autofocus.

KP
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Pentax KP
Fnac.com 1235,00 €
Amazon 1299,00 € Voir l'offre
Darty.com 1299,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 1299,00 € Voir l'offre