CapteurAPS-C (23,5 x 15,6mm) de 24 Mpx sans filtre passe-bas
MontureK-AF2 (compatibilité avec K-AF4, K-AF3, K-AF et K-A)
Optique livréeselon kit
Stabilisationoui, par déplacement du capteur
Antipoussièreoui, par déplacement du capteur
Viseuroptique. Prisme en toit. Grossissement de 0,64x (eq. 24x36) et couverture de champ de 100%. Dégagement oculaire de 20,5 mm.
Flashpop-up. NG : 12 (100 ISO en m). Synchro flash 1/180 s
ÉcranDalle LCD de 7,5 cm (ratio 3/2). 921 000 points. Montée sur rotule.
Mise au pointCapteur de mise au point : SAFOX X, 11 points (9 points de type croisé au centre). Sensibilité de -3 à 18 IL. Sélection du point AF : Auto sur 11 points, Auto sur 5 points, sélection du point, sélection de zone étendue, Spot
Modes autofocusAutofocus simple (AF.S), continu (AF.C), sélection automatique (AF.A)
Mesures d'expositionTTL sur 77 zones. Correction d'exposition sur +/- 5 IL.
Modes d'expositionP, Tv, Av, M et Sv (priorité ISO). Auto, modes scène, mode personnalisée U1/2/3.
Vitesse d'obturation30 à 1/6 000 s
Motorisation6 ips sur 40 JPEG et 10 RAW. Intervallomètre.
Sensibilité ISOAuto, 100-102 400 ISO
Mémoire1 emplacement SD
Format image photoJPEG / RAW (DNG + PEF) : 6 000 x 4 000 px
Format image vidéoHDTV 1080 à 60i/50i/30/25/24p ou HD 720 à 60/50p
AlimentationBatterie lithium-ion rechargeable D-LI109. Chargeur dans la boîte.
ConnexionPorts de connexion : USB 2.0 (micro B), sortie HDMI (Type D) , Entrée microphone stéréo / télécommande (jack ø3,5 mm). Wi-Fi (802.11 b/g/n)
Dimensions93 x 126 x 74 m
Poids688 g
LogicielsSilkypix
Dans la boîte/

Caractéristiques

Pentax K-70

Le reflex K-70, qui vient s'insérer dans la gamme Pentax entre le K-3 II et le K-S2, remplace le K-50 sorti en 2013.

Le boîtier intègre un capteur APS-C à 24 Mpx dépourvu de filtre passe-bas. Il est naturellement stabilisé par déplacement du capteur jusqu'à 5 IL, d'après le constructeur. Cette spécificité ouvre d'ailleurs les portes à d'autres fonctionnalités, comme l'anti-moirage ou la capture d'images multiples pour améliorer la netteté des images (Pixel Shift Resolution). Le processeur de traitement des images peut atteindre une cadence rafale à 6 ips sur 40 JPEG et grimper à 102 400 ISO.

En visée optique, la mise au point est confié au module SAFOX X avec une couverture à 11 points, dont 9 en croix. En visée sur écran et pour la première fois, le reflex propose un autofocus hybride à détection de contraste et corrélation de phase sur le capteur.

Le K-70 est tropicalisé, dispose d'un viseur optique large couvrant 100 %, ainsi que d'un écran LCD non tactile mais monté sur rotule pour une orientation très libre. Il intègre également une puce Wi-Fi pour un pilotage distant sans fil et un transfert des images vers un smartphone.

Caractéristiques

Disponibilité et prix

Le Pentax K-70 est proposé à moins de 700 € nu, et 1 000 € avec le zoom transtandard 18-135 mm f/3,5-5,6.

Prise en main

Ergonomie

Le Pentax K-70 se présente comme un petit reflex trapu et dense. La poignée, large est confortable, assure une bonne préhension du boîtier. Les différentes commandes (boutons, molettes, trèfle de sélection...) sont larges, présentent un bon relief et sont très facile à manipuler.

test reflex Pentax K-70 review vue de face capteurLe K-70 de Pentax : un reflex compact et résistant aux intempéries.

Au dos, le reflex présente une interface classique et efficace. Seul petit défaut pour les porteurs de lunettes : la molette de réglages est un peu proche de l'œilleton du viseur et le pouce vient buter contre les lunettes lors de la manipulation. L'écran LCD est de facture classique, avec une dalle LCD affichant 921 000 points : une définition offrant une bonne précision d'affichage. Il est monté sur une rotule qui semble solide, mais nous regrettons, comme pour le K-S2, l'absence d'une dalle tactile qui facilite la navigation dans les menus, les images ou la mise au point, notamment en vidéo ou en visée directe. Nous aurions aimé pouvoir transformer l'écran arrière en trackpad géant pour déplacer facilement le collimateur AF en visée optique. Un écran LCD monté sur rotule qui permet de le protéger pendant le transport.

Le dessus du reflex est à son image : simple et pratique. Vous trouverez un barillet bien dimensionné qui regroupe l'ensemble des modes d'exposition, dont certains spécifiques à Pentax :

  • P : programme décalable,
  • Sv : priorité à la sensibilité ISO,
  • Tv : priorité au temps de pose,
  • Av : priorité ouverture,
  • Tav : priorité ouverture et temps de pose,
  • M : manuelle.

Comme sur tous les reflex Pentax, vous retrouverez également la touche verte "anti-panique" qui permet de réinitialiser les réglages de prise de vue pour photographier rapidement en mode tout auto.

Toujours sur l'épaule gauche se trouvent un correcteur d'exposition (+/- 5 IL) et une touche personnalisable (Wi-Fi par défaut). L'interrupteur On/Off positionné en couronne autour du déclencheur, permet également d'accéder au mode d'enregistrement vidéo. Malheureusement, il arrive que dans la précipitation de l'action, en allumant le boîtier, on se retrouve avec le miroir relevé prêt à filmer alors que c'est une image fixe que l'on veut capturer — une erreur qui devient vite irritante. La diode de rétroéclairage du déclencheur (verte en mode photo, orange en vidéo) peut désormais être désactivée. Le Pentax K-70 dispose de 3 configurations personnalisables accessibles directement depuis le barillet (U1/2/3).

Pentax reconduit le très bon viseur du K-S2 qui propose un grossissement de 0,63x. La visée est donc large et confortable. À titre de comparaison, le viseur du Canon 760D propose un grossissement de 0,51x seulement. La différence est plus que notable. En outre, la couverture de champ est de 100 %. La visée s'avère donc précise, un fait rare dans cette gamme de prix. Viseur large et précis doublé d'un écran sur rotule : le combo presque parfait.

Le K-70 dispose d'un flash pop-up qui viendra à merveille déboucher un contre-jour ou éclairer une scène difficile, ainsi que d'une led pour assister l'autofocus. La touche Info donne accès rapidement à un menu de réglage. Bonne nouvelle, celui-ci est désormais complètement personnalisable et vous pouvez vous concocter votre tableau d'accueil parmi des dizaines d'options. Le K-70 dispose d'un moteur d'entrainement dans le boîtier pour faire fonctionner l'autofocus d'optiques non motorisées.

Le reflex Pentax propose d'ailleurs une large palette de personnalisation dans des menus qui savent rester assez clairs. Ainsi, il est possible de paramétrer pour chaque sensibilité ISO le niveau de réduction du bruit électronique ! Vous pouvez également régler de manière très fine le rendu des JPEG. Dommage qu'il ne soit pas possible de préparer des profils de rendu à l'aide du logiciel afin de travailler plus finalement les images sur ordinateur pour injecter les paramètres a posteriori. On regrette aussi qu'une aide contextuelle ne soit pas disponible pour expliciter certaines options pas forcément évidentes, comme la réduction du moirage ou la clarté.

Pentax K-70 menus personnalisations Écran d'accueil à gauche et tableau de bord personnalisable à droite.

Sur le côté, vous trouverez une autre touche personnalisable (RAW par défaut).

Dans les petits "plus" offerts par le K-70, nous avons également apprécié l'éclairage "rouge" de l'écran pour le travail de nuit ou en basse lumière. Cela permet d'être plus discret et c'est moins fatigant pour les yeux. Ce "rendu" est actif aussi bien en prise de vue liveview que pour la consultation des images.

Pentax K-70 menu en rouge pour la nuitLe K-70 en vision nocturne rouge.

Connectique

Là encore, le K-70 est très classique avec une prise micro sur le flanc gauche du reflex et un compartiment carte sur le flanc droit. En dessous de ce dernier, vous trouverez une sortie HDMI et USB. La sortie casque, pour le contrôle de la prise son, est malheureusement absente.

Pentax K-70 prise microPentax K-70 connecteurs et compartiment carte SD

Le K-70 est équipé d'une puce Wi-Fi qui permet à la fois le transfert des images vers un smartphone ou une tablette et le pilotage à distance sans fil.

L'application Image Sync permet d'effectuer les réglages les plus courants (ouverture, temps de pose, ISO), de définir le point directement sur l'écran (avec le retour vidéo) et de déclencher à la fois en mode photo et vidéo. Dommage qu'il ne soit pas possible de récupérer les données GPS à la volée pour marquer les clichés.

Pentax K-70 test review application Image Sync L'application Image Sync pour piloter le K-70.

Pentax K-70 avec batterie sortie

Autonomie

Le reflex fonctionne à l'aide d'une batterie Li-Ion de 7,8 W.h qui permet de déclencher environ 400 fois — une autonomie un peu juste pour un reflex. Le chargeur livré ne permet de connaître le niveau de charge de la batterie.

Son au déclenchement

Le K-70 n'est pas un boîtier silencieux, contrairement à la série K-3, et n'offre pas de mode pour réduire le niveau sonore du fonctionnement du reflex. On est assez loin du fonctionnement totalement discret de certains hybrides.

Antipoussière, stabilisation

Stabilisation mécanique

Pour notre test en studio du Pentax K-70, nous avons utilisé le 18-135 mm f/3,5-5,6 à 70 mm à main levée. Cet objectif est compatible avec la double stabilisation et les résultats sont excellents : nous pratiquement gagner 4 IL. Un beau score.

Pentax K-70 stabilisation mécanique

Performances

Réactivité et autofocus

Le Pentax K-70 n'est pas le reflex le plus rapide que nous ayons testé à la rédaction. Il est par exemple assez lent à la mise sous tension, avec plus d'1 seconde de latence. Un manque de punch sans doute dû à la stabilisation mécanique du capteur. Même la latence au déclenchement, après la mise au point, est un peu plus longue qu'à l'accoutumée.

Autofocus visée optique

Au niveau de l'autofocus, le K-70 reconduit le module SAFOX X qui dispose de 11 collimateurs, dont 9 en croix. Nous avons testé la mise au point automatique avec le 18-135 mm f/3,5-5,6 doté d'une motorisation DC (Direct Current Motor) et non SDM, normalement plus rapide et plus silencieuse.

En studio, l'autofocus n'a pas brillé par sa réactivité et il faut compter environ 0,5 seconde pour que l'appareil fasse le point sur une mire située à 1,5 m. En basse lumière (3 lux), la recherche du point prend environ 1,5 s.

Mise sous tension (1re image sans autofocus) 1,1 s
Latence au déclenchement (avec mise au point préalable) 0,07 s
Mise au point (de l'infini à 1,5 m) en pleine lumière 0,5 s
Mise au point (de l'infini à 1,5 m) sous 3 lux 1,5 s
Mise au point (de l'infini à 1,5 m) pleine lumière en visée écran 1 s

Sur le terrain, l'autofocus se montre raisonnable, mais un cran en dessous des modèles concurrents comme le Nikon D5500 ou le Canon 760D. En basse lumière, le K-70 trouve souvent le point, mais là encore il faut être patient.

Nous avons également testé le suivi avec la nouvelle optique 55-300 mm f/4,5-6,3 dotée d'une motorisation PLM (plus adaptée à la vidéo, normalement), sur une personne se déplaçant vers le photographe. Les résultats sont assez probants, avec seulement 3 clichés pas assez nets sur 12. Lorsque le sujet est plus proche, le taux de déchet augmente inexorablement.

Test pentax K-70 rafale suivi af

Autofocus visée écran

La grande nouveauté du K-70 réside dans l'intégration d'un module hybride, en visée sur écran, qui associe une mise au point par détection du contraste associé à un système à corrélation de phase sur l'imageur principal. Le K-70 inaugure également la mise au point continue.

Malheureusement, les résultats ne sont pas à la hauteur de nos attentes. Le K-70 dispose bien d'une autofocus continu et la recherche du point est certes moins hésitante, mais elle l'est encore, malheureusement, et reste surtout très lente : trop lente pour être exploitable aussi bien en photo qu'en vidéo.

Autre point étonnant, la mise au point en continu ne fonctionne que pendant l'enregistrement vidéo. En visée sur écran, nous n'avons pas réussi à faire fonctionner le mode AF-C.

Mode rafale

C'est également un petit point de déception concernant le K-70. En effet, la fiche technique indique une cadence à 6 ips, cadence que nous n'avons pas réussir à obtenir lors de nos tests. En JPEG aussi bien qu'en RAW, la cadence du K-70 plafonne à 5 ips avec le suivi autofocus. Pour atteindre la cadence e 6 ips, il faut positionner le reflex en mode AF-S.

Précision, colorimétrie

Du RAW vers le JPEG

Lors de notre montée ISO du Pentax K-70, nous avons remarqué que les fichiers DNG développés avec Lightroom présentent un meilleur piqué. Nous avons renouvelé le test avec un fichier à 100 ISO et le constat est sans appel : l'image est beaucoup plus précise une fois passé par les algorithmes de Lightroom (réglage par défaut). Pour bénéficier de tout le potentiel des fichiers, il faudra donc utiliser les fichiers bruts.

Pentax K-70 100 ISO JPEGPentax K-70 100 ISO RAW

Pixel Shift

La capacité du capteur à se déplacer très précisément peut également servir à réaliser des images plus piquées : c'est le Pixel Shift. Cette technologie rappelle le mode 40 Mpx de l'Olympus OM-D E-M5 II ou le capteur Foveon X3 de Sigma, mais s'en distingue sur plusieurs points.

Le K-70 réalise 4 vues consécutives avec un déplacement d'un pixel afin d'avoir toutes les informations colorées pour chaque pixel de l'image. Dans cet esprit, il se rapproche plus du concept introduit avec les capteurs Foveon X3 de Sigma, qui n'effectuent plus d’interpolations colorées pour la création des pixels. Un principe qui a déjà fait ses preuves et dont nous connaissons les excellents résultats en termes de piqué.

L'image finale est à la même définition que le capteur (24 Mpx, 6 000 x 4 000 px), mais apparaît plus précise. Il n'y a donc pas d'augmentation de la définition, là où l'hybride d'Olympus, lui, n'aligne pas moins de 8 vues pour réaliser une "super" image de 40 Mpx. Le temps de réalisation est de ce fait beaucoup plus rapide avec le K-70 : il faut compter à peine 5 secondes de traitement des informations.

Sur notre scène test, le gain en précision et netteté est appréciable et bien visible.

Pentax K-70 100 ISO JPEGPentax K-70 100 ISO RAW

Si cette technique fonctionne très bien pour du packshot, elle est un peu moins facile à mettre en œuvre en extérieur, même sur un paysage. Les moindres oscillations dues au vent apparaissent en trame sur les images. Un mode permet de compenser ces mouvements, mais les résultats restent aléatoires.

Pentax K-70 test review pixels shift

Gestion du bruit électronique

Pour notre test, la scène est éclairée sous environ 250 lux. Notre appareil étalon est le Canon 5D Mark III qui, pour un gris neutre 18 %, requiert le couple f/5,6 - 1/4 s à une sensibilité de 200 ISO. Le Pentax K-70 est également calé pour exposer correctement un gris 18 % avec une sensibilité de 100 ISO et une ouverture de f/5,6,

Nous faisons alors varier la vitesse et la sensibilité ISO. Les images sont visibles à 100 % (JPEG) et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (PEF). Le boîtier est configuré par défaut, notamment pour ce qui est de rédaction du bruit électronique.

Les JPEG

Le Pentax K-70 est équipé d'un nouveau capteur de 24 Mpx et rejoint ainsi les modèles haut de gamme (K-3 / K-3 II) en termes de définition. Comme ces derniers modèles, le K-70 intègre un capteur dépourvu de filtre passe-bas. Il s'agit toutefois d'une nouvelle version, puisqu'il propose pour la première fois un autofocus hybride à corrélation de phase sur le capteur.

Tailles des différents capteurs Comparaison des tailles (agrandies 4x) de différents capteurs.

Comme pour la plupart des boîtiers dotés d'un APS-C en 2016, les images délivrées sur la plage de sensibilité de 100 à 800 ISO sont remarquables, avec un excellent piqué et un bruit pratiquement invisible. La dynamique est excellente.

Vous pourrez facilement grimper à 1 600 ISO, où déjà une légère granulation est visible ; rien de dramatique cependant, la dynamique reste très bonne et les bordures sont encore franches. À 3 200 ISO, vous observerez une granulation plus présente dans les zones sombres et denses. Le K-70 franchit un palier à cette sensibilité : la sensation de piqué diminue, mais la dynamique reste de bon aloi. Le grain reste assez fin à 6 400 ISO et peu coloré. Vous noterez toutefois quelques marbrures violettes dans les zones les plus sombres, mais le niveau de détail demeure très bon (au niveau du billet, par exemple). Il sera possible de pousser le reflex à 12 800 ISO sans trop de problèmes ; le bruit augmente naturellement, mais Pentax privilégie le niveau de détail au lissage excessif, ce qui permet de rependre les clichés en post-traitement.

Les valeurs supérieures sont logiquement plus problématiques, mais ont le mérite d'exister. En fonction de la destination des images (web ou impression...) et du traitement sur ordinateur, il sera possible d'exploiter les plus hautes sensibilités.

Au final, la plage de sensibilités de 100 à 6 400 ISO est facilement exploitable, donnant au K-70 une belle polyvalence pour gérer différentes ambiances lumineuses.

RAW avec Lightroom

Le K-70, comme tous les reflex récents de Pentax, peut enregistrer les fichiers bruts soit dans un format propriétaire, le PEF, soit en DNG, plus facilement exploitable par la plupart des logiciels de développement d'images. Les fichiers PEF n'étant pas encore exploités par Lightroom, nous nous sommes naturellement tournés vers les images DNG pour comparer les JPEG issus du boîtier aux images brutes développées (avec les paramètres par défaut) avec le logiciel d'Adobe.

Pour notre comparaison, nous avons choisi notre scène test à 3 200 ISO. Et le constat est sans appel : Lightroom délivre une image plus piquée en limitant le lissage. Les fichiers RAW permettront donc plus facilement de traiter le bruit électronique. Cette différence est encore plus sensible à 12 800 ISO.

Pentax K-70 JPEG - 3 200 ISOPentax K-70 RAW Lightroom - 3 200 ISO
Pentax K-70 JPEG - 12 800 ISOPentax K-70 RAW Lightroom - 12 800 ISO

Oscilloscope

Passons certaines images Pentax K-70 sous l'œil de l'oscilloscope pour un avis plus "mathématique".

Notre outil confirme notre perception visuelle : les images sont vraiment excellentes jusqu'à 3 200 ISO et présentent une dégradation perceptible à 6 400 ISO, avec un grain plus facilement décelable. Elles seront assez aisément exploitables jusqu'à 12 800 ISO, mais la granulation se fait très présente dans les aplats gris.

Pentax K-70 test review bruit électronique sur gris 100 ISOPentax K-70 – 100 ISO | Pentax K-70 test review bruit gamme gris graphique 100 ISO | | Pentax K-70 test review bruit électronique sur gris 1600 ISOPentax K-70 – 1 600 ISO | Pentax K-70 test review bruit gamme gris graphique 1600 ISO | | Pentax K-70 test review bruit gamme gris 3200 ISOPentax K-70 – 3 200 ISO | Pentax K-70  test review bruit oscilloscope 3200 ISO | | Pentax K-70 test review bruit gamme gris 6400 ISOPentax K-70 – 6 400 ISO | Pentax K-70 test review bruit gamme gris graphique 6400 ISO | | Pentax K-70 test review bruit gamme gris 12800 ISOPentax K-70 – 12 800 ISO | Pentax K-70 test review bruit gamme gris graphique 12800 ISO |

Exposition, RAW

Raw 14 bits

Le capteur 24 Mpx du nouveau Pentax K-70 permet un enregistrement des fichiers bruts sur 14 bits, ce qui devrait offrir une légère, mais toujours intéressante, amélioration dans la latitude d'exposition.

Latitude d'exposition

Pour vérifier la latitude d'exposition d'un point de vue "artistique", nous avons photographié notre scène test sur une plage de +/-5 IL et corrigé les fichiers bruts avec Adobe Lightroom afin d'obtenir une exposition similaire. Nous vérifions que les images sont semblables avec une latitude de correction de +/-5 IL.

Les fichiers du K-70 montre une très bonne latitude de recouvrement des détails pour les images sous-exposées, avec la possibilité de recouvrir des détails jusqu'à -4 IL sans faire "monter" le bruit dans les zones denses. Au-delà, le bruit électronique devient plus destructeur, avec une trame bien visible, mais finalement peu colorée.

Pentax K-70 test review latitude d'exposition (sous exposition)

Pour les images surexposées, Lightroom permet de récupérer des détails jusqu'à une surexposition de +1,6 IL, ce qui est classique pour un capteur APS-C.

Pentax K-70 test review latitude de correction surexposition

Au final, les fichiers bruts du K-70 permet une latitude de travail de -4 à +1,6 IL, soit une plage de 6,6 IL. Il surclasse ainsi le Canon 760D (environ 5 IL).

Mode vidéo

La partie vidéo n'a jamais été le point fort des reflex Pentax. Jusqu'au K-70, aucun boîtier de la marque n'était capable d'un autofocus continu. Avec l'intégration d'un autofocus hybride à corrélation de phase sur le capteur et détection de contraste, Pentax tente de rattraper son retard.

Formats vidéo

Le K-70 propose 2 dimensions d'enregistrement vidéo :

  • HDTV 1080 en 60i/50i/30/25 et 24p ;

  • HDTV 720 en 60/50p.

Le reflex ne propose donc pas le standard désormais adopté par la majorité des fabricants, à savoir l'enregistrement en 1080 à 50p. De façon moins surprenante, le K-70 ne propose pas l'enregistrement 4K ou UHD.

Qualité des images

Pour vérifier la qualité de l'enregistrement vidéo en studio, nous avons extrait une portion de l'image filmée, affichée ci-dessous à 100 %. La première image est issue d'une vidéo tournée en 1080 25p. Vous noterez une forte présence de moirage et une image très douce.

De manière assez classique, la qualité se dégrade lorsque l'on bascule en mode 50i. Le moirage devient encore plus présent et les détails sont gommés.

Pentax K-70 extrait vidéo 1080 25p

Pentax K-70 extrait vidéo 1080 50i

La qualité d'image est clairement en ton en dessous de la concurrence. Vous pouvez par exemple comparer les extraits du K-70 avec ceux obtenus avec un Canon 760D ou un Panasonic GX80. Le contraste est saisissant.

Canon 760D test review extrait vidéo

Panasonic Lumix GX80 extrait vidéo 1080 test review

Autofocus continu

C'est naturellement sur ce point que le K-70 était attendu. Malheureusement, le contrat n'est pas vraiment rempli. Si l'autofocus continu répond bien présent, il ne fonctionne que pendant l'enregistrement vidéo (on ne peut pas l'utiliser pour mettre au point avant de filmer), et il reste trop lent. Même avec le nouveau 55-300 mm doté d'une nouvelle motorisation PLM, la mise au point reste encore trop hésitante, même si elle devient plus fluide et plus silencieuse. Fait étonnant, on note encore quelques effets de pompage qui aurait dû être réduits, voire éliminés par la présence d'un autofocus à corrélation de phase sur le capteur.

Exemples de photos

Pentax K-70 exemple 1
Pentax K-70 exemple 2
Pentax K-70 exemple 3
Pentax K-70 exemple 4
Pentax K-70 exemple 6
Pentax K-70 exemple 7
Pentax K-70 exemple 5

Verdict

Pentax K-70

Après quelques jours passés en compagnie du Pentax K-70, celui-ci s'avère un agréable compagnon photographique. Petit, mais assez lourd, il ne craint pas les sorties par mauvais temps et son viseur large, confortable et précis s'avère un précieux allié. On regrette seulement que la molette de réglage arrière soit aussi proche du viseur, rendant son utilisation pénible pour les porteurs de lunettes.

Le K-70 intègre le meilleur capteur APS-C de la gamme actuelle. La gestion du bruit électronique gagne facilement 1 IL et il sera possible de travailler jusqu'à 6 400 ISO sans trop d'hésitations. Une fois de plus et pour accéder à tout le potentiel du boîtier, il faudra déclencher en RAW. Ce format permet à la fois de gagner en précision (les JPEG sont un peu mous, malgré l'absence de filtre passe-bas) et d'avoir le maximum de latitude de travail sur les tonalités des images. Pour la photographie d'objets, le mode Pixel Shift Resolution apporte un petit plus, mais le mode compensation des mouvements n'est guère probant. Pour tirer le meilleur du K-70, vous n'hésiterez pas à troquer le 18-135 mm, certes polyvalent mais qui manque un peu de mordant, pour une optique plus en adéquation avec la qualité du capteur, comme le 16-50 mm f/2,8 doté d'une motorisation SDM plus rapide et plus silencieuse.

L'autofocus, qu'il soit en visée optique ou électronique reste le point faible du reflex Pentax. Il est un cran en dessous de la concurrence (Canon 760D, Nikon D5500...) en termes de réactivité. Le K-70 est le premier reflex à proposer un autofocus continu en vidéo, mais ce dernier s'avère encore assez lent (plus lent que les appareils hybrides) et la motorisation des optiques bruyantes se montre pénalisante en vidéo. La nouvelle motorisation PLM apporte un peu plus de souplesse et de discrétion, mais cela ne suffit pas. Il y a donc des progrès (l'autofocus continu était très attendu), mais le K-70 n'est pas encore le reflex idéal pour filmer, même à un niveau amateur.

Toujours au tableau des reproches, nous pointerons l'absence d'écran tactile, toujours plus pratique pour effectuer des réglages, naviguer dans les images ou sélectionner le point directement avec le doigt. Par ailleurs, la cadence des 6 ips en mode rafale n'est pas tenue ; le K-70 plafonne à 5 ips, ce qui est toutefois suffisant pour la plupart des usages.

En somme, si vous n'êtes accros à la vidéo, le Pentax K-70 s'avère un bon reflex "photo". Avec une bonne gestion du bruit électronique, une bonne latitude d'exposition, un capteur stabilisé et un viseur optique large et précis, il tient la dragée haute aux reflex Canon et Nikon. Toutefois et si vous n'êtes pas réfractaire à la visée électronique, d'autres alternatives sont à considérer, comme le Sony A6000 ou le Fujifilm X-T10, car sur le segment des boîtiers à moins de 700 €, la concurrence est rude et les innovations techniques les plus intéressantes se trouvent du côté des hybrides.

Face à la concurrence

Nikon D5500 test review

Priceminister 499,90 €
Fnac.com marketplace 500,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 519,99 € Voir l'offre
Priceminister 535,88 € Voir l'offre
Amazon 640,99 € Voir l'offre
Miss Numérique 699,00 € Voir l'offre

Nikon D5500

Les deux boîtiers font jeu égal concernant la définition et la taille du capteur : environ 24 Mpx "entassés" sur un modèle APS-C, mais le Pentax propose une plage ISO plus large : elle s'étend jusqu'à 102 400 ISO, contre 25 600 ISO pour le Nikon. Dans les faits, il ne faudra pas dépasser 6 400 ISO pour les deux reflex, mais le modèle Pentax propose une meilleure gestion du bruit électronique.

Le D5500 prend l'avantage sur son concurrent au niveau du module autofocus avec 39 collimateurs, contre seulement 11 sur le K-70. Le système se montre en outre plus réactif pour le suivi d'un sujet en mouvement. Le Nikon se montre plus rapide dans la plupart des exercices : mise sous tension, mise au point en pleine et basse lumière. L'écran LCD du Nikon est tactile, plus large et également monté sur rotule.

Le boîtier Pentax, lui, est plus résistant avec une finition à l'épreuve des intempéries. Il dispose en outre d'une stabilisation par déplacement du capteur qui fonctionne avec toutes les optiques. Le viseur optique du K-70 est largement meilleur que celui du D5500, avec un meilleur grossissement, une meilleure luminosité et un cadrage 100 %.

Au niveau de la vidéo, les deux reflex font jeu égal : l'autofocus est trop lent pour être réellement utilisable en suivi de sujet en déplacement, et le K-70 se montre trop bruyant.

Les deux boîtiers proposent une connexion Wi-Fi. Enfin, l'autonomie est clairement en faveur du Nikon qui permet pratiquement le double de déclenchements.

Au niveau du parc d'optiques, l'avantage va là aussi au Nikon, qui offre une gamme plus large, mais la gamme d'optiques Pentax n'est pas à bouder et comporte des modèles pancakes très intéressants, inexistants chez Nikon.

Canon EOS 760D

Fnac.com 599,99 €
Boulanger.com 599,99 € Voir l'offre
Digit-photo.com 709,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 709,00 € Voir l'offre
Amazon 754,55 € Voir l'offre
Priceminister 808,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 930,80 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Canon 760D

Avec un viseur optique (prisme) large et fidèle à 100 %, le K-70 prend l'avantage sur le 760D de Canon (pentamiroir). Il propose en outre une plage ISO plus large et, surtout, une meilleure gestion du bruit électronique. La latitude d'exposition joue également en faveur du Pentax, malgré la présence, dans les deux boîtiers, d'un capteur APS-C à 24 Mpx. Le boîtier du K-70 est plus résistant, avec une finition à l'épreuve des intempéries. Notez que l'optique 18-135 mm livrée en kit est également résistante.

De son côté, le reflex Canon propose un module autofocus plus complet (19 collimateurs croisés, contre 11 sur le Pentax). En visée sur écran, le module hybride s'avère également plus performant. Ce module AF permet au 760D de prendre l'avantage en mode vidéo, notamment avec des optiques STM très silencieuses. Aucun des boîtiers ne propose une sortie casque. Le reflex Canon propose un écran LCD monté sur rotule, mais également tactile, une fonctionnalité qui fait cruellement défaut au K-70.

Au niveau de l'autonomie, les deux reflex font jeu égal.

Au niveau du parc d'optiques, l'avantage va au reflex Canon qui, comme le Nikon, offre une gamme plus large. Mais là encore, la gamme d'optiques Pentax comporte des modèles très intéressants.

+
  • Belle qualité de finition (résistance aux intempéries)
  • Belle qualité d'image jusqu'à 6 400 ISO
  • Écran monté sur une rotule
  • Viseur optique 100% agréable
  • Stabilisation mécanique du capteur
  • Pixel Shift efficace pour la photographie d'objet
  • Bonne latitude d'exposition (RAW)
  • Wi-Fi intégré
  • Enfin un autofocus continu en vidéo, mais...
  • Possibilité d'enregistrer les fichiers bruts au format DNG
  • Deux molettes de réglages (avant / arrière)
  • Déclenchement bruyant
  • Autofocus en retrait par rapport à la concurrence
  • Écran non tactile
  • Autofocus continu en vidéo toujours trop lent
  • Autonomie de la batterie trop limitée pour un reflex (moins de 500 vues)
  • Optique 18-135 mm livrée en kit non motorisée SDM
  • Pas de puce NFC pour faciliter la connexion Wi-Fi
  • Pas de sortie casque pour l'enregistrement vidéo
  • Mise sous tension trop lente pour un reflex (sans doute en partie due à la stabilisation mécanique)
  • Promesse des 6 ips non tenue (seulement 5 ips en JPEG ou RAW)
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Pentax K-70
Amazon 664,90 €
LDLC 669,95 € Voir l'offre
Boulanger.com 699,00 € Voir l'offre
Fnac.com 699,99 € Voir l'offre
Amazon 1044,90 € Voir l'offre
Digixo 1044,90 € Voir l'offre
Boulanger.com 1099,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1099,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Contenus sponsorisés