CapteurLive MOS 10 Mpix (11,8 Mpix au total), format 4:3 (17,3 x 13 mm)
Monturebaïonnette 4/3
Stabilisationoui, par déplacement du capteur
Antipoussièreoui, par onde supersonique
Viseuroptique, pentaprisme (champ couvert 95%, grossissement de 0,92x)
Écran2,7 pouces (6,9 cm), 230 000 points
Mise au pointTTL par détection de phase. 3 collimateurs AF, sensibilité 0 - 19 IL (100 ISO). Visée directe, AF par détection de contraste sur 11 points et système de détection des visages.
Modes autofocussingle, continu, manuel
Mesures d'expositionMesure TTL pleine ouverture sur 49 segments. Matricielle, pondérée centrale, spot, haute lumière, basse lumière
Modes d'expositionAuto, P, S, A, M, et 20 modes scènes
Vitesse d'obturation60 - 1/4000 s, pose B, synchro flash 1/180 s
Motorisation3,5 i/s en JPeg limitée par la capacité de la carte mémoire. 3,5 i/s en Raw sur 8 vues
Sensibilité ISOAUTO, 100-1600 ISO par incrément de 1 IL
Mémoire1 emplacement CompactFlash + 1 emplacement pour carte xD
Alimentationbatterie Li-Ion BLM-1, 7,2V, 1500 mAh
ConnexionUSB 2, sortie vidéo, infrarouge
Dimensions136 x 91,5 x 68 mm
Poidsxx g (avec batterie, carte, courroie) et xx g avec 14-42 mm.
LogicielsOLYMPUS Master 2 (Logiciel sur CD-ROM), OLYMPUS Studio 2 Trial (Téléchargement du logiciel)
Dans la boîteBC-1 (Bouchon boîtier), BLM-1 (Batterie), BCM-2 (Chargeur de batterie pour BLM-1), EP-4 (Œilleton pour la gamme E-400 et la gamme E-500), courroie, CB-USB6 (Câble USB), CB-VC2 (câble vidéo pour le E-330, la gamme E-400 et la gamme E-500 ), mode d'emploi

Caractéristiques

olympus e-520 test

Avec le **E-520**, Olympus développe sa lignée de reflex amateurs dotés des derniers raffinements technologiques de la marque : tout nouveau capteur LiveMos 10 Mpix au format 4/3, système antipoussière par onde supersonique, stabilisateur intégré au boîtier, visée sur écran LCD à technologie HyperCrystal, accès direct aux réglages sur l'écran...

Tout comme le E-420 récemment testé, les nouveautés du dernier-né Olympus ne sont pas immédiatement identifiables : si l'on note quelques modifications, notamment l'écran LCD plus large (2,7 pouces contre 2,5 pouces sur le précédent modèle), l'aspect extérieur reste globalement inchangé. L'ergonomie de la série E-5xx ne souffrant pas de défauts majeurs, cela n'est pas réellement un inconvénient. Pour trouver les véritables évolutions, il faudra s'enfoncer dans les méandres électroniques du boîtier. Les algorithmes de traitement des images ont été améliorés, le capteur Live MOS est issu d'un nouveau cru sensé apporter un gain dans la dynamique des images. La rafale est également revue à la hausse avec une intéressante cadence à 3,5 i/s et l'autofocus reste figé à l'antique système sur 3 points qui équipait déjà les premiers reflex amateurs de la gamme (E-400 / E-500), le système de mise au point en mode visée directe (par détection de contraste) évolue et utilise désormais 11 collimateurs et la reconnaissance des visages.

Le kit (livré avec un 14-42 mm f/3,5-5,6 ou en double kit avec 40-150 f/4-5,6 supplémentaire) n'évolue malheureusement pas et pour plus de confort, on aurait pourtant bien aimé retrouver une nouvelle optique dotée d'une motorisation interne. Pour cela, il faudra se retourner vers l'excellent 12-60 mm f/2,8-4 certes beaucoup plus cher...

Ne boudons pas notre plaisir (le 14-42 mm n'est vraiment pas un mauvais objectif) et voyons quelles surprises nous réserve cet Olympus E-520.

Prise en main

olympus E-520 test

Ceux qui connaissent déjà le précédent modèle (Olympus E-510) ne noteront pas de différence significative. Le **E-520** est en effet construit sur la même base et le boîtier est quasiment identique. Les plus perspicaces auront toutefois noté quelques changements cosmétiques. La couleur bleue remplace le vert des inscriptions du boîtier et un liseré bleu vient également rehausser la molette de choix des modes d'exposition. Une couleur qui vient également rappeler le liseré bleu présent sur l'objectif.

Bien sûr, la différence la plus visible reste l'écran LCD qui passe d'une diagonale de 2,5 pouces à 2,7 pouces. Pour le reste, le E-520 est pratiquement en tous points identique à son prédécesseur.

Le boîtier ne souffrait pas de défauts rédhibitoires. Le E-520 conserve donc une bonne ergonomie et une prise en main agréable avec une poignée confortable et des commandes bien placées. On regrette juste peut-être l'emplacement des deux touches (Fn et ...) sur la droite du boîtier. Si elles sont facilement accessibles avec le pouce, celui-ci est monopolisé et il est impossible d'effectuer un réglage à l'aide de la molette.

olympus E-520 test

Olympus E-520 avec le 14-42 mm f/3,5-5,6.

olympus E-520 test

Olympus E-520 de dos.

Interface

Le boîtier du E-520 est donc un agréable compromis entre une petite taille et une bonne prise en main. Un sentiment renforcé par l'interface, très réussie, du boîtier. Si le E-510 est clairement orienté grand public, le boîtier dispose de nombreux raccourcis qui raviront ceux qui veulent pouvoir modifier rapidement les paramètres de prise de vue. De primes abords, une telle profusion de touches peut impressionner le novice, mais leur emploi n'est pas indispensable.

Le dessus de la poignée regroupe l'essentiel d'un appareil photo : le levier de mise en route, le déclencheur, le barillet de sélection des modes d'exposition, le correcteur d'exposition et une molette de réglage. Le levier de mise en route situé sur le côté du barillet n'est guère appréciable. Celui-ci est difficilement accessible et la manipulation requiert parfois de précieuses secondes. Une commande de mise en route autour du déclencheur (comme sur les Pentax ou les Nikon) reste, me semble-t-il plus efficace. Le barillet de sélection des modes d'exposition a été modifié et est beaucoup plus facile à manipuler : bon point.

olympus E-520 test

Outre les classiques modes P,A,S,M, auto et quelques modes résultats (portrait, paysage, macro, sport et portrait de nuit), le barillet dispose d'une position "scène" pour paramétrer rapidement son appareil en fonction de la prise de vue (portrait, haute lumière, basse lumière, stabilisation, bougie, panoramique (avec une carte xD spécifique), document, neige...).

À l'opposé, on retrouve sur le dessus de l'appareil la commande de flash (pour le déploiement et l'accès aux différents modes) ainsi que la motorisation (mode rafale, retardateur, télécommande...). Bon à savoir, cette dernière commande est personnalisable. Il est possible d'assigner d'autres fonctions à cette touche, comme la sensibilité ISO, la mesure d'exposition, la balance des blancs, le mode AF ou la zone AF.

olympus E-520 test

Les indications signalées en blanc sur le boîtier concernent la prise de vue, alors que les pictogrammes, désormais bleus, sont opérationnels en mode lecture.

L'arrière de l'Olympus E-520 est relativement impressionnant par la multitude de commandes. Sous la molette de réglage, vous retrouverez une touche pour sélectionner le collimateur AF et une commande "Fn" personnalisable (notamment pour passer simplement et rapidement en mode Raw). Vous pouvez ainsi choisir de réglage de la balance des blancs personnalisée, de prendre une photo test (sans enregistrement), ou d'utiliser My Mode. Ce dernier est particulièrement intéressant, puisqu'il est possible d'enregistrer 2 configurations personnalisées de l'appareil (par exemple un mode noir & blanc en haute sensibilité avec stabilisation). Une simple pression sur "Fn" et l'appareil se paramètre selon vos désirs. Notez qu'il est possible, pour plus de souplesse, d'intervertir les fonctionnalités des touches AEL/AEF et Fn.

Outre la traditionnelle croix de sélection qui permet de définir rapidement la balance des blancs, le mode AF, la sensibilité et le mode de mesure de la lumière, deux nouveaux boutons font leur apparition. Le premier, IS, détermine le mode de stabilisation optique (par déplacement du capteur). Le mode IS1 détecte les mouvements aussi bien horizontalement que verticalement alors que le mode IS2 ne prend en compte que les mouvements verticaux pour réaliser des filés horizontaux; et le mode IS3 permet, quant à lui, de réaliser des filés verticaux (stabilisation sur l'axe horizontal). Sur la gauche de l'appareil, vous retrouverez les accès pour la lecture et l'effacement des images, les menus et un bouton info particulièrement intéressant pour régler rapidement l'appareil sur l'écran LCD.

olympus E-520 test

De nombreux raccourcis, une commande personnalisable : le E-510 se révèle très efficace à l'usage.

L'écran LCD est également nouveau. Il s'agit d'un écran de 2,7 pouces affichant 230 000 points et dispose de la technologie HyperCrystal qui utilise une partie de la lumière incidente pour augmenter la luminosité (technologie semi-transmitive). Sans être d'un confort exceptionnel en plein soleil, force est de reconnaître que l'écran de l'Olympus E-520 est meilleur que la plupart des concurrents. Toutefois, on aurait aimé un détecteur de visage pour que celui-ci s'éteigne automatiquement lors de la prise de vue (plus de confort et économie d'énergie).

Menus

samsung gx20 test

L'Olympus **E-520** ne possède pas d'écran LCD sur le dessus de l'appareil. Pour connaître la configuration de votre appareil, il faut passer par l'écran LCD. Une pression sur la touche INFO vous dirige vers un écran récapitulatif. Contrairement au précédent modèle qui permettait d'afficher deux niveaux de lecture (simplifié et avancé), le nouveau reflex ne dispose que du mode "expert", ce qui est bien regrettable. Vous retrouverez de nombreux paramètres la saturation, la netteté, un réglage des courbes tonales, l'espace colorimétrique ou les réglages pour le flash. Cette profusion d'informations peut déconcerter le novice qui n'a que faire du réglage de la balance des blancs sur les axes ambre-bleu et magenta-vert. Ici encore, Olympus affiche clairement sa position : le **E-520** est certes un reflex grand public, mais il peut se muer rapidement en reflex pour photographes avertis. Pour modifier un paramètre ? Rien de plus facile, il suffit d'appuyer sur OK (au centre de la croix de sélection) et de choisir à l'écran l'option à modifier. Hormis la vitesse ou l'ouverture qui se règle via la molette, tous les autres paramètres sont directement et facilement accessibles. Un mode de fonctionnement très intuitif que d'autres constructeurs (comme Canon ou Nikon) n'ont pas hésité à imiter.

Les menus du E-520 sont assez linéaires et il est parfois difficile de s'y retrouver. Les appellations sont confuses et rien ne vient sauver le débutant en photo qui se trouve noyé sous un flot impressionnant de possibilités. Un point sur lequel Olympus peut progresser.

| |
|
| olympus E-520 test

| olympus E-520 test |

Paramétrer le E-520 est un jeu d'enfant : il suffit de cliquer sur OK et de choisir l'option en se déplaçant sur l'écran au dos de l'appareil (gauche). Le nombre d'options est (trop) impressionnant. Vous pouvez même corriger la balance des blancs selon les axes Ambre - bleu / Vert - magenta. Seuls les experts apprécieront réellement...(droite).

| |
|
| olympus E-520 test

| olympus E-520 test |

Certaines touches du boîtier sont personnalisables (gauche). Les menus sont parfois alambiqués et quelques explications pourraient être d'une aide précieuse.

Vous trouverez ci-dessous une vidéo présentant les menus de l'Olympus E-520.

Olympus E-520 menus
envoyé par focusnumerique

Vous trouverez ci-dessous une vidéo présentant les menus (mode lecture)de l'Olympus E-520.En mode lecture, le boîtier propose d'agréables options comme un mode comparatif qui permet d'afficher deux images juxtaposées. Il est alors possible de zoomer et de se déplacer sur les deux images en même temps. Un mode idéal pour comparer une série d'images. Vous retrouverez les principales fonctionnalités dans la vidéo ci-dessous.

Olympus E-520 menus lecture des images
envoyé par focusnumerique

Logiciels

L'Olympus E-520 est livré avec Olympus Master 2 qui permet de gérer correctement ses images. Avec un environnement Windows, le logiciel est assez réactif, beaucoup plus réactif que la version Mac OS X.

olympus e-420 test

Olympus Master 2 présente une interface relativement classique et moderne (dans une seule fenêtre).

olympus e-620 test

Olympus Master propose les options classiques de retouche : redimensionnement, recadrage, texte, contraste, courbe tonalité, gamme, monochrome, réduction des yeux rouges... Intéressant, le logiciel propose de visionner l'effet et de comparer par rapport à l'original. Seul problème, les modifications ne sont pas appliquées temps réel. Vous pouvez naturellement créer des emails, lancer des impressions ou partager vos images avec des slideshow. C'est également avec Olympus Master 2 qu'il est possible de réaliser des vues panoramiques en collant plusieurs images. Une opération qui nécessite une carte xD spécifique.

olympus e-620 test

Bien entendu, Olympus Master gère parfaitement les fichiers Raw (.orf) et permet une édition et une retouche des fichiers bruts via une interface assez austère. Travailler en Raw nécessite une configuration puissante et les modifications sur le fichier demandent plusieurs secondes avant de s'afficher.

olympus e-620 test

Dans une interface noire de rigueur, Olympus Studio 2 offre naturellement beaucoup plus de possibilités (99 euros, il est livré avec le E-420 en version d'essai) et permet une édition plus fine des fichiers Raw notamment. L'utilisateur pourra également corriger les poussières et les défauts classiques des optiques (déformation géométrique, aberrations chromatiques...), . Le logiciel n'est pas très rapide et corriger des fichiers Raw demande une configuration également puissante pour un travail fluide.

olympus e-620test

Olympus Studio 2 permet également de piloter le reflex via un câble USB à l'aide d'un PC. Malheureusement et malgré la présent d'un capteur Live MOS, il est impossible de visualiser directement sur l'écran du PC la visée de l'appareil. Dommage ! (le logiciel ne propose qu'un simple aperçu).

Alimentation, stockage

Alimentation

L'Olympus E-520 est équipé d'une batterie Lithium-Ion BLM-1 (7,2V, 1500 mAh) qui se charge en 4h30 heures avec le chargeur livré, ce qui est particulièrement long. Lors de nos tests, cette batterie a permis de réaliser un peu plus de 700 vues dans le cadre d'une utilisation classique : prise de vue avec viseur optique, avec visée sur écran LCD, visualisation sur écran LCD, réglage de l'appareil, utilisation du flash. Des résultats en accord avec l'autonomie des autres boîtiers reflex, même si certains modèles peuvent atteindre le millier de déclenchements avec une seule batterie. Ici, la visée sur écran LCD et les réglages grèvent sans doute l'autonomie du boîtier.

olympus e-520 test

La batterie du **E-520** est identique à celle qui équipait déjà le E-510 et également le E-3.

Stockage

Côté mémoire, vous retrouverez sur le E-520 à la fois un slot pour carte xD et Compact Flash. Une heureuse initiative qui permet aux possesseurs d'appareils Olympus de recycler leurs cartes xD et aux nouveaux acquéreurs de ne pas être prisonniers d'un format encore marginal. Dès qu'une carte mémoire est pleine, l'appareil poursuit l'enregistrement sur l'autre carte. Dommage qu'il soit impossible de séparer à l'enregistrement les fichiers Raw sur un carte et les fichiers JPeg sur une autre. Cela serait bien pratique pour l'editing rapide d'un côté, et le travail plus approfondi de l'autre. Alors que tous les constructeurs migrent vers le format SD, l'obstination du constructeur (à l'origine du format xD) tient véritablement de l'entêtement.

olympus e-520 test

Le slot Compact Flash est compatible Type I et II.

Connexions

Au niveau des connexions, l'Olympus E-520 est assez mal équipé. Il ne dispose que d'un seul port USB propriétaire qui sert à la fois pour le transfert des données et de la vidéo. Pas de prise pour l'alimentation secteur ni pour une télécommande, ce qui pour certains usages, est regrettable. Le port USB 2 n'est pas très rapide. Comptez presque 16 secondes pour transférer 10 images, alors qu'un bon lecteur de cartes ne requiert que 6 secondes.

olympus e-520 test

Le port USB est malheureusement propriétaire.

Antipoussière, stabilisation

olympus antipoussière

Antipoussière

Les poussières sont de véritables plaies pour les capteurs numériques. Chargées électriquement, les particules viennent littéralement se coller sur le capteur créant des tâches et des halos sur les photos. Conscient du problème, Olympus fut le premier constructeur a intégrer un système antipoussière. Depuis, d'autres constructeurs (Sony, Pentax, Canon...) ont également adopté des solutions pour limiter les dégâts.

Pourtant, selon certains tests, le système d'Olympus, qui fonctionne par ondes supersoniques, semble le plus performant, voire le seul véritablement efficace. Le capteur est totalement protégé dans un système hermétique protégé par le filtre supersonique. Positionné juste derrière l'obturateur, il précède le filtre passe-bas et le capteur. Une partie adhésive positionnée en dessous récupère et capture également les poussières.

| |
|
| Olympus E-520 antipoussière | Olympus E-520 antipoussière |

Localisation du filtre antipoussière.

Si le système semble une fois de plus fonctionnel (nous n'avons pas eu l'ombre d'une poussière pendant toute la durée de nos tests), il pénalise légèrement le E-520 au démarrage et demande moins d'une seconde pour fonctionner (une diode bleue clignote pendant le processus). C'est malheureusement le prix à payer pour ne pas à avoir à "dépetouiller" ses images sur l'ordinateur après les prises de vue. Ci-dessous, vous trouverez une image réalisée à f/22 : pas l'ombre d'une poussière gênante.

[Olympus E-520 antipoussière

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e-520-antipoussiere.JPG)

Vous pouvez télécharger l'image en cliquant dessus.

Stabilisation

L'Olympus E-520 est équipé d'un nouveau système de stabilisation qui permet désormais 4 : éteint, IS1, IS2, IS3. Le premier mode stabilise le capteur sur les deux axes. Les deux autres modes ne stabilisent que sur un seul axe (vertical ou horizontal) pour permettre de réaliser des filés.

La stabilisation mécanique devient réellement perceptible à partir du 1/10 s (6 vues acceptables sur 10 photos). Si l'on considère la vitesse limite théorique au 1/60 s (focale 60 mm), le système apporte un gain plus proche de 2 vitesses que de 3 vitesses.

Olympus E-520 stabilisation

Olympus E-520 stabilisationExemple de photo réalisée à main levée (focale 60 mm eq. 24x36) 1/10 s 1600 ISO avec la stabilisation activée.

Flash

olympus E-520 test

L'**Olympus E-520** est équipé d'un flash intégré d'un nombre guide de 12 et dispose d'un correcteur (+/- 3 IL) et des modes classiques : réduction des yeux rouges, synchro lente, synchro deuxième rideau...

La synchro s'opère au 1/180 s. En plein jour (pour des mariages par exemple), cette vitesse sera sans doute insuffisante et vos images seront sans doutes surexposées. Pour éviter cela, il faudra recourir à des flashes externes qui permettent un mode stroboscopique (FL-50 ou FL-36) pour des obturations jusqu'à 1/4000 s. Il permet également de piloter 3 groupes de flashes distants sans fil (modèles FL-50R et FL-36R). Il est possible alors de créer rapidement un petit studio transportable.

La potence du flash n'est pas très importante et il n'est pas rare d'avoir une ombre portée sur les clichés avec un gros zoom.

C'est également le flash qui sert d'assistant AF pour les scènes sombres. Malheureusement, le crépitement du flash n'est ni discret ni bien supporté par les sujets...

olympus E-520 flash

À environ 1,5 mètres, le flash intégré donne de bons résultats. Le visage est bien exposé et la balance des blancs réagit correctement.

Visée, autofocus

Olympus E-520 visée

Visée

Le viseur du E-520 est relativement petit par rapport aux autres modèles. Une taille inhérente au format 4/3 plus petit que le format 3/2 adopté par la marque. Malgré l'étroitesse, la visée reste relativement confortable par une assez bonne luminosité. Comme sur les précédents modèles de la marque, l'affichage des indications de prise de vue est déporté sur la droite de la visée. Personnellement, je trouve cette position plus contraignante que l'affichage plus "classique" sur la base du viseur. Toutefois, c'est avant tout une affaire de goût, certains de mes collègues préférant cette localisation. Le viseur permet de visualiser approximativement 95% de la photo enregistrée ce qui correspond à la moyenne des autres modèles concurrents. Le grossissement de 0,92x est également dans la moyenne. On attend avec impatience le viseur optique 1x ou plus (comme le E-3), pour que les viseurs permettent enfin de...viser véritablement.

Pour viser, vous pouvez également utiliser l'écran LCD de 2,7 pouces. Celui-ci est de qualité et dispose de la technologie HyperCrystal qui assure une bonne luminosité même en pleine lumière. Les angles de vision sont assez larges, mais l'écran reste fixe. La visée offre un champ de 100% et l'affichage reste propre même en basse lumière. On pourra toutefois lui reprocher un manque de fluidité dans certaines situations.

En mode Liveview (visée directe), il est possible d'afficher de nombreuses informations sur l'écran (comme sur un compact). Ainsi, vous pourrez profiter d'un histogramme d'exposition, de plusieurs grilles d'aide à la composition (échelle, tiers...), d'une prévisualisation de la balance des blancs ou de la compensation d'exposition. Vous pourrez même zoomer sur une partie de la scène afin de vérifier la mise au point (7x ou 10x). Cette fonction s'avère très pratique pour les macros ou les prises de vue en studio, ou il est possible de peaufiner sa mise au moins de façon très précise.

| |
|
| Olympus E-520 visée LCD | Olympus E-520 visée LCD |

Avec la visée LCD, il est possible de faire apparaitre en surimpression un grand nombre d'informations comme sur les compacts numériques. On retrouvera par exemple la visée graduée pour une composition au cordeau.

| |
|
| Olympus E-520 visée histogramme | Olympus E-520 visée LCD |

L'histogramme d'exposition fait son grand retour sur un reflex. Pour faciliter la mise au point manuel, il est possible d'effectuer un zoom sur la scène.

Vous trouverez ci-dessous une vidéo qui présente les différentes possibilités du mode visée directe.

Olympus E-520 liveview
envoyé par focusnumerique

Olympus E-520 visée optiqueSur le E-520, les informations sont situées sur la gauche du viseur. Malheureusement, la sensibilité ISO n'est pas indiquée.

En mode visée vidéo, il est également possible de retrouver les sensations de la stabilisation optique. En effet, en appuyant sur la touche IS de manière prolongée, il est possible d'activer la stabilisation mécanique pendant la prise de vue. Ci-dessous, vous retrouverez une petite vidéo présentant la visée sur écran LCD.

Autofocus

Pas de changement sur le système autofocus du E-520. On reste malheureusement sur un module 3 points (assez rapprochés) qui se révèle pertinent en pleine lumière, mais beaucoup moins réactif en basse lumière. La mise au point reste assez réactive jusqu'à un certain seuil de lumière au-delà duquel l'AF patine et ce seuil arrive plus rapidement qu'avec d'autres reflex. Après avoir essayé le système autofocus du E-3, on se demande pourquoi la marque n'a pas développé une version allégée (moins de collimateurs) du système pour ses reflex d'entrée de gamme.

Bien sûr, la nouveauté reste le système autofocus par contraste (comme sur les compacts). Celui-ci dispose de 11 collimateurs et peut être épaulé par un système de détection des visages. Dans l'ensemble, ces deux modes autofocus (uniquement en mode visée directe) ne sont pas très rapides et semblent un peu moins réactifs que le système du Panasonic L10 pourtant identique.

Reste également le problème des mouvements du miroir avant le déclenchement. En effet, l'obturateur nécessite un mouvement du miroir afin de fonctionner pour la prise de vue. Résultat, même en mode visée directe, le miroir effectue un aller-retour parfaitement inutile et bruyant. Impossible donc de prendre un cliché sans bruit et pire encore, la latence au déclenchement atteint presque 0,5 seconde. Notez qu'il existe un système de mise au point hybride qui utilise l'autofocus par contraste pour dégrossir le travail et l'autofocus par différence de phase (avec le miroir) pour réaliser le point et prendre la photo.

Nous avons également mesuré le temps de mise au point de l'Olympus E-520 avec le 14-42 mm sur une mire placé à 80 cm de l'appareil. L'objectif est placé à 14 mm, f/3,5 en enregistrant le son lors de la mise au point. Vous trouverez ci-dessous les graphiques des enregistrements sonores de la mise au point. Notez que la plupart des objectifs 4/3 disposent d'une bague de mise au point manuelle assistée (une motorisation électrique) et qu'à l'extinction, l'objectif se positionne automatiquement à l'infini. Nous avons testé à la fois l'autofocus classique et le mode visée directe. Notez également que l'autofocus LiveView ne fonctionne pour l'instant qu'avec 3 objectifs 4/3 Olympus : 14-42 mm , 40-150 mm et le dernier 25 mm. Deux objectifs Panasonic (14-50 mm et Leica Summilux 25mm f/1,4) sont également compatibles.

Olympus E-520 test

Le premier graphique montre l'enregistrement de l'autofocus avec le 14-42 mm en pleine lumière. En mode AF classique, le temps de latence est d'environ 0,5 s, ce qui est assez bonne performance en soi. Les résultats se corsent pour le module AF par contraste. Les résultats sont plus aléatoires et oscillent entre 1,8 et 2,1 s (comme montré ci-dessus, ce qui est beaucoup plus lent qu'avec le système classique). En basse lumière, l'AF classique fonctionne assez bien avec une latence pratiquement identique (0,5s), par contre l'AF par contraste semble moins précis et n'est pas parvenu à faire le point. Dans la pénombre, l'AF classique et par contraste n'ont pas réussi à faire le point. Le flash peut alors servir pour illuminer la scène et épauler le système AF.

Vous pouvez également écouter le podcast de Benoît Marchal (déclencheur.com) sur les systèmes AF avec Gunnar Bellstedt (Olympus France).
Comprendre l'autofocus d'un appareil photo avec Olympus

Performances

Performances

Le reflex Olympus E-520 est un appareil relativement rapide, mais hétérogène. Seule la mise sous tension est pénalisée à la fois par le système de nettoyage (SSWF) et la mise au point (l'objectif se positionne automatiquement à l'infini lorsque l'appareil est éteint). Dans notre procédure, nous ne pouvons pas placer le chronomètre assez loin et la mise au point est donc obligatoire. Le mode rafale tient toutes ses promesses avec une cadence à 3,6 i/s sur 10 vues. Seul le mode Raw + JPeg ralenti considérablement l'appareil. Bien sûr, l'autre point noir reste la latence au déclenchement en mode visée directe : 0,5 s.

Le mode liveview (visée sur écran lcd) est pénalisé par une latence du déclenchement de 0,5 s.

Les tests de performance ont été réalisés avec une carte CF Lexar Media professional 300x 8 Go UDMA.

temps commentaires
première image 1,7 s s mauvais (avec mise au point et nettoyage)
rafale en JPEG (100 ISO) 10 images en 2,8 secondes 3,6 s i/s. La cadence est légèrement supérieure à celle annoncée par OLymmus. La cadence baisse après 15 vues.
rafale en JPEG (1600 ISO) 10 images en 2,8 secondes 3,6 i/s. Aucun ralentissement avec la montée de la sensibilité.
rafale en JPEG (1600 ISO avec traitement du bruit électronique) 10 images en 2,9 secondes 3,6 i/s. Aucun ralentissement avec le traitement du bruit électronique.
rafale en RAW 10 images en 3 secondes 3,4 i/s. La cadence diminue après 10 vues
rafale Raw + JPeg 10 images en 8,8 s secondes 1,1 i/s. Le mode Raw + JPeg ralenti l'appareil à partir de 6 vues (6 i en 1,7 s soit 3,5 i/s)
entre 2 photos 0,600 s assez bien
entre 2 photos flash 0,7 s bien
Latence déclenchement mode visée directe 0,5 s mauvais

Précision, colorimétrie

Précision

Les tests de précision ont été réalisés avec l'optique 14-42 mm. À 100 ISO, le logiciel HyRes dénombre 2189 lignes ce qui est conforme à un capteur 10 Mpix et une optique de bonne facture. La conversion d'un fichier Raw (avec Olympus Studio 2) donne 2247 lignes ce qui est légèrement mieux, mais pas réellement déterminant.

[Olympus E-520test

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/E-520-100ISO.JPG)

Mire de résolution en JPeg avec le 14-42 mm mm.

Colorimétrie

En balance des blancs manuelle, le rendu colorimétrique naturel produit des clichés neutres et peu saturés. Le mode Vivid porte bien son nom et délivre des clichés plus vibrants, notamment dans les tonalités chaudes.

Olympus E-520 couleurs test

Olympus E-520 couleurs test

Gestion du bruit électronique

Bien sûr, la présence d'un nouveau capteur à l'intérieur du E-520 laisse augurer également une amélioration de la gestion du bruit électronique. Si la précédente famille de reflex (E-410 / E-510) délivrait des images relativement "propres", les différents constructeurs ont amélioré leurs algorithmes de traitement des images. Les images du E-420 nous ont un peu déçus, le grain est très (trop) rapidement visible et surtout il présente une trame visible peu naturelle. Malheureusement, le E-420 présente les mêmes symptômes. Alors qu'en est-il sur le E-520? Las, si les résultats sont meilleurs, il ne sont guère plus réconfortants et même avec un nouveau capteur (et donc probablement de nouveaux algorithmes de traitement), les images sont d'une qualité moindre dans pratiquement toutes les sensibilités, comparé à la plupart des concurrents et notamment les modèles Nikon et Canon.

Le traitement du bruit électronique est modulable selon 4 niveaux : pas de traitement, faible, standard et élevé. Vous trouverez ci-dessous la même scène photographiée avec les différents réglages. Nous avons également réalisé des prises de vue au format RAW (ORF) pour effectuer un traitement du bruit avec un logiciel spécialisé, ici Noiseware, avec les réglages par défaut.

olympus E-520 sensibilité résolution

Si les images conservent des détails jusqu'à 400 ISO, les photos perdent en précision à 800 et 1600 ISO.
  • [
ISO 100 NR off](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-100iso-NRoff-normal.JPG)
  • [
ISO 200 NR off](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-200iso-NRoff-normal.JPG)
  • [
ISO 400 NR off](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-400iso-NRoff-normal.JPG)
  • [
ISO 800 NR off](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-800iso-NRoff-normal.JPG)
  • [
ISO 1600 NR off](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-1600iso-NRoff-normal.JPG)

Olympus E-520 réduction du bruit désactivée 100 - 1600 ISO

  • [
ISO 100 NR faible](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-100iso-NRfaible-normal.JPG)
  • [
ISO 200 NR faible](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-200iso-NRfaible-normal.JPG)
  • [
ISO 400 NR faible](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-400iso-NRfaible-normal.JPG)
  • [
ISO 800 NR faible](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-800iso-NRfaible-normal.JPG)
  • [
ISO 1600 NR faible](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-1600iso-NRfaible-normal.JPG)

Olympus E-520 réduction du bruit faible 100 - 1600 ISO

  • [
ISO 100 NR standard](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-100iso-NRstandard-normal.JPG)
  • [
ISO 200 NR standard](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-200iso-NRstandard-normal.JPG)
  • [
ISO 400 NR standard](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-400iso-NRstandard-normal.JPG)
  • [
ISO 800 NR standard](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-800iso-NRstandard-normal.JPG)
  • [
ISO 1600 NR standard](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-1600iso-NRstandard-normal.JPG)

Olympus E-520 réduction du bruit standard 100 - 1600 ISO

  • [
ISO 100 NR élevée](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-100iso-NRfort-normal.JPG)
  • [
ISO 200 NR élevée](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-200iso-NRfort-normal.JPG)
  • [
ISO 400 NR élevée](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-400iso-NRfort-normal.JPG)
  • [
ISO 800 NR élevée](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-800iso-NRfort-normal.JPG)
  • [
ISO 1600 NR élevée](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-1600iso-NRfort-normal.JPG)

Olympus E-520 réduction du bruit élevée 100 - 1600 ISO

  • [
ISO 100 NR élevée](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-100iso-NRfort-auto.JPG)
  • [
ISO 200 NR élevée](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-200iso-NRfort-auto.JPG)
  • [
ISO 400 NR élevée](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-400iso-NRfort-auto.JPG)
  • [
ISO 800 NR élevée](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-800iso-NRfort-auto.JPG)
  • [
ISO 1600 NR élevée](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-1600iso-NRfort-auto.JPG)

Olympus E-520 réduction du bruit élevée 100 - 1600 ISO avec Shadow Adjustement

  • [
ISO 100 Raw](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-100iso-raw_filtered.JPG)
  • [
ISO 200 Raw](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-200iso-raw_filtered.JPG)
  • [
ISO 400 Raw](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-400iso-raw_filtered.JPG)
  • [
ISO 800 Raw](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-800iso-raw_filtered.JPG)
  • [
ISO 1600 Raw](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-1600iso-raw_filtered.JPG)

Olympus E-520 Raw traité avec NoiseWare 100-1600 ISO

Sans traitement du bruit, le moutonnement est visible dès la plus basse sensibilité : 100 ISO et devient particulièrement visible à 400 ISO. Comme souvent, 400 ISO est la limite au-delà de laquelle, le moutonnement devient très important. Les réglages "faible" et "standard" offre un meilleur rendu jusqu'à 400 ISO. Le mode faible permet de conserver beaucoup de détail, mais le moutonnement est important. Le mode de réduction du brui élevé est certes plus efficace, mais le lissage est également plus important et les détails sont mangés.

Le mode Raw et Noiseware ne sont guères plus efficaces. Là aussi, le lissage est important et les détails sont grignotés. Dans la plupart des cas, un réglage sur faible / standard semble être les meilleurs compromis grain / détails.

Quoi qu'il en soit, les différents rendus de l'Olympus E-520 sont souvent moins bons que les principaux concurrents. Vous pouvez comparer les images avec les résultats obtenus avec le Nikon D60, le Sony Alpha 200, le Pentax K200D ou le nouveau Canon EOS 1000D.

Vous pouvez également comparer l'Olympus E-520 avec son petit frère le E-420 sur la gestion du bruit électronique. Vous constaterez que les progrès sont notables.

  • [
ISO 100 NR off](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/48/nnikon-d60-100iso-pub.jpg)
  • [
ISO 200 NR off](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/48/nnikon-d60-200iso-pub.jpg)
  • [
ISO 400 NR off](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/48/nnikon-d60-400iso-pub.jpg)
  • [
ISO 800 NR off](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/48/nnikon-d60-800iso-pub.jpg)
  • [
ISO 1600 NR on](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/48/nnikon-d60-1600iso-pub.jpg)

Nikon D60 100 - 1600 ISO avec réduction du bruit

  • [
ISO 3200 NR on](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/48/nnikon-d60-3200iso-pub.jpg)

Nikon D60 3200 ISO avec réduction du bruit

  • [
ISO 100 NR](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/46/sony-alpha-200-100ISO-NRon.JPG)
  • [
ISO 200 NR](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/46/sony-alpha-200-200ISO-NRon.JPG)
  • [
ISO 400 NR](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/46/sony-alpha-200-400ISO-NRon.JPG)
  • [
ISO 800 NR](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/46/sony-alpha-200-800ISO-NRon.JPG)
  • [
ISO 1600 NR](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/46/sony-alpha-200-1600ISO-NRon.JPG)

Sony Alpha 200, 100 - 1600 ISO avec réduction du bruit

  • [
ISO 3200 NR](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/46/sony-alpha-200-3200ISO-NRon.JPG)
  • [
ISO 3200 Raw traité](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/46/sony-alpha-200-3200iso-raw-noiseware.jpg)

Sony Alpha 200, 3200 ISO avec réduction du bruit

  • [
ISO 100 NR + faible](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/57/pentax-k200d-100iso-nrpfaible.JPG)
  • [
ISO 200 NR + faible](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/57/pentax-k200d-200iso-nrpfaible.JPG)
  • [
ISO 400 NR + faible](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/57/pentax-k200d-400iso-nrpfaible.JPG)
  • [
ISO 800 NR + faible](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/57/pentax-k200d-800iso-nrpfaible.JPG)
  • [
ISO 1600 NR + faible](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/57/pentax-k200d-1600iso-nrpfaible.JPG)

Pentax K200D réduction du bruit la plus faible

  • [
ISO 100 NR on](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/66/canon-1000d-100iso-nron.JPG)
  • [
ISO 200 NR on](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/66/canon-1000d-200iso-nron.JPG)
  • [
ISO 400 NR on](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/66/canon-1000d-400iso-nron.JPG)
  • [
ISO 800 NR on](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/66/canon-1000d-800iso-nron.JPG)
  • [
ISO 1600 NR on](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/66/canon-1000d-1600iso-nron.JPG)

Canon EOS 1000D réduction du bruit activée 100 - 1600 ISO

  • [
ISO 100 NR faible](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/59/olympus-e420-100iso-NRfaible.JPG)
  • [
ISO 200 NR faible](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/59/olympus-e420-200iso-NRfaible.JPG)
  • [
ISO 400 NR faible](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/59/olympus-e420-400iso-NRfaible.JPG)
  • [
ISO 800 NR faible](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/59/olympus-e420-800iso-NRfaible.jpg.JPG)
  • [
ISO 1600 NR faible](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/59/olympus-e420-1600iso-NRfaible.JPG)

Olympus E-420 réduction du bruit faible

Exposition, RAW

Mesure de la lumière et dynamique

En mode de mesure matricielle (ESP) sur 49 segments, le reflex Olympus donne de bons résultats avec une exposition assez fidèle. Le reflex dispose de plusieurs réglages de luminosité : auto, normal, forte luminosité et ton grave. Le mode auto réalise automatiquement un ajustement des ombres (sorte de D-lighting version Olympus). Deux exemples sont présentés ci-dessous. Le mode forte luminosité sert pour la réalisation de High Key et le ton grave pour la réalisation de Low Key.

| |
|
| [olympus E-520 sensibilité résolution

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/E-520-rendu-auto.JPG) | [olympus E-520 sensibilité résolution](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/E-520-rendu-normal.JPG) |

| |
|
| olympus E-520 sensibilité résolution

| olympus E-520 sensibilité résolution |

Ces deux photos illustrent l'utilisation du mode "ajustement des ombres". À gauche, le rendu est activé en mode normal. La partie gauche de l'image est trop dense et les détails sont noyés dans la pénombre. En activant le mode rendu automatique, l'appareil équilibre automatiquement l'image. Les deux histogrammes montrent également comment les niveaux sont modifiés : la courbe remonte les zones foncées tout en préservant les hautes lumières. Bien sûr, cette astuce augmente également la présence du bruit dans les zones sombres.

Le nouveau capteur Live MOS est également plus performant concernant la dynamique des images. Avec l'Olympus E-420, les hautes lumières sont très souvent "grillées" sans aucun détail. Le E-520 se révèle beaucoup plus performant dans ce domaine. Toutefois, la dynamique reste toujours en retrait par rapport à la concurrence.

[olympus E-520 sensibilité résolution

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-dynamique2.JPG)

Photo assez difficile. Le E-520 est plus performant que son petit frère (E-420). Toutefois, le ciel et les nuages manquent toujours un peu de détails.

Raw

Le format Raw du E-520 reste sur 12 bits (sur ce point, on aurait aimé un échantillonnage plus important) et les fichiers sont toujours dans un format propriétaire ORF. Le capteur 10 Mpix délivre des fichiers bruts d'environ 10 Mo. Pour exploiter les données, il faudra donc utiliser les logiciels livrés avec le reflex ou attendre que les éditeurs de logiciels tiers mettent à jours leurs produits.

L'édition des fichiers Raw n'apporte pas de gain réellement significatif dans la qualité des images. Elle permet toutefois des corrections plus précises des images.

Exemples de photos

[

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-exemple1.JPG)

1/500 s, f/3,9, ISO 1600, 96 mm (eq. 24x26) avec objectif 12-60 mm

[

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-exemple2.JPG)

1/50 s, f/4, ISO 1600, 104 mm (eq. 24x26) avec objectif 12-60 mm

| |
|
| [

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-exemple3.JPG)
1/60 s, f/2,8, ISO 1600, 12 mm (eq.24x36) avec objectif 12-60 mm | [](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-exemple4.JPG)
1/80 s, f/4,5, ISO 100, 28 mm (eq.24x36) avec objectif 14-42 mm |

[

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-exemple5.JPG)

1/10 s, f/4, ISO 1600, 120 mm (eq. 24x26) avec objectif 12-60 mm

[

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-exemple6.JPG)

1/2500 s, f/3,5, ISO 100, 28 mm (eq. 24x26) avec objectif 14-42 mm

| |
|
| [

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-exemple7.JPG)
1/200 s, f/3,6, ISO 100, -1/3 EV, 60 mm (eq.24x36) avec objectif 12-60 mm | [](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-exemple10.JPG)
1/160 s, f/5,6, ISO 100, 44 mm (eq.24x36) avec objectif 14-42 mm |

[

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/64/olympus-e520-exemple9.JPG)

1/2500 s, f/5,6, ISO 100, 84 mm (eq. 24x26) avec objectif 14-42 mm

Vidéo de présentation

Présentation du test de l'Olympus E-520

This text will be replaced

Vous pouvez également retrouver cette vidéo sur DailyMotion.

Verdict

Olympus E-520 recommandé

Il y a tout juste un an, l'Olympus E-510 était un concurrent crédible face aux ténors du marché que sont Canon et Nikon. La fiche technique du dernier **E-520** est pratiquement identique à celle de son prédécesseur : capteur Live MOS 10 Mpix, stabilisation mécanique, système antipoussière (toujours le plus performant), visée sur écran LCD, paramétrage sur écran LCD, compacité et légèreté intéressantes...

Hormis l'intégration d'un écran LCD plus large (2,7 pouces), les innovations du E-520 sont peu nombreuses et se situent avant tout sur l'électronique, le traitement des images et un nouveau système autofocus par détection de contraste à 11 points.

Des innovations certes intéressantes, mais pas cruciales.

L'utilisation d'un nouveau capteur Live MOS laisser augurer une amélioration au niveau de la qualité des images. Certes, le traitement du bruit électronique est en progrès, mais il reste en deçà de la concurrence (notamment Canon et Nikon). La dynamique est également supérieure, mais là aussi, les résultats sont légèrement moins bons que les autres boîtiers. Olympus (et Panasonic par la même occasion) sont toujours confrontés à des problèmes liés à la petite taille du capteur 4/3. Alors que la tendance semble s'orienter vers des capteurs plus grands (plein format 24x36 : Nikon D700 et un probable remplaçant du Canon EOS 5D), Olympus est contraint de conserver son format 4/3. Pour faire "passer la pilule", les objectifs 4/3 devaient être plus légers, plus petits et surtout plus lumineux. Malheureusement, ce n'est pas vraiment le cas (malgré l'annonce du 25 mm f/2,8).

Notons toutefois quelques nouveautés intéressantes comme la possibilité de piloter des flashes sans fil, le mode rafale à 3,5 i/s ou le système autofocus par contraste sur 11 points. Las, la latence au déclenchement rend l'utilisation du mode visée directe plus ou moins aléatoire sur des sujets en mouvement.

Au final, le E-520 manque un peu d'ambition et se repose sur ses lauriers (stabilisation, antipoussière, visée directe...) sans vraiment innover. On aurait aimé un viseur optique plus large et donc plus confortable, une dynamique des images encore meilleure, des menus simplifiés (avec une aide), un autofocus en visée reflex plus performant et pourquoi pas un écran rotatif.

Quoi qu'il en soit, le E-520 dispose encore de solides arguments (antipoussière, bonne colorimétrie...) et d'améliorations intéressantes (rafale à 3,5 i/s, amélioration de la dynamique...) et mérite quand même un recommandé, mais la concurrence sera très rude. Notez que l'arrivée du E-520 devrait faire baisser sensiblement le prix du E-510. Les différences entre les deux boîtiers n'étant pas déterminante, ce dernier boîtier peut également être une excellente alternative.

| |
|
| La confrontation avec son petit frère, l'Olympus E-420 (testé) est bien sûr inévitable. Ce dernier a le net avantage du poids et de l'encombrement. Véritable poids plume, le E-420 séduira avant tout les photographes à la recherche d'un appareil léger et discret (l'optique 25 mm f/2,8 est un impératif). Pour le reste des fonctionnalités, les deux appareils partagent pratiquement la même fiche technique à une exception près : la stabilisation. Le E-420 est dépourvu du système (pas assez de place à l'intérieur du boîtier). Le E-520 conserve donc l'avantage sur ce point et propose également une meilleure gestion du bruit électronique et une meilleure gestion de la dynamique (le capteur 10 Mpix n'est pas identique à celui qui équipe le E-420). | Olympus E-420 |

| |
|
| Face au**Sony Alpha 200 (testé)**, l'Olympus E-520 présente mieux : la construction est plus rassurante et le boîtier est plus compact. La visée directe sur écran LCD, la cadence rafale à 3,5 i/s, un système antipoussière réellement efficace et l'autofocus par détection de contraste jouent en faveur du boîtier Olympus. Toutefois, le Sony Alpha 200 dispose également de solides arguments : le système autofocus sur 9 points est plus précis et plus confortable que le système 3 points du E-520. Si le viseur optique reste assez étroit, il est plus confortable également que celui d'Olympus. Les deux capteurs proposent la même définition (10 Mpix), mais les images du Sony Alpha 200 sont de meilleure qualité avec une gestion du bruit un peu meilleure. | Sony Alpha 200 |

| |
|
| Face à l'Nikon D60 (testé), l'Olympus E-520 présente quelques similitudes : capteur 10 Mpix, autofocus sur 3 points, système antipoussière, paramétrage sur écran LCD...Le modèle Olympus propose toutefois quelques avantages : visée directe avec autofocus par contraste, système antipoussière réellement efficace, stabilisation intégrée au boîtier, écran LCD plus large, rafale plus rapide, gestion des flashes sans fil...Le Nikon D60 fait la différence sur la qualité des images : la gestion du bruit est largement meilleure. L'autofocus est également légèrement plus réactif. | Nikon d60 |

| |
|
| Face aux**Pentax K200D (testé)**, l'Olympus E-520 présente toujours les mêmes avantages : facilité d'utilisation avec le paramétrage sur l'écran LCD, rafale à 3,5 i/s, système antipoussière vraiment efficace, et visée directe. Sur les autres points, le Pentax K200D se révèle plus intéressant : meilleure gestion du bruit, autofocus plus complet, viseur plus large, alimentation par piles AA, format Raw DNG, mode d'exposition à priorité sensibilité Sv. | Pentax K200D |

[notes(79)]

+
  • Le meilleur système antipoussière du marché
  • Très bonne ergonomie du boîtier, réglages directs sur écran LCD
  • Stabilisation performante et intégrée au boîtier
  • Mode rafale à 3,5 i/s en mode JPEG et Raw
  • Assez bonne autonomie de la batterie
  • Boîtier bien construit
  • Visée directe 100% avec autofocus par contraste et reconnaissance des visages
  • Bon rendu colorimétrique
  • Système autofocus assez rapide en pleine lumière
  • Kit livré (14-42 mm f/3,5-5,6) de bonne facture
  • Meilleure gestion de la dynamique que les précédents modèles
  • Technologie d'ajustement des ombres efficace
  • Gestion sans fil de flashes externes
  • Gamme d'optique complète au format 4/3
  • Offre logicielle complète
  • Compatibilité avec un important parc d'optiques
  • Viseur trop étroit
  • Gestion du bruit électronique perfectible dans les hautes sensibilités
  • Système autofocus 3 points limité
  • Visée LiveView peu intéressante, autofocus lent et latence au déclenchement importante
  • Pas de détection du visage pour éteindre automatiquement l'écran LCD
  • Menus complexes
  • Pas de déclenchement silencieux en mode LiveView
  • Dynamique des images encore trop réduite
  • Pas de connectique HDMI
  • Temps de recharge de la batterie
  • Pas de poignée d'alimentation
  • Pas de lampe d'assistance (le flash est utilisé)
  • Format Raw (ORF) propriétaire
  • Temps de recharge de la batterie très long (4h30)
  • Pas de visée sur écran d'ordinateur en mode contrôle
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Olympus E-520
Il n'y a actuellement aucune offre.