Le Nikon D850 séduit. Le Nikon D850 interroge. Lors de nos tests en extérieur, nombreux sont les photographes qui, une fois le nouvau modèle découvert, nous ont posé des questions. Les fichiers de 45 Mpx ne sont-ils pas trop volumineux ? Le viseur est-il si exceptionnel ? L'écran LCD orientable est-il si pratique ? L'autofocus est-il aussi performant ? Autant de questions auxquelles nous allons répondre dans notre test.

CapteurCMOS rétroéclairé 24x36 de 45,4 Mpx (sur 46,89 Mpx au total)
MontureF
Optique livréeselon kit
StabilisationSelon les optiques
AntipoussièreNettoyage du capteur d'image, données de référence pour la fonction de correction de la poussière (logiciel Capture NX-D requis)
ViseurPentaprisme. Grossissement de 0,75x. Couverture de champ de 100%. Dégagement oculaire de 17 mm
Flashnon
ÉcranLCD de 8,1 cm. Tactile et inclinable vers le haut et le bas. Définition de 2 359 000 points.
Mise au pointÀ détection de phase TTL, par module autofocus Multi-CAM 20K avec réglage précis et 153 points AF (avec 99 capteurs en croix et 15 capteurs compatibles avec une ouverture de f/8), dont 55 (35 capteurs en croix et 9 capteurs compatibles avec une ouverture
Modes autofocusAF-C, AF-S, AF-F (vidéo) et manuelle
Mesures d'expositionSystème de mesure de l’exposition TTL avec capteur RVB d’environ 180 000 photosites. Pondérée centrale, matricielle, spot et pondérée pour les hautes lumières. Correction d'exposition sur +/- 5 IL.
Modes d'expositionPSAM
Vitesse d'obturation1/8000 à 30 s, par incréments de 1/3, 1/2 ou 1 IL, pose B, pose T, synchro flash 1/250 s
MotorisationJusqu'à 7 ips en pleine définition et jusqu'à 9 ips avec poignée d'alimentation + batterie EN-EL18b
Sensibilité ISO64 à 25 600 ISO extensible de 32 à 102 400 ISO
Mémoire1 emplacement SD (compatible UHS-II) et XQD
Format image photoRAW (NEF) 12 ou 14 bits / JPEG
Format image vidéo3840 x 2160 (4K UHD) ; 30p (progressif), 25p, 24p 1920 x 1080 : 60p, 50p, 30p, 25p, 24p 1280 x 720 : 60p, 50p 1920 x 1080 (ralenti) : 30p x4, 25p x4, 24p x5
AlimentationLi-ion EN-EL15a (1840 vues selon CIPA)
ConnexionUSB 3, HDMI (type C), entrée micro, sortie casque, télécommande 10 broches, Wi-Fi, Bluetooth
Dimensions146 x 124 x 78,5 mm
Poidsenviron 1005 g
LogicielsSuite logicielle Nikon

Présentation
Prise en main et fonctionnalités

Pour son centenaire, Nikon a donc dévoilé un nouveau reflex 24 x 36 aux spécifications très haut de gamme qui n'hésitera pas à venir "chatouiller" le D5 dans le stade avec sa rafale capable d'aligner jusqu'à 9 ips et le 5DsR de Canon en studio avec une définition record, pour Nikon, de plus de 45 Mpx. Un boîtier équilibré et polyvalent, puisqu'il dispose également d'un mode vidéo UHD.

Fiches techniques comparées

Avant de commencer le tour du propriétaire, il est intéressant de positionner le D850 face à son principal concurrent au niveau de la définition : le Canon 5DsR. Nous vous proposons également la fiche technique du Nikon D810 qu'il remplacera à terme pour noter les évolutions.

Clairement, le reflex de Canon malgré son capteur à 50 Mpx, est globalement en retrait par rapport au tout nouveau reflex Nikon. Le 5DsR accuse clairement son âge. Si le capteur Canon domine encore la course aux pixels, celui du reflex Nikon dispose d'une technologie BSI (Back Side Illuminated / rétroéclairé) plus moderne. D'ailleurs, il est intéressant que Canon n'ait pas développé de capteur de ce type en ce concentrant que sa technologie — unique — de Dual Pixel AF. Sur pratiquement toutes les autres caractéristiques techniques, le D850 prend l'avantage sur son concurrent de la marque rouge. Le viseur optique est nettement plus spacieux, la rafale nettement plus rapide, le module autofocus plus complet et plus sensible, la mesure plus précise, la plage de sensibilité ISO plus large, l'enregistrement vidéo plus complet. En outre, le D850 dispose d'un écran LCD inclinable, tactile et plus précis et, malgré tout cela, le reflex offre une autonomie plus de deux fois supérieure à celle du Canon.

Nikon D850 Canon 5DS R Nikon D810
Année 2017 2015 2014
Résolution 45,4 Mpix 50,6 Mpx 36,3 Mpx
Capteur CMOS rétroéclairé (BSI) 24x36 mm CMOS 24x36 CMOS 24x36
Taille des photosites 4,36 µm 4,13 µm 4,88 µm
Monture F EF F
Taille de l'image 8256 x 5504 px 8688 × 5792 px 7360 × 4912 px
Filtre passe-bas non non non
Raw 12/ 14 bits (différentes tailles et différentes compressions) 14 bits (différentes tailles) 12/ 14 bits (différentes tailles et différentes compressions)
Stabilisation non (selon optique) non (selon optique) non (selon optique)
Processeur d'image Expeed 5 2x DIGIC 6 Expeed 4
Visée optique (pentaprisme) optique (pentaprisme) optique (pentaprisme)
Champ couvert par la visée 1 1 1
Grossissement 0,75x 0,71x 0,7x
Flash intégré non non oui
Synchro flash 1/250 s 1/200 s 1/250 s
Stockage 1x SD (UHS-II) 1x XQD 1x CF (UDMA 7) 1x SD (UHS-I) 1x CF (UDMA 7) 1x SD (UHS-I)
Rafale 7 ips / 9 ips avec grip et batterie EN-EL18b) 5 ips 5 ips
Vitesse d'obturation 1/8000s à 30s 1/8000s à 30s 1/8000s à 30s
Module AF Multi-CAM 20K. 153 points 61 points Multi-CAM 3500FX. 51 points
Collimateurs croisés 99 41 15 (dont 11 jusqu'à f/8)
Sensibilité AF -4 / 20 IL -2 IL / 18 IL -2 IL / 19 IL
Détection AF max. 15 point sensibles f/8 1 points 11 points sensibles f/8
Mesure d'exposition capteur RGB 180 000 points Capteur RVB 150 000 points cellule 91 000 points
Sensibilité ISO de base 64 -25 600 ISO 100 - 6 400 ISO 100 - 12 800
Sensibilité ISO étendue 32 - 102 400 ISO 50 - 12 800 ISO 50 - 51 200
Vidéo UHD 3840 x 2160 @30/25/24p
HDTV 1920 x 1080 @60/50/30/25/24p
HDTV 1920 x1080 @120 ips (format DX)
HDTV 1080 @30/25/24 (compression intra ou inter) 1920x1080 @ 60/50/30/25/24p
Format vidéo H.264/MPEG4 (MOV) H.264/MPEG4 (MOV) H.264/MPEG4 (MOV)
Micro stéréo intégré + externe stéréo intégré + externe stéréo intégré + externe
Casque oui non oui
Écran LCD 8 cm. Orientable et tactile. 8,1 cm. 8,1 cm. Orientable.
Définition de l'écran 2 359 000 points 1 040 000 points 1 229 000 points
GPS non non non
WiFi oui (802.11 b/g) oui (802.11 b/g/n) oui (802.11 b/g)
Connecteurs Bluetooth, NFC, HDMI C, 10 broches USB 3, HDMI C USB 2, HDMI C, télécommande filaire
Boîtier tropicalisation oui oui (802.11 b/g/n) oui
Autonomie CIPA 1840 vues (CIPA avec EN-EL15a). 5140 vues (CIPA avec grip + EN-EL18b) 700 vues (CIPA) 1230 vues (CIPA)
Dimensions 144 x 110,5 x 74,8 mm 152 × 116,4 × 76,4 mm 140,5 × 113 × 78 mm
Poids 1005 g 845 g 840 g

Reste naturellement la question du prix. Positionné à 3 800 €, le D850 n'est pas le reflex le plus cher. Il est devancé par le Canon 5DsR qui flirte encore avec les 4 000 €. Le D810 logiquement en fin de vie devrait baisser progressivement en tarif.

Test - 13/09
Nikon D850
Digit-photo.com 3799,00 €
Miss Numérique 3799,00 € Voir l'offre
Fnac.com 3799,99 € Voir l'offre
Test - 20/05/2015
Canon 5DSR
5DSR
Amazon.fr MarketPlace 3649,00 €
Digit-photo.com 3799,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 3899,00 € Voir l'offre
Fnac.com 4085,00 € Voir l'offre
Test - 26/06/2014
Nikon D810
Digit-photo.com 3189,00 €
Miss Numérique 3198,90 € Voir l'offre
Digit-photo.com 3590,00 € Voir l'offre

Dans nos mains

Que tout le monde se rassure, le D850 ressemble à un reflex Nikon. Sur ce point, les designers n'ont pris aucun risque en reconduisant tous les codes propres à la marque. Cela rassure : nous sommes bien dans l'univers des réflex, domaine dans lequel Nikon excelle. Pas de surprise donc avec le D850, même si on note quelques modifications ergonomiques. Ainsi, la poignée est-elle un peu plus creusée et la préhension s'en trouve améliorée : elle est plus franche. Heureusement, car le boîtier pèse plus de 1 kg sans la moindre optique. Ajoutez un "simple" 24-70 mm f/2,8 VR et vous franchissez la barre des 2 kg. L'ensemble est donc assez lourd et l'amélioration de la prise en main est bienvenue.

Sur le dessus du boîtier, la tour de contrôle se positionne toujours sur l'épaule gauche. Le trèfle de sélection permet d'accéder rapidement à la qualité des images (Raw / JPEP), la balance des blancs, le mode d'exposition (PSAM) et la mesure d'exposition. Une couronne verrouillable (en plastique...) permet de régler la motorisation du boîtier et d'accéder au mode Quiet (silencieux). Sur l'épaule droite, vous retrouverez classiquement un écran LCD monochrome de contrôle, le levier de mise sous tension, ainsi que 3 commandes pour l'enregistrement vidéo, la sensibilité ISO et le correcteur d'exposition.

nikon D850 test review vue de dessus

Sur l'avant du boîtier vous trouverez proche de la poignée 2 commandes personnalisables d'un accès rapide. De l'autre côté de la baïonnette, vous disposez d'un levier pour basculer du mode autofocus au mode manuel et un bouton pour paramétrer les différents modes autofocus. Plus haut, c'est un bouton qui donne accès aux différents bracketing.

Nikon D850 test review vue face capteur

Nikon poursuit sa transition des cartes CF qui vont sans doute disparaître dès les prochaines générations vers le format SD (logement compatible UHS-II) et le format XQD. Ce dernier est toutefois incertain, puisque Lexar, seul fabricant de ce format de stockage avec Sony, vient d'être racheté par une firme chinoise. Vont-ils poursuivre la fabrication de ce type de carte que l'on ne retrouve que chez Nikon ? Rien n'est moins sûr...

Nikon D850 test review vue cartes

Au niveau de la connectique, le D850 fait le plein :

  • entrée micro stéréo minijack 3,5 mm Ø
  • sortie casque stéréo minijack 3,5 mm Ø
  • USB m
  • HDMI de type C (non compressée)
  • synchro flash
  • prise 10 broches
  • Wi-Fi 802.11 b/g uniquement
  • Bluetooth

Nikon dit adieu au NFC et ce n'est pas un mal. Nous avons toujours toutes les peines du monde à connecter un appareil photo par ce protocole.

Nikon D850 test review vue connecteurs

Menus / interface

Pour un non-nikoniste, le D850 peut paraître un peu âpre à prendre en main, notamment en découvrant les menus qui restent denses et parfois complexes. Une aide en ligne est heureusement disponible pour donner quelques explications sur certaines fonctionnalités, mais cela reste assez léger et il faudra consulter la documentation technique. Les réglages pour la vidéo sont séparés des autres menus.

nikon-d850-menus-2
nikon-d850-menus-1

Leur organisation reste toutefois parfois difficile à comprendre, à l'image des zébras d'exposition en vidéo qui n'apparaissent pas dans les menus, mais dans les options d'affichage en vidéo. Toutefois, pour régler leur niveau, il faut alors retourner dans les menus.

Les menus étant très denses, les ingénieurs ont eu la bonne idée de laisser à l'utilisateur la possibilité de créer son propre menu. Vous pouvez donc regrouper les fonctionnalités que vous utilisez le plus. Très pratique.

nikon-d850-menus-4
nikon-d850-menus-3

Fonctionnalités

Timelapse 4K ou 8K

Si la réalisation du clip timelapse est réalisée en interne (les photos ne sont pas conservées...), il en va autrement pour le timelapse 8K qui utilise alors l'intervallomètre et qui enregistre des images en pleine définition. La création de la vidéo n'est pas possible et vous ne récupérez que les différentes images qu'il faut ensuite monter à l'aide d'un logiciel vidéo ou spécialisé.

réglage autofocus

Alors que les hybrides ne sont pas sensibles au front ou back focus, les réflex peuvent parfois avoir quelques problèmes de mise au point. Le Nikon D850 propose une fonction qui permet de "caler" la mise au point des optiques à l'aide d'une simple mire sur un mur. Les réglages sont automatiques et la procédure très simple à réaliser. Dommage qu'il ne soit possible d'enregistrer qu'une seule valeur par objectif. Ainsi, il ne sera pas possible de corriger les problèmes de front ou back focus de la position télé ou grand-angle d'un zoom en même temps.

Focus stacking

Voici une fonctionnalité qui intéressera les amateurs de macro et les bijoutiers ! Le focus stacking est une technique photo qui permet d'empiler et de fusionner une série d'images avec un décalage de mise au point pour recréer de la profondeur de champ qui fait parfois cruellement défaut, tout en restant à des ouvertures petites. Le D850 propose de choisir le nombre d'images souhaitées et l'écart de la mise au point sur une échelle de 1 à 10. Renseignement pris, une unité correspond à la focale de l'objectif divisé par 30. Le D850 ne réalise malheureusement pas la fusion des images contrairement à l'Olympus E-M1 Mark II, il faut donc utiliser un logiciel sur ordinateur pour obtenir l'empilement des images. Toutefois, il se révèle plus souple à la mise en oeuvre.

Assemblage des images à l'aide du logiciel Helicon Focus.

système flash radio

Le D850 est naturellement compatible avec le système d'éclairage créatif de Nikon (CLS : Creative Lighting System) qui permet de piloter des groupes de flashes distants sans fil. Toutefois, et sans flash intégré, il faut lui adjoindre un flash cobra capablede piloter d'autres flashes. Notez que le D850 est compatible avec le système radio de Nikon, notamment la télécommande radio WR-R10 avec son adaptateur WR-A10. Il sera alors possible d'utiliser les flashes cobra SB-5000 à bonne distance. Via la télécommande WR-T10, vous pourrez également déclencher le boîtier à distance.

Rétroéclairage des commandes

Comme sur les modèles professionnels D5 / D500, le D850 dispose d'un rétroéclairage de certaines touches, notamment la colonne de commandes le long de l'écran LCD. Un système bien pratique pour se repérer dans le noir et effectuer quelques réglages. Dommage toutefois que les commandes sur la partie droite de l'écran ne bénéficient pas du même traitement, ce qui aurait facilité les manipulations. Sur ce point, le système inauguré sur le Pentax K-1 avec l'éclairage du compartiment à cartes ou de la baïonnette s'avère plus complet et plus efficace.

nikon D850 test review rétroéclairage commandeSeules les commandes à gauche du boîtier sont rétroéclairées

Antiscintillement

Comme de nombreux réflex haut de gamme, le D850 dispose d'un système d'analyse du scintillement des lumières qui permet d'adapter le déclenchement au moment du pic lumineux et ainsi d'assurer des séries de photos en rafale avec la même exposition. Une fonctionnalité précieuse.

Les deux premières lignes sont réalisées avec le système antiscintillement activé. Les deux dernières montrent bien l'effet de scintillement des lumières sur la prise de vue.

série d'images

Autonomie

C'est l'une des très bonnes surprises du D850 : son autonomie record. Même si les boîtiers hybrides et notamment le Sony A9 apportent de plus en plus de confort, leur autonomie reste très en deçà des reflex et notamment le D850. Selon les normes CIPA (attention, le D850 n'a pas de flash intégré, les mesures sont donc différentes), le reflex Nikon offrirait plus de 1 800 déclenchements avec la batterie EN-EL15 et jusqu'à plus de 5 400 vues avec le grip et la batterie EN-EL18. Un chiffre qu'il nous est difficile de vérifier. En effet, il convient d'estimer l'autonomie d'un appareil avec une utilisation classique : prise de vue, réglages sur écran, visualisation des images, tournages de quelques clips... Dans cette configuration, nous avouons notre échec : impossible d'épuiser la batterie après plus de 1 200 déclenchements avec la connexion Bluetooth activée (mais sans les transferts).

Pour conserver un maximum d'autonomie, il est impératif de couper la liaison SnapBridge qui consomme (un peu) d'énergie, même si vous ne transférez pas d'image et même si le boîtier est éteint.

Son au déclenchement

S'il était déjà possible de déclencher sans bruit en mode visée sur écran sur le D5, le D850 va plus loin en proposant de déclencher en pleine définition de 45 Mpx alors que le D5 est plafonné à la définition UHD. Mieux, il est possible de déclencher avec un rafale de 6 ips voire 30 ips avec une définition de 8 Mpx (comme un film...). Attention, dans ces modes qui utilisent un obturateur électronique, la mise au point est figée sur la première image.

En visée optique, le D850 n'est pas un appareil très discret et même s'il dispose d'un mode dit "silencieux" (Quiet), ce dernier ne change pas réellement la donne. Vous pouvez écouter le déclenchement du D850 en cliquant sur la vignette ci-dessous.

Nikon D850 test review son déclenchement

Connexions sans-fil

Le D850 dispose de tout l'attirail moderne pour établir des liaisons sans-fil et notamment le Wi-Fi qui faisait cruellement défaut au D810/D800. C'est bien sûr SnapBridge qui retient notre attention. C'est l'une des innovations apportées par le D500 en termes de connexion et de transfert de photos qui s'appuie sur le protocole Bluetooth LE (Low Energy). Il facilite l'appairage du reflex avec un smartphone ou une tablette et permet un transfert en continu des images sans priver les utilisateurs de la connexion Internet de leur périphérique mobile. Le fruit d'une journée de reportage peut se retrouver en permanence sur votre téléphone pour un partage immédiat sur les réseaux sociaux.L'application peut également synchroniser l'heure et géotaguer les images à la volée.

Nikon D850 snapbridgeLa connexion Bluetooth permet d'appairer rapidement le reflex à un smartphone
Nikon D850 snapbridgePour le pilotage à distance, il faut se connecter en Wi-Fi

En outre, SnapBridge permet d'initier une connexion Wi-Fi pour un pilotage distant sans-fil. Toutefois, l'application est toujours aussi limitée avec la possibilité de n'effectuer pratiquement aucun réglage. Le plus dommage et qu'il faudra passer par un système Wi-Fi externe (WT-7) pour pouvoir transférer vos images vers un ordinateur.

Nikon D850 snapbridgeLes images arrivent directement dans votre smartphone au fur et à mesure des prises de vue.
Nikon D850 snapbridgeL'application de pilotage à distance est assez sommaire.

Logiciels

Le D850 est livré avec deux logiciels : Capture NX-D et View NX-i. Vous trouverez également le logiciel Picture Control Utility pour peaufiner le rendu des images. Les profils personnalisés créés peuvent ensuite être envoyés dans le boîtier. On peut consulter les images avec les 2 logiciels. La gestion du flux (tri, impression, montage vidéo, e-mail, etc.) s'effectuera avec View NX-i, tandis que la retouche est confiée à Capture NX-D, une version personnalisée de Silkypix. Le logiciel est complet et permet de corriger les JPEG ainsi que les fichiers bruts, mais l'interface reste assez austère.

Nikon a toujours été un peu "léger" sur son offre logicielle. Il faut que le logiciel de pilotage à distance à partir d'un ordinateur (Camera Remote Pro 2) soit livré en standard et on pourrait également imaginer une version d'un logiciel de montage vidéo pour le format UHD ou un logiciel pour l'assemblage d'images en mode focus stacking.

Capture NX-D de Nikon en pleine action.

Performances
Les chronos du Nikon D850

Réactivité

Le réflex Nikonest très agréable à utiliser. La mise sous tension est presque immédiate et le D850 est prêt à déclencher dans l'instant. En visée optique, l'autofocus est classique, avec une mise au point en 0,3 s en pleine lumière et moins de 0,5 s sous 3 lux. Malheureusement, en visée écran, le D850 se montre toujours trop lent pour une utilisation classique. En pleine lumière, il faut au moins une seconde pour réaliser la mise au point et la détectivité s'amoindrit quand la lumière baisse. Le réflex est assez loin des performances atteintes par le Canon 6D Mark II avec la technologie Dual Pixel AF ou les hybrides comme le A9 de Sony.

Opération Temps
Mise sous tension 0,2 s
Latence au déclenchement (après mise au point) 0,02 s
AF entre l'infini et 1,5 m / 250 lux (optique) 0,3 s
AF entre l'infini et 1,5 m / 250 lux (écran) 1 s
AF entre l'infini et 1,5 m / 3 lux (optique) 0,47 s
AF entre l'infini et 1,5 m / 3 lux (écran) 1,5 s

Sur le terrain, le module autofocus se montre redoutable. La mise au point est rapide, même en basse lumière et si seul le collimateur central est sensible jusqu'à –4 IL, les autres points disposent d'une plage de fonctionnement de –3 à +20 IL, ce qui est déjà très appréciable.

Rafale et suivi autofocus

En configuration "classique" et sa batterie EN-EL15a, le D850 dépasse légèrement les cadences annoncées par la marque : on flirte avec les 7,5 ips en JPEG ou Raw en visée optique avec suivi autofocus et plus de 6,5 ips en visée sur écran. Dans ce dernier cas, la mise au point est bloquée sur la première image. Notez que recadrer les fichiers Raw n'accélère pas la cadence, au contraire. Le fait de devoir retravailler le Raw en pleine définition nécessite plus de temps. La cadence baisse alors légèrement à 6 ips/

Avec le grip et la batterie supplémentaire EN-EL18, la cadence grimpe encore d'un cran et, effectivement, le D850 atteint bien les 9 ips en pleine définition

JPEG RAW
Rafale Hi 7,5 i/s 7,5 i/s
Nombre de photos avant ralentissement +50 30
Rafale Hi avec poignée d'alimentation + batterie EN-EL18 9,7 i/s 9,2,5 i/s
Nombre de photos avant ralentissement +50 30

En Raw + JPEG, la mémoire tampon est limitée à environ 20 déclenchements. Après, la cadence baisse, puisqu'il faut transférer les images vers la carte mémoire.

Nikon D850 test review poignée d'alimentationQuel est le prix à payer pour atteindre une cadence de 9 ips ? Poignée MB-D18 (449 €) + bouchon BL-5 (35 €) + batterie EN-EL18b (200 €) soit un total d'environ 680 € tout de même...

Module Multi-Cam 20K

Le D850 hérite de l'excellent module autofocus développé pour les D5/D500 : le Multi-Cam 20K. Celui-ci propose 153 points AF dont 55 sélectionnables. Sur l'ensemble des collimateurs 99 sont croisés. Le collimateur central est sensible jusqu'à –4 IL et tous les autres ont une plage de fonctionnement de –3 à +20 IL.

Nikon D850 multi cam 20KModule autofocus du Nikon D850 (Multi-Cam 20K).

Le Nikon D850 propose les 2 modes autofocus classiques : "Simple", "Continu". Dans ce dernier mode, vous disposez de nombreux réglages pour faire varier le nombre de collimateurs utilisés, la zone autofocus ou le regroupement de collimateurs pour faciliter le suivi manuel.

Le mode "Lock-On" (verrouillage d'un sujet) dispose désormais d'options pour spécifier la réactivité de changement et le comportement du sujet (aléatoire ou stable).

Suivi

Nous avons naturellement testé le suivi autofocus, mais nous connaissons déjà le module Multi-CAM 20K déjà présent dans les D5/D500. Nous avons équipé le D850 de la batterie (grip) EN-EL18b pour atteindre la cadence à 9 ips. Le réflex est équipé du 24-85 mm f/3,5-5,6 et est réglé en mode S (1/640 s) ISO 400.

Nikon D850 test review rafale Nikon D850 test review rafale à 9 ips

Qualité des images
Photo & vidéo

Nikon D850 test review exemple bracketingPhoto HDR montée à partir de 7 fichiers réalisés par bracketing d'exposition.

Photo

Gestion du bruit électronique

Nous avons consacré un article à la gestion du bruit électronique du Nikon D850 et nous reviendrons que partiellement sur le sujet. Malgré une définition portée à plus de 45 Mpx, le D850 se montre particulièrement à l'aise à 6 400, voire 12 800 ISO. Une bien belle performance quand on sait que la définition élevée permet en plus de réaliser des tirages en grand format

Oscilloscope

Latitude d'exposition


Protocole de test

Pour vérifier la plage de travail d'un point de vue "artistique", nous avons photographié notre scène test sur une plage de +/–5 IL et corrigé les fichiers bruts .NEF avec Adobe Lightroom pour obtenir une exposition similaire. Toutefois, les fichiers du D850 ne sont pas encore pris en charge par LR. Nous avons donc utiliser le logiciel maison Capture NX-D pour réaliser les corrections d'exposition


Concernant la sous-exposition, il est possible de récupérer les informations sans problèmes jusqu'à -3 IL. Au-delà, le bruit commence à envahir les zones sombres de l'image.

Sur la partie surexposition, les limites sont plus rapidement atteintes et dès +2 IL les informations commencent à manquer. À +2,3 IL, les données dans les hautes lumières sont irrémédiablement perdues.

La latitude d'exposition, d'un point de vue artistique, se limite donc de -3 à +2 IL, soit une plage de 6 IL. C'est assez classique et finalement un peu décevant pour un modèle Nikon. Rappelons que les meilleurs capteurs 24 x 36, notamment celui du A7R 2 de Sony recouvrent plus facilement des infos dans les hautes lumières avec une plage dynamique d'environ 7 IL. Le D850 fait toutefois mieux que le Canon 6D Mark II "limité" à 5 IL et doté d'une définition moindre.

Rendu des couleurs

Le rendu des couleurs est un art délicat. En effet, les constructeurs ne sont pas toujours (voire rarement) à la recherche d'une reproduction fidèle des couleurs, mais plutôt à la recherche d'une signature colorée. Le plus important reste sans doute la balance de blancs. Nous mesurons, en studio, les zones colorées d'une charte ColorChecker à l'aide d'Imatest.

nikon-d850-100iso-nrstan-big_colors
nikon-d850-100iso-nrstan-big_colorerror

Les graphiques montrent une balance des blancs juste (Delta E de 1) et un rendu très saturé dans les teintes cyan qui tire vers le magenta.

Mode vidéo

Nikon prend la vidéo de plus en plus au "sérieux" et commence à proposer une belle variété de formats d'enregistrements et d'assistants pour la réalisation de clips. En mode UHD, le D850 utilise toute la largeur du capteur 24 x 36. Il sera donc possible d'utiliser tout le parc optique de la marque de manière native. C'est une nouveauté importante, car sur le D5, seule une zone de 3 840 x 2 160 px est utilisée. Avec le D850 que l'on soit en UHD ou HDTV, il est possible, au choix, d'utiliser toute la largeur du capteur ou de recadrer au format DX (APS-C).

Vous pouvez filmer en mode P,A et M. Dans ce dernier mode, vous avez la possibilité de régler pendant l'enregistrement l'ouverture, la cadence et la sensibilité ISO. Seule la commande d'ouverture peut être rendue totalement silencieuse. Les autres réglages nécessitent l'utilisation d'une molette mécanique dont les cliquetis sont audibles. En vidéo, il est impératif de pouvoir effectuer les réglages de manière totalement silencieuse via l'interface graphique comme le proposent certains réflex Canon.

Au niveau des possibilités de retouche, nous regrettons également l'absence d'un mode Nikon-Log qui permettrait plus facilement d'étalonner les vidéos avec un mode neutre plus approprié. Il existe toutefois un mode FL (Flat / Uniforme) qui permet d'obtenir un rendu très plat, plus facile à étalonner.

La sortie HDMI n'est pas compressée et permet l'enregistrement sur un module externe en 4:2:2 10 bits.

Formats

Le Nikon D850 offre plusieurs formats d'enregistrement à la fois en plein format 24x36 et APS-C avec recadrage.
UHD 3 840 x 2 160 30/25/24 ips @ 144 Mbps
HDTV 1 920 x 1 080 60/50 ips @ 48 Mbps et 30/25/24 ips @24 Mbps
HD 1 280 x 720 60/50 ips @ 24 Mbps
Ralenti HDTV 1 920 x 1 080 30/25 (x4) @ 36 Mbps et 24 p @ 29 Mbps

Assistants

Nikon prend de l'avance sur son principal concurrent (Canon) en proposant désormais différents assistants comme le focus peaking et les zébras d'exposition. Ces derniers ne sont pas indiqués en pourcentage, mais sur une échelle de 180 à 255. Le D850 embarque une sortie casque, ainsi qu'une entrée micro. Le niveau d'enregistrement audio est également ajustable pendant l'enregistrement. Vous disposez d'un vumètre et il est possible d'enclencher un atténuateur pour limiter les sons trop forts. Une loupe est disponible pour vérifier la mise au point, mais celle-ci n'est pas active pendant l'enregistrement. De même, il est impossible d'activer le focus peaking en vidéo UHD. Dommage.

Rendu En mode 24x36

Le rendu du D850 est assez précis en UHD, mais il reste un peu en dessous d'autres modèles (cf. comparaison)

Naturellement, le rééchantillonnage de l'image UHD en HDTV 1080 procure un gain appréciable dans la précision de l'image au prix d'un traitement assez long.

nikon-d850-video-extrait-uhd-hdtv-1080-25pnikon-d850-video-extrait-hdtv-1080-25p

En mode DX (APS-C)
Les réflex 24 x 36 sont parfois assez mauvais en vidéo lorsqu'un recadrage APS-C est applicqué à l'image du Nikon D5. Nous étions donc curieux de voir quel traitement nous réserve le D850 lors de recadrage. Les exemples ci-dessous montrent bien que Nikon a réussi à régler le problème et les différences de rendus entre le format FX et DX sont désormais minimes.

nikon-d850-FX-1080-detailnikon-d850-DX-1080-detail
nikon-d850-DX-uhd-detailnikon-d850-FX-uhd-detail

Le D850 sera sans doute intéressant pour le vidéaste qui tourne sans lumières additionnelles avec la possibilité de filmer sur plage de 64 à 102 400 ISO.

Autofocus

C'est sans doute le point le plus attendu des nikonistes qui espèrent des avancées dans ce domaine. Malheureusement et malgré des progrès en matière de réactivité, l'autofocus en vidéo (ou visée sur écran) reste le talon d'Achille du D850. S'il est de moins en moins lent, l'autofocus par détection de contraste "pompe" toujours (allers-retours pour rechercher le point le plus contrasté). En outre et en dehors des optiques AF-P (motorisation pas-à-pas) dont il n'existe que deux références, la mise au point s'avère également assez bruyante.

Rolling shutter

Les phénomènes de rolling shutter sont visibles en UHD 25p, mais restent assez discret en HDTV 1080 que l'on soit aux formats FX ou DX.

Stabilisation

La stabilisation électronique du D850 s'avère efficace, mais elle présente quelques effets de déformation (jelly) peu esthétiques. En outre, la stabilisation électronique opère un léger recadrage et ne fonctionne pas en vidéo UHD. La stabilisation optique reste donc indispensable pour une utilisation à main levée. La double stabilisation optique + électronique se montre très performante.

Conclusion pour le mode vidéo

Le D850 est le reflex le plus avancé en vidéo chez Nikon. Il propose une large variété de formats d'enregistrement, des assistants efficaces et le rendu des images est plutôt agréable. L'option de stabilisation électronique est intéressante si vos optiques disposent également d'un système de stabilisation. La possibilité de filmer à des très hautes sensibilités est un plus. Si on regrette l'absence d'un mode Log, on reprochera surtout au réflex Nikon une certaine lenteur à la mise au point automatique avec notamment un effet de pompage prononcé.

Galerie d'images
On sort du labo !

Nous poursuivons notre test du Nikon D850 avec une sortie nocturne sur les bords de Seine, histoire de mettre les hautes sensibilités du boîtier à l'épreuve.

Un détail d'un pont à 12 800 ISO
On monte rapidement dans les tours à 20 000 ISO
Le même cadrage à 12 800 ISO
DSC_0585
DSC_0989
Pose longue de 6 s et balance des blancs très (trop) chaude
Une pose longue de 30 s avec la balance des blancs auto naturelle

Conclusions
Notre avis

Après quelques jours passés avec le D850, il faut malheureusement se résoudre à la rendre... Car le nouveau réflex de Nikon est réellement séduisant et représente sans doute la plus belle synthèse du savoir-faire de Nikon. En dehors du D5 taillé pour le sport et le reportage en conditions difficiles, le D850 reste le boîtier le plus polyvalent chez Nikon et probablement du marché. Il sait allier une définition très élevée (45 Mpx) et une réactivité exemplaire. Une telle définition est-elle essentielle ? Cela dépend naturellement de vos travaux photographiques et de leur destination. Mais si la définition n'altère pas les autres fonctionnalités, pourquoi s'en priver ? Surtout qu'il est désormais possible de décorréler les formats JPEG des formats Raw. Ainsi, pouvez-vous déclencher en JPEG de petites tailles pour faciliter le transfert et conserver un Raw en 45 Mpx pour d'éventuelles retouches avancées (il faudra penser à muscler sérieusement votre ordinateur...). En outre, vous avez la possibilité de basculer en mode APS-C (DX) et de profiter de fichiers en 20 Mpx (soit l'équivalent d'un D500). Voilà qui comblera les photographes animaliers. Le nouveau capteur 24 x 36 de 45 Mpx délivre de très belles images, avec une bonne gestion du bruit électronique (jusqu'à 6 400 ISO) et une dynamique convenable. Attention, la haute définition impose également de travailler à de très hautes vitesses pour minimiser le risque de bougé. Il ne faut donc pas oublier de doubler le temps de pose pour s'assurer un maximum de netteté.

Malgré cette abondance de pixels, le D850 reste un réflex réactif. Animé par un processeur de dernière génération, le boîtier encaisse des rafales à 7, voire 9 ips (poignée et batterie supplémentaires indispensables) en Raw ou JPEF sur des rafales suffisantes pour la majorité des photographes. Le module autofocus hérité des excellents D5 / D500 se montre là encore efficace en visée optique avec un très bon suivi des sujets. Rien à redire ce sur ce point. C'est en visée sur écran (ou vidéo) que les performances autofocus s'effondrent. C'est un domaine dans lequel Nikon doit rapidement progresser.

Le D850 séduit également par la multitude de fonctionnalités qui viennent agrémenter l'usage du réflex. Ainsi, le viseur optique est-il large et très agréable, le rétroéclairage de certaines touches très pratique pour une utilisation discrète. On apprécie également la possibilité de déclencher de manière silencieuse (visée écran uniquement), l'intervallomètre ou la fonction de focus stacking (enchaînement d'images à différentes distances de mise au point). Nous pointerons aussi la possibilité d'utiliser le D850 en mode duplication de film (via un accessoire) ou la possibilité de transférer simplement ces images vers un smartphone (ou tablette) via une connexion Bluetooth.

En vidéo, les progrès sont également présents et si l'autofocus n'est pas encore totalement convaincant, le D850 s'offre également une belle prestation dans ce domaine.

Au final, le D850 reçoit aisément un recommandé et devient un incontournable de la marque.

Face à la concurrence

Canon 5DSR

C'est naturellement face au Canon 5DsR que le nouveau réflex de Nikon vient se positionner. Le premier et seul réflex à 50 Mpx date de 2015 et a du mal rester dans le périmètre du D850. Une mise à jour s'impose assez rapidement. En effet, le Nikon D850 surclasse son concurrent dans pratiquement tous les domaines (excepté la définition). Du viseur optique, à la cadence rafale en passant par la plage ISO. Plus moderne, le D850 dispos d'un écran LCD inclinable et tactile, d'une autonomie largement supérieure et d'un mode vidéo UHD plus polyvalent.

5DSR
Amazon.fr MarketPlace 3649,00 €
Digit-photo.com 3799,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 3899,00 € Voir l'offre
Fnac.com 4085,00 € Voir l'offre
Sony A7R II

Pour trouver un autre "'adversaire" au D850, il faut lorgner du côté des hybrides avec notamment le Sony A7R II. Les deux boîtiers disposent d'un capteur 24 x 36 rétroéclairé qui va au-delà de 40 Mpx (42 pour le Sony et 45 pour le Nikon). Sur ce point, la différence existe, mais reste peu significative. Au niveau de l'autofocus, le D850 prend l'avantage avec une meilleure sensibilité (–4IL au centre) et un module globalement plus réactif en visée optique. Le A7R II dispose d'un module hybride à corrélation de phase sur le capteur et à détection de contraste. Le maillage des 399 points AF du Sony permet toutefois de couvrir un champ plus large. Il disposeaussi de la reconnaissance des yeux toujours pratique pour le portrait. Le A7R II prend l'avantage en autofocus en vidéo, domaine dans lequel le D850 n'est pas à l'aise. Le D850 de Nikon se montre plus réactif avec une meilleure cadence en rafale et il dispose d'un écran LCD plus précis et tactile. L'autonomie du D850 est (très) largement supérieure à celle du boîtier Sony, mais ce dernier est nettement plus compact et plus léger.
Bien sûr l'une des plus grandes différences réside dans la visée : d'un côté optique (D850), de l'autre électronique. Le grossissement est plus important chez Sony (0,78x) et les deux technologies ont leurs partisans. Le A7R II reste plus séduisant pour ses capacités en vidéo et, surtout, son système de stabilisation mécanique intégré qui fonctionne avec toutes les optiques.

A7R II
Priceminister 2099,00 €
Miss Numérique 2999,00 € Voir l'offre
+
  • Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 6 400 ISO
  • Fonctionnalités annexes : intervallomètre 8K, focus stacking, bracketing 9 vues, HDR...
  • Viseur optique large et agréable
  • Autofocus rapide et complet
  • Déclenchement totalement silencieux en visée écran
  • Autonomie record notamment avec le grip
  • Ajustement automatique des problèmes de front / back focus
  • Rafale à 7 ips et jusqu'à 9 ips avec suivi autofocus avec poignée d'alimentation
  • Rétroéclairage des certaines touches
  • Système antiscintillement efficace
  • SnapBridge toujours pratique pour partager rapidement des photos sur Internet et les réseaux sociaux.
  • Wi-Fi intégré
  • Focus peaking (visée écran)
  • Écran LCD précis, tactile et orientable
  • Prise en main améliorée par rapport au D800/D810
  • Vidéo
  • Focus peaking (fonctionne aussi en photo) et zébras
  • Excellente stabilisation vidéo : électronique + optique
  • Pas de GPS intégré (il faut passer par un smartphone en Bluetooth)
  • Pas de flash intégré (pop-up)
  • Plus de lampe d'assistance pour la mise au point
  • Application SnapBridge très limitée en mode télécommande
  • Pas de logiciel livré en standard pour traiter le focus stacking ou le timelapse 8K
  • Pas de connecteur de type USB C
  • Pas de recharge de la batterie via USB
  • Pas de format 16/9e en photo
  • Joypad trop petit et un peu mou
  • Menus très denses (il y a une aide contextuelle) et interface graphique perfectible pour un usage tactile
  • Il manque une "vraie" suite de logiciels pour exploiter le contenu photo / vidéo et notamment la connexion Wi-Fi
  • Boîtier lourd et imposant
  • Format RAW propriétaire (.NEF)
  • Vidéo
  • Effet "jelly" visible en stabilisation électronique (vidéo)
  • Le focus peaking ne fonctionne pas en vidéo UHD
En résumé

Le D850 est une véritable réussite et l'un des plus beaux réflex de la marque. Il offre une prestation haut de gamme à la fois en photo et en vidéo et se montre à l'aise dans toutes les circonstances, du reportage photo au studio. Nikon nous gratifie donc du meilleur réflex du moment en véritable point d'orgue de son centenaire.

D850_BF1B_front
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Nikon D850
Digit-photo.com 3799,00 €
Miss Numérique 3799,00 € Voir l'offre
Fnac.com 3799,99 € Voir l'offre
Contenus sponsorisés