Capteur- CMOS 23,6 x 15,6 mm ; nombre total de pixels : 16,9 millions
Monture- F (Nikon)
Optique livrée- en kit avec le 18-105 mm f/3,5-5,6G ED VR
Stabilisation- oui, sur l'optique
Antipoussière- oui
Viseur- Viseur de type reflex avec pentaprisme à hauteur d'œil. Couverture du champ: environ 100 % (verticalement et horizontalement), grossissement 0,94x, dégagement oculaire : 19,5 mm. Verre de visée BriteView de type B II avec délimiteurs de zone AF (possibi
Écran- 7,6 cm, 920 000 points
Mise au point- À détection de phase TTL, par module autofocus Nikon Multi-CAM 4800DX avec réglage précis, 39 points AF (y compris 9 capteurs en croix) et illuminateur d'assistance AF (plage d'environ 0,5 à 3 m). plage de détection : -1 à +19 IL. - visée d
Modes autofocus- Point AF sélectif, zone AF dynamique à 9, 21 ou 39 points, suivi 3D, AF zone automatique
Mesures d'exposition- Matrice : mesure matricielle couleur 3D II (objectifs de type G et D) ; mesure matricielle couleur II (autres objectifs à microprocesseur) ; mesure matricielle couleur disponible avec les objectifs sans microprocesseur si l'utilisateur fournit les régla
Modes d'exposition- Auto (auto, auto [flash désactivé]), Scène (Portrait, Paysage, Enfants, Sport, Gros plan, Portrait de nuit, Paysage de nuit, Fête/intérieur, Plage/neige, Coucher de soleil, Aurore/crépuscule, Animaux domestiques, Bougie, Floraison, Couleurs d'automne, A
Vitesse d'obturation- 1/8000 à 30 s par incréments d'1/3 ou 1/2 IL, pose B, pose T (télécommande ML-L3, disponible en option, requise), X250.
Motorisation- 1/8000 à 30 s par incréments d'1/3 ou 1/2 IL, pose B, pose T (télécommande ML-L3, disponible en option, requise), X250
Sensibilité ISO- 100 à 6400 ISO par incréments d'1/3 ou 1/2 IL, réglable sur environ 0,3, 0,5, 0,7, 1 ou 2 IL (équivalent à 25 600 ISO) au-dessus de 6400 IS
Mémoire- 2 emplacements SD/SDHC/SDXC
Alimentation- Li-ion rechargeable EN-EL15
Connexion- USB 2, sortie HDMI type C, entrée audio stéréo minijack 3,5 mm. sortie vidéo,
Dimensions- 132 × 105 × 77 mm
Logiciels- ViewNX 2 (Mac OS X / Windows)
Dans la boîte- /

Caractéristiques

Sans réellement remplacer le D90 qui devrait poursuivre son petit bonhomme de chemin jusqu'à épuisement des stocks, le Nikon D7000 débarque avec une fiche technique impressionnante pour un reflex expert.

Nikon D7000 face

Doté d'un capteur CMOS nouvelle génération à 16 Mpx, le D7000 se place largement au dessus de son ainé (le D90) avec de nombreuses caractéristiques revues. Ainsi, le module AF est tout neuf (baptisé Multi-CAM 4800DX) et propose jusqu'à 39 collimateurs et mode suivi 3D. La cellule de mesure d'exposition comporte désormais 2016 pixels et vient épauler le système autofocus et la reconnaissance de la balance des blancs.

Le viseur optique progresse également avec une couverture de champ précise (100%) et un grossissement confortable (0,94x). Côté électronique, un nouveau processeur Expeed 2 rythme le nouveau reflex Nikon. Celui-ci permet d'atteindre une cadence rafale à 6 i/s et un enregistrement vidéo en HDTV 1080 (24 i/s). La plage ISO s'étend de 100 à 6400 ISO et peut grimper jusqu'à 25600.

Enfin, on apprécie le niveau de fabrication du boîtier et quelques petits détails comme le double emplacement pour cartes SD.

Alors, le D7000 est-il taillé pour succéder au D90 sur le segment reflex expert ? Réponse dans notre test.

Prise en main

En reflex expert, la construction du Nikon D7000 est un bon compromis entre les boîtiers légers d'entrée de gamme et les poids lourds professionnels. La finition du reflex est de bonne facture et le revêtement au niveau de la poignée plutôt agréable pour une bonne préhension du boîtier. Au niveau de la protection tout temps, le D7000 offre, là aussi, une solution intermédiaire : les différentes trappes offrent bien des joints de protection pour éviter que l'eau ne pénètre à l'intérieur, mais ceux-ci sont assez petits et permettent sans doute pas d'assurer une protection du niveau d'un Pentax K-5. Toutefois, cela devrait largement suffire pour affronter une petite pluie ou des chutes de neige si l'objectif est également équipé d'un joint d'étanchéité.

Nikon D7000 test review

La poignée du D7000 est bien proportionnée pour les mains d'un homme et plutôt bien dessinée. Un creux permet facilement de loger les doigts pour bien maintenir le boîtier.

Nikon D7000 test review poignée

Au niveau de l'interface, le D7000 apporte de nombreux changements et le boîtier se pare de nombreux raccourcis pour paramétrer rapidement et facilement les réglages de la prise de vue. Globalement, le photographe habitué à la logique Nikon gagnera en efficacité. Sur l'avant du boîtier vous trouverez une commande Fn personnalisable tout comme le testeur de profondeur de champ. De l'autre côté, le levier pour passer du mode autofocus au mode manuel dispose d'une touche pour activer les modes AF-S, AF-C ou AF-A, choisir le nombre de collimateurs utilisés ou enclencher le suivi 3D. Près du flash, un bouton bracketing répond logiquement à cette fonction. Au dos, la première nouveauté visible est sans doute la gâchette (déjà présente sur le D3100) qui permet de passer d'un mode visée optique au mode visée directe et vice versa. Au centre, une commande permet de lancer directement l'enregistrement vidéo. Voilà de quoi transformer le D7000 en véritable petit caméscope facile à mettre en route.

Nikon D7000 test review dos

Cette gâchette a toutefois obligé à déplacer le joypad de sélection un peu plus bas. Personnellement, je préfère l'emplacement plus haut, de la molette du D300 qui est plus naturellement accessible. Ne boudons pas notre plaisir, car ce joypad reste très agréable à utiliser (les différentes directions sont facilement identifiables) et vous trouverez un bouton de validation au centre. Les autres commandes ont pris un léger embonpoint et sont donc plus facilement manipulables. L'écran LCD de 7,6 cm affiche toujours 920 000 points (affichage VGA) et reçoit une plaque en plastique de protection amovible.

Nous avons également mesuré les performances de l'écran LCD avec un sonde Eye One Display 2, une série de mires. Au final, l'écran du Nikon D7000 s'avère plutôt bon avec un rendu des couleurs assez juste (Delta E moyen de 2,2) et un taux de contraste d'environ 800:1 assez classique. L'affichage des gris est assez neutre avec une légère bascule colorimétrique (vers le bleu) pour les zones denses.

Nikon D7000 écran LCD température des couleursNikon D7000 rendu des couleurs écran LCDNikon D7000 résultats des mesures de l'écran LCD arrière.

Sur le dessus de l'appareil, les changements sont également visibles. La molette des choix d'exposition à la fois se simplifie et s'enrichit. En plus des traditionnels modes P,S,A et M, vous trouverez donc un mode auto, un mode scène, un mode auto sans flash et surtout 2 nouveaux modes personnalisés U1 et U2. En dessous du barillet, une couronne permet de sélectionner rapidement la motorisation (single, rafale, retardateur, télécommande, miroir relevé et mode Q (silencieux). Si cette couronne est bloquée (il faut appuyer sur une commande pour la tourner), le barillet a tendance à tourner tout seul notamment lorsque vous sortez l'appareil d'un sac photo.

Nikon D7000 test review dessus

Vous noterez également la présence d'un écran LCD de rappel sur le dessus. Celui-ci s'avère assez complet à quelques exceptions comme le correcteur d'exposition dont la valeur n'est pas indiquée.

Le D7000 s'avère plutôt discret, le son du déclenchement est relativement feutré et un mode Q (Quiet) permet de réduire encore plus le niveau sonore et de retarder le réarmement de l'obturateur. Vous pouvez écouter l'enregistrement sonore du D7000 en cliquant sur la vignette ci-dessous.

Nikon D7000 test review son déclenchement

Logiciels

Le Nikon D7000 est livré avec le logiciel de visualisation et de retouche Nikon ViewNX2. Cette nouvelle version du logiciel arbore une interface graphique revue et finalement assez classique avec une teinte gris neutre assez agréable.

Nikon View NX2Nikon ViewNX2 utilise 2 écrans si ceux-ci sont disponibles pour un meilleur confort de visualisation des images.

Le logiciel permet de réaliser les tâches les plus courantes avec les images et les vidéos. Vous pouvez ainsi renommer par lot les fichiers, affecter une rotation, appliquer des données IPTC et surtout réaliser une sélection des images les plus importantes à l'aide d'outils de classement (étoiles, drapeaux...). Toutefois, il n'est pas possible pour l'instant de saisir des mots clés pour faciliter la recherche des images. ViewNX2 n'est donc clairement pas un catalogueur d'images. Au niveau de la retouche, les outils sont également assez basiques. Nous pointerons l'absence de grille pour effectuer un recadrage ou un redressement de l'horizon, mais également la légèreté des outils pour l'amélioration des images Raw. Ainsi, il n'est pas possible de gérer finement la gestion du bruit électronique avec ViewNX2. Pour cela, il faudra se diriger vers Capture NX2 que Nikon vous cédera à 200 euros. ViewNX2 est également livré avec Picture Control Utility qui permet de créer facilement des profils de rendus pour les fichiers JPeg et concocter des images à vos besoins.

Nikon ViewNX2 coordonnées GPSNikon ViewNX2 permet de gérer les coordonnées GPS et de taguer les images à postériori.

ViewNX2 montage videoComme il se doit, ViewNX2 propose un banc de montage vidéo. Celui-ci est assez rudimentaire, mais permet de réaliser des coupes et des petits montages sonorisés rapidement.

Alimentation, stockage

Le Nikon D7000 est livré avec une nouvelle batterie (EN-EL15 : 7V, 1900 mAh) qui permet d'enregistrer environ 700 photos (700 déclenchements avec écriture Raw + JPeg) et environ 20 minutes de films. Une performance honorable compte tenue de l'utilisation importante de la visée directe sur l'écran.

Nikon D7000 test review batterie

Petit bémol toutefois. L'utilisation de cette nouvelle batterie implique également une nouvelle poignée d'alimentation MB-D11. Impossible donc de recycler ses anciens investissements.

Le Nikon D7000 intègre 2 emplacements pour cartes SD/SDHC/SDXC. Un plus intéressant pour ceux qui souhaitent soit créer une copie de leurs images sur 2 cartes distinctes (sécurité), séparer les fichiers JPeg des fichiers bruts, séparer les fichiers vidéo sur une carte spécifique. Naturellement, il est possible d'utiliser les deux emplacements pour augmenter la capacité de stockage, la deuxième carte prenant le relai de la première dès que celle-ci est pleine.

Nikon D7000 carte mémoire

Visée, autofocus

Le viseur du Nikon D7000 est une belle pièce qui offre une couverture de champ d'environ 100% et permet d'afficher des informations en surimpression comme une grille d'alignement ou les 39 collimateurs. Au passage, nous regrettons qu'il ne soit pas possible d'afficher le collimateur sélectionné en rouge (mode automatique) pour une meilleure visibilité dans la pénombre.

Le viseur est assez clair et se montre assez confortable même avec une paire de lunettes.

Nikon D7000 viseur

Autofocus

Le D7000 est équipé d'un nouveau module AF à 39 collimateurs. Celui-ci se montre particulièrement efficace en mode suivi 3D d'un sujet. Toutefois pour plus de réactivité et sur un scène statique, il est sera préférable de passer en mode 1 seul collimateur, le module semblant semblant un peu moins hésitant.

Nous avons réalisé une série de mesure de temps de mise au point. Nous plaçons le D7000 à 1 m de la mire (mire ISO de précision en noir & blanc pour plus de contraste) et nous procédons à l'enregistrement audio du temps de mise au point, l'objectif étant placé à l'infini, juste avant l'émission du bip de confirmation. Nous réalisons des mesures sous 2500 lux, 30 lux et 3 lux. Le D7000 est configuré en autofocus 39 points / AF-S / Auto.

Nikon D7000 autofocus pleine lumière correlation phaseNikon D7000 autofocus 30 lux correlation phase
Nikon D7000 af optique 3 lux

L'autofocus par corrélation de phase se montre assez performant avec un temps de mise au point d'environ 0,5 s en lumière classique. Dans la pénombre, le temps est légèrement plus long avec une latence à la mise au point d'environ 0,7 s.

Ci-dessous, les mesures sont effectuées en mode visée directe avec un autofocus à détection de contraste. Celui-ci se montre beaucoup plus rapide que sur les précédents modèles. Alors qu'il faut compter environ 2 secondes pour un D300 par exemple, le délai de mise au point tomber à environ 1 seconde sur le D7000. Il est intéressant de noter qu'à 3 lux le système autofocus est incapable de réaliser le point.

Nikon D7000 af visée directe pleine lumière

Nikon D7000 af visée directe 30 lux

Précision, colorimétrie

Le Nikon D7000 est livré en kit avec le 18-105 mm, mais notre exemplaire semble souffrir d'un manque de netteté évident. Nous reviendrons prochainement sur cette optique lorsque nous disposerons d'un nouveau modèle. Pour notre test de précision, nous sommes donc revenus au 50 mm f/1,8D, un classique bien connu.

Les premières mesures sur notre mire MTF avec des fichiers JPeg donnent une valeur de 45 lp/mm au centre (f/5,6). Un précision légèrement supérieure à celle du D90 (43 lp/mm), mais la différence est toutefois assez faible. L'étude de la courbe montre une accentuation très faible du fichier JPeg. Le D7000 délivre donc des images JPeg assez douces qu'il conviendra d'accentuer avant une impression par exemple.

Nikon D7000 test review mtf 50 mm f/1,8

Colorimétrie et balance des blancs

Le respect des couleurs est un domaine ardu et pas forcément déterminant pour le choix d'un appareil photo. Si les couleurs sont "figées" lors de l'enregistrement d'un fichier JPeg, le fichier Raw n'enregistre quant à lui aucune couleur et celles-ci seront développées lors du passage dans un logiciel. Avec les fichiers Raw, vous pouvez donc avoir "virtuellement" tous les rendus des couleurs. Pas question donc de trop polémiquer sur cette thématique, surtout qu'il est désormais possible, sur pratiquement tous boîtiers, de personnaliser le rendu des images en modifiant la saturation des couleurs, la luminosité, le constate et les teintes.

Il est toutefois intéressant de voir le rendu JPeg d'un appareil. Dans notre test, nous photographions une mire Gretag Colorchecker sous un éclairage stabilisé à 5500 K (lumière du jour) avec une balance des blancs automatique.

Nikon D7000 rendu des couleurs balance blancs auto

La balance est (heureusement) assez juste avec un Delta E moyen de 1,4. Les couleurs sont pour le moins "contrastées" avec des teintes assez fidèles, mais des tons bleus et vert et jaune plutôt saturés. En mode standard, le rendu JPeg des images est donc flatteur et devrait faire l'unanimité.

Dans un second test, nous plaçons notre mire sous un éclairage halogène (xxxx K) afin de découvrir comme la balance des blancs automatique corrige les dominantes colorées.

Nikon D7000 test review balance des blancs auto sous halogène

Dans notre cas, la balance des blancs automatiques ne parvient pas rétablir la neutralité sur notre scène. Pratiquement toutes les couleurs sont déplacées vers des teintes plus chaudes et la dominante orangée est clairement visible. Il est intéressant de noter que le D7000 dispose de deux balances de blancs automatiques : l'une neutre, l'autre permettant de conserver des teintes chaudes. Toujours sur notre mire, la balance des blancs automatique 2 permet effectivement d'obtenir une image avec une dominante encore plus chaude.

Nikon D7000 balance des blancs automatique 1Nikon D7000 balance des blancs automatique 1Nikon D7000 balance des blancs automatiques 1 (neutre à gauche) et 2 (chaude à droite).

Gestion du bruit électronique

Impressionnés par le Pentax K-5 et son capteur 16 Mpx, nous étions assez impatients de voir les résultats du Nikon D7000 et nous ne sommes pas déçus !

De 100 à 400 ISO, le bruit électronique est complètement invisible sur les clichés et il faut visionner les images à 100% sur écran pour voir les premiers moutonnements à 400 ISO. Sur la plage de sensibilité suivante (800 - 6400 ISO), les résultats sont particulièrement intéressants pour un capteur de type APS-C. La montée du grain est bien sûr visible, mais celui-ci sait rester très fin et doux, même à 6400 ISO. Le bruit chromatique est peu visible, même sur les aplats et les zones denses. La dynamique reste de bon aloi avec une légère baisse à 3200 ISO, mais vraiment rien de dramatique. Sur toute la plage ISO "normale" du D7000, les images sont donc exploitables sans véritables problèmes. À 6400 ISO, le Nikon D7000 est sans doute le boîtier actuel qui propose les plus beaux JPeg.

Les deux sensibilités Hi1 et Hi2 sont logiquement plus compliquées. Le bruit chromatique est déjà plus visible sur les zones sombres à 12800 ISO et encore plus gênantes à 25600 ISO. Toutefois, et c'est la spécificité de Nikon, le grain reste fin et le lissage peu marqué. Du coup, même les fichiers JPeg supportent un peu de post traitement.

Comme d'habitude, vous pouvez visualiser les images en pleine définition en cliquant sur les vignettes ci-dessous et même télécharger les fichiers bruts (NEF).

Vous pouvez également comparer les résultats du D7000 avec les principaux concurrents que sont les Pentax K-5, Sony Alpha 55 et Canon 60D.

Le Pentax K-5 est équipé d'un capteur CMOS APS-C de 16 Mpx probablement équivalent à celui du Nikon D7000. Les résultats sont d'ailleurs assez proches et les présentent des performances remarquables. Le Nikon D7000 prend toutefois un léger avantage avec un grain plus fin et un lissage moins marqué que le modèle Pentax, ce dernier se permettant une excursion jusqu'à 51200 ISO qui peut faire la différence.

Alors que le **Sony Alpha 55** nous avait impressionnés à l'époque (c'est le premier reflex équipé du capteur APS-C 16 Mpx), il est désormais légèrement surclassé par ses deux concurrents directs. La différence est certes peu importante, mais l'Alpha 55 se limite à 12800 ISO alors que les deux autres s'aventurent au-delà.

Le Canon 60, équipé d'un capteur 18 Mpx plus dense, et présente des JPeg intéressants avec un grain assez fin, mais qui se colore plus rapidement que les concurrents. Un passage en noir & blanc sera donc bénéfique.

Les fichiers bruts

Pour l'analyse des fichiers bruts, nous utilisons les résultats de notre partenaire DxO Labs sur le site DxOMark. Peu de surprises sur ce graphique qui montre la supériorité des fichiers raw issus du capteur Sony 16 Mpx sur le traitement du bruit par rapport à l'APS-C 18 Mpx de Canon. Le Nikon D7000 est toujours un peu au dessus du 60D, mais le Pentax présente un léger rebond grâce à un traitement des fichiers bruts à partir de 3200 ISO.

Nikon D7000 test review bruit électronique comparaison canon 60d et pentax k-5

Exposition, RAW

Le Nikon D7000 est équipé d'une nouvelle cellule pour l'exposition qui réalise une mesure sur 2016 points. Un nombre conséquent et largement plus important que les 420 photosites du D90, mais également 2 fois supérieur aux 1005 photosites du très professionnel Nikon D3.

Si ce capteur secondaire vient épauler également le système autofocus et la reconnaissance des scènes pour la balance des blancs, elle devrait améliorer sensiblement la mesure d'exposition en mode matricielle. Sur le terrain, le D7000 s'en sort plutôt bien avec une majorité de photos correctement exposées, même si l'on note une petite tendance à la surexposition. Une fois de plus, ces fins réglages peuvent parfois varier d'un modèle l'autre. En outre, vous retrouverez le D-Lighting actif qui permet de récupérer des détails dans les zones denses tout en préservant les hautes lumières par un simple décalage des valeurs sombres de l'histogramme à droite. Les fichiers Raw permettront donc de retrouver des détails dans les hautes lumières tandis que le D-Lighting actif assurera son travail pour les zones plus denses.

Le correcteur d'exposition permet de jouer sur +/- 5 IL ce qui est plutôt confortable, mais le bracketing d'exposition ne permet que 3 vues avec une latitude de +/- 2 IL.

Nikon D7000 : D-Lighting actif off (gauche) et D-Lighting actif faible (droite).


Nikon D7000 : D-Lighting actif normal (gauche) et D-Lighting actif élevé (droite).


Nikon D7000 : D-Lighting actif très élevé.

Fichiers Raw

Le Nikon D7000 délivre des fichiers bruts NEF (propriétaire) qu'il est possible d'enregistrer sur 12 ou 14 bits. Après plusieurs essais, l'avantage du format 14 bits n'est pas évident à mettre en évidence. Comme sur d'autres modèles Nikon (D300s, D700...), vous devez impérativement activer le D-Lighting Actif à la prise de vue afin de pouvoir jouer avec les paramètres dans Capture NX2 (quitte à ne pas l'utiliser), dans le cas inverse, l'option apparaît tout simplement en grisée et devient donc inaccessible. De manière assez particulière, il semble qu'il soit parfois plus facile de récupérer des détails avec un NEF sans D-Lighting actif (Off au moment de la prise de vue) que si l'option est activée. Inversement, le D-Lighting actif permet de récupérer facilement de détails dans les zones sombres, alors qu'il faut jouer pas à pas avec l'histogramme et avec plus de difficultés si l'option n'est pas activée.

Dans tous les cas, les fichiers NEF permettent de retrouver plus facilement des détails dans les zones de hautes et basses lumières qu'avec les JPeg. Les fichiers JPeg délivrés par défaut sont par ailleurs assez neutres et un peu mous. Pour une impression, il faudra sans doute renforcer l'accentuation des images pour un rendu plus flatteur. Bien sûr, l'optimisation des fichiers JPeg est possible en jouant avec les paramètres du Picture Control dans les menus de l'appareil.

Nikon D7000 test review raw exposition
Même image (Raw + JPeg) et même traitement sous Capture NX2 : 50% de récupération des hautes lumières et 30% de récupération des basses lumières. Dans le ciel, des informations sont définitivement perdues dans le fichier JPeg.

Nikon D7000 test review Raw et JPegMême image (Raw + JPeg) de notre scène de test. Le rendu JPeg par défaut (standard) à gauche est un peu plat, il conviendra de jouer avec la saturation et l'accentuation pour redonner un peu de tonus aux images, notamment en vue d'une impression.

La dynamique

Sur la dynamique des fichiers bruts, les deux modèles équipés du capteur 16 Mpx (Nikon D7000 et Pentax K-5) prennent nettement l'avantage jusqu'à 800 ISO. Ensuite l'écart s'amenuise, le Nikon D7000 et Canon 60D faisant pratiquement jeu égal jusqu'à 12800 ISO. Le Pentax domine ces adversaires sur toute la plage de sensibilité.

Nikon D7000 test review comparaison dynamique canon 60d et pentax k-5

Mode vidéo

Premier reflex à offrir l'enregistrement vidéo, le Nikon D90 a ouvert la voie aux autres reflex de la marque et le D7000 ne fait pas exception. Après le D3100, c'est le second boîtier Nikon à permettre l'enregistrement vidéo en HDTV 1080 en images pleines. Il est également possible d'enregistrement avec une définition moindre.

  • 1920x1080 pixels, 24 i/s (PAL et NTSC)

  • 1280x720 pixels, 24 ou 25 i/s en PAL (24 ou 30 i/s en NTSC)

  • 640x480 pixels, 25 i/s en PAL (30 i/s en NTSC)

Si le D7000 offre une belle combinaison de possibilités d'enregistrement vidéo, il est dommage qu'il ne propose pas filmer en HDTV 1080 à 25 i/s et en HDTV 720 à 50 i/s pour à la fois une meilleure compatibilité avec les productions vidéo actuelles et une meilleure fluidité pour les mouvements rapides.

Le Nikon D7000 délivre des fichiers .MOV qui utilisent une compression moderne H.264 (norme AVC/MPEG-4). La durée maximale est fixée à 20 minutes. L'enregistrement audio est codé sur 2 canaux (stéréo), mais le boîtier ne dispose que d'un micro monophonique. Il faudra donc utiliser l'entrée micro (minijack 3,5 mm) pour bénéficier des deux voies. Le flux vidéo est d'assez bonne qualité avec un débit de 24 Mbps, un profil de compression High, mais seulement 2 images de référence.

Réglages

Contrairement au D90 qui n'offrait qu'un enregistrement tout automatique, le D7000 propose un réglage manuel des différents paramètres de prise de vue pendant le filmage. Même si cela est accessoire (il est préférable de paramétrer le boîtier avant de filmer), cela permet plus de créativité et une plus grande liberté au niveau de la réalisation. Vous pouvez donc faire varier la vitesse d'obturation (limité à 1/30 s pour la vitesse la plus lente), la sensibilité ISO et la correction d'exposition. Étonnamment, en basculant en mode manuel pour la vidéo, il n'est plus possible de modifier l'ouverture avant et pendant l'enregistrement ! Voilà qui est plutôt frustrant. Il faudra donc penser à l'ouverture avant de basculer en mode visée directe. Toujours en mode manuel, l'opérateur manque clairement d'information: impossible d'afficher un histogramme d'exposition ou une indication pour valider l'exposition. Au niveau de l'enregistrement sonore, il est également possible de régler le niveau d'enregistrement, mais là aussi, il faudra prévoir cette étape avant l'enregistrement. Toutefois, le D7000 ne dispose ni de vu-mètre, ni de sortie casque pour vérifier le niveau sonore.

Au final, le mode vidéo reste encore trop embryonnaire pour être utilisé à la fois en mode tout automatique (autofocus trop lent) et en mode manuel (impossible de modifier rapidement l'ouverture). En production, il est souvent plus sage de préparer chaque prise de vue à l'avance et de réaliser de petites séquences. Les contraintes sont alors moins importantes.

Qualités des images

En comparant les vidéos produites par le Nikon D7000 avec celles des autres reflex/compacts actuels, le nouveau boîtier Nikon se montre plutôt satisfaisant. Comme avec les autres modèles et sur notre mire de précision, vous noterez facilement la présence de moiré et un piqué tout relatif et un crénelage (aliasing) bien visible. En effet, les images doivent passer d'une définition de 16 à 2 Mpx et cette transformation ne semble pas si évidente. Le problème est toutefois récurrent chez les autres constructeurs. La différence est particulièrement visible entre le D7000 et un caméscope dit "classique" comme le Panasonic TM700.

Nikon D7000 test review mode vidéo précisionNikon D7000 : mode vidéo 1080p, 24 i/s extrait à 100%

Panasonic TM700 1920x1080 détailPanasonic TM700 (caméscope) 1920x1080 pixels, extrait 100%.

Canon EOS 550d 1920x1080 détailCanon 550D 1920x1080 pixels, extrait 100%.

Au niveau du bruit électronique, le D7000 est plutôt convaincant avec un fourmillement peu visible jusqu'à 3200 ISO. Au-delà, le bruit coloré est nettement plus visible comme vous pouvez le voir sur la vidéo ci-dessous. La scène est filmée à toutes les sensibilités proposées par le boîtier (100 - 25600 ISO) à f/8. L'éclairement de la scène est de 30 lux au niveau du métronome. Comme il n'est pas possible de modifier l'ouverture pendant l'enregistrement, nous avons modifié l'obturation pour conserver une exposition correcte dans les plus hautes sensibilités. Ainsi, nous sommes passés du 1/30 s au 1/60 s à 12800 iso et au 1/125 s à 25600 ISO.

nikon D7000 test review video sensibilité ISO

Autofocus

Le D7000 dispose d'un nouveau système autofocus continu (AF-F pour Full Time) par détection de contraste qu'il est possible d'utiliser à la fois en visée directe et pendant l'enregistrement vidéo. Celui-ci s'avère plus rapide (effet de pompage plus court) et il fonctionne en permanence pour s'adapter donc au déplacement d'un sujet. Si la mise au point est largement plus rapide que sur les précédents modèles, l'autofocus reste toujours trop lent pour suivre une personne en marche qui s'approche du photographe et toujours un peu bruyant. Sur ce plan, les caméscopes classiques et le Sony Alpha 55 (avec son système autofocus à corrélation de phase) se montrent beaucoup plus performants.

nikon-d7000-autofocus-test envoyé par focusnumerique. - Les derniers test hi-tech en vidéo.

Exemples de photos

Nikon D7000 exemple 3
Nikon D7000 exemple 4
Nikon D7000 exemple 6
Nikon D7000 exemple 7
Nikon D7000 exemple 8
Nikon D7000 exemple 9
Nikon D7000 exemple 10
Nikon D7000 exemple 11
Nikon D7000 exemple 12

Verdict

Nikon D7000 test review recommande

Après une bonne semaine passée avec le Nikon D7000, le bilan est globalement très positif. Le boîtier est une belle évolution du D90 et trouve tout naturellement sa place entre la gamme vraiment amateur (D5000 / D3100) et les boîtiers professionnels comme le D300s.

La prise en mains n'étonnera pas les Nikonistes qui trouveront dans le D7000 un boîtier expert très agréable à utiliser avec un beau et large viseur couvrant un champ de 100%, de nombreux raccourcis et commandes personnalisables et une construction à la hauteur des prétentions "expertes" du boîtier. Malgré une ossature en alliage de magnésium, le D7000 reste léger et doté de quelques joints d'étanchéité (trappes batteries et cartes) appréciables. Le D7000 dispose de petites options bien agréables comme les deux emplacements pour cartes SD/SDHC/SDXC et une gestion des flashes distants sans fil assez complète. Le système autofocus est également convaincant avec un mode suivi 3D toujours aussi performant et une bonne détection dans la plupart des situations.

En visée directe, l'autofocus par détection de contraste se montre également plus performant que sur l'ancienne génération, mais globalement, la réactivité reste encore trop lente pour assurer une utilisation classique en photo et en vidéo. Le mode vidéo est également revu à la hausse avec un mode HDTV 1080, mais à seulement 24 i/s et avec quelques lacunes au niveau des réglages.

La qualité des images est également au rendez-vous. Les JPeg manquent un peu de "punch", mais le potentiel est bien là et il est facile de modifier le rendu des images via le Picture Control. La gestion du bruit électronique est remarquable et sans doute ce qui se fait de mieux sur un capteur APS-C actuellement. Nous sommes vraiment impatients de voir les résultats de la nouvelle génération de capteurs 24x36 sur le territoire des hautes sensibilités.

Au final, le Nikon D7000 reçoit facilement un recommandé.

Face à la concurrence

| thead |
| --- |
| |
| [tab_prix2(,,,10,id_ln,,,)] |

Nikon D90

Les possesseurs de Nikon D40x ou D60 trouveront avec le D7000 une évolution logique à leur boîtier chez Nikon. Les heureux propriétaires d'un D90 y réfléchiront peut-être à deux fois avant de craquer. Les innovations sont certes là, mais sont-elles suffisantes pour déclencher un achat ?

Le D90 avait déjà placé la barre assez haute avec une qualité d'image remarquable, une définition appréciable et un autofocus réactif. Certes, son boîtier tout plastique dénote un peu, la rafale 4,5 i/s pourra paraître lymphatique à certains, mais le D90 reste toutefois un boitier de référence.

Les aficionados du viseur 100% ou de la vidéo HDTV 1080 craqueront néanmoins pour le nouveau boitier Nikon D7000 ayant de nombreux arguments pour lui.

| thead | | --- | | | | [tab_prix2(,,,237,id_ln,,,)] | Canon 60D Le premier concurrent du Nikon D7000 se trouve chez Canon avec le 60D. Présenté quelques semaines avant, le reflex expert Canon propose un écran LCD monté sur rotule latérale pour faciliter la visée et surtout le mode vidéo. La vidéo est par ailleurs assez évoluée avec de nombreux modes (HDTV 1080, 720, 25 i/s, 50 i/s, réglages manuels...), mais un autofocus toujours trop lent. Le 60D est certainement plus simple à appréhender que le D7000. Toutefois et en y consacrant un peu de temps, les options de personnalisation du D7000 permettent de configurer un boîtier "aux petits oignons". Sur la qualité d'image, le D7000 prend l'avantage avec une meilleure gestion du bruit électronique, le 60D restant très bon malgré la présence de 18 millions de photodiodes. La différence de définition, significative sur le papier, n'est finalement pas si importante et permettra, de manière assez ironique, de supprimer plus de pixels lors des recadrages. Sur le plan des spécificités techniques, le 60D se fait distancer par le D7000 sur le viseur (100 % chez Nikon, 96% chez Canon), la cadence rafale (6 i/s chez Nikon, 5,3 chez Canon), la complexité de l'autofocus (39 collimateurs chez Nikon, 9 chez Canon), la mesure d'exposition (2016 points chez Nikon et 63 zones chez Canon) ou la sensibilité ISO (25600 ISO chez Nikon, 12800 chez Canon). À vous de définir vos critères de prédilection.

| thead | | --- | | Pentax K-5 test review | | [tab_prix2(,,,250,id_ln,,,)] | Pentax K-5

Le concurrent le plus sérieux du Nikon D7000 est certainement le Pentax K-5 qui affiche lui aussi une fiche technique impressionnante : viseur 100%, une cadence rafale à désormais à 7 i/s, une compacité et une finition tout-temps très intéressantes, le pilotage de flashes distants sans fil, bel écran de 7,6 cm / 920 000 points, nombreuses commandes personnalisables, stabilisation mécanique intégrée... Sur la qualité des images, les deux boîtiers sont assez proches, le D7000 prenant un léger avantage sur la gestion du bruit électronique (pour sa part, le K-5 enregistre directement en DNG, ce qui s'avère parfois très pratique). Le reflex Nikon prend toutefois l'avantage avec un autofocus plus sophistiqué et plus efficace que celui du K-5, une gamme d'optiques à motorisation ultrasonique plus complète. Le mode vidéo est également clairement en faveur du D7000 avec la présence d'un véritable autofocus et un mode manuel presque complet.

+
  • Excellente gestion du bruit électronique pour un format APS-C
  • Viseur 100% large et plutôt agréable
  • Déclenchement relativement silencieux et mode Q (quiet) intéressant
  • Construction soignée pour cette gamme avec des joints sur les différentes trappes
  • Rappel des paramètres sur écran LCD sur le dessus du boîtier
  • Lampe d'assistance AF
  • Pilotage de flashes distants sans fil avec le flash intégré
  • Mode vidéo de qualité avec autofocus relativement rapide et silencieux
  • Ecran de protection pour l'écran LCD
  • 2 emplacement SD pour copie ou débordement
  • Affichage d'un niveau électronique sur l'écran LCD (gauche/droite uniquement)
  • Réglages manuels du mode vidéo
  • Rafale à 6 i/s
  • Molette des modes d'exposition qui tourne trop facilement
  • Autofocus sur 39 points parfois un peu trop lent
  • Absence de prise synchro flash
  • Impossible de dédier une carte SD pour l'enregistrement vidéo.
  • Pas d'écran monté sur rotule
  • Pas de sortie casque pour vérifier le niveau sonore des vidéos
  • Images JPeg standard qui manquent un peu de punch (il faudra jouer avec le Picture Control)
  • Nouvelle batterie et nouvelle poignée obligatoire (non compatible avec D90)
  • Logiciel livré en standard (ViewNX 2) un peu limité et Capture NX 2 toujours payant
  • Impossible de modifier l'ouverture en mode manuel vidéo et en visée directe
  • Mode vidéo HDTV 1080p limité à 24 i/s
  • Tendance à la surexposition
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Nikon D7000
Priceminister 560,00 €
Fnac.com marketplace 560,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 1069,61 € Voir l'offre