Précision, colorimétrie

Résolution optique kit 18-55 mm VR

Le D5100 est livré en kit avec un 18-55 mm f/3,5-5,6 VR que nous connaissons déjà bien. Il est intéressant de vérifier si l'optique est capable de bien restituer les détails visibles par le capteur APS-C de 16,2 Mpx.

L'optique du kit donne d'excellents résultats au centre avec un peu plus de 52 paires de lignes par mm (lp/mm en équivalent 24x36) à la focale 24 mm avec une ouverture à f/5,6. En bordure, les résultats sont légèrement moins bons, avec 44 lp/mm (eq. 24x36) résolus. L'optique ne bride donc pas trop le capteur 16 Mpx.

De manière assez étonnante, les fichiers NEF donnent de meilleurs résultats. En regardant les courbes MTF, les fichiers JPeg semblent légèrement accentués au niveau des faibles et moyennes fréquences alors que les fichiers bruts (NEF) sont légèrement meilleurs dans les hautes fréquences (fins détails).

nikon d5100 MTF version JPegnikon d5100 MTF version nefCourbe MTF pour les fichiers JPeg (gauche) et NEF (droite).

Il est intéressant de voir si les mesures sont confirmées sur le terrain. Sur l'exemple ci-dessous, le viaduc est effectivement plus "piqué" sur l'image développée avec Lightroom (options régler par défaut) que sur le JPeg sorti du boîtier. Le gain n'est par contre pas constant et la différence ne se vérifie pas sur tous les clichés.

Nikon D5100 exemple 14

Image développée avec Lightroom 3.4.

Nikon D5100 exemple 15

Balance des blancs

Au niveau du rendu des couleurs, le D5100 signe bien son appartenance à une gamme dite "amateur". Par défaut, les couleurs sont vives, flatteuses et donc très plaisantes.

Nikon D5100 test review balance des blancs automatique 5400k PHOTO

Nikon D5100 test review balance des blancs automatique 5400k

Sous un éclairage tungstène, la balance des blancs automatique tire sur le jaune-orangé et délivre donc des images assez chaudes. Toutefois, la dominante colorée n'est pas trop prononcée et permet de conserver une "belle" ambiance.

 test review balance des blancs automatique tungstene

Nikon D5100 test review balance des blancs automatique tungstene

Un passage en balance des blancs préréglée (tungstène) change radicalement les résultats. Le réglage est un peu fort et les images tirent maintenant sur une dominante un peu froide, mais visuellement, les images semblent beaucoup plus "neutres". Comme souvent en colorimétrie, le choix de la balance des blancs en JPeg sera une affaire de goût.

 test review balance des blancs tungstene tungstene

 test review balance des blancs tungstene tungstene

Gestion du bruit électronique

Le nouveau reflex Nikon D5100 est équipé d'un capteur 16,2 Mpx CMOS probablement identique à celui qui opère déjà dans le plus ancien D7000. Le D5100 est-il est réellement un mini D7000 ?

Sur notre scène en studio (éclairage normalisé à 5400 K), le D5100 propose de très belles images de 100 à 400 ISO avec un grain pratiquement imperceptible et peu de pixels colorés dans les aplats denses. Une première étape est franchie à 800 ISO, sensibilité à laquelle le moutonnement commence à être plus facilement décelable. La granulation progresse régulière de 800 à 3200, mais le grain reste fin et peu coloré (un examen attentif à 100% sur écran met toutefois en évidence des petites zones violettes). Le lissage est très modéré et les images conservent beaucoup de détails.

Un autre palier se situe à 6400 ISO.Le grain devient alors plus grossier et globalement les images perdent un peu en tenue. Les plus fins détails s'émoussent, mais les clichés sont encore parfaitement utilisables pour des tirages en grands formats (30x45 cm). Les deux autres niveaux de sensibilités ISO (Hi-1 et Hi-2 respectivement 12800 et 25600 ISO) sont plus problématiques. Comme sur le D3100 (capteur 14 Mpx différent), les JPeg perdent en dynamiques dans les zones denses, le grain devient plus présent et les fins détails sont dilués. À 25600 ISO, l'image se constelle de zones violettes disgracieuses dans les aplats et les détails peu contrastés disparaissent. Ces derniers modes seront à utiliser avec parcimonie. C'est surtout entre 6400 et 25600 ISO que le D5100 montre ses faiblesses face au grand frère D7000 qui délivre des images plus détaillées.

Nous verrons dans la suite du test, si les fichiers Raw du D5100 sont identiques à ceux du D7000 avant de tirer des conclusions définitives.

Vous pouvez comparer les résultats du D5100 avec les deux compagnons de gamme que sont le D3100 et le D7000, mais également avec le Canon 600D véritable concurrent sur ce segment.

Exemples de photos

Quelques photos réalisées avec le Micro Nikkor 105 mm f/2,8 VR. Les 16,2 Mpx du D5100 sont toujours appréciables pour retailler dans les images sans trop perdre en définition. Avec une mise au point à 30 cm du sujet, la zone de netteté du 105 mm est extrêmement réduite, même à f/9. Les différents insectes photographiés sont donc rapidement noyés dans un "bokeh" moelleux à souhait même avec un "petit" capteur APS-C.

Nikon D5100 exemple 1
Nikon D5100 exemple 2
Nikon D5100 exemple 3

Retour du 18-55 mm f/3,5-5,6 livré en kit avec le Nikon D5100. Sur l'image du sous-bois, il est facile de voir des aberrations chromatiques dans le feuillage. La mesure matricielle donne ici de bons résultats avec un bon équilibre des lumières. Sur la photo de droite, le ciel "laiteux" manque clairement de nuance en JPeg. Pour retrouver un peu de matière, il sera préférable de jouer avec quelques réglages avec un logiciel de développement de fichiers bruts. Des aberrations chromatiques sont encore bien visibles sur les poteaux. Le vert de la végétation est bien vif malgré une lumière un peu plate.

Nikon D5100 exemple 4
Nikon D5100 exemple 12

Petite sortie nocturne avec le D5100. Une petite montée ISO "sur le terrain" pour vérifier les mesures en studio. Si les sensibilités ISO 6400 et Hi1 /12800 ISO (image située en dessous du 6400 ISO) sont exploitables avec un grain fin et relativement peu coloré, le mode Hi2 (3e image de la série) tient du sauvetage avec un noir constellé de taches violettes. Toutefois, pour un capteur APS-C 16 Mpx, la performance est remarquable.

Nikon D5100 exemple 5
Nikon D5100 exemple 6
Nikon D5100 exemple 7

Vue sur le Sacré Cœur à Paris. Deux images pour illustrer la plage de focale 3x du zoom 18-55 mm livré en kit.

Nikon D5100 exemple 9
Nikon D5100 exemple 10

Retour sur notre ciel un peu morne. Sur la photo de droite, l'exposition est bien gérée et le ciel retrouve des détails avec une bonne dynamique de l'image. Même avec un "petit" capteur APS-C et en jouant sur la distance de mise au point, il est possible d'obtenir un joli flou arrière.

Nikon D5100 exemple 8
Nikon D5100 exemple 11

Détournement du mode Effects (mode miniature) avec un portrait rapproché pour simuler une sorte de "bascule". Si l'effet marche plutôt bien, le choix du couple ouverture/vitesse (mode auto) est plutôt surprenant. Pour une focale 30 mm, le D5100 propose une vitesse d'obturation au 1/20 s qui conduit à un flou de bougé...

Nikon D5100 exemple 13

Nous terminons la série avec quelques portraits et des photos de détails réalisés avec le Micro Nikkor 105 mm f/2,8. Sur les cheveux et malgré une profondeur de champ réduite (f/3,5), les détails sont bien rendus. L'optique associée au capteur 16,2 Mpx font une bonne alchimie. Sur le petit bonhomme, la zone de netteté au niveau de la manche permet de voir la trame du tissu. Là encore le couple fonctionne bien.

Nikon D5100 exemple 16
Nikon D5100 exemple 17
Nikon D5100 exemple 18

Contrat Creative Commons
Test Nikon D5100 de Renaud Labracherie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported.

Basé(e) sur une oeuvre à www.focus-numerique.com.

Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Nikon D5100
Il n'y a actuellement aucune offre.