CapteurCCD (DTC RVB) 10,275 mégapixels, taille : 23.6 x 15.8 mm, rapport de focale 1,5x par rapport au 24x36
Stabilisationnon
Antipoussièrenon
Viseurpentamiroir, couverture à 95%, grossissement 0,8x, verre de visée de Type B BriteView Clear Matte
Flashintégré NG 12 à 100 ISO 50 mm
ConnexionUSB 2, vidéo, télécommande (ML-L3)
AlimentationBatterie Nikon Li-Ion EN-EL9 (avec chargeur)
Poids(avec carte, courroie et batterie et 18-55mm) : 780 g
DimensionsAvec 18-55 mm : 12,6 x 9,4 x 14,4 cm

Caractéristiques

Nikon D40x## Une nouvelle version de son reflex, plus musclé et sobrement baptisé Nikon D40x
Quelques mois à peine après l'annonce du D40, Nikon présentait une nouvelle version de son reflex, plus musclé et sobrement baptisé Nikon D40x. Un petit "x" qui extérieurement ne change finalement pas grand-chose (le D40 et le D40x sont fabriqués sur le même design), tout en apportant une belle évolution quant à la qualité des images (Nikon a troqué le maintenant ''préhistorique'' capteur Sony à 6 millions de pixels par un 10 mégapixels plus récent). Reste que la sortie du Nikon D40x a fait couler beaucoup d'encre et sans doute quelques larmes aux acheteurs trop hâtifs du D40 qui se seraient peut-être laissés tenter par un 10 mégapixels simple d'usage. Reste que la différence de prix est importante : presque 200 euros pour un simple changement de capteur; l'addition peut paraître bien salée. Heureusement, quelques modifications internes (obturateur, traitement des images) apportent des améliorations supplémentaires sur lesquelles nous allons nous attarder. Alors que nous réserve ce Nikon D40x ?

Prise en main

Nikon D40xLe D40x ne cache pas ses similitudes avec le D40 puisqu'il s'agit du même châssis. Extérieurement, et hormis le petit x, rien ne permet de différencier un D40x d'un D40, toutes les modifications apportées sont en effet internes au boîtier. Le nouveau reflex de Nikon est très compact (12,6 x 6.4 x 9,4 cm). Malgré cette petitesse, le boîtier conserve d'agréables proportions. La poignée est, par exemple, plus volumineuse que celle des Canon EOS 350D ou 400D, assurant par là même une meilleure prise en main. Comme sur tous les nouveaux reflex miniaturisés, c'est la hauteur du boîtier qui est déstabilisante, les deux derniers doigts de la main (l'annulaire et l'auriculaire pour ne pas les nommer) passent en effet sous le socle de l'appareil pour la plupart des personnes.

Attention, malgré la taille du boîtier, le D40x équipé du nouvel AF-S Nikkor 18-55 mm f/3,5-5,6 G ED II est relativement encombrant et atteint une profondeur de 14,4 cm. Avec 780 g (tout équipé) à la pesée, le D40x est relativement léger (l'Olympus E-400 référence des poids plume accuse quant à lui 660 g), mais la construction inspire confiance. Le plastique semble robuste et tous les éléments de l'interface (touches, molettes, commutateurs) offrent suffisamment de résistance pour rassurer l'utilisateur.

Dimensions D40xDimension D40xC'est en position grand-angle ou télé que le nouveau zoom 18-55 mm version II est le plus long.

Objectifs

Le D40x est livré avec un nouveau AF-S Nikkor 18-55 mm f/3,5-5,6 G ED II en kit (le D40x n'est pas vendu séparément). Rappelons avant tout que le D40x (comme le D40) ne dispose pas de tringlerie pour effectuer la mise au point avec des objectifs AF. Pour profiter de l'autofocus, vous devez impérativement équiper votre D40x d'un objectif AF-S.

Pour les autres objectifs, il est possible d'effectuer la mise au point manuellement, mais la taille du viseur rend cette opération assez délicate. Cette restriction limite donc le nombre d'objectifs pleinement utilisables sur le D40x, mais pour la cible concernée par le boîtier, le mal est moindre surtout que le nouveau 18-55 mm n'est pas ridicule, loin s'en faut. Il soutient la comparaison avec le AF-S DX 18-70 mm f3.5-4.5G ED-IF qui offre certes une plage focale plus grande, mais dont le prix est sensiblement plus élevé (350 euros environ, soit plus de la moitié du prix du kit D40x + 18-55 mm).

| |
|
| Nikon D40x objectifs | Nikon D40x Objectifs |

Pour plus de confort, il convient d'utiliser des objectifs AF-S sur le D40x pour profiter de l'autofocus.

Les anciennes optiques (même AF comme ce 50 mm f/1,8, à gauche) ne seront pas motorisées. La mesure AF sera par contre toujours disponible via un témoin de mise au point lorsque le déclencheur est à mi-course.

Interface

Classiquement chez Nikon, la mise sous tension s'effectue par rotation de la bague située autour du déclencheur. Une position assez pratique, puisqu'elle permet d'être très rapidement prêt pour déclencher.

En plus de la commande de flash, le D40x dispose d'une commande personnalisable.

Le D40x est un boîtier amateur. Dans cet esprit, l'interface est assez sobre, les ingénieurs ayant volontairement réduit le nombre de commandes sur le boîtier.

Nous venons de le voir, le haut de la poignée regroupe la bague de mise en route ainsi que le déclencheur. Ceux-ci sont accompagnés d'une touche pour la correction d'exposition à droite et d'un bouton Info qui permet, en toute logique, d'afficher les informations de prise de vue sur l'écran LCD arrière.

Une logique qui a ses limites puisque, il aurait été appréciable de pouvoir, avec une seconde pression, modifier certains paramètres (balance des blancs, ISO...). Pour cela, il faudra utiliser l'autre touche Info (sérigraphié sobrement ''i'') située à côté de l'écran LCD.

L'arrière du boîtier :

On retrouvera en arrière de la poignée, la désormais classique molette de sélection de modes de prise de vue (PSAM et résultats : sans flash, portrait, paysage, enfants, sport, macro et portrait de nuit).

L'arrière du boîtier révèle un autre jeu de commandes aligné le long de l'écran. Vous trouverez une touche pour la lecture des images, une touche d'accès aux différents menus, une touche de zoom "-" pour afficher l'index des images (4 et 9 images pour une navigation rapide dans les fichiers) et également afficher l'aide contextuelle et enfin une touche de zoom "+" qui sert également à modifier les paramètres de prise de vue directement sur l'écran.

En haut à droite sont localisés la molette de réglages et le bouton pour bloquer l'exposition ou le focus. La croix de sélection trouve également sa place à côté de l'écran avec, comme sur le D40, la touche de validation au centre. Pour finir, la commande "poubelle" est située un peu à part des autres commandes. Tout cela est donc très classique.

Pour trouver la petite innovation, il faut se pencher sur le flanc gauche de l'appareil : vous découvrirez alors, deux boutons. Le premier, classique, commande l'ouverture du flash et la correction de celui-ci. Le second active le retardateur, mais est surmonté de l'inscription Fn pour fonction. Tiens donc, une commande personnalisable ? Gagné, et vous pouvez attribuer 5 fonctions à celle-ci : retardateur, sensibilité ISO, mode rafale, qualité des images et balance des blancs.

Nikon D40x touche personnalisable

Nikon D40xNikon D40x
La led d'assistance AF permet d'éclairer une scène proche pour permettre la mise au point.

Enfin, dernières commandes sur l'objectif, avec le commutateur de mise au point A/M pour passer d'un mode autofocus au mode manuel.

Menus

Ecran PrincipalLe D40x est équipé de manière assez classique d'un écran LCD de 2,5 pouces (soit 6,35 cm) de 230 000 pixels. La qualité d'affichage est très bonne et offre une bonne lisibilité des images. Les angles de vision sont assez larges pour faire profiter plusieurs personnes à la fois de l'affichage.

La qualité de cet écran est un point essentiel, puisqu'il devient sur le D40x, en quelque sorte, la tour de contrôle du boîtier. En effet, toutes les informations de prise de vue sont regroupées sur cet écran et la majeure partie des réglages s'effectuent désormais via des menus comme sur la plupart des appareils compacts.

L'écran principal reprend un bon nombre de données :

  • mode d'exposition

  • mode flash

  • correction du flash

  • optimisation des images

  • batterie

  • ouverture du diaphragme

  • vitesse

  • choix du collimateur autofocus

  • correction d'exposition

  • nombre de vue

  • qualité et taille des images

  • sensibilité ISO

  • mode rafale

  • mode autofocus

  • mode mesure de la lumière

Pour égayer et rendre plus lisible ces infos, le D40x propose trois modes d'affichage.

Le Classique :

Ecran ClassiqueEcran Classique
Le Graphique :

Ecran GraphiqueEcran GraphiqueSi le diaphragme est joliment représenté (l'affichage est par contre très très lent), la vitesse, symbolisée par les petits traits autour du cercle est plus difficilement compréhensible.

Et le Papier peint :

Ecran papier peintEcran papier peintSi ce dernier est sympathique, la lisibilité des données est grandement conditionnée par l'image affichée.

Les menus

Dommage que Nikon n'ai pas pensé à proposer le changement de paramètres également par une simple pression sur le bouton de validation (au centre de la croix de sélection) pour éviter les mouvements de doigts à l'arrière de l'appareil.

Les modifications des paramètres de manière graphique ont deux heureuses conséquences. La première est l'affichage en simultanée de vignettes représentant différentes situations photographiques qui permet de choisir visuellement le réglage approprié. Ensuite, il est possible à tout moment d'afficher, via la commande loupe "-", une aide contextuelle pour aider le photographe dans ses choix.

Les utilisateurs de compacts ne seront donc pas dépaysées par ces méthodes. Pour ceux qui sont déjà un peu plus aguerris ou qui possèdent déjà un reflex, le passage quasi obligé par l'écran peut vite devenir rébarbatif. Difficile de contenter tout le monde...

Ecran aidesPour tous les autres paramètres, plus avancés, il faudra se plonger dans les méandres des menus linéaires. Les options sont nombreuses et le boîtier personnalisable à l'envie. Parmi les options intéressantes dans les menus, on trouve l'option de création de menus ! Un bon moyen justement d'éliminer les entrées dont vous ne vous servez que très rarement et de rendre par la même occasion le D40x plus facile d'accès.

Vous retrouverez les 5 onglets classiques de Nikon :

- visualisation des images
- Prise de vue
- Réglages perso
- Configuration
- Retouche

Ce dernier menu propose d'apporter des modifications aux images après la prise de vue en créant un nouveau fichier : retouche des yeux rouges, applications de filtres, recadrage... Notez dans ce dernier, comme pour le D80, le recadrage s'effectue au format 4/3 alors que les images originales sont au format 3/2. Dommage et rageant.

En lecture, le D40x propose plusieurs affichages pour vérifier la qualité des images.

Les zones surexposées clignotent en mode lecture

Zone surexpositionIl est possible d'afficher un histogramme d'exposition et d'afficher les principales informations en surimpression.

Mesure de la lumière, balance des blancs

Tout comme le D40, le D40x dispose d'un capteur à RVB à 420 photosites pour réaliser la mesure matricielle.
Les algorithmes sont, là encore, hérités du Nikon D80 avec la présence de la mesure matricielle couleur 3D II.
En mode multizone, l’analyse de la scène prend en compte de nombreux paramètres comme la couleur (une exclusivité Nikon), la luminosité générale de la scène, ainsi que le contraste.
Si l’objectif le permet (un objectif AF D est nécessaire), l’algorithme prend également en compte le collimateur AF sélectionné, la distance du sujet ainsi que la focale utilisée.
Tous ces éléments sont alors analysés et comparés à une banque de données riche de 30 000 cas représentatifs.

La mesure matricielle donne généralement de bons résultats sur des sujets classiques.
Si les scènes présentent de trop grands contrastes, il est probable que la mesure matricielle donnera des images sous ou sur exposées.
Dans ces cas, il sera plus prudent d'utiliser la mesure pondérée centrale (avec une mémorisation et un recadrage éventuel) ou le mode spot.

Balance des blancs

La balance des blancs est assez classique dans son fonctionnement. Vous pouvez choisir entre automatique et 6 valeurs programmées. Une mesure manuelle est également disponible.
À savoir, il est possible de modifier les valeurs programmées des balances des blancs, jour, tungstène, fluo, flash, ombre et nuageux de -3 à + 3 valeurs (100 K°).

![Ecran Principal](/articles/9/Nikon D40x-18-70mm.JPG)Balances BlancsIl est possible d'incrémenter la température des couleurs pour chaque balance des blancs. La balance des blancs automatique donne d'assez bons résultats sauf en éclairage tungstène où les clichés sont beaucoup trop jaunes.

Logiciels

Picture ProjetPicture Projet D40xLe D40x est livré avec Picture Project 1.7 (à gauche) qui permet d'organiser, de retoucher et de partager ses photos. L'application est plutôt simple d'utilisation, mais les options sont assez limitées, notamment pour ce qui est du traitement des fichiers Raw. Pour cela, il est soit préférable d'utiliser un logiciel d'un éditeur tiers (Adobe LightRoom, Apple Aperture, LightCraft LightZone...) tout en sachant que le format Raw du D40x n'est , pour l'instant, reconnu par aucun de ces logiciels (il faut attendre la mise à jour de la base de données) soit utiliser le puissant et onéreux (150 euros environ) Capture NX (à droite).

Une version d'évaluation (utilisable 30 jours) est disponible sur le site de Nikon. Largement plus étoffé, mais aussi beaucoup plus compliqué à prendre en main, Capture NX est avant tout destiné aux photographes qui font essentiellement du Raw et qui souhaitent retravailler avec précision leurs images. En effet, Capture NX se distingue de la concurrence par un système de sélection, les U-Point, qui permet de définir selon de multiples critères (couleur, densité, matière) des zones de travail. Par ailleurs, l'interface du logiciel est très austère, un peu vieillotte, nécessite une bonne phase d'apprentissage.

Picture Projet Picture Projet D40x
Image JPeg Basic Conversion automatique du Raw

Alimentation, stockage

Ecran PrincipalComme sur tous ses nouveaux reflex d'entrée et de milieu de gamme, Nikon a opté pour le format de carte mémoire SD.

Un choix judicieux pour ce modèle, sachant que l'appareil est compatible avec les nouvelles cartes SDHC (pour haute capacité 4 Go). Attention, les cartes SDHC sont incompatibles avec les anciens lecteurs de cartes SD. Il faudra donc soit réinvestir dans un lecteur de cartes plus récent (vous pouvez toujours jeter un coup d'oeil sur le comparatif de lesnumériques.com), soit passer par le D40x pour télécharger les images sur un ordinateur.

Nikon D40x Batterie## Batterie :
Comme pour le D40, le D40x utilise un nouveau type de batterie Li-Ion, plus compact, les Nikon EN-EL9 (7,4 V, 1000 mAh).

D'après Nikon et selon les protocoles de tests CIPA (flash intégré utilisé pour 50% des prises de vues), la batterie EN-EL9 permet 520 vues avec un D40x (soit 50 vues de plus qu'avec le D40). Sur le terrain, une charge permet de faire un bon millier de clichés dans des conditions normales d'utilisation (prise de vue, visualisation, réglage de l'appareil, quelques photos au flash...); ce qui permet d'envisager un court séjour photographique en toute sérénité. Le D40x est également livré avec un nouveau chargeur, MH-23 très discret et qui recharge l'accumulateur en moins de 2 heures.

Sur la gamme D40, Nikon ne propose pas de grip d'alimentation, pour augmenter l'autonomie de l'appareil, il faut se tourner vers des constructeurs tiers comme Ansmann.

| |
|
| Nikon D40x | Nikon D40x |

Pas de grip d'alimentation chez Nikon, il faut fouiller du côté des constructeurs indépendants pour trouver la perle rare.

Les adaptateurs optionels EH-5 et EP-5 permettent d'alimenter le D40x directement sur le secteur. Idéal pour les prises de vue en studio.

Flash

le flash intégré au D40x est de nombre guide 12.

Avec la griffe porte flash, le D40x peut utiliser un flash cobra et profiter du système CLS (Creative Lighting System)

Le flash intégré au D40x a un nombre guide de 12 à 100 ISO et peut se corriger sur une plage de -3 à +1 IL par paliers d'1/3. Le flash intégré fonctionne selon 6 modes de prise de vue : forcé, désactivé, réduction des yeux rouges, réduction des yeux rouges et synchro lente, synchronisation sur le second rideau. Le flash intégré ne permet pas de piloter d'autres flash distants (SB-600, SB-800); pour cela, il faudra équiper le D40x d'un flash cobra compatible CLS (Creative Lighting System). Le flash intégré dispose bien sûr de la mesure RVB sur 420 zones pour le dosage flash/ambiance avec le système i-TTL (avec le 18-55 mm du kit). Le flash intégré donne de bons résultats pour le portrait en intérieur avec un bon rendu des teintes chair.

Pour plus de puissance ou pour une utilisation en mode fill-in (la synchro est limitée au 1/200 s), il sera nécessaire de s'équiper d'un flash cobra type SB-600, SB-800 qui en mode stroboscopique autorise une prise de vue jusqu'au 1/4000 s.

Rafale

En mode rafale, Nikon annonce 3 images/s en JPeg fin. Pas de surprise, avec une carte rapide (Hama SDHC 1 Go) nous obtenons une rafale de 3 images / s. À ce rythme nous avons rempli notre carte mémoire (1 Go) sans atteindre les 100 JPG annoncés.

En mode Raw nous obtenons 7 images en 2,3 s soit une rafale à 0.3 i/s. Au-delà, les performances chutent à 1 image/ s. À cette cadence, nous avons également réalisé un nombre important de prise de vue (plus de 60) sans avoir besoin de vider le buffer.

Visée, autofocus

Nikon D40x Viseur informationsPetite surprise au niveau du viseur. Nikon propose un pentamiroir relativement large et lumineux (0,8x, couverture 95%). Le ''relativement'' signifiant simplement que le D40 est loin de l'agréable viseur du D80, tout en offrant une visée plus confortable que celle du Canon EOS 400D. Toutefois, il est toujours délicat d'effectuer une mise au point manuelle et il est préférable de se fier au témoin AF du boîtier. Vous retrouverez les 3 collimateurs AF gravés (avec affichage lumineux pour le choix autofocus) et une barre d'information sur le bas de la visée.

Nikon D40x
Comme sur le D40, il est vraiment dommage que Nikon n'ait pas laissé la possibilité d'afficher certaines informations comme le quadrillage des tiers, l'absence de carte ou le témoin de charge des piles. Les informations délivrées dans le viseur sont assez complètes et hormis la sensibilité ISO (pourtant essentielle en numérique, mais que l'on pourra afficher sur l'écran LCD), il ne manque pas grand-chose.

Autofocus

Le D40x reprend le module AF Mutli-CAM 530 développé pour le D40.

Le Multi-CAM 530 d'un collimateur central en croix et deux collimateurs linéaires.

Pas de nouveauté non plus concernant le système autofocus par rapport au D40. La version x du modèle reprend donc le module AF-Multi-CAM 530 sur trois collimateurs horizontaux.

Les algorithmes AF sont hérités des recherches pour le D200 et le D80. Les résultats AF sont très bons : la mise au point est rapide et précise même dans des conditions lumineuses délicates, une led d'assistance venant immédiatement en aide dès que la luminosité est trop basse. La présence de seulement 3 collimateurs n'est pas vraiment pénalisante. En mode paysage, cela suffit amplement pour la plupart des sujets photographiques courants. C'est plutôt en mode portrait que le nombre limité de collimateurs fait défaut. La zone AF se déroulant sur une seule ligne verticale, il est impossible, par exemple, au système de suivre un sujet entrant ou sortant.

Si le D40x est avant tout destiné aux débutants, il dispose de trois modes de zone AF : sujet le plus proche (l'appareil photo sélectionne automatiquement la zone de mise au point contenant le sujet le plus proche de l'appareil photo), dynamique (l'utilisateur détermine manuellement le collimateur de mise au point, mais si le sujet se déplace, l'appareil utilisera les autres collimateurs pour faire le point) et enfin sélectif (l'utilisateur détermine manuellement le collimateur de mise au point). Avec les trois réglages AF (AF-Automatique, AF-Single (pour ponctuel) et AF-Continu) cela autorise 9 réglages en tout est pour tout. Quoiqu'il en soit, le D40x dispose d'un module étonnamment rapide et précis pour cette gamme d'appareils.

Précision, colorimétrie

Le nouvel objectif 18-55mm f/3.5-5.6G ED II AF-S DX Nikkor livré en kit avec le D40x a le bon goût d'avoir un très bon rapport qualité/prix. Sans être exceptionnelles, les images délivrées par le 18-55mm sont de bonne qualité avec une précision correcte, une distorsion correcte (mais visible en grand-angle) aussi bien en grand-angle qu'en télé et peu d'aberration chromatique.

  • [![](/articles/9/Nikon D40x_18-55mm_min.jpg)18-55 mm, f/5,6, 48 mm, ISO 100, 2 s](/articles/9/Nikon D40x_18-55mm.JPG)
  • [![](/articles/9/Nikon D40x-18-70mm_min.jpg)18-70 mm, f/5,6, 50 mm, ISO 100, 2 s](/articles/9/Nikon D40x-18-70mm2.JPG)

Nikon D40x

Distorsion

| |
|
| Nikon D40x, distorsion grand-angle | Nikon D40x distorsion télé |

La distorsion est surtout visible en grand-angle. En télé (55 mm), la déformation est plus minime.

Aberration chromatique

Nikon D40x, aberration chromatique
En zoomant sur les grilles, il est possible de constater la présence d'aberration chromatique. Aussi bien en grand-angle qu'en télé, celle-ci est toutefois très peu visible.

Macro

| |
|
| Nikon D40x, objectif 60 mm macro | Nikon D40x 18-55 mm mode macro |

Avec une mise au point à 28 cm (quelque soit la focale), le 18-55 mm pourra servir pour faire des plans rapprochés, mais il ne pourra jamais s'improviser comme un objectif macro (image de droite réalisée avec un 60 mm macro).

Gestion du bruit électronique

Qualité des images : gestion du bruit

Nous avions déjà été impressionnés par les résultats du Nikon D80 concernant la gestion du bruit électronique. Doté du même capteur et principalement de la même électronique, nous pouvions espérer des résultats similaires. Nos espérances sont plus que comblées, puisque le D40x délivre des images d'une excellente qualité.

Nikon D40x

Nikon D40x

Le D80 produit des clichés très propres jusqu'à 400 ISO. À 800 ISO, le grain est déjà bien perceptible et devient vraiment très présent à 1600 ISO. Avec le D40x, Nikon repousse d'un cran les limites de son appareil. Pour faire bref, on peut dire que le 800 ISO du D40x correspond au 1600 ISO du D80 et que le 1600 ISO du D40x correspond au 3200 ISO du D80 (Hi+1). Une évolution plus qu'appréciable. En mode Hi+1, le grain est bien sûr très présent et les détails rognés, mais après un passage en noir et blanc, les fichiers sont facilement exploitables.

Nous avons comparé les résultats avec un Nikon D200

Nikon D200

Nikon D200

Première, remarque, le D200 a une petite tendance à sous-exposer la scène. Concernant le bruit électronique, le traitement est similaire jusqu'à 800 ISO. Dans les hautes sensibilités, le D40x a le culot d'être aussi bon voire meilleur que le grand frère semi-professionnel. La différence est surtout visible en Hi+1 (équivalent à 3200 ISO).

Pour vraiment marquer l'évolution du traitement des images numériques, nous avons réalisé le test avec un ''vieux'' Nikon D70.

Nikon D70

Les vues sont là aussi sous sous exposées. Le bruit est également beaucoup plus important dès 400 ISO.

Vous pouvez également comparer la montée en bruit électronique sur le D40x sur notre mire de banc d'essai.

Nikon D40x

et comparer également avec la montée ISO de l'éternel rival Canon et son EOS 400D. La différence est désormais minime et Nikon a vraiment réussi à rattraper son retard sur ce point.

Canon Eos 400d

Exposition, RAW

Le capteur de 420 photosites, associé aux algorithmes de Nikon, permet dans la plupart des cas une bonne exposition des photos.

Le seul vrai point noir de l'exposition est l'absence de bracketing. Impossible par exemple de prendre plusieurs vues avec une exposition différente pour créer du HDR (High Dynamic Range) par exemple ou s'assurer une photo correctement exposée.

Flash

Le flash intégré i-TTL est assez bien géré par le D40x et permet des portraits en intérieur assez bien équilibrés. En mode flash, le rendu de peau est assez convaincant.

Exemples de photos


18-55mm, 1/4000 s, f/10, ISO 1600


18-55 mm, 1/125 s, f/5,3, ISO 1600

| |
|
|
18-55 mm, f/3,5, ISO 1600 |
18-55 mm, f/3,5, ISO 1600 (mode prise de vue noir & blanc) |

| |
|
|
18-55 mm, 1/20 s, f/3,5, ISO 1600 |
18-55 mm, 1/200 s, f/6,3, ISO 100 |


18-55 mm, 1/80, f/6,3, ISO 100


18-55 mm, 1/60, f/6,3, ISO 100g


18-55 mm, 1/200, f/6,3, ISO 100g


18-55 mm, 1/500, f/6,3, ISO 100g

Verdict

Le D40x ne révolutionne certes pas le marché du reflex grand public (Nikon n'est que très rarement précurseur), mais il vient conforter la place du constructeur japonais sur un segment en constante évolution. Clairement destiné aux photographes qui disposent déjà d'un compact numérique, le D40x se pilote pratiquement entièrement par les menus et se trouve particulièrement à l'aise en mode Vert ou P. Tant mieux, car c'est sans doute dans ces modes là que le D40x sera le plus utilisé. Doté d'un autofocus limité mais très réactif et d'une mesure d'exposition fiable, le D40x délivre de beaux clichés et peut se permettre quelques incursions dans les hautes sensibilités sans crainte. Sur la gestion du bruit électronique, le D40x rattrape son retard sur son concurrent direct, le Canon EOS 400D. Le D40x dispose également d'un viseur légèrement plus large, plus lumineux et d'une prise en main plus agréable.

Et s'il hérite de certains composants du D80 (capteur, obturateur...), le D40x ne vient pas faire de l'ombre au D80, beaucoup plus expert dans son fonctionnement et disposant d'atouts (viseur large, AF plus ambitieux, finitions de meilleure qualité...) qui justifie amplement la différence de prix. Avec le D40x (et si l'on exclut le D40), Nikon est finalement arrivé à constituer une belle gamme de reflex, ou le nouveau boîtier vient plus logiquement trouver sa place avant les D80 et D200. On pourra toujours reprocher au D40x une compatibilité limitée avec la gamme d'objectifs Nikkor, mais la gamme des AF-S est désormais large (et malheureusement assez cher) pour combler la plupart des besoins. Les photographes qui attendent plus de possibilités de leur boîtier se tourneront vers le D80 ou l'excellent Pentax K10D, qui, à peine plus cher, propose une fabrication autrement plus robuste et une ergonomie mieux pensée pour les réglages manuels.

Si à ce jour le D40x est une bonne affaire, il faudra compter, les mois prochains, avec l'arrivée de nouveaux concurrents et notamment l'Olympus E-510 qui dispose de nouvelles technologies (stabilisation mécanique, antipoussière, visée sur LCD) sur lesquelles Nikon refuse absolument de se pencher.

Nikon D40x[notes(41)]

+
  • Très bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 800 ISO
  • Rendu colorimétrique attrayant
  • Ecran LCD de qualité
  • Autofocus rapide
  • Mode rafale à 3,3 i/s
  • Exposition souvent juste
  • Excellente autonomie
  • Bonne compacité et bonne prise en main
  • Rotation automatique des images
  • 18-55 mm polyvalent sans être excellent
  • Pas de quadrillage d'aide à la visée
  • Pas de testeur de profondeur de champ
  • Pas de bracketing d'exposition
  • Raw + JPeg basic uniquement
  • Compatibilité limitée (uniquement AF-S) avec la gamme d'objectifs Nikkor
  • Parasoleil pour 18-55 mm vendu séparément
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Nikon D40x
Il n'y a actuellement aucune offre.
Contenus sponsorisés