Test terrain jour 1

Pour notre test terrain, nous avons demandé au photographe Jean-Baptiste Autissier de l'agence Panoramic de prendre en mains le nouveau reflex sportif Nikon D4 pendant les championnats de France de Natation à Dunkerque et une rencontre de foot à Lille (Lille / Valencienne en nocturne). Deux évènements sportifs fort différents qui ont permis d'évaluer les performances du boîtier dans des conditions réelles d'utilisation.

Jean Baptiste Autissier et nikon D4 test terrainJean-Baptiste Autissier en plein travail avec le nouveau Nikon D4.

Focus Numérique : Tu travailles avec quel matériel habituellement ?

Jean-Baptiste Autissier : Je suis équipé en Nikon et j'utilise régulière un D3s et plusieurs D3. J'ai 400 mm f/2,8, un 70-200 mm f/2,8, un 24-70 mm f/2,8 et un 14-24 mm f/2,8.

Focus Numérique : Quelles sont tes premières impressions après ces quelques jours de test ?

Jean-Baptiste Autissier : C'est un boîtier très véloce et très précis, mais qui demande quelques ajustements. Dès qu'on prend le boîtier en mains, on se dit qu'il dispose d'un potentiel important. À ma première prise de vue, j'ai été surpris par la rafale et je me suis dit "ha ouais". Ce qui est très plaisant, c'est la rapidité et la précision de l'autofocus.

Focus Numérique : Pour toi, les progrès apportés par le D4 sur l'autofocus sont vraiment significatifs ?

Jean-Baptiste Autissier : Ah oui ! Autant le passage entre le D3 et le D3s pouvait être sauté sauf si tu voulais pouvoir photographier dans les basses lumières, autant là le gain est vraiment important par rapport aux anciennes générations. Il est vraiment différent et plus performant.

Nikon D4 exemple 2
**Focus Numérique** : Cela se traduit comment concrètement ?

Jean-Baptiste Autissier : Sur les rafales par exemple, le suivi d'un sujet un peu plus nerveux. La différence avec un D3 est vraiment importante. Le D3s était déjà plus rapide, mais le D4 semble encore plus réactif. Avec les mêmes réglages, le D4 semble beaucoup moins perturbé par un obstacle qui vient se présenter entre moi et le sujet par exemple. L'autofocus couplé à la cadence rafale un peu plus élevée se révèle un combo vraiment très intéressant pour mon activité de photographe sportif. Même avec le doubler x1,4 qui me fait perdre 1 IL en luminosité avec le 400 mm f/2,8, j'ai eu d'excellents résultats. J'ai photographié à travers une fenêtre pendant certaines épreuves et le D4 ne s'est pas fait piéger. Quand j'ai repris mes autres boîtiers D3 et D3s, j'ai vraiment eu l'impression qu'ils étaient mous !

Focus Numérique : Beaucoup d'éloges donc. Tu n'as aucun gros reproche à formuler ?

Jean-Baptiste Autissier : Ah non, tout n'est pas idéal. J'ai rencontré quelques problèmes de chromie en fait. Les teintes de peau et les couleurs chair ne sont pas respectées. J'ai beaucoup moins de problèmes avec mes boîtiers habituels. Je n'ai pas eu la possibilité de travailler les raw car mes logiciels ne supportent pas encore les nouveaux fichiers (Adobe Camera Raw et Photoshop).

Nikon D4 exemple 3
**Focus Numérique** : Tu photographies en Raw + JPeg ?

Jean-Baptiste Autissier : Non pas tout le temps. Sur le foot notamment, tu n'as pas le temps de traiter des fichiers Raw et tu es obligé de travailler en JPeg, mais sur la natation entre deux séries (matin et soir), tu peux parfaitement retravailler les images sélectionnées. Pour le foot, je vais régulièrement à Lille, je connais bien la lumière et je sais comment la travailler. Là, avec le D4 j'ai dû revoir mes réglages. Apparemment, la balance des blancs est un peu capricieuse et il faut faire sa balance manuellement. Mes premières images étaient vertes ! J'ai fait une balance manuelle et j'ai retrouvé des couleurs normales. Sur la natation, j'ai encore eu quelques soucis, notamment lors des poursuites avec des changements de rendu colorimétrique tout au long de l'épreuve.

Focus Numérique : Tu as eu le temps de tester la carte XQD ?

Jean-Baptiste Autissier : J'ai vraiment apprécié la rapidité de la carte, comme je dis, c'est une balle. Le problème pour l'instant c'est qu'il n'y a qu'un seul fabricant de XQD (les autres constructeurs restent étonnamment très silencieux sur le sujet et Sony fait pour l'instant cavalier seul...). Je trouve aussi très étonnant de n'avoir mis qu'un slot XQD. Je comprends que cela puisse être utile pour faire une transition, mais finalement, je pense qu'il faut être plus radical et proposer deux emplacements identiques. Avec deux formats différents, il faut multiplier les lecteurs (ils sont plus que rares pour le XQD) et jongler avec plusieurs cartes, ce qui ne rend pas le travail très fluide. Mais le format XQD est prometteur et surtout tu ne risques pas d'écraser un picot lors de l'insertion lorsque tu es un peu pressé. C'est peut-être un choix un peu trop prématuré.

Nikon D4 exemple 5
**Focus Numérique** : Et l'autonomie ?

JB : La batterie est parfaite pour moi. Je maltraite pourtant le boîtier avec une recherche permanente du point, je fais beaucoup de rafales, je regarde pratiquement tous mes clichés sur l'écran et je n’ai pas eu de problème. Le seul vrai problème reste le problème du format. Pour moi, le plus important et d'avoir le moins de matériel à transporter. Avec ce format différent, il faudra investir dans de nouvelles batteries et surtout de nouveaux chargeurs. Un photographe qui travaille à la fois avec un D3s et un D4 est obligé de transporter beaucoup plus de matériel.

Focus Numérique : Le passage au 16 Mpx est pour toi très important ?

Jean-Baptiste Autissier : C'est une agréable surprise. Je ne m’arrête jamais à cette caractéristique et là j'avoue que j'ai bien apprécié d'avoir 16 Mpx avec une qualité d'image identique, voire meilleure que celle des D3/D3s. Mais ce n'est pas vraiment un argument pour moi. Dans mon secteur, les 12 Mpx suffisent amplement. Après, cela offre plus de latitude pour recadrer les images, ce qui est toujours un plus.

Nikon D4 exemple 6
**Focus Numérique** : Tu as pu tester la vidéo ?

Jean-Baptiste Autissier : Malheureusement non. Je n'ai pas eu le temps et de toute façon pour des raisons de droit, je n'aurai pas pu les exploiter.

Focus Numérique : La vidéo est une forte demande actuellement ?

Jean-Baptiste Autissier : Dans le milieu du sport, ce n'est pas vraiment le cas et comme je te le disais, on se heurte rapidement aux droits de retransmission. Par contre, je vois plus une utilisation en interview par exemple ou en conférence de presse.

Focus Numérique : Pour toi l'apparition d'une prise RJ45 est vraiment cruciale ?

Jean-Baptiste Autissier : C'est vraiment intéressant effectivement. Nikon propose également un nouveau module Wi-Fi qui permet à la fois d'être rapide si l'on se trouve proche ou éloigné de la zone de transfert des données.

Focus Numérique : En terme de gestion du bruit électronique ?

Jean-Baptiste Autissier : Je travaille régulièrement à 10 000 ISO et pour moi le bruit électronique est important et je trouve que le D4 s'en sort parfaitement. J'ai la même qualité d'image voire un peu mieux que le D3s avec un peu plus de matière. Sur ce point, je suis vraiment satisfait.

Nikon D4 exemple 13
**Focus Numérique** : L'ergonomie change un peu sur le D4 avec notamment l'arrivée de deux joysticks. Qu'en penses-tu ?

Jean-Baptiste Autissier :J'ai été un peu surpris par la nouvelle disposition des touches AF-On. J'ai l'habitude de faire la mise au point au pouce à l'aide des touches AF. En mode paysage, le bouton AF est au même niveau que tu sois en D3, D3s ou D4. Par contre en vertical, le bouton est décalé : il n'est plus au-dessus de la molette, mais plus au centre de l'appareil. C'est un peu déroutant et ne facilite pas le passage d'un D3s à un D4 par exemple sur une même compétition. Je ne comprends pas vraiment pourquoi ils l'ont déplacé. Quant aux joysticks, c'est plutôt une bonne chose, mais 3 joysticks à l'arrière, ça fait peut-être beaucoup.

J'ai noté la disparition du sélecteur de zone autofocus à l'arrière du boîtier. Désormais, il faut appuyer sur une commande sur l'objectif pour accéder aux réglages (NDLR : comme sur les autres boitiers Nikon récents). Mais, là il s'agit sans doute d'une question d'habitude.

Crédit photos : Jean-Baptiste Autissier / Panoramic

Gestion du bruit électronique

Lors de la présentation du D4, Nikon avait pris soin de préciser que le nouveau reflex n'apporterait pas de révolution au niveau de la gestion du bruit électronique comme avait pu le faire le D3s à son époque, mais qu'il délivrerait une qualité d'image équivalente avec 4 millions de pixels supplémentaires. D'ailleurs, le nouveau reflex propose une plage ISO «officielle» équivalente à son prédécesseur : 100 - 12800 ISO. En mode étendu, le D4 va toutefois plus loin et propose des modes Hi1, Hi2, Hi3 et Hi4 dont les paliers ISO correspondent à 25600, 51200,102400 et 204800 ISO.

Les JPeg

Pour notre traditionnelle montée ISO, nous avons équipé le Nikon D4 d'un 50 mm f/1,4. Le boîtier est positionné en mode M pour un couple vitesse diaphragme de départ de 1/4 s, f/5,6 avec une sensibilité positionnée à 100 ISO. La scène est éclairée sous 200 lux. Comme d'habitude, vous pouvez visualiser les images en pleine définition et télécharger les fichiers bruts (Nef).

Classiquement, le bruit est totalement imperceptible de 50 à 400 - 800 ISO et toute cette plage de sensibilités est exploitable sans traitement particulier (notez que les JPeg du D4 ont un rendu très doux). Même à 1600 et 3200 ISO, le bruit est extrêmement discret : le moutonnement est à peine plus marqué et le lissage très modéré. Les images conservent une excellente tenue et les petits détails sont encore bien présents. Un premier palier est franchi à 6400 ISO avec un grain nettement plus grossier et très légèrement coloré (on distingue quelques marbrures dans les zones sombres). Les détails sont encore là avec un lissage encore peu appuyé et la dynamique satisfaisante. Le passage à 12800 ISO se fait sans trop de dommage : quelques fins détails sont encore préservés, mais la granulation est encore plus visible tout en restant peu colorée.

Une autre étape est franchie à 25600 ISO. Nikon parle alors de mode Hi. La dynamique diminue, le grain s’empâte, le lissage dilue les plus fins détails. Cela va crescendo à 51200 ISO, mais il faut bien admettre que le bruit de chrominance reste encore assez discret. Le lissage et le moutonnement diluent toutefois les détails de l'image. Les étapes supérieures (102400 et 204800 ISO) ne sont guère réjouissantes et ne seront vraiment exploitables qu'en petits formats avec un traitement poussé sur ordinateur.

Pixum partenaire de Focus Numérique pour l'évaluation de la qualité des imagesPour l'observation de la qualité des images en format 30x45 cm, nous réalisons des tirages photo chez notre partenaire Pixum. Cela nous permet de comparer facilement les appareils à 3200 ISO et à la plus haute sensibilité.

Il ne reste plus qu'à attendre le Canon EOS-1D X pour pouvoir comparer les deux boîtiers sportifs des deux marques.

Exposition, RAW

Pour évaluer le potentiel des fichiers bruts du Nikon D4, nous analyserons les résultats obtenus par DxOMark. Les résultats observés sur les fichiers JPeg sont-il proches des données enregistrées dans les .NEF ? Nous en profiterons pour comparer les résultats du D4 et du D3s.

Sensibilité ISO

Ce premier graphique permet de vérifier les valeurs ISO annoncées par le constructeur et les valeurs mesurées de sensibilité. Le D4 est donc relativement fidèle et seule la sensibilité ISO 50 est une extrapolation logicielle. Notez que le capteur du D4 dispose d'une sensibilité nominale à 100 ISO contrairement aux 200 ISO du D3s.

DxOMark D4 D3s iso comparaison nef

Rapport signal / bruit

Les mesures les plus attendues sont bien sûr celles du rapport signal / bruit. Sur ce plan, la courbe du D4 est pratiquement calée sur celle du D3s. Comme annonçait par Nikon, le traitement du bruit électronique du D4 est équivalent à celui du D3s avec un capteur plus pixelisé.

Nikon D4 D3s rapport signal bruit comparaison nef

Dynamique

Sur la dynamique des images, le nouveau capteur 24x36 (16 Mpx) de Nikon se détache de son prédécesseur avec de meilleurs résultats sur une plage ISO de 100 à 1600 ISO. L'écart est d'ailleurs assez significatif avec pratiquement 1 IL sur toute la plage. Dans les hautes sensibilités, le D4 est semblable au D3s.

Nikon D4 D3s dynamique comparaison raw nef

Exemples de photos

Nikon D4 exemple 1
Nikon D4 exemple 4
Nikon D4 exemple 6
Nikon D4 exemple 7
Nikon D4 exemple 8
Nikon D4 exemple 9
Nikon D4 exemple 10
Nikon D4 exemple 11
Nikon D4 exemple 12
Nikon D4 exemple 14
Nikon D4 exemple 16
Nikon D4 exemple 17
Nikon D4 exemple 18
Nikon D4 exemple 19

Crédit photos : Jean-Baptiste Autissier / Panoramic

Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW.

Les prix
Nikon D4
D4
Il n'y a actuellement aucune offre.