CapteurCCD - 30 x 45 mm - 37 millions de pixels
MontureS (coefficient équivalent 24x36 0,8 X)
Optique livréeBoîtier nu
StabilisationNon
AntipoussièreNon
ViseurPentaprisme - 98% - 0,8 X
ÉcranTFT 3 pouces - 920 000 points - Gorilla Glass
Mise au pointTTL détection de phase - 1 collimateur central
Modes autofocusAFS - AFC (prédictif) - M
Mesures d'expositionTTL
Modes d'expositionEvaluatif - Moyenne à prépondérance centrale - Spot 3,5%
Vitesse d'obturation1/4000 s - 125 s - flash 1/125 (1/100 en mode obturateur central, optiques CS)
Motorisation1,5 image par seconde
Sensibilité ISO100 - 1600 ISO
Mémoire2 Go (buffer)
AlimentationBatterie Lithium-ion
ConnexionUSB2 - HDMI - Flash
Dimensions160 x 80 x 120 mm
Poids1260 g
LogicielsAdobe Photoshop Lightroom - Leica Image Shuttle
Dans la boîteCâble Lemo 5 m USB - câble Lemo 5 m flash - chargeur - boîtier - batterie - courroie

Caractéristiques

La Photokina 2012 a été chargée en annonces pour la firme allemande Leica. La nouveauté majeure étant le tout nouveau Leica M (testé sur Focus Numérique), le Leica S2 a lui aussi subi une très belle mise à jour. Le nouveau S allie la souplesse d'un boîtier reflex à la haute définition réservé au moyen format.

Leica S

La définition du capteur du Leica S n'a pas changé par rapport au S2. L'appareil dispose toujours d'un capteur CCD de 30 x 45 mm de près de 37 millions de pixels. Par contre le DSP qui s'occupe du traitement des images et du fonctionnement de l'appareil a été repensé et boosté. La plage de sensibilité du S a été élargie : l'appareil est désormais capable de travailler entre 100 et 1600 ISO (contre 1250 sur le S2).

Au-delà de ces considérations traitement, l'appareil a été boosté au niveau de la cadence. La mémoire tampon passe à 2 Go pour pouvoir digérer les fichiers volumineux en DNG. Les taux de transferts sont de 166 Mo par seconde. Grâce à cela l'appareil est capable de pouvoir traiter consécutivement 32 photos en RAW (contre 10 sur le S2). Petite nouveauté, en JPEG (pour ceux que cela intéresse), il est désormais possible d'enregistrer des fichiers de 9,3 et 2,3 millions de pixels !

Cet appareil entre en concurrence frontale avec le H5D-40 de Hasselblad (40 mpix), l'IQ140 de Phase One (40 mpix), le Credo 40 de Leaf (40 mpix), le DM33 de Mamiya (33 mpix) et le 645D de Pentax (40 mpix). Il peut également être comparé au Nikon D800 / D800E et son capteur de 36 millions de pixels.

Prise en main

La prise en main du S est déroutante. On pourrait s'attendre à un boîtier énorme et peu commode à manier, mais il n'en est rien. Le boîtier sans son grip est plus compact qu'un Nikon D4 ou qu'un EOS 1Dx. C'est plutôt du gabarit d'un gros EOS 5D Mark III. La prise en main est excellente grâce à un revêtement caoutchouté anti dérapant et profilé. Le pouce a una accroche ainsi que le majeur. Le déclencheur tombe tout naturellement sous l'index.

Leica S

À l'arrière au niveau du pouce, on retrouve une molette pour régler l'ouverture. L'obturation se règle via une grosse molette située sur dessus, à droite de l'appareil. On regrette franchement l'absence d'une seconde molette de réglage au niveau du déclencheur. Sur le terrain, le réglage de l'obturation doit s'effectuer à deux doigts et on perd en spontanéité au déclenchement. De plus la molette d'obturation est trop souple et risque de se dérégler en utilisant le mode priorité à l'ouverture ou programme. Pas de correcteur d'exposition rapide, il est impératif de programmer l'un des 4 boutons de réglage arrière pour avoir un accès rapide. Notons qu'un petit écran en couleur positionné à côté de la molette d'obturation donne les principaux réglages de l'appareil.

Chose étrange, sur le dessus et de l'autre côté du viseur on retrouve une petite protubérance en forme de molette qui cache le GPS de l'appareil. Pourquoi ne pas avoir profité de cette protubérance pour intégrer une deuxième molette. À vouloir trop épurer l'ergonomie de son boîtier, Leica s'y perd.

Leica S

À l'arrière on retrouve un bel écran de 3 pouces affichant une définition de 920 000 points et paré de la technologie Gorilla Glass. À l'usage cet écran s'avère relativement confortable à utiliser pour la vérification des images. Comme le S est dépourvu de la moindre fonction de visée directe, c'est le seul usage que l'on peut en faire mis à part l'affichage des différents menus de l'appareil.

Autour de cet écran, l'utilisateur dispose de 4 gros boutons qui permettent la navigation (un peu déroutante au premier abord) et qui peuvent être programmés pour appeler rapidement certaines fonctions. Les photographes y affecteront sans doute un réglage rapide des ISO, de l'AF et un correcteur d'exposition.

À droite du viseur, et c'est une nouveauté vis-à-vis du S2, Leica a intégré un petit joystick à bouton pressoir qui peut être utilisé pour la navigation dans les menus ou bien en mode lecture. Il ne sert pas à choisir un collimateur AF puisque l'appareil n'en dispose que d'un au centre.

Leica S

À gauche du viseur on retrouve un horrible interrupteur à trois positions qui permet d'allumer l'appareil et de choisir le type d'obturation à utiliser : centrale ou via l'obturateur interne. Nous ne comprenons absolument pas l'intérêt d'un tel interrupteur. À l'usage on ne change pas toutes les 3 secondes d'obturation pour ceux qui ont un intérêt à avoir des optiques à obturateur central. Un interrupteur pour changer de mode AF aurait été plus judicieux.

Les menus de l'appareil ont été revus par rapport au S2. Objectivement, il y a encore du travail à faire sur ce point pour rendre l'accès et la présentation des différents réglages plus intuitive. Il faudra un certain temps pour s'adapter.

Pour finir, on retrouve sur la face à côté de l'objectif un bouton de permettant d'afficher le rendu au viseur en diaphragme réel. Ce type de fonction, même avec un viseur de la qualité du S reste très peu utilisée.

Malgré ses caractéristiques décevantes et notamment une couverture de 98 % seulement, le viseur du S est l'un des plus beaux viseurs optiques que nous ayons rencontrés. Il est extrêmement confortable à utiliser, et très lumineux. Il dispose d'un correcteur dioptrique très précis pour les porteurs de lunettes. Malheureusement, le dégagement oculaire est trop court et il est impératif de bien coller son oeil pour voir l'ensemble du cadre. À l'intérieur, en bas, on retrouve les informations de base.

Leica SLeica S

Question connexions, le S est très bien équipé. Sur le côté, on retrouve une synchronisation flash et une sortie HDMI ainsi qu'une sortie USB et une deuxième synchronisation flash en technologie Lemo. Grâce à la technologie Lemo, il est impossible de voir le câble se déconnecter par mégarde et il est même possible de soulever le boîtier en tenant le câble USB ou flash. C'est un vrai bonheur pour le travail en studio en connecté.

Le Leica S intègre un slot compact flash et un slot SD. Chose très étrange, les deux cartes ne s'insèrent pas dans le même sens !

Leica S

Niveau construction, design et ergonomie, rien à redire. Le Leica S est un bel appareil. La qualité de construction est exemplaire. Le boîtier est entièrement tropicalisé et paré pour affronter les pires conditions de prises de vues.

Gestion du bruit électronique

Les appareils moyens formats ne sont pas réputés pour être performants en utilisation avec de hautes sensibilités ISO. Généralement, ces appareils sont conçus pour être utilisés en studio avec un éclairage contrôlé et sur trépied. La majorité des photographes qui utilisent ces appareils essayent au maximum d'obtenir la meilleure qualité d'image possible et donc d'exploiter uniquement les sensibilités les plus basses que propose l'appareil.

Cependant, avec son ergonomie de gros reflex, le Leica S a aussi pour vocation d'être utilisé sur le terrain et donc d'être polyvalent dans différentes configurations de lumières et pour différents types de sujets. On peut donc attendre d'un appareil comme celui-là de procurer des fichiers "propres" à des sensibilités ISO élevées.

Sur ce point, le Leica S ne remplit pas complètement son rôle. Pour commencer, l'appareil monte uniquement à 1600 ISO maximum. Par comparaison, un Nikon D800 avec ses 36 millions de pixels monte à 25 600 ISO.

Voici donc notre historique montée ISO réalisé sur notre scène test.Le protocole est toujours le même : la scène est éclairée sous 200 lux, le S positionné en mode M avec le couple 1/4 s et f/5,6 pour une valeur ISO de 100. Nous faisons ensuite varier la sensibilité ISO ainsi que la vitesse d'obturation. Les images sont visibles à 100% et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (.DNG) qui devraient logiquement s'ouvrir avec de nombreux logiciels de développement, Lightroom en tout cas.

Les résultats du Leica S sont excellents à 100 et 200 ISO. À ces sensibilités, le bruit est imperceptible et les images contiennent l'ensemble des détails bruts. Dès 400 ISO, le bruit commence à monter, mais il reste dans l'ensemble très modéré. On observe un léger fourmillement qui atteint un peu la finesse des détails. Quoi qu'il en soit, avec plus de 37 millions de pixels, le phénomène peut devenir négligeable en fonction d'un éventuel niveau de recadrage de l'image et de la taille physique d'exploitation.

Au-delà de 400 ISO, le bruit monte en flèche. C'est principalement un bruit de luminance et non de chrominance qui apparaît. Le bruit n'est pas coloré ce qui est plutôt agréable à l’œil. À 800 ISO et 1600 ISO, les détails sont tout de même conservés.

Comparons désormais les résultats du S avec ceux du Nikon D800 (en version avec filtre passe-bas).

Puissance du processeur Expeed oblige, le Nikon est globalement plus performant : ce n'est pas une surprise. Par contre le reflex 24x36 produit un bruit beaucoup plus coloré que le Leica S. De plus, les images sont moins piquées.

Il serait possible d'estimer que le Leica S à 400 ISO dispose d'un rendu équivalent au Nikon à 1600 ISO.

Enfin, nous le comparons avec l'un de ses concurrents directs : le Pentax 645 D.

Même si les images sont moins piquées avec le Pentax, les résultats sont globalement meilleurs. Le bruit du Pentax est plus fin et plus homogène que celui du S. Il est globalement plus coloré mais les fichiers issus du Pentax restent totalement exploitables jusqu'à 800 ISO.

Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession.

Les prix
Leica S
S
Il n'y a actuellement aucune offre.