CapteurCMOS 22,3 × 14,9 mm - 24,2 Mpx
MontureEF - EF-S
Optique livréeSelon le kit
StabilisationSelon les objectifs
AntipoussièreOui, intégré au capteur
ViseurOptique. Pentamiroir, couverture de champ de 95 %, grossissement de 0,82x
ÉcranTFT 7,7 cm (3/2) 1,04 Mpx
Mise au pointTTL-CT-SIR par capteur CMOS, 19 collimateurs AF de type croisé (f/2,8 au centre)
Modes autofocusAI Focus, One Shot, AI Servo
Mesures d'expositioncapteur de mesure RVB + IR de 7560 pixels, bracketing d'exposition sur 3 vues +/- 2 IL. Correction d'exposition sur +/- 5 IL
Modes d'expositionÉvaluative, pondérée centrale, sélective au centre et spot
Vitesse d'obturation30 à 1/4000 s
Motorisation5 i/s pour 940 JPEG et 8 RAW
Sensibilité ISOAuto (100 à 6 400), 100 à 12 800 par paliers de 1 valeur Sensibilité ISO extensible à 25 600
MémoireCarte SD, SDHC ou SDXC (UHS-I)
AlimentationBatterie lithium-ion rechargeable LP-E17
ConnexionUSB 2.0, mini HDMI, microphone (mini-jack 3,5 mm)
Dimensions131,9 × 100,9 × 77,8 mm
Poids565 g
LogicielsDigital Photo Professional, EOS Utility, Picture Style Editor
Dans la boîte/

Caractéristiques

Ce n'est pas un boîtier qui vient succéder à l'EOS 700D, mais deux : les Canon EOS 750D et 760D, deux modèles identiques dans leurs entrailles, mais dont l'extérieur diffère.

Sous le capot, on trouvera un capteur 24 millions de pixels, succédant aux 18 millions des anciennes générations. Chose curieuse, Canon a choisi de ne pas doter ses nouveaux capteurs de la technologie Dual Pixel AF pourtant si séduisante sur l'EOS 70D. On se rapproche par contre du 70D côté mise au point, puisque les deux nouveaux venus affichent désormais 19 collimateurs, tous croisés (contre 9 pour les entrées de gamme Canon jusqu'à présent), épaulés par la technologie Hybrid CMOS AF III. Les deux boîtiers embarquent également une interface Wi-Fi NFC permettant de transférer les fichiers ou d'en prendre le contrôle à distance.
Canon EOS 760D

En dépit de l'adoption d'un DiGiC 6, la rafale reste plafonnée à 5 images par seconde. La sensibilité quant à elle affiche une amplitude confortable de 100-12 800 ISO en natif, que l'on pourra pousser à 25 600 ISO en mode étendu.

Canon EOS 760D

Côté vidéo on notera de très timides évolutions. On voit entre autres arriver le format MP4, en plus du MOV moins pratique, mais on reste sur un Full HD à 30 images par seconde au mieux, comme sur le 700D. Des modes créatifs sont disponibles en vidéo, comme le HDR ou l'effet miniature.

Canon EOS 760D

La grande différence entre les deux boîtiers est donc à chercher dans leur ergonomie. Le 760D est plus proche de ce que l'on trouve sur les boîtiers semi-pro de la marque. Si les deux EOS ont le même écran LCD tactile orientable de 3 pouces (7,6 cm, 1 million de points), le 760D dispose d'une roue codeuse que l'on trouve habituellement sur les modèles plus haut de gamme. Il dispose également d'un écran LCD sur la partie supérieure du boîtier, là encore comme les hauts de gamme.

Caractéristiques

Test terrain jour 1

Venise est une ville à double visage : extrêmement touristique sur les chemins balisés et en plein jour, quasi déserte voir lugubre hors des sentiers battus et une fois la nuit tombée. Ce n'est pas une cité en carton-pâte, figée dans son passé ou assise sur la seule beauté de ses monuments. C'est une ville d'Europe, contemporaine, active, étudiante, qui accueille des touristes du monde entier et recèle des joyaux à presque tous les coins de rue.

Pour tester le Canon 760D, grand faux frère jumeau du 750D, j'avais un objectif standard 18-135 mm f/3,5-5,6. Sa qualité optique n'est pas son plus grand atout, mais il a le mérite d'être polyvalent et constituera sans trop de doute l'objectif de base de la plupart des acheteurs de ce boîtier plutôt destiné aux amateurs débutants, qui désirent s'initier sérieusement à la photo et ne pas avoir à changer de nouveau de boîtier tout de suite après avoir acquis les principes de base de la photographie.

Par ce test terrain, je vous communiquerai uniquement mon ressenti en tant que photographe et mettrai de côté ma blouse blanche de laborantin : il s'agit en effet ici de mettre en exergue les qualités ou défauts d'usage du boîtier en conditions réelles, et non pas d'analyser ses spécificités techniques.

Notons également que ce reportage a été réalisé avec un modèle de Canon EOS 760D de présérie.

Canon EOS 760D exemple 1

Il faudra jouer de la réglette sur Lightroom et augmenter la saturation des bleus si on souhaite retrouver une image plus tonique. Les couleurs manquent un peu de saturation. Dommage, car Canon nous avait habitués à une sortie JPEG plus chaleureuse. En revanche, au 135 mm et à f/8, l'optique s'en sort bien avec un rendu des détails croustillants et une homogénéité appréciable pour une optique de kit.

Canon EOS 760D exemple 2

La dynamique du Canon D760 est étonnamment assez faible. En activant la fonction de rehaussage des ombres, on récupère de l'information dans les basses lumières sans bruit excessif, mais les parties les plus claires de l'image se retrouve trop rapidement surexposées.

Canon EOS 760D exemple 3

Venise vue d'en haut. Un aperçu du dédale de ruelles dans lesquelles il est si agréable d'errer. En mode paysage, les couleurs retrouvent un peu de leur caractère mais le ciel reste délavé. En fermant l'objectif à f/8 et en se plaçant sur une focale standard équivalent au 40 mm en plein format, on retrouve du croustillant un peu partout dans l'image. Seuls les angles restent en net retrait.

Canon EOS 760D exemple 4

Même point de vue mais au 135 mm f/8. Là encore, on obtient un bon résultat au centre qui décroit en allant vers la périphérie de l'image. La saturation est assez neutre, mais le micro-contraste reste faible.

Canon EOS 760D exemple 5

Moto Ondoso est le nom que l'on donne au problème des vagues en lagune dues à l'accroissement du trafic des bateaux à moteur. Elles accélèrent l'érosion de la pierre et participent à l'inquiétude quant à l'avenir de la cité. En fermant à f/11, on obtient une image piquée et homogène sur l'ensemble du champ. On reste néanmoins là aussi assez déçu par le rendu globalement terne de l'image.

Canon EOS 760D exemple 6

Avec plus de 160 canaux, le bateau (vaporetto) reste le moyen le plus sûr et le plus confortable pour rallier un point à un autre de la ville. Pris d'assaut par les touristes en été, il reste encore très praticable en cette période de l'année. La mesure matricielle a su exposer pour les hautes lumières et la fonction de débouchage des ombres proposer un bon équilibre entre hautes et basses lumières.

Canon EOS 760D exemple 7

Cannaregio, où se situe l'ancien ghetto, est l'un des endroits les plus agréables de la ville. La trouée du Rio San Gerolamo exposé plein ouest permet de profiter pleinement des derniers rayons de soleil en fin de journée. Grâce au 24 millions de pixels de son nouveau capteur CMOS, l'image produite par le 760D fourmille de détails.

Canon EOS 760D exemple 8

Vers 19h, il est l'heure pour les Vénitiens de célébrer la fin de la journée autour d'un Spritz (boisson locale magique en passe de devenir le meilleur apéritif du monde !). Là aussi, les 24 millions de pixels du CMOS permettent d'observer la terrasse du café dans le reflet des lunettes de notre sujet ! L'écran orientable du Canon 760D m'a facilité la mise au point et le déclenchement s'est fait d'une simple pression sur l'écran. L'autofocus par la visée directe est véloce dans de bonnes conditions lumineuses, comme ici.

Canon EOS 760D exemple 9

Comme évoqué en préambule, la ville révèle un tout autre visage une fois la nuit tombée. Les rues se vident, les touristes assaillent les restaurants, les Vénitiens rentrent chez eux... il ne reste plus que les photographes pour arpenter les rues à 2h du matin. À 800 ISO, l'image garde tout son piqué et le bruit n'apparaît que dans les aplats sombres de l'image.

Canon EOS 760D exemple 10

Pour garder un temps de pose encore gérable à main levé grâce à la stabilisation IS intégrée au 18-135 mm, je suis monté à 3 200 ISO. À cette sensibilité, le capteur du Canon 760D se débrouille encore très bien en dépit de la densité de pixels. En effet, le bruit de chrominance reste très discret, si ce n'est une légère apparition dans les aplats sombres et, surtout, le bruit de luminance offre une granulation fine et subtile. L'image garde une belle tenue à cette sensibilité.

Canon EOS 760D exemple 11

Même son de cloche avec cette image. Ici, je suis passé à 6 400 ISO ; si les fins détails sont dilués, la couleur et le piqué gardent un rendu fort acceptable, voire surprenant. Attention toutefois, pour conserver un maximum de détails, il faudra couper le réducteur de bruit.

Canon EOS 760D exemple 12

Il n'y a que la nuit que vous pourrez apprécier la place Saint-Marc vidée de ses touristes... et de ses pigeons. Notez que la stabilisation fonctionne bien puisque je suis à 1 s de temps de pose à main levée. À 800 ISO, le bruit se fait très discret. Le manque de piqué, quant à lui, reste imputable à la qualité de l'objectif au grand-angle... on ne peut pas tout avoir sur une focale aussi polyvalente. L'appareil était en appui sur ma besace, la mise au point s'est faite grâce à l'écran orientable et sans difficulté puisque le sujet est fixe.

Canon EOS 760D exemple 13

Murano reste célèbre pour ses verreries ; pour l'anecdote, sachez qu'elles ont été transférées de Venise vers cette île en raison des risques d'incendie bien trop élevés, puisque la plupart des maisons étaient en bois. L'autre version veut qu'ainsi, les artisans pouvaient travailler à l'abri des regards indiscrets et des espions ! Aujourd'hui encore, les verreries de Murano attirent énormément de monde et voir un souffleur travailler la silice reste un plaisir. Ici, il a fallu monter à 6 400 ISO pour conserver un temps de pose permettant de figer les manipulations du maître. À cette sensibilité, les fins détails disparaissent mais le bruit reste bien géré avec un moutonnement régulier et encore assez fin.

Canon EOS 760D exemple 14

En attendant de faire la queue pour monter sur la terrasse du Campanile, je teste le mode noir et blanc et suis obligé de monter à 6 400 ISO. La granulation est délicate et les tonalités de gris, bien rendues. Il ne nous reste plus qu'à prier... de pouvoir monter dans l'ascenseur.

Canon EOS 760D exemple 15

Sur une pause longue de 20 s, le Canon 760D offre une belle image du Grand Canal de Venise. Les couleurs chaudes sont bien rendues, bien que l'on note quelques amas colorés de bruit dans les aplats les plus sombres.

Canon EOS 760D exemple 16

Pour réaliser cette image, j'ai dû passer très rapidement du mode Av au mode Tv et ajuster la vitesse presque à la volée. L'écran de rappel des informations sur l'épaule droite de boîtier a été salutaire et m'a fait gagner un temps précieux. L'autofocus continu en mode AI Servo est efficace et accroche promptement sa cible. La stabilisation intégrée m'a permis de descendre au 1/20 s sans difficulté.

Canon EOS 760D exemple 17

Une vue du grand canal de Murano. L'ensemble est agréable et le rendu des couleurs, assez doux. La saturation n'est pas excessive et, en maîtrisant son exposition, on arrive à garder de l'information dans le ciel mais le bateau blanc est presque surexposé. Dommage que la dynamique du capteur soit en retrait sur des scènes de la vie courante. Le piqué est correct au centre.

Prise en main

Test Canon 760D vue de face sans optique

Gabarit

Le Canon 760D est reflex assez compact, mais significativement plus encombrant que son concurrent direct le Nikon D5500. Il est plus imposant et plus lourd.

Canon 760D Nikon D5500
Largeur 132 mm 124 mm
Hauteur 101 mm 97 mm
Profondeur 78 mm 70 mm
Poids 560 g 470 g

Son gabarit volumineux offre cependant une meilleure préhension au niveau de la poignée, notamment si vous avez de "grandes" mains. Quant à la prise en main, elle est plutôt plaisante ; la construction est certes en plastique, mais les matériaux sont de qualité. La poignée est recouverte d'un revêtement caoutchouté agréable, tout comme le repose-pouce à l'arrière.

Ergonomie

Le 760D tranche radicalement avec son prédécesseur (le 700D) et son petit frère, le 750D. La présence d'un écran LCD monochrome de rappel sur l'épaule droite du reflex chamboule les repères et le nouveau venu tient plus de la gamme expert avec un barillet pour le choix du mode d'exposition placé sur l'épaule gauche.

Dessus

Ce barillet intègre un bouton de verrouillage, pour éviter que le boîtier passe du mode S au mode Auto+ lorsqu'on le sort du sac photo. En dessous, un levier permet de mettre l'appareil sous tension, mais aussi de basculer en mode vidéo — une fausse bonne idée à notre sens, car souvent, en voulant mettre le reflex en marche, nous nous sommes retrouvés en mode vidéo.

Sur la droite, l'écran LCD monochrome donne accès aux principaux réglages du boîtier : sensibilité ISO, ouverture, vitesse, batterie, Wi-Fi, nombre de vues restantes, exposition... Voilà qui donne un cachet supplémentaire à l'appareil. De plus, cela évite d'avoir à allumer l'écran arrière de l'appareil pour vérifier tous ces points : cela permet d'économiser un peu de batterie et en spectacle, c'est un plus indéniable.

Devant l'écran, vous trouverez 3 commandes pour paramétrer le mode autofocus (1 point, zone AF et 19 points), la sensibilité ISO et éclairer l'écran LCD.

Test Canon 760D vue de dessus

Derrière

Le dos de l'appareil est un peu plus classique.

À gauche, deux commandes donnent accès aux menus et à l'affichage d'infos : statut de l'appareil, niveau électronique (1 seul axe), récapitulatif des paramètres.

À droite du viseur, un bouton permet de basculer en visée sur écran. À droite, deux commandes : la mémorisation de l'exposition et le choix des collimateurs AF.

De manière assez étonnante, cette touche est redondante avec celle placée sur le dessus de l'appareil : le choix des collimateurs AF. Dommage qu'il ne soit pas possible de modifier la fonction attribuée aux commandes.

À droite de l'écran, vous trouverez une touche Q qui permet d'accéder aux principaux réglages de l'appareil sur l'écran tactile : ouverture, ISO, correction exposition, style d'image, balance des blancs, rafale... Complet, rapide, pratique, en un mot efficace.

La roue codeuse agit en deuxième molette de réglage, ce qui est bien pratique pour photographier en mode M. Un trèfle de sélection est également présent pour accéder rapidement à la motorisation, la balance des blancs, la sélection du point AF et aux styles d'images.

Un point au passage sur les styles d'images. Pourtant récent, le 760D ne propose pas la dernière version de cette option. Vous ne pouvez jouer que sur la netteté, le contraste, la saturation et la teinte. Les boîtiers experts/pro (5Ds R, 7D Mark II) proposent des réglages supplémentaires pour la netteté (force, finesse et seuil). Dommage que ces styles d'images ne soient pas généralisés sur tous les nouveaux boîtiers.

Canon 760D test review vue de dos

En bas enfin, à côté de la touche corbeille, un levier (lock) permet de verrouiller certaines commandes pour éviter tout changement impromptu.

L'écran principal

Le 760D est équipé d'un écran de 7,6 cm affichant 1 040 000 points (720 x 480 px). La surface est au ratio 3:2, la visée couvrant alors tout l'écran. Les indications viennent en surimpression. L'écran est tactile multipoint : vous pouvez zoomer dans les images en écartant 2 doigts sur l'écran, par exemple. Il est également monté sur une charnière pour une plus grande liberté de mouvement.

Visée

Optique

Le viseur du 760D est un pentaprisme dont le grossissement est de 0,82x pour une couverture de champ de 95 %. Sur ce point, le Canon est moins bien loti que le Pentax K-S2 qui propose un viseur 100 % avec grossissement de 0,95x.

La visée du 760D est claire, mais un peu étriquée. Les collimateurs n'y sont pas représentés, mais simplement "allumés" quand ils sont utilisés. Impossible, donc, de savoir où sont placés les différents points AF. Les collimateurs apparaissent en noir (ils étaient auparavant rouges), ce qui est peu pratique quand vous êtes dans une ambiance tamisée : impossible de savoir où se fait le point. Dommage.

Canon 760D test review visée optique

Les principaux réglages (ISO, ouverture, vitesse, exposition, point, mémorisation exposition...) sont indiqués dans le viseur optique.

Sur écran

L'affichage sur écran est fluide, même en basse lumière, et précis à 100 %. En outre, il est possible d'afficher de nombreuses informations supplémentaires comme un histogramme d'exposition, des grilles d'aide à la composition, mais également les réglages du Quick Menu (Q).

Autonomie et mémoire

Le 760D est équipé d'une batterie Li-Ion de 7,5 W.h (1040 mAh / 7,2 V). Lors de nos essais, nous avons réussi à déclencher un peu moins de 500 fois sans faire de vidéo. Canon livre un chargeur de batterie (sans indicateur de niveau de charge) et il est vraiment dommage qu'il ne soit pas possible de recharger le batterie dans le boîtier via une prise micro-USB.

Canon 760D batterie

Côté stockage, le 760D dispose d'un emplacement SD qui accepte les cartes SD/SDHC et SDXC (UHS-I).

Connectique

Le lot de connexions proposées par le 760D sont assez classiques avec une sortie USB (données et A/V), une sortie HDMI, une entrée télécommande et micro stéréo (mini-jack 3,5 mm). le reflex dispose également une puce Wi-Fi / NFC pour la communication sans-fil. Pas de sortie casque, pas de micro-USB pour l'alimentation et le transfert des données.

Côté Wi-Fi, Canon propose une nouvelle application Camera Connect qui a le bonheur de pouvoir piloter à la fois les reflex et les compacts de la marque (auparavant, vous deviez avoir une application par gamme de produits). L'interface n'évolue guère, mais Camera Connect propose l'essentiel avec un retour sur écran.

Canon 760D test review application Camera Connect

Vous pouvez vous connecter au reflex soit directement (le boîtier crée alors le réseau) soit se connecter à un réseau local auquel le smartphone (ou tablette) et le reflex sont également reliés.

Vous pouvez :

  • transférer vos images vers un autre appareil Wi-Fi,

  • piloter à distance le 760D à partir d'un smartphone,

  • piloter à distance le 760D à partir d'un ordinateur,

  • imprimer en Wi-Fi

  • envoyer les images sur un service Web

  • envoyer les images sur un appareil compatible DNLA

C'est bien sûr le pilotage distant sans fil à partir d'un smartphone qui est l'application la plus intéressante. Camera Connect permet de déclencher à distance et de modifier quelques paramètres (vitesse, ISO, ouverture...) tout en affichant l'image de la visée directe. On est assez loin de l'exhaustivité de la version ordinateur qui permet d'afficher un histogramme d'exposition ou les styles d'images. Gageons que les prochaines mises à jour viendront enrichir cette première version. Bon point, il est possible de choisir la zone AF en là sélectionnant directement sur l'écran du téléphone.

En mode lecture, il est possible de zoomer dans les images, de noter les images et de les transférer sur le smartphone, mais en petite définition JPG uniquement (1920 x 1280 pixels) et il est impossible de faire une sauvegarde des fichiers bruts.

L'envoi direct d'images sur des réseaux sociaux ou site Web nécessite un premier paramétrage via un ordinateur pour saisir les identifiants et les mots de passe via le service de Canon Image Gateway. C'est plutôt fastidieux. Il est sans doute préférable de passer par EOS Remote pour transférer vos images vers Facebook, le smartphone permettant d'annoter vos images beaucoup plus facilement.

Réactivité

Le nouveau module autofocus se comporte très bien en visée optique (avec un 18-135 mm). Au grand-angle et en basse lumière, les chronos sont en dessous de 0,3 s, ce qui est très confortable.


En visée sur écran, le 760D est toujours plus lents que la plupart des COI actuels. Toutefois, l'autofocus Hybrid III rend l'utilisation du 760D en vidéo et visée sur écran plus agréable que les autres reflex chez Nikon ou Pentax.


Bruit au déclenchement

Comme les reflex récents Canon, le 760D dispose d'un mode silencieux pour un déclenchement plus feutré. Si le gain est important avec les reflex 24x36, le son est moins assourdi avec le petit miroir APS-C. Vous pouvez écouter les différents déclenchements en cliquant sur la vignette ci-dessous.

Test Canon 760D bruit déclenchement

Logiciels

Le Canon 760D est livré l'EOS Digital Solution Disk Software qui comprend :

Digital Photo Professional 4.2.32

EOS Utility 3.2.21

EOS Utility 2.14.20

EOS Lens Registration Tool 1.2.20

EOS Web Service Registration Tool 1.2.10

EOS Sample Music

Picture Style Editor 1.15.20

Les reflex grand public ne sont donc plus livrés avec une application pour le classement, l'impression des images ou tout simplement pour créer un diaporama.

Bon point, Canon livre une solution complète et efficace pour le traitement des fichiers Raw (Digital Photo Professional). Outre les options classiques de développement, le logiciel offre également le traitement des aberrations chromatiques et des distorsions des optiques. Le logiciel Picture Style Editor vous permettra de définir votre prendre rendu JPEG.

Canon 760D test review logiciel DPP

Gestion du bruit électronique

Pour notre test, la scène est éclairée sous environ 250 lux. Notre appareil étalon est le Canon 5D Mark III qui, pour un gris neutre 18 %, requiert le couple f/5,6 - 1/8 s à une sensibilité de 200 ISO (Tamron 24-70 mm f/2,8 Di VC USD). Le Canon 760D est également calé pour exposer correctement un gris 18 % avec une sensibilité de 200 ISO et une ouverture de f/5,6. Nous faisons alors varier la vitesse et la sensibilité ISO. Les images sont visibles à 100 % (JPEG) et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (CR2). L'objectif utilisé est le 18-55 mm f/3,5-5,6.

Les JPEG

Les Canon 750D/760D sont équipés d'un nouveau capteur CMOS APS-C de 24,2 Mpx. Sur ce modèle APS-C, les photodiodes font environ 3,7 µm de côté, ce qui nettement plus petit que les 4,3 µm d'un EOS 700D par exemple. Entre-temps, les algorithmes de traitement de données ont progressé, tout comme les technologies des capteurs.

Tailles des différents capteurs
Comparaison des tailles (agrandies 4x) de différents capteurs.

Les images entre 100 et 800 ISO sont exemptes de bruit électronique. Même avec une observation à 100 % sur un écran HDTV, il est difficile de mettre en évidence un moutonnement. À 1 600 ISO, le résultat est encore probant avec des couleurs toujours denses, des transitions nettes, une dynamique intéressante et un bon rendu des détails.

Un palier est franchi à 3 200 ISO : la granulation s'épaissit et la précision des rendus des fins détails diminue. Le bruit augmente donc, mais il est assez peu coloré, ce qui est un bon point pour les photos de soirée ou de nuit. Classiquement, le grain devient plus grossier à 6 400 ISO : les transitions perdent en netteté, les noirs deviennent gris, la dynamique baisse — bref, on arrive aux limites du système.

Comparaison à tirage équivalent

Nous avons choisi de confronter le Canon 760D à quelques boîtiers emblématiques actuels, tels que le Nikon D5500, le Pentax K-S2 et le Sony Alpha 6000.

Nous comparons naturellement les boîtiers à "tirage équivalent". Nous avons "normalisé" les images pour un tirage 40 x 60 cm en 180 dpi, soit une définition de 12 Mpx environ. Les images sont réalisées à 3 200 ISO avec ci-dessous des détails à 100 %.

Attention, les boîtiers ne sont pas équipés d'optiques équivalentes, le piqué initial n'est donc pas le même. Il faut essayer de comparer uniquement le niveau de bruit électronique... Pas si simple.

À 3 200 ISO, les 4 boîtiers APS-C sont au coude à coude dans le traitement du bruit électronique. Pour un tirage 60 x 40 cm, tous font l'affaire, ce qui est déjà intéressant. Le Canon semble toutefois présenter une granulation un peu moins fine que les autres concurrents, mais le lissage semble également un peu moins appuyé.

Canon 760D - 3 200 ISONikon D5500 - 3 200 ISO
Pentax K-S2 - 3 200 ISOSony A6000 - 3 200 ISO

Oscilloscope

Passons certaines images 760D de Canon sous l'œil de l'oscilloscope pour un avis plus "mathématique".

Notre outil confirme notre perception visuelle : les images sont vraiment excellentes jusqu'à 1 600 ISO, avec une dégradation bien visible à 3 200 ISO. Elles restent assez facilement exploitables jusqu'à 6 400 ISO, mais la granulation est déjà très présente dans les aplats denses. Au-delà, le bruit vient consteller nos zones de gris avec un moutonnement nettement perceptible qui dilue les plus fins détails.

Canon 760D test review bruit électronique sur gris 100 ISOCanon 760D – 100 ISO Canon 760D  test review bruit gamme gris graphique 100 ISO
Canon 760D test review bruit électronique sur gris 1600 ISOCanon 760D – 1 600 ISO Canon 760D test review bruit gamme gris graphique 1600 ISO
Canon 760D test review bruit gamme gris 3200 ISOCanon 760D – 3 200 ISO Canon 760D review bruit gamme gris graphique 3200 ISO
Canon 760D test review bruit gamme gris 6400 ISOCanon 760D – 6 400 ISO Canon 760D test review bruit gamme gris graphique 6400 ISO

Nikon D7200 bruit dans fichier brut

Exposition, RAW

Exposition

Le Canon EOS 760D utilise une cellule de mesure fondée sur un capteur de 7560 pixels (sensible dans l'infrarouge) et doté de 63 zones pour la reconnaissance de scène. Le système est pratiquement identique à celui qui équipe le 700D.

Le reflex dispose d'un correcteur d'exposition sur ± 5 IL. Le bracketing d'exposition permet d'aligner 3 vues sur ± 2 IL. Le reflex est donc un peu limité pour créer un rendu HDR par fusion des expositions sur ordinateur. Un mode HDR permet de jouer avec la dynamique sur 1, 2 ou 3 IL. Toutefois, vous ne conserverez pas les fichiers JPEG ou RAW, le boîtier ne proposant qu'un fichier JPEG finalisé.

Latitude d'exposition

Pour vérifier la latitude d'exposition d'un point de vue "artistique", nous avons photographié notre scène test sur une plage de ± 5 IL et corrigé les fichiers bruts avec Adobe Lightroom 6 afin d'obtenir une exposition similaire.

Canon 760D test review latitude d'exposition

Pour les images surexposées, il est possible de récupérer facilement 1 IL, mais au-delà, les fichiers perdent des informations dans les hautes lumières. Un peu de texture est recouvré à +2IL, mais nous atteignons ici les limites du fichier.

Latitude d'exposition Canon 5DsR hautes lumières

Par contre, il est toujours plus facile de récupérer des informations dans les basses lumières. Ici, classiquement, on peut remonter des détails jusqu'à -2 IL sans aucun problème. À -3 IL, le bruit commence à être clairement visible et on observe une dérive colorimétrique, qui s'accentue à -4 IL.

Canon 760D latitude exposition

Au final, il est possible de récupérer des informations sans trop de perte sur une plage comprise entre -3 et +1 IL soit 5 IL de travail effectifs.

Mode vidéo

FORMATS VIDÉO

Le 760D enregistre les vidéos en HDTV 1080 dans deux formats possibles : standard et léger. La différence ? En standard le débit est d'environ 30 Mbps alors qu'en mode léger il tombe à 12 Mbps.

Le 760D ne filme donc pas dans le standard vidéo actuel : HDTV 1080 60/50p. Il manque aussi d'autres formats : le 2K Ciné (2048 x 1080 px), par exemple, ou encore le 4K Ciné (4096 x 2160 px) ou TV (3840 x 2160 px). Nous regrettons également l'absence d'un format RAW ou de cadences plus importantes, à 120 voire 240 ips par exemple, afin de pouvoir réaliser des ralentis fluides. En outre, un encodage sur 10 bits ou des informations colorimétriques en 4:2:2 auraient été un véritable "plus".

Formats d'enregistrement disponibles

  • HDTV 1080 29,97/25/23,976 ips
  • HDTV 720 59,94/29,97/50 ips

Le 760D propose également un mode vidéo HDR à 29,97/25 ips, mais en HDTV 720. Toutefois, ce mode est limité eà une utilisation en mode auto. Lors de nos essais, nous n'avons pas noté une réellement amélioration de la dynamique.

Canon 760D - vidéo extraitCanon 760D - vidéo HDR

Le 760D dispose également d'un mode zoom numérique qui recadre fortement sur le capteur pour atteindre un rapport x3. Il est également possible de zoomer jusqu'à x10, mais il s'agit d'une interpolation et l'image résultante n'est vraiment pas satisfaisante.

RÉGLAGES ET ASSISTANTS

Malheureusement, sur ce point, le nouveau reflex Canon n'apporte aucune nouveauté : les lacunes des précédents modèles n'ont pas été comblées.

Il n'est donc toujours pas possible de réaliser une mise au point à l'aide d'un système de focus peaking (surlignage des zones nettes avec des pixels colorés) ou d'utiliser des zébras pour vérifier en permanence l'exposition. Vous ne pourrez vous fier qu'au correcteur d'exposition et à l'histogramme (c'est déjà pas mal).

Ces manques sont d'autant plus incompréhensibles les développeurs du firmware (micrologiciel) alternatif Magic Lantern proposent depuis longtemps ce type de fonctionnalité — et bien d'autres — sur d'autres reflex de la marque.

PRÉCISION

Pas réellement de surprise au niveau du rendu vidéo pour le Canon 760D. l'image est globalement plaisante, mais on note facilement des artéfacts de moirage et la présence d'escaliers. L'accentuation est également facilement perceptible.

Vous pouvez comparer le résultat du 760D à différents autres boîtiers.

Canon 760D test review extrait vidéo

Canon 7D Mark II extrait vidéo HDTV 1080 25p

Nikon D810

Canon 5D Mark III 1080 25p

EXPOSITION

En vidéo, le 760D offre une belle souplesse de réglage avec la possibilité de filmer en mode M et de régler l'ouverture, la cadence d'obturation ou la sensibilité ISO pendant le filmage.

Les styles d'images sont également disponibles pendant l'enregistrement. Vous pouvez opter pour un rendu très doux ou très accentué, ou encore filmer en mode monochrome. Les filtres créatifs, en revanche, ne sont pas accessibles en vidéo.

Exemples non compressés

Le grand canal de Venise (HDTV 1080, 25 ips, 160 Mo)

Souffleur de verre (HDTV 1080, 25 ips, 200 Mo)

Verdict

Canon 760D recommandé

Deux boîtiers viendront remplacer le vénérable 700D : le 760D et 750D. Le 750D n'a finalement que peu de sens et s'avère être plus commercial qu'autre chose. Bref, autant s'intéresser qu'au 760D qui, pour 50 € de plus, est plus complet et mieux pensé.

Après quelques semaines passées en compagnie du reflex amateur, notre avis s'est enfin fixé. En effet, si la prise en main du boîtier s'avère agréable, nous trouvions les premiers jours un peu ternes. Le 760D est avant tout un boîtier efficace avant d'être agréable. La fabrication semble de qualité et le 760D démarre vite. Le module autofocus en visée optique réagit rapidement et dispose d'une couverture intéressante. La définition du capteur augmente de manière significative passant de 18 à 24 Mpx tout en préservant une bonne qualité d'image jusqu'à 3 200 ISO. De ce point de vue, Canon revient dans la course aux pixels et rejoint ses petits camarades qui utilisent déjà des capteurs 24 Mpx. Pour rester dans la qualité des images, nous avons été un peu déçu par la dynamique du capteur un cran en dessous de la concurrence.

Malgré l'accroissement du nombre de pixels, le mode rafale atteint 5 ips, ce qui est suffisant pour la plupart des usages. Attention, en mode RAW + JPEG, il faudra s'équiper d'une carte rapide, la mémoire tampon saturant assez vite (7 vues avec un carte SDXC UHS-I (U3, Class 10). En mode JPEG seulement, la durée de la rafale dépend avant tout des capacités "d'absorption" de votre carte mémoire.

Côté vidéo, le 760D n'apporte pas grand-chose de neuf. Le boîtier reste malheureusement sur une cadence à 30/25 ips en HDTV 1080 sans la possibilité de filmer des ralentis avec un nombre d'images par seconde plus important. Le reflex propose bien une entrée micro, mais toujours aucune sortie casque et aucun assistant pour vous épauler dans la prise de vue : focus peaking pour la mise au point manuel, zébras d'exposition.

En vidéo (et en visée directe), la mise au point automatique reste toujours plus lente que les principaux COI (Compacts à Objectifs Interchangeables) Sony, Panasonic, Olympus, Samsung ou Nikon. Toutefois, il convient de préciser que l'intégration de pixels pour la corrélation de phase sur le capteur (Hybrid CMOS AF III) apporte un confort indéniable en réactivité et suivi de sujet. Dans tous les cas, il convient d'utiliser des optiques à motorisation STM qui apportent silence et souplesse dans la mise au point.

Nous regrettons toujours que le viseur optique soit un peu étriqué et que l'autonomie de la batterie soit aussi faible (environ 400 vues). Toutefois, ces points n’empêchent nullement le 760D de recevoir notre label recommandé.

Face à la concurrence

Nikon D5500 test review

Fnac.com marketplace 509,99 €
Priceminister 515,00 € Voir l'offre
LDLC 659,95 € Voir l'offre
Amazon 687,99 € Voir l'offre
Miss Numérique 699,00 € Voir l'offre
Conrad 799,00 € Voir l'offre
Ebay.fr 1109,43 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Nikon D5500

Les deux boîtiers font jeu égal concernant la définition et la taille du capteur : environ 24 Mpx "entassés" sur un modèle APS-C. Idem sur la plage ISO. Celle-ci s'étend de 100 à 25 600 ISO, mais globalement, il sera plus sage de ne pas dépasser 6 400 ISO. Le Nikon prend l'avantage sur l'autofocus. Le module comporte 39 collimateurs contre 19 chez Canon, mais tous sont croisés (sensibilité équivalente en horizontal et en vertical) alors seuls 9 le sont chez Nikon. Pour le suivi actif d'un sujet en déplacement, le Nikon sera donc un peu plus agréable, mais globalement, les chronos sont assez proches et les deux boîtiers sont agréables à utiliser. Le 760D et le D5500 disposent d'un écran LCD tactile et orientable et sur la connexion sans-fil c'est également match nul avec du Wi-Fi de chaque côté. Le Nikon dispose d'un mode vidéo un peu plus complet (60p notamment), mais son autofocus est vraiment en retrait par rapport au 760D équipé d'une optique STM. Aucun ne propose une sortie casque. Question gabarit, le 760D s'avère un peu plus trapu et plus lourd que son homologue Nikon. Le D5500 propose une autonomie pratiquement deux fois supérieure.

+
  • Qualité de fabrication du boîtier
  • Ecran LCD précis, tactile et monté sur rotule
  • Connexion Wi-Fi et puce NFC embarquées
  • Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 3 200 ISO
  • Ecran LCD monochrome de rappel sur l'épaule du reflex toujours pratique
  • Flash intégré avec gestion de flashes sans-fil
  • Interface gaphique réussi
  • Autofocus réactif et boîtier globalement rapide et agréable à utiliser
  • Deux molettes de réglages : à l'avant de la poignée et roue codeuse
  • Rafale à 5 ips suffisante pour la plupart des utilisateurs
  • Viseur optique un peu étroit
  • Pas de viseur optique 100%
  • Autonomie trop limitée de la batterie (environ 400 vues)
  • Pas de lampe d'assistance AF. Le flash est utilisé à la place.
  • Autofocus en visée directe toujours trop lente par rapport aux COI
  • Niveau électronique sur seulement un axe (?!)
  • Dynamique du capteur en retrait par rapport à la concurrence APS-C
  • Orientation vidéo trop réservée : pas de sortie casque, pas de mode à 50p
  • Mode vidéo HDR qui ne sert pas à grand chose
  • Nécessité d'utiliser des optiques STM pour la vidéo ou la mise au point sur écran
  • Pas de format photo 16:9, 21:9 ou 1:1
  • Format RAW (.CR2) propriétaire
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Canon EOS 760D
Priceminister 562,37 €
Fnac.com marketplace 652,00 € Voir l'offre
Fnac.com 693,50 € Voir l'offre
Miss Numérique 719,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 729,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 838,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 878,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 1038,04 € Voir l'offre
Boulanger.com 1078,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 1138,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 1148,04 € Voir l'offre
Boulanger.com 1168,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres