CapteurCMOS 24 × 36 mm, 50,6 millions de pixels (53 Mpx au total). Ratio 3:2. Effet du filtre passe-bas désactivé.
MontureEF
Optique livréeNA
StabilisationSelon les optiques
AntipoussièreOui, par vibration du capteur
ViseurOptique, prisme en toit. Couverture de champ de 100%, grossissement de 0,71x. Dégagement oculaire de 21 mm.
FlashNon
ÉcranLCD de 8,11 cm. 1 040 000 points.
Mise au point61 collimateurs / 41 collimateurs AF de type croisé f/4, dont 5 collimateurs de type double croisé à f/2,8 et 1 collimateur de type croisé à f/8[11]Le nombre de collimateurs AF de type croisé varie selon l'objectif.
Modes autofocusAI Focus, One Shot, AI Servo prédictif
Mesures d'expositionCapteur de mesure RVB + IR de 150 000 px. Mesure évaluative, sélective et spot. Correction d'exposition ± 5 IL. bracketing d'exposition sur 2, 3, 5 ou 7 vues et ± 3 IL
Modes d'exposition-
Vitesse d'obturationDe 30 s à 1/8 000 s. Synchro flash au 1/200 s.
Motorisation5 i/s (14 RAW)
Sensibilité ISO100 à 6 400 (par paliers de 1/3 ou d'une valeur). Sensibilité ISO extensible à L : 50, H1 : 12 800
MémoireCompactFlash Type I (compatible UDMA 7), carte SD, carte SDHC ou carte SDXC. La haute vitesse d'écriture sur les cartes SD UHS-I est prise en charge
AlimentationBatterie au lithium-ion rechargeable LP-E6N (incluse) / LP-E6. 700 vues selon la norme CIPA.
ConnexionUSB 3.0, HDMI de type C, microphone externe
Dimensions152 × 116,4 × 76,4 mm
Poids845 g
LogicielsDigital Photo Professional 4. PhotoStitch, EOS Utility 3 (inclus : Remote Capture, WFT Utility*), Picture Style Editor
Dans la boîte/

Caractéristiques

Canon 5DsR test review

Alors que Canon s'était refusé à la course aux pixels malgré l'arrivée du Nikon D800 en février 2012, la marque "en rouge" reprend le devant de la scène avec deux boîtiers : le 5Ds et le 5Ds R, dont les capteurs 24x36 n'intègrent pas moins de 50 millions de pixels. Une première !

Pour atteindre cette définition, les photographes devaient auparavant se tourner vers des boîtiers moyen format comme le Pentax 645Z. Désormais, des images en 8688 × 5792 px pourront être obtenues avec ce boîtier plus compact, plus rapide et plus facile à manier. En outre, le 5Ds est capable de filmer (en HDTV 1080 seulement...).

Si le 5Ds est un reflex classique, le 5Ds R dispose d'un système optique pour annuler le fonctionnement du filtre passe-bas afin d'améliorer le rendu des plus fins détails. Faut-il céder à la polyvalence d'un capteur à 50 millions de pixels ? Les optiques actuelles sont-elles taillées pour une telle définition ? Toutes les réponses dans notre test.

Caractéristiques

Test terrain jour 1

Pour le 5Ds R de Canon, nous avons sorti le grand jeu : un test terrain en extérieur à Roland-Garros et un test en studio avec le photographe Antoine Schneck.

Pour le test en mode sportif, vous pouvez consulter notre article réalisé pendant les internationaux de France de tennis.

Pour la partie studio, nous avons demandé à l'artiste photographe Antoine Schneck de prendre en main le nouveau Canon et de le confronter à son boîtier de travail, à savoir un Leica S2.

Rendez-vous était pris dans son studio parisien du 5e arrondissement avec Morgane. Antoine Schneck réalise de nombreuses reproductions d'objets et apprécie tout particulièrement les très hautes définitions. Pour certains travaux (notamment la reproduction d'armures, d'uniformes d'armées ou de musées), il n'hésite pas à multiplier les prises de vue dans les 3 dimensions (largeur, hauteur et profondeur) pour maximiser le rendu des détails et des textures. Pour son travail plus personnel, Antoine travaille sur le portrait et sa quintessence en supprimant tout superflu, tout décor, et en se concentrant uniquement sur le visage sur fond noir. C'est donc un portrait sur fond noir que nous avons demandé à Antoine, et Morgane s'est portée volontaire pour cette séance d'essai.

Test terrain du Canon 5DsR, montage du studio par le photographe Antoine SchneckTest terrain du Canon 5DsR, montage du studio par le photographe Antoine Schneck
Montage express du studio photo.

Habitués à beaucoup voyager, notamment en Afrique pour leur travail sur le portrait, Antoine et Hugues (son collaborateur) sont rompus à la tâche et montent le studio portatif en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.

Deux flashs, une grande tente et le tour est joué. Il ne reste plus à Morgane qu'à entrer en scène. Il faut pour cela un dernier petit accessoire : le foulard noir qui permet de supprimer plus facilement le fond de la scène. Vu de l'intérieur, c'est impressionnant.

Test terrain du Canon 5DsR, dispositif studio par le photographe Antoine Schneck, modèle MorganeTest terrain du Canon 5DsR, dispositif studio par le photographe Antoine Schneck, modèle Morgane
Morgane dans sa tente photographique.

Il est temps de faire entrer en lice les protagonistes du jour : d’un côté le nouveau Canon 5Ds R à 50 Mpx équipé d'une optique 100 mm macro f/2,8. Antoine travaille également en Canon (5D Mark II) et dispose de quelques optiques. De l'autre, le Leica S2 et son capteur de 37 Mpx. L'optique est un 120 mm Macro f/2,5. J'ai également apporté le Phase One XF IQ3 50 Mpx au cas où. Il est malheureusement équipé d'un 80 mm f/2,8, un peu court pour la comparaison.

Canon 5Ds R vs Leica S2 avec Antoine Schneck, les boîtiers
À gauche, le Canon 5Ds R ; à droite, le Leica S2 et son 120 mm f/2,5.

L'idée est réaliser un "Schneck rapide", car le travail sur les clichés est habituellement bien plus long. Nous souhaitons comparer le rendu des boîtiers dans la même configuration. À la prise en main, Antoine apprécie la légèreté et la maniabilité du reflex. Il est également surpris par sa réactivité. Le Canon 5Ds R semble plus nerveux avec des mouvements de miroir plus secs et plus rapides. À côté, le Leica est plus feutré, avec une certaine inertie. Pour autant, le Canon n'est pas très bruyant, a fortiori en déclenchement silencieux. Les flashs crépitent, les clichés s'enregistrent et finalement le Phase One XF IQ3 50 rejoint la partie ; Morgane s'est simplement un peu rapprochée de l'objectif. Pour les réglages, les boîtiers sont positionnés à leur sensibilité minimale et l'ouverture varie entre f/13 (Canon) et f/16.

Il est temps de passer sur les ordinateurs pour comparer les portraits sous l'œil expert de nos deux photographes. Les clichés du Phase One XF ne seront pas visionnés, les fichiers IIQ n'étant pas encore "digérés" par le logiciel Adobe Lightroom 6.

Vous pouvez télécharger les fichiers bruts (Canon 5Ds R à f/13 et f/16 et Leica S2 à f/13 et f/16). Nous avons réalisé des images à f/13 avec le Canon afin de prévenir le risque de diffraction. Sous Lightroom, nous avons également équilibré la balance des blancs (le Canon a une tonalité très chaude) et équilibré l'éclairage, les deux boîtiers n'ayant pas la même sensibilité ISO. Nous vous présentons ci-dessous les extraits 100 % de JPEG développés.

Canon 5Ds R, comparaison avec le Leica S2 par Antoine Schneck, résultat en image sur Lightroom

Attention, avec ces définitions, le niveau de détail est impressionnant et à 100 %, nous sommes plus dans un examen médical que photographique !

Alors, les 13 millions de pixels supplémentaires du Canon font-ils la différence ? Eh bien oui ! L'image délivrée par le 5Ds R est impressionnante. Le 100 mm Macro f/2,8 semble suffisant pour restituer les plus fins détails. La matière de la peau est mieux rendue, mais le contraste est assez appuyé. De son côté, le Leica produit une image plus fidèle au niveau colorimétrique. Le contraste semble également plus naturel, mais la définition et la précision de l'image sont en retrait par rapport au Canon.

Comparaison Canon 5DsR vs Leica S2 par Antoine Schneck, résultat Leica S2, détail
Leica S2 extrait 100 %.

Comparaison Canon 5DsR vs Leica S2 par Antoine Schneck, résultat Canon 5DsR, détail
Canon 5Ds R extrait 100 %.

Pour faciliter la comparaison, nous avons également redimensionné les images en 60 x 90 cm (180 dpi). Là encore, le reflex Canon prend l'avantage sur le moyen format de Leica.

Leica S2Canon 5Ds R

De manière théorique, le 5Ds R devrait montrer des signes de diffraction à f/16. Nous pouvons comparer deux images à f/13 et f/16. Les extraits à 100 % ci-dessous ne montrent pas de différence flagrante, le cliché à f/16 semble d'ailleurs paradoxalement un peu plus net.

Comparaison Canon 5DsR vs Leica S2 par Antoine Schneck, résultat Canon 5DsR, détail
Canon 5Ds R à f/13.

Comparaison Canon 5DsR vs Leica S2 par Antoine Schneck, résultat Canon 5DsR, détail
Canon 5Ds R à f/16.

Au final, le 5Ds R équipé du 100 mm Macro f/2,8 assure une meilleure restitution des détails que le moyen format Leica équipé du 120 mm f/2,5 dont l'ensemble est, en termes de tarifs, largement plus onéreux.

Télécharger les images JPEG du Canon 5Ds R à f/13 et f/16

Télécharger le cliché JPEG du Leica S2 à f/16

Le site d'Antoine Schneck

Prise en main

Le Canon 5Ds R présente peu d'innovation au niveau du boîtier lui-même. Pour son nouveau fer de lance, Canon a repris la base du 5D Mark III (présenté en 2012). Certains peuvent s'en étonner et attendaient un boîtier "plus" professionnel qui reprendrait le châssis d'un EOS-1D X : il n'en est rien.

Canon 5DSR test review face sans optique

Ergonomie

Il y a peu de différences, donc, entre le 5D Mark III et le nouveau 5Ds R. La prise en main du boîtier est franche et les finitions inspirent confiance. Le reflex n'est pas réellement "tropicalisé", mais il est renforcé avec des joints d'étanchéité au niveau des zones sensibles (molettes, commandes, écran...).

Le dessus

La disposition des commandes sur le dessus de l'appareil change peu. Vous retrouverez le barillet pour le choix du mode d'exposition sur l'épaule gauche qui permet de sélectionner rapidement le mode P,S,A,M, les modes personnalisés (C1, C2 et C3), le mode Bulb (B) et un mode automatique A+ qui peut toujours dépanner.

Vous noterez toutefois la présence d'une commande de déverrouillage au centre du barillet. Tout comme le Mark III, le 5Ds R dispose d'un levier pour la mise sous tension de l'appareil. Personnellement, je continue à préférer le système avec une couronne autour du déclencheur qui permet de mettre l'appareil sous tension avec une seule main.

Sur l'autre épaule, la répartition des touches est identique à celle du 5D Mark III : une rangée de 4 commandes le long de l'écran LCD, donnant accès à 2 fonctions chacune. La touche personnalisable M-fn est toujours présente entre le déclencheur et le molette avant. Par défaut, elle est dédiée à la sélection du mode pour les collimateurs AF.
Canon 5DSR test review prise en mains dessus appareil
Pour l’anecdote, les inscriptions sérigraphiées sur l'avant de l'écran LCD monochrome sont inversées par rapport au 5D Mark III (Drive/AF au lieu de AF/Drive, par exemple). Les fonctionnalités restent les mêmes.

L'arrière

Le dos de l'appareil est lui aussi identique à celui du 5D Mark III : un basculeur photo/vidéo pour la visée directe sur écran et une touche Q (Quick) pour accéder au résumé des options de prise de vue sur l'écran arrière. Nous retrouvons toujours la grande et très agréable roue codeuse ainsi qu'un joystick. Notez que la roue codeuse est sensible à la pression, ce qui permet d'effectuer certains réglages de manière silencieuse. Les vidéastes apprécieront particulièrement cette possibilité.

Sur la gauche, vous trouverez en haut les touches Menu et Info. La loupe est accessible via une seule commande associée à la molette. Une commande pour noter les images fait également son apparition, et le bouton pour le style d'image accueille désormais en plus les modes HDR et exposition multiple.

Notez que le 5Ds R ne propose toujours pas de détecteur de présence. Pour éteindre l'écran par exemple, il faut impérativement appuyer à mi-course sur le déclencheur.

Canon 5DSR test review ergonomie dos

Menus

Le Canon 5Ds R reprend les menus du 5D Mark III. Assez bien organisés, ils se répartissent dans une série d'onglets regroupant les principales options, et désormais une partie réservée aux réglages de l'autofocus.

De même, toutes les options pour la vidéo sont regroupées dans des menus spécifiques une fois l'appareil en mode vidéo. Si les deux univers photo et vidéo se côtoient, ils n'interfèrent pas. Un choix plutôt judicieux.

Les réglages les moins utilisés trouvent leur place dans un onglet spécifique (C.Fn : Custom Fonction). Vous pouvez naturellement créer votre propre menu avec les options que vous utilisez le plus souvent. En outre, une aide contextuelle bienvenue apporte souvent des explications sur les différentes options.

Canon 5DSR menus test review
À gauche, l'interface graphique du Quick Menu. À droite, un onglet AF regroupe tous les réglages pour personnaliser le système autofocus.

Par la touche Q, on accède au Quick Menu qui récapitule les principaux réglages pour la prise de vue. Il suffit de sélectionner les options à l'aide du joystick pour faire varier les valeurs à l'aide de la roue codeuse ou de la molette avant : simple, pratique et rapide. Un regret toutefois : en l'absence d'écran monté sur rotule, il est regrettable que Canon ne propose pas une rotation des menus et des images lorsque l'appareil est en mode portrait.

Bon point, on peut désormais personnaliser l'affichage du menu Q avec les options souhaitées.

Canon 5DSR test review personnalisation menus
À gauche, le menu classique info rapide (Quick Menu) ; à droite, la possibilité de le personnaliser.

En mode lecture, le 5Ds R propose toutes les options habituelles — lecture, zoom, données sur la prise de vue, développement du fichier RAW, protection des images, recadrage, correction des couleurs, notation... — et, surtout, vous pouvez désormais afficher deux vues côte à côte. Cette option, apparue il y a quelques années sur les reflex Olympus (mais qu'on ne retrouve étonnamment pas sur les Pen ou les OM-D), reste très pratique pour comparer des images et faire un editing rapide. Dommage qu'il ne soit pas encore possible de synchroniser le grossissement sur les deux images pour une comparaison encore plus immédiate.

Canon 5DSR comparaison images en mode lecture

Canon 7D Mark II édition raw dans l'appareil

Enfin, vous pouvez développer vos fichiers bruts directement dans l'appareil en jouant sur plusieurs paramètres.

Qualité de l'écran LCD

Le Canon 5Ds R est équipé d'un écran LCD de 8,1 cm affichant 1 036 800 points, soit un affichage de 720 x 480 pixels avec un ratio d'image en 3:2 identique à celui des images.

Les clichés occupent donc tout l'espace de l'écran, contrairement au format 4:3 que l'on trouve sur la majorité des reflex. En visée directe, la surface d'affichage est également plus large et, au final, l'image est plus détaillée. Toujours en visée directe, le boîtier offre un grossissement de 5x ou 10x, soit un rapport supérieur au rapport 1:1 (1 pixel pour 1 pixel). L'affichage, précis et très fluide quelles que soient les conditions lumineuses, se révèle très agréable à l'usage.

Visée

Optique

Le 5Ds R dispose d'un viseur optique en prisme en toit. Celui-ci couvre environ 100 % du champ photographié et le grossissement est de 0,7x (en équivalent 24x36). Il intègre également un système d'affichage d'information par surimpression (collimateurs AF, quadrillage d'aide à la composition, zones de cadrage...). Le verre de visée n'est pas interchangeable (stigmomètre, par exemple).

Canon 5DSR visée optique

Comme vous pouvez le constater, l'affichage de toutes les options est... dense. Heureusement, il possible de choisir quelles informations vous souhaitez voir apparaître : niveau électronique sur 2 axes, modes d'exposition, retardateur, mode AF, balance des blancs, collimateurs AF, correction d'exposition du flash, batterie, ISO... : il ne manque pas grand-chose.

Sur écran

Le 5Ds R dispose d'une commande pour passer rapidement de la visée optique à la visée sur écran. Cette touche est sertie d'un levier qui fait basculer du mode photo au mode vidéo avec les ratios adéquats (3:2 / 16:9).

L'affichage, fluide, couvre naturellement 100 % du champ et il est possible de simuler directement l'exposition à l'écran. Vous pouvez également afficher des grilles d'aide à la composition, un histogramme d'exposition et un niveau électronique.

Malheureusement, l'écran du 5Ds R n'est ni tactile ni orientable, contrairement à celui du 70D. Dommage.

Mise au point et réactivité

Mise au point manuelle

En visée optique, la mise au point s'effectue... à l’œil, donc. Vous disposez également d'un télémètre électronique (point de confirmation).

En visée vidéo, point de focus peaking, mais vous pouvez zoomer jusqu'à 16x dans l'image afin de bien vérifier la netteté avec une bonne restitution des détails.

Autofocus

Le 5Ds R intègre le module AF du reflex professionnel1D-X offrant 65 collimateurs croisés et une plage de fonctionnement de -2 à 18 IL. En outre, le système AF est piloté par deux processeurs de traitement des données DIGIC 6 (le dernier en date) et il est épaulé par une nouvelle cellule. Sensible dans l'infrarouge, elle dispose désormais de 150 000 px, contre 100 000 px pour le reflex pro 1D-X. La cellule assure une reconnaissance des visages et des couleurs même en visée optique, cette fonction portant le doux nom d'EOS ITR AF System (ITR pour Intelligent Tracking and Recognition).

Mais ce sont surtout les paramétrages du module AF (identiques à ceux du 1D-X) qui sont impressionnants. Le menu AF ne comporte pas moins de 5 onglets. Les paramètres sont nombreux et il faut se plonger un peu dans la documentation pour profiter de toutes ces avancées.

Vous pouvez utiliser 1 seul collimateur AF ou travailler avec différentes tailles de groupes de collimateurs. Vous pouvez également choisir différents scénarios autofocus (sujet en mouvement rapide, sujet arrivant dans la direction du photographe, changements rapides de sens...) avec la possibilité de régler la sensibilité et l'accélération du suivi, ainsi que le changement automatique des collimateurs.

Tous ces paramètres requièrent un peu de pratique, mais en y consacrant le temps nécessaire, vous pouvez configurer le 5Ds R pour qu'il réponde à la plupart des situations que vous pouvez rencontrer.

En visée sur écran, le reflex 24x36 utilise un système autofocus par détection de contraste sur environ 50 % du champ couvert. Celui-ci s'avère encore assez lent et difficile à utiliser dans le cadre d'une utilisation photographique classique.

Suivi autofocus

Pour notre test autofocus, nous avons utilisé le 5Ds R avec le Canon 24-70 mm f/2,8 sur un David qui avance vers nous à une allure normale. Le boîtier est naturellement positionné en mode Ai Servo et nous avons utilisé le collimateur central. La cadence rafale est en mode H à 5 i/s.

Après plusieurs essais, nous sommes un peu déçus : sur notre série, nous avons eu un taux de déchet important, proche de 50 %. Étonnant.

Canon 5DSR rafale

Canon 5DSR test rafale 5 ips

Alimentation, mémoire

Batterie

L'EOS 5Ds R est équipé d'une batterie LP-E6N (1 865 mAh / 7,2 V) d'une puissance de 14 Wh. Canon annonce environ 700 vue d'autonomie.

Lors de nos tests, nous avons réussi à déclencher plus de 600 fois avec quelques minutes de vidéo. L'autonomie est donc en baisse par rapport au 5D Mark III qui atteint facilement 900 à 1 000 déclenchements par charge.

Test Canon 5Ds R batterie

Pour améliorer l'autonomie du reflex, vous pouvez utiliser un grip ou poignée d'alimentation. Il s'agit de la BG-E11, introduite avec le 5D Mark III. La poignée permet de loger deux batteries LP-E6 ou d'utiliser des piles au format AA en cas d'urgence. Elle possède également un contrôleur (joystick) et un rappel de commandes (AF, mémorisation d'exposition, choix collimateurs et déclencheur).

Canon 5D Mark III test review grip bg-e11
La poignée d'alimentation BG-E11 compatible avec le Canon 5Ds R et 5D Mark III.

Le reflex est livré un chargeur de batterie LC-E6E intégrant différents témoins de charge (0, 50, 75 et 100 %).
Canon 5D Mark III test review chargeur de batterie

Emplacements mémoire

Le 5Ds R dispose de deux emplacements pour des cartes mémoires au format SD et CF. Il supporte parfaitement la dernière norme de transfert UDMA 7 pour les cartes Compact Flash, ainsi que la norme UHS-I pour les cartes SD. L'emplacement SD accepte les cartes Eye-Fi (Wi-Fi), l'absence de puce intégrée peut ainsi être contournée.

Le choix de deux formats de cartes différents est discutable : certains apprécient, d'autres rechignent à les utiliser. Il est possible de configurer les deux emplacements pour fonctionner en mode débordement (dès qu'une carte est pleine, l'autre est utilisée), en mode séparé (vous pouvez enregistrer des formats différents des images sur les deux cartes) ou en mode duplication (pour faire une sauvegarde des images).

Canon 5DSR cartes mémoire

Connexions

Côté connectique, le 5Ds R joue le classicisme avec :

  • une entrée micro stéréo mini-jack (3,5 mm),

  • une prise synchro flash,

  • une connexion pour une télécommande filaire,

  • une sortie USB 3.0 (enfin !!),

  • une sortie HDMI.

L'arrivée d'un connecteur USB 3.0 est une bonne nouvelle (les fichiers sont vraiment volumineux), mais se fait au détriment de la sortie casque... Voilà qui est bien dommage pour les vidéastes.

Toujours en ce qui concerne le mode vidéo, il est dommage que le 5Ds R n'intègre pas de sortie HDMI non compressée (Canon doit pourtant gérer aussi une gamme de caméras cinéma ?), contrairement au Nikon D800. En outre, le 5Ds R ne propose pas de transmetteur intégré pour gérer les flashes distants sans fil, contrairement au 7D II. La raison ? D'après Canon, la fabrication tout temps du boîtier... Enfin, le reflex ne propose pas non plus de puce Wi-Fi pour transmettre les images sur un ordinateur sans fil. Pour cela, il faudra s'équiper de l'onéreux (presque 600 €) et imposant module WFT-E7 qui, certes, intègre une batterie LP-E6.

Canon 5DSR connexions

Déclenchement silencieux

Pour un reflex 24x36, le 5Ds R n'est pas un boîtier bruyant. Il dispose de plus d'un mode prise de vue silencieuse. Dans ce dernier mode, les mouvements du miroir sont amortis et le bruit, beaucoup plus feutré. Un second mode permet de bloquer le fonctionnement de l'appareil tant que le déclencheur est enfoncé.

Canon 5DSR son déclenchement

Logiciels

Le Canon EOS 5Ds R est livré avec une impressionnante suite de logiciels pour traiter ses fichiers (à noter : la liste ci-dessous n'est valable que pour l'environnement Windows)...

  • Digital Photo Professional (DPP), un logiciel complet pour développer ses fichiers bruts (le format "raw" n'est pas ouvert chez Canon) ; il est ici livré en version 4.2.32 pour prendre en compte les nouveaux formats de CR2 ;
  • Picture Style Editor, un logiciel pour créer ses propres styles d'images ;
  • EOS Lens Registration ;
  • et enfin EOS Utility en version 3, incluant WFT Utility, un logiciel pour transmettre les fichiers par liaison Wi-Fi, et EOS Capture, un logiciel pour piloter votre appareil à distance (dans un studio par exemple).

Grâce à EOS Utility, vous pourrez piloter le 5Ds R en mode connecté avec une visualisation directe sur un écran d'ordinateur : idéal pour un travail en studio.

Canon 5DSR test review eos utility

Quant à Picture Style Editor, il vous propose de définir rapidement des styles d'images sur votre ordinateur, en jouant avec différents paramètres ou une courbe de valeurs, et d'enregistrer ces réglages personnalisés dans votre boîtier.

Canon 5DSR test review picture style editor

Pour les fichiers bruts

Bon point, Canon livre une solution complète et efficace pour le traitement des fichiers bruts : Digital Photo Professional. Outre les options classiques de "dérawtisation", le logiciel offre également le traitement des aberrations chromatiques et des distorsions des optiques. La nouvelle version est numérotée 3.14.40.

Notez qu'une toute nouvelle version 4 est également disponible. Cette nouvelle mouture n'est pas une révolution en soi, mais elle propose un nouvel habillage graphique remis au goût du jour et le regroupement de certaines fonctionnalités (vérification rapide, pilotage via un ordinateur).

Canon 7D Mark II test review logiciels DPP4
Canon DPP 4, un outil gratuit pour développer ses fichiers bruts.

Vous disposez même d'une vue pour comparer facilement deux images, avant et après retouche. Sans un catalogueur, DPP permet de réaliser rapidement un choix d'images avec des outils adaptés : rejet, étoiles, drapeaux.

Canon 7D Mark II test review DPP 4
Des outils de comparaison et notation dans DPP 4.

Précision, colorimétrie

C'est bien sûr l'un des points essentiels du nouveau reflex Canon 5Ds R : la haute définition. Nous avons vu, lors du test en studio, que le 5Ds R équipé d'une bonne optique (le 100 mm macro en l’occurrence), fait mieux qu'un moyen format Leica S2.

Nous avons voulu pousser les tests un peu plus loin en regardant la différence entre un JPEG et un RAW et vérifier le rendu entre deux optiques : le nouveau 50 mm f/1,8 STM et l'ancien 50 mm f/1,4 Ultrasonic.

JPEG vs RAW

Les JPEG délivrés par le 5Ds R sont d'assez bonne qualité avec un bon rendu des détails et une accentuation bien dosée.

Développé avec Capture One en version 8.3, le même cliché réalisé à 100 ISO avec le 50 mm f/1,8 STM de Canon apparaît un peu plus détaillé. Ci-dessous, vous pourrez comparer les deux images. L'image développée est effectivement un peu plus acérée. Pour garantir les meilleurs résultats, il est conseillé d'utiliser les fichiers bruts.

Canon 5Ds R -JPEGCanon 5Ds R - RAW

Moirage

En photographiant notre scène de test, nous avons noté des artéfacts sur différentes parties de l'image, notamment les zones imprimées comme la charte de couleur Kodak, la pub Coca ou les cartes à jouer.

Canon 5DSR test complet moirage charte couleur KodakCanon 5DSR test complet moirage carte à jouer
Canon 5DSR test complet moirage charte pub Coca

De manière assez étonnante, les outils de démoirage de CaptureOne ne fonctionnent pas très bien sur les clichés du 5Ds R. La présence de moirage est plutôt un bon signe. C'est la preuve que les optiques sont suffisamment définies pour le capteur 50 Mpx.

50 mm f/1,8 vs 50 mm f/1,4

Nous pensions pouvoir mettre en évidence une différence de qualité d'image entre les deux optiques, mais les résultats sont finalement très proches. Il faudrait peut-être passer un calibre supérieur avec, pourquoi pas, une optique Zeiss Otus.

Canon 5Ds R - 50 mm f/1,8Canon 5Ds R - 50 mm f/1,4

Gestion du bruit électronique

Pour notre test, la scène est éclairée sous environ 250 lux. Notre appareil étalon est le Canon 5D Mark III qui, pour un gris neutre 18 %, requiert le couple f/5,6 - 1/8 s à une sensibilité de 200 ISO (Tamron 24-70 mm f/2,8 VC). Le Canon 5Ds R est également calé pour exposer correctement un gris 18 % avec une sensibilité de 200 ISO et une ouverture de f/5,6. Nous faisons alors varier la vitesse et la sensibilité ISO. Les images sont visibles à 100 % (JPEG) et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (CR2).

Les JPEG

Comme les records sont fait pour être battus, le Canon EOS 5Ds R propose le capteur 24x36 le plus défini du moment. Avec 50 Mpx, le reflex Canon prend donc la tête de la course aux pixels, devançant le Nikon D810 qui ne propose "que" 36 Mpx.

Pour obtenir cette définition sur un capteur 24x36, il faut des photodiodes d'environ 4,3 µm. Ce capteur est proposé sur deux boîtiers : le 5Ds et le 5Ds R. Ce dernier, objet de ce test, dispose d'un filtre passe-bas dont l'effet est annulé par un autre filtre : une technique qui n'est pas sans rappeler le principe utilisé par Nikon sur le D800E.

Nikon D800e filtre passe-bas annulé

Sur ce boîtier, Canon a sans doute volontairement limité la plage ISO de 100 à 6 400 ISO, extensible à 12 800 ISO (H1). On est assez loin des records dans ce domaine. Pour mémoire, l'EOS-1D X grimpe à 204 800 ISO (H2). Le surcroît de pixels (50 contre 18 Mpx) devrait toutefois permettre des tirages de taille importante sans que le bruit soit visible. C'est ce que nous allons étudier.

Tailles des différents capteurs
Comparaison des tailles (agrandies 4x) de différents capteurs.

Aucune inquiétude à avoir de 100 à 400 ISO : les images sont "propres", le bruit invisible, et la reproduction des détails impeccable. À 800 ISO, vous noterez à 100 % sur écran (HDTV 1080) les premiers signes de moutonnement, mais celui-ci sait se faire très discret. C'est donc un sans-faute sur la plage 100-800 ISO.

Vous noterez sur certaines zones de l'image (charte colorée, cartes de jeu, publicité Coca-Cola...) la présence de moirage. Bien visible à 100 ISO, celui-ci s'estompe logiquement avec la montée en sensibilité, le lissage et le grain venant brouiller la restitution des fins détails.

À 1 600 ISO, le grain devient nettement visible sur les aplats colorés et denses. Celui-ci est fin et plutôt agréable. Les plus fins détails commencent à se diluer, mais l'image conserve un bon niveau. Une fois de plus, nous examinons l'image à 100 % sur écran, ce qui est finalement une activité assez peu commune. On notera toutefois une baisse de la dynamique avec des zones denses assez bouchées (intérieur du ventilateur).

Le bruit monte encore d'un cran à 3 200 ISO, mais la qualité de l'image reste encore acceptable et la définition importante permet d'exploiter correctement les images dans des dimensions raisonnables.

Le passage à 6 400 ISO est un peu plus problématique : le moutonnement devient facile à mettre en évidence et la précision baisse, tout comme la dynamique. Cependant, une fois de plus, la définition de 50 Mpx permet plus facilement de travailler et d'imprimer ses images en "tirant" beaucoup moins sur les pixels. Les photodiodes étant plus petites, le bruit généré l'est également.

Comparaison à tirage équivalent

Nous avons choisi de confronter le Canon 5Ds R à quelques boîtiers emblématiques actuels, tels le Nikon D810 (24x36 à 36 Mpx), l'A7S de Sony (24x36, 12 Mpx) et le Pentax 645Z, un moyen format de 50 Mpx également.

Nous comparons naturellement les boîtiers à "tirage équivalent". Nous avons "normalisé" les images pour un tirage 40 x 60 cm en 180 dpi, soit une définition de 12 Mpx environ. Les images sont réalisées à 6 400 ISO avec ci-dessous des détails à 100 %.

Attention, les boîtiers ne sont pas équipés d'optiques équivalentes, le piqué initial n'est donc pas le même. Il faut essayer de comparer uniquement le niveau de bruit électronique... Pas si simple.

Le résultat est sans surprise : le nouveau reflex Canon ressort vainqueur de cette confrontation avec un grain très fin, peu coloré et une image bien détaillée.

Ses deux principaux concurrents que sont le Nikon D810 et le Pentax 645Z le talonnent. Le D810 présente un grain plus grossier, un peu moins subtil et moins élégant. Le Pentax et son capteur CMOS de 44 x 3 mm s'en sort vraiment bien également, avec une belle finesse dans le rendu de l'image.

Nous avons par ailleurs décidé d'opposer à ces amoncellements de pixels un capteur 24x36 de 12 Mpx "seulement". Le Sony A7S est clairement défavorisé par son manque de définition. Pour l'impression en 60 x 40 cm, il faut "tirer" sur les pixels. L'image manque de précision, mais le grain est peu visible.

Canon 5Ds RNikon D810
Pentax 645ZSony A7S

Oscilloscope

Passons certaines images 5Ds R de Canon sous l'œil de l'oscilloscope pour un avis plus "mathématique".

Notre outil confirme notre perception visuelle : les images sont vraiment excellentes jusqu'à 1 600 ISO avec une dégradation bien visible à 6 400 ISO. Elles restent assez facilement exploitables jusqu'à 12 800 ISO, mais la granulation est déjà très présente dans les aplats denses. Au-delà, le bruit vient consteller nos zones de gris avec un moutonnement vraiment perceptible qui dilue les plus fins détails des images.

Canon 760D test review bruit électronique sur gris 100 ISOCanon 5Ds R – 100 ISO Canon EOS 5DSR  test review bruit gamme gris graphique 100 ISO
Canon EOS 5DSR test review bruit électronique sur gris 1600 ISOCanon 5Ds R – 1 600 ISO Canon EOS 5DSR test review bruit gamme gris graphique 1600 ISO
Sony A7 II test review bruit gamme gris 6400 ISOCanon 5Ds R – 6 400 ISO Canon EOS 5DSR review bruit gamme gris graphique 6400 ISO
Canon EOS 5DSR test review bruit gamme gris 12800 ISOCanon 5Ds R – 12 800 ISO Canon EOS 5DSR test review bruit gamme gris graphique 12800 ISO

Les fichiers bruts

Nous mesurons également le bruit de fond du capteur en reconduisant le protocole de test précédent, mais dans le noir complet avec un bouchon sur l'objectif. Les mesures sont effectuées (c'est le cas ici), dans la zone aveugle du capteur.

Le graphique ci-dessous représente la déviation standard (donc le bruit) pour les différents pixels colorés : rouges, verts, bleus, et verts. Pour simplifier les résultats, nous n'affichons ici les résultats que pour l'une des séries des pixels verts.

Test Canon EOS 5DSR bruit électronique dans fichiers bruts

Exposition, RAW

Exposition

Le Canon EOS 5Ds R utilise une cellule de mesure fondée sur un capteur de 150 000 pixels (sensible dans l'infrarouge) et doté de 252 zones pour la reconnaissance de scène. C'est une belle évolution du capteur 63 zones du précédent 7D.

Le reflex dispose d'un correcteur d'exposition sur ± 5 IL. Le bracketing d'exposition permet d'aligner 3 vues sur ± 3 IL pour éteindre la plage d'exposition de -8 à +8 IL. Le reflex est donc un peu limité pour créer un rendu HDR par fusion des expositions sur ordinateur. Un mode HDR permet de jouer avec la dynamique sur 1, 2 ou 3 IL. Toutefois, vous ne conserverez pas les fichiers JPEG ou RAW, le boîtier ne proposant qu'un fichier JPEG finalisé.

Pour la première fois, les ingénieurs de Canon ont implémenté un intervallomètre dans les menus du 5Ds R. Désormais, vous pourrez créer facilement et rapidement un time-lapse sans avoir à acheter une télécommande spécialisée. Étonnamment, le nombre de photos est limité à 99 (?), mais il est possible de basculer en mode illimité en sélectionnant "00" dans le nombre de vues. On peut aussi combiner l'intervallomètre avec un bracketing d'exposition ou le mode HDR.

Latitude d'exposition

Pour vérifier la latitude d'exposition d'un point de vue "artistique", nous avons photographié notre scène test sur une plage de +/-5 IL et corrigé les fichiers bruts avec Adobe Lightroom 6 afin d'obtenir une exposition similaire.

Canon 760D test review latitude d'exposition

Pour les images surexposées, il est possible de récupérer facilement 2 IL, mais au-delà, les fichiers perdent des informations dans les hautes lumières. C'est un bon résultat pour un reflex 24x36.

Latitude d'exposition Canon 5DsR hautes lumières

Par contre, il est toujours plus facile de récupérer des informations dans les basses lumières. Ici, classiquement, on peut remonter des détails jusqu'à -3 IL sans aucun problème. À -4 IL, le bruit commence à être clairement visible et on observe une dérive colorimétrique, qui s'accentue à -5 IL.

Au final, il est possible de récupérer des informations sans trop de perte sur une plage comprise entre -3 et +2 IL soit 6 IL de travail effectifs.

Mode vidéo

Si les Canon EOS 5D Mark II et Mark III ont réussi à démocratiser la vidéo sur les reflex, le 5Ds R ne perpétue pas forcément cette tradition.

Formats vidéo

Depuis le 5D Mark III, les reflex haut de gamme Canon offrent la possibilité d'enregistrer les vidéos dans un format AVC Intra, sans compression inter-images. En d'autres termes, les images sont compressées individuellement : vous n'avez pas besoin de décompresser un groupe d'images (GOP) pour accéder à toutes les images d'un clip. Il s'agit du mode ALL-I, qui vient en complément du mode "classique" IPB. Il permet une gestion plus fine des arrêts sur image et des coupes.

Canon 5DSR test review : différents modes vidéo
Un nouveau mode de compression "IPB légère" fait son apparition.

Le boîtier enregistre aussi bien en .MOV qu'en .MP4, et aussi bien au format NTSC que PAL.

Formats d'enregistrement disponibles

  • HDTV 1080 29,97/25/23,976p ALL-I et IPB
  • HDTV 720 59,94/50/29,97/25p ALL-I et IPB
  • HDTV 720 59,94/50p IPB

Pour la première fois, Canon introduit un nouveau format de compression "IPB légère" (entendez par là que la compression sera plus lourde : c'est ici le poids du fichier qui sera plus léger). Vous pourrez donc d'enregistrer un peu plus longtemps pour une capacité de stockage donnée.

Le 5Ds R ne filme donc pas dans le standard vidéo actuel : HDTV 1080 60/50p. Il manque aussi d'autres formats : le 2K Ciné (2048 x 1080 px), par exemple, ou encore le 4K Ciné (4096 x 2160 px) ou TV (3840 x 2160 px). Nous regrettons également l'absence d'un format RAW ou de cadences plus importantes, à 120 voire 240 ips par exemple, afin de pouvoir réaliser des ralentis fluides. En outre, un encodage sur 10 bits ou des informations colorimétriques en 4:2:2 auraient été un véritable "plus".

Encodage

  • En HDTV 1080 25p (ALL-I) : en AVC avec un profil High@5.1 (CABAC) à environ 90 Mbps.

Pour aller un peu plus loin, il aurait été intéressant de proposer un mode d'enregistrement 1 pour 1 (la zone de capture faisant réellement 1920 x 1080 px sans sous-échantillonnage) afin de limiter les effets de moirage et d'aliasing. Dommage que Canon n'ait pas reconduit le zoom numérique par recadrage, comme le propose le 70D, un zoom 3x ou 10x sans perte de qualité.

Notez que désormais, la distorsion des optiques est corrigée à la volée lors de l'enregistrement vidéo si les données sont disponibles dans le boîtier.

Assistance

Malheureusement, sur ce point, le nouveau reflex Canon n'apporte aucune nouveauté : les lacunes des précédents modèles n'ont pas été comblées.

Il n'est donc toujours pas possible de réaliser une mise au point à l'aide d'un système de focus peaking (surlignage des zones nettes avec des pixels colorés) ou d'utiliser des zébras pour vérifier en permanence l'exposition. Vous ne pourrez vous fier qu'au correcteur d'exposition et à l'histogramme (c'est déjà pas mal).

Ces manques sont d'autant plus incompréhensibles les développeurs du firmware (micrologiciel) alternatif Magic Lantern proposent depuis longtemps ce type de fonctionnalité — et bien d'autres — sur d'autres reflex de la marque.

Sortie HDMI

Le 5Ds R dispose d'une sortie HDMI non compressée qui permet de raccorder un enregistreur externe pour une captation avec de plus hauts débits. L'enregistrement en externe se fait en 8 bits 4:2:2, mais attention : le reflex enregistre bien en 4:2:0 dans tous les cas. Il est possible d'enregistrer à la fois sur carte et via la sortie HDMI, mais dans ce cas, l'écran LCD n'est pas opérationnel.

Canon 7D Mark II test review option vidéo

Il est désormais possible d'utiliser un time-code, ce qui facilite grandement la synchronisation de plusieurs caméras.

Au passage, l'arrivée de l'USB 3.0 a donné une bonne excuse pour supprimer la sortie casque...

Commande discrète

Il est possible d'opérer les changements de diaphragme ou de vitesse via une commande discrète en effleurant la roue codeuse.

Canon 7D Mark II commande discrète en vidéo

Mise au point

Sans Dual Pixel AF et avec une optique classique (Ultrasonic), la mise au point automatique s'avère vraiment trop lente et présente des effets de pompage prononcés. Avec une optique STM, la mise au point est plus souple et silencieuse. Un vrai plus.

Précision

Vous trouverez ci-dessous différents extraits à 100 % (600 x 300 px) de vidéos tournées avec le **** 5Ds R et un 50 mm f/1,4 (100 ISO à f/5,6 pour la prise de vue).

Le résultat est plutôt plaisant avec une bonne précision, même si l'image est très douce. On notera la présence d'artéfacts (notre scène est un véritable piège), mais le 5Ds R s'en sort honorablement. On ne gagne pas en précision dans l'image, mais on ne perd rien non plus.

Canon 5DSR mode vidéo test review

Canon 7D Mark II extrait vidéo HDTV 1080 25p

Le Nikon D810 présente une image plus précise et un peu plus "dure".

Nikon D810

Canon 5D Mark III 1080 25p

Exposition

En vidéo, le 5Ds R offre une belle souplesse de réglage avec la possibilité de filmer en mode M et de régler l'ouverture, la cadence d'obturation ou la sensibilité ISO pendant le filmage. Grâce à la commande silencieuse, vous pouvez paramétrer toutes ces options sans le moindre bruit, ce qui est très appréciable.

Les styles d'images sont également disponibles pendant l'enregistrement. Vous pouvez opter pour un rendu très doux ou très accentué, ou encore filmer en mode monochrome. Les filtres créatifs, en revanche, ne sont pas accessibles en vidéo.

Il est possible d'utiliser des styles d'images personnalisés, mais aussi proposés par Canon ou des sociétés tierces. Ainsi, pour faciliter le traitement des images, vous pourrez recourir au style d'image Camera X Series Look afin d'obtenir une image moins contrastée. Technicolor propose également un profil de rendu Technicolor CineStyle encore moins contrasté. Avec ces rendus plats, il est possible de récupérer des détails dans les zones sombres. Vous pouvez alors gagner un peu en dynamique en sous-exposant les vidéos, afin de conserver les hautes valeurs qui ont tendance à vite "brûler".

Attention, l'utilisation d'un style d'image plus doux n'est pas magique : il faut absolument post-traiter ses vidéos avec un logiciel pour rétablir un rendu plus naturel. Technicolor livre d'ailleurs avec son profil une courbe de rendu (LUT) pour travailler plus facilement ses images avec Adobe After Effects, par exemple.

Attention aussi, il s'agit bien ici de style d'image ou d'intention de rendu, en aucun cas d'un enregistrement Log qui permettrait de recouvrer des détails dans les hautes et basses lumières. Sur notre exemple, nous parvenons à créer une image plus contrastée, mais nous ne récupérons aucune information supplémentaire dans les hautes ou basses lumières.

Exemples de photos

Attention, les images ci-dessous sont issues d'un Canon 5Ds R de présérie. Les images ne peuvent donc pas prévaloir de la qualité des fichiers d'un boîtier final.

Pour tester en extérieur le nouveau Canon 5Ds R, nous nous sommes rendus sur les terres d'un des principaux constructeur de dos moyen format, PhaseOne, au Danemark. Un clin d'oeil appuyé puisque les 50 millions du reflex Canon viennent plus que "chatouiller" les impressionnants et onéreux dos numériques de la marque qui, en termes de définition, débutent également à 50 millions de pixels.

Nous n'avons pas hésité à sortir le 5Ds R malgré le bon crachin local. Sans être tropicalisé, le reflex est renforcé avec notamment des joints pour protéger les "zones sensibles" (molettes, boutons...) des poussières et de l'eau. La lumière n'est pas très belle avec finalement peu de relief. Pour une première sortie, nous nous dirigeons vers l'ile de Christianshavn en remontant les quais. Quelques bateaux attirent notre œil avec notamment de belles matières rouillées. Avec le 50 mm f/1,8 STM, le centre est bien piqué et l'image fourmille de détails.

Nous prenons la direction d'un grand hall qui renferme de nombreuses cabanes de street food. L'absence de soleil aidant, il fait sombre à l'intérieur du hangar et le 5Ds R doit monter en sensibilité ISO pour atteindre 3 200 ISO. Le lissage du bruit vient rapidement gommer les fins de détails de cette prise de vue.

Canon 5DSR exemple 20
Canon 5DSR exemple 21

En extérieur et à 100 ISO, les images sont impressionnantes avec beaucoup de détails. Il faut toutefois s'équiper d'une bonne optique.

Canon 5DSR exemple 22
Canon 5DSR exemple 23

Plus loin, nous croisons une belle église. Sans zoom, nous restons assez loin du bâtiment. Les 50 Mpx permettent aisément de recadrer l'image. Là encore, la profusion de détails malgré la lumière très plate est impressionnante. À l'intérieur, le reflex grimpe également dans les tours jusqu'à 3 200 ISO. Même constat que précédemment : le 5Ds R n'est pas très à l'aise dans l'exercice. L'image manque un peu de mordant.

Canon 5DSR exemple 24
Canon 5DSR exemple 25
Canon 5DSR exemple 26

Quelques images en extérieur toujours réalisées avec le 50 mm f/1,8, une optique assez classique, pour apprécier le niveau de détail disponible avec le reflex de Canon.

Canon 5DSR exemple 27
Canon 5DSR exemple 28
Canon 5DSR exemple 29

Nous avons bien conscience que le 5Ds R n'est pas l'appareil idéal pour la photographie sportive, par exemple à Roland-Garros. N'écoutant que notre courage, nous n'avons toutefois pas hésité à l'essayer sur les cours de terre battue. Le module autofocus est suffisamment étoffé pour être à l'aise dans cet exercice, mais le boîtier à 50 Mpx est un peu lent au niveau de la cadence rafale. Avec 5 images par seconde, il a du mal à décomposer une action de manière correcte. Qu'importe, le module permet de faire le point rapidement et le suivi des sujets... suit. La haute définition du capteur permet d'impressionnants recadrages. Ici, nous sommes équipés d'un (excellent) 20-400 mm f/4 et voilà ce que nous pouvons obtenir pour un affichage web en 600 x 380 px...

détail balle

Canon 5DSR exemple 30

Toujours au 200-400 mm (avec le doubleur x1,4), voici la chevelure de la joueuse qui pèse plus de 34 000 000 $ : Sharapova. La sensibilité ISO est désormais à 1 600 ISO et le rendu des détails est encore très bon, mais le moutonnement est déjà facilement visible.

Canon 5DSR exemple 31

Oui, une série un peu capillaire à Roland-Garros, mais là encore, le sujet se prête facilement à l'examen des plus fins détails. Et même à 1 600 ISO, ce cliché se révèle impressionnant de précision.

Canon 5DSR exemple 32

Pour le tennis, il faut travailler avec des vitesses élevées. Ici, nous sommes au 1/2 500 s et ce temps d'obturation est à peine assez rapide pour bien figer l'action. Toutefois, le surplus de pixels permet une exploitation très facile pour des formats moyens. Le petit flou de bougé est alors imperceptible.

Canon 5DSR exemple 33

Il n'en reste pas moins que comme avec le Nikon D800, il est important de travailler avec des temps d'obturation élevés. En effet, le moindre mouvement ou la moindre vibration (sur trépied par exemple) et plus facilement visible à 100 % sur écran avec cette définition.

Canon 5DSR exemple 34
Canon 5DSR exemple 35
Canon 5DSR exemple 36

Les images suivantes sont plus à titre d'expérimentation. Vous trouverez une montée ISO jusqu'à 6 400 ISO, des images de nuit et également les différentes variantes de RAW (mRAW, sRAW : arc de Triomphe).

Canon 5DSR exemple 1
Canon 5DSR exemple 2
Canon 5DSR exemple 3
Canon 5DSR exemple 4
Canon 5DSR exemple 5
Canon 5DSR exemple 6
Canon 5DSR exemple 7
Canon 5DSR exemple 8
Canon 5DSR exemple 9
Canon 5DSR exemple 10
Canon 5DSR exemple 11
Canon 5DSR exemple 12
Canon 5DSR exemple 13
Canon 5DSR exemple 14
Canon 5DSR exemple 15
Canon 5DSR exemple 16
Canon 5DSR exemple 18
Canon 5DSR exemple 17

Verdict

Canon 5DSR test review avis recommandé par Focus

Comme les Nikon D800 et D800E en 2012, les Canon 5Ds et 5Ds R vont sans doute marquer leur époque.

La haute définition en général et les 50 Mpx des 5Ds en particulier font toujours polémique. Certains pensent que cette débauche de pixels ne sert à absolument à rien, encombre les cartes mémoire et les disques durs. D'autres au contraire y voient des nouvelles opportunités, de nouveaux marchés. Le débat est sans fin, mais force est de constater qu'aujourd'hui, les 36 Mpx du D810 de Nikon sont largement utilisés tant par les amateurs que les professionnels de l'image.

Il y a donc fort à parier que les 50 Mpx de Canon deviennent rapidement un standard pour certains types de photo. Les paysagistes, les photographes d'architecture, les paparazzis, les packshooters seront sans doute les premiers acquéreurs de ce nouveau format.

Le 5Ds (testé ici dans sa version R) est un boîtier robuste, bien pensé, et le digne héritier de la lignée 5D. Le capteur 24x36 de 50 Mpx donne de bons résultats avec une bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 1 600 / 3 200 ISO, une dynamique confortable et excellente précision. Nous avons pu essayer plusieurs focales fixes (50 mm f/1,8 STM, 50 mm f/1,4, 100 mm macro f/2,8, 40 mm f/2,8, 35 mm f/1,4...) et nous pouvons affirmer que ces optiques (certaines sont anciennes) sont adaptées à la définition du capteur. Ouf. Vous n'aurez pas à changer complètement votre parc d'optiques. De manière générale, pour exploiter au mieux la définition du capteur, il est recommandé d'utiliser des optiques de qualité.

Le boîtier du 5Ds R est basé sur celui du 5D Mark III. Nous regrettons que Canon n'ait pas profité de l'occasion pour corriger quelques lacunes comme l'absence d'un écran LCD orientable et/ou tactile, d'un flash pop-up, d'une puce Wi-Fi ou d'une radio commande pour les flashs. La rafale à 5 i/s est confortable, mais le module autofocus peine à suivre le rythme.

Les vidéastes ne suivront pas le chemin tracé par le 5Ds : peu de formats vidéo, pas de 4K, autofocus trop lent, peu d'assistants, pas de sortie casque... Rien n'est vraiment pensé pour la vidéo qui fait ici office de parent pauvre.

Au final, le Canon 5Ds R reçoit facilement un recommandé et devient l'un des reflex experts/pros les plus intéressants de ce premier semestre 2015.

+
  • Niveau de détail impressionnant (50 Mpx).
  • Construction solide : châssis en alliage de magnésium, finition contre les intempéries...
  • Qualité de la visée optique. Nombreuses informations visibles.
  • Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 1600 voire 3200 ISO.
  • Suite de logiciels complète et gratuite.
  • Connexion USB 3.0 (enfin !)
  • Déclenchement très silencieux
  • Taille de RAW variable. Possibilité de recadrer dans le format à la prise de vue.
  • Autofocus rapide, précis et complet
  • Interface graphique et menus facile à appréhender. Bon niveau de personnalisation.
  • Cadence rafale à 5 i/s
  • Mode Timelapse avec intervallomètre
  • Bonne latitude d'exposition
  • Autonomie de la batterie un peu faible
  • Plage ISO un peu limitée
  • Suivi autofocus parfois hésitant
  • Moirage visible dans certaines conditions
  • Pas de mode vidéo à des cadences élevées pour des ralentis fluide (hors 720p)
  • Pas d'assistance en vidéo (focus peaking, zébras d'exposition, fausses couleurs...)
  • Pas de sortie casque pour contrôler le niveau d'enregistrement sonore en vidéo
  • En mode spot, la mesure de la lumière n'est pas liée au point AF
  • Pas de connexion Wi-Fi intégrée
  • Pas de puce GPS intégrée
  • Pas de flash intégré. Pas de radiocommande pour des flashs distants.
  • Pas de rétroéclairage des commandes pour le travail dans la pénombre
  • Requiert des optiques de qualité
  • Pas d'orientation de l'interface graphique en fonction de la position du boîtier
  • Écran LCD fixe et non tactile
  • Format RAW propriétaire (CR2)
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Canon 5DSR
Priceminister 2708,00 €
Priceminister 2750,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 2999,99 € Voir l'offre
Amazon 3390,00 € Voir l'offre
Amazon 3649,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 3949,90 € Voir l'offre
Fnac.com 3999,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres