Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.

Après nous être intéressés, dans les trois premiers volets de notre dossier consacré au portrait en extérieur, au choix du lieu et à la gestion de la lumière naturelle, au recours aux réflecteurs et à l'utilisation des flashs, nous nous penchons aujourd'hui sur deux autres dimensions fondamentales : le choix de la focale et de l'ouverture du diaphragme et les différentes façons d'amener un modèle à interagir avec son environnement.

Le choix de la focale

Le choix de la focale influence le rendu de votre image en de nombreux points, mais le lien entre distance, focale et déformations donne souvent lieu à de nombreuses confusions. En effet, si un objectif grand-angle peut bel et bien provoquer des déformations en coussinet (arrondissement des lignes droites particulièrement marqué au niveau des extrémités du cadre), il n'est pas directement responsable des déformations de visage octroyant à votre magnifique modèle un grand nez et de petites oreilles...

Ce type de déformation est en réalité dû à la distance de prise de vues : lorsque l'on se rapproche trop d'un visage, celui-ci apparaît comme distordu — c'est souvent le cas lors de l'utilisation d'une courte focale. Pour éviter cela tout en conservant un cadre serré, il vaut mieux conserver la même distance par rapport à son modèle et choisir une plus longue focale plutôt que de se déplacer.

Il vous reste de l'article à lire
Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.