Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.

Vous avez un reflex. Vous lui offrez une bonne optique... et les photos sont à côté de la plaque ; le point n'est pas fait là où on l'attendait. Vous visez un point précis, et la netteté est soit devant, soit derrière ce point. La situation est banale, sinon fréquente, malheureusement. Au début, on remet en question la stabilité du photographe, puis avec le temps et l'accumulation des erreurs, on en vient à la conclusion que le problème est certainement matériel, et non humain. C'est la plupart du temps l'autofocus qui fait défaut. Il fait la mise au point trop près (front focus) ou trop loin (back focus). Ces problèmes fréquents sont faciles à détecter, et à corriger... dans une certaine mesure.

L'autofocus, comment ça marche ?

Sur les boîtiers modernes, deux types de systèmes d'autofocus existent : la détection de contraste et la corrélation de phase. La détection de contraste a pour principal mérite d'être une méthode très précise, mais lente. À l'inverse, la corrélation de phase fonctionne très vite, et est potentiellement aussi précise... sauf si l'ensemble est mal calibré. Sur un reflex, on utilise la détection de contraste quand on utilise le mode Live View (la visée sur écran), et la corrélation de phase quand on vise par l'œilleton.

Il vous reste de l'article à lire
Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.
Pierre Caillault
Pierre Caillault

Intégriste de l'image propre à 12800 ISO, Pierre n'a pas hésité à se rapprocher des fabricants (qu'il espionne depuis son appartement tokyoïte) et nous propose un fil d'actualité pertinent et des tests "maison" Ses publications