Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.

En partenariat avec Polka magazine et en complément de l'article "Kurdistan irakien : vivre parmi les morts", nous vous proposons une interview du photographe américain Sebastian Meyer qui a réalisé plusieurs reportages au Kurdistan.

Kurdes cueillant des olives. Photo : Sebastian Meyer.

Depuis près de dix ans, le photographe américain couvre l'actualité et la vie quotidienne au Kurdistan irakien. Son écriture photographique a progressivement évolué du news au documentaire. Ses images sont à retrouver dans le dernier numéro de Polka. Rencontre.

Quand êtes-vous allé pour la première fois au Kurdistan irakien ?

Sebastian Meyer : C’était en 2008. À l’époque, je vivais à Londres et j’ai rencontré un journaliste qui travaillait sur les Kurdes et leur histoire au long du XXe siècle. Il m’a proposé de l’accompagner pour faire les portraits des survivants du génocide de Saddam Hussein, l’opération Anfal. Je suis resté deux mois.
Une fois de retour en Grande-Bretagne, le Kurdistan me manquait. Un photojournaliste kurde que j’avais rencontré m’a invité à revenir. En 2009, je me suis installé à Souleimaniye, la deuxième ville de la région. On a créé ensemble une agence, Metrography, pour les photojournalistes irakiens, qu’ils soient Kurdes, Arabes, chrétiens, yézidis. J’ai habité là-bas jusqu’en 2013. Depuis, j’y retourne régulièrement.

Il vous reste de l'article à lire
Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.
Renaud Labracherie
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications