Nous avons eu la chance de rencontrer le photographe français Christophe Rihet qui expose cette année son travail Road to Death aux Rencontres d'Arles 2017. Son exposition, présentée à la Maison des Peintres (voir notre carnet de bord, jour 2) entre dans la séquence "L'expérience du territoire" imaginée par Sam Stourdzé.

Christophe Rihet a eu la chance, comme il le dit lui-même, de vivre aux États-Unis et de beaucoup y voyager pour son travail. Lors d'un de ses déplacements professionnels, il est passé par hasard là où se produisit l'accident qui coûta la vie à l'acteur James Dean : un carrefour en plein désert. Sur place, juste une pancarte, indiquant "James Dean Memorial Junction", mais aucun mémorial. Seuls quelques fans s'étaient approprié les barbelés jalonnant la zone. Ils y avaient déposé quelques objets à la mémoire de James Dean : la photographie de l'accident même, une paire de lunettes, des porte-clefs, etc.

James Dean m'a donné la voie !

Christophe Rihet

Christophe Rihet a été fasciné par ce lieu, son histoire, et le rapport que pouvait entretenir l'acteur avec la mécanique et la vitesse. Il a donc commencé à étendre ses recherches à d'autres cas de célébrités dont la vie s'est brutalement arrêtée, avec ou à cause d'une voiture ou d'une moto. Il a commencé par essayer d'atteindre le nombre de 27 cas, en clin d'œil à la légende du "club des 27" (Forever 27 Club). Ce club funeste fait écho à l'ouvrage de Josh Hunter et Eric Segalstad The 27s: The Greatest Myth of Rock and Roll, soutenant que les musiciens qui deviennent stars vers 20 ans adoptent rapidement des comportements à risque pour rejoindre le panthéon des rockers superstars disparus.

Rencontres de la photographie Arles 2017, Exposition Christophe Rihet - Road to Death. Photo Christophe RihetColuche, décédé le 19 juin 1986, départementale 3, Opio (Alpes-Maritimes). Photo : Christophe Rihet

Christophe s'est donc lancé à la recherche, principalement en France et aux États-Unis, de 27 célébrités ayant trouvé la mort dans un accident de la route. Il a longuement enquêté, en récupérant des rapports de police, en récoltant des témoignages pour trouver les endroits exacts où les drames s'étaient produits. Une fois les lieux repérés, il y a posé sa chambre 4x5 et les a photographiés simplement, sans mise en scène, au lever ou coucher du soleil.

Rencontres de la photographie Arles 2017, Exposition Christophe Rihet - Road to Death. Photo Christophe RihetNotorious B.I.G., décédé le 9 mars 1997, Wilshire Boulevard, Los Angeles. Photo : Christophe Rihet

L'exposition qu'il présente à Arles comporte donc 27 très beaux tirages argentiques brillants grand format de ces paysages macabres par leur histoire : ses "roadscapes". Ce qui frappe, c'est évidemment le décalage entre la relative quiétude des lieux, sur la photographie, et la violence de la légende, qui nomme la personne décédée et raconte le drame qui s'est déroulé. Présenté dans une salle toute en longueur, la scénographie, que Christophe Rihet a conçue avec Sam Stourdzé, fait naturellement penser à une route. Au fond de la salle, le photographe propose aux visiteurs de repartir avec un poster souvenir sur lequel sont imprimées les images d'époque des accidents et faits divers traités par ses photographies.

Rencontres de la photographie Arles 2017, Exposition Christophe Rihet - Road to Death. Photo Christophe RihetGrace Kelly, décédée le 13 septembre 1982, corniche du Cap-d'Ail (Alpes-Maritimes). Photo : Christophe Rihet

Pourquoi avoir voulu faire des paysages ? Vous auriez pu, par exemple, vous intéresser aux traces qui subsistent de ces drames ?

Christophe Rihet – J'aime beaucoup les paysages. J'aime l'idée de ne pas comprendre forcément le pourquoi du comment l'accident est parvenu, et d'essayer d'imaginer. Par exemple, pour le cas James Dean, c'est presque incompréhensible : comment ces deux voitures sur une ligne droite dans le désert n'ont pu pas se voir ? Pour moi, c'était important de montrer le bitume, de montrer l'endroit, le lieu de la plus belle façon possible. Je voulais photographier ces lieux comme des paysages.

Quel matériel avez-vous utilisé pour réaliser ces images ?

Christophe Rihet – Une chambre 4x5 Arca Swiss. Je l'ai achetée juste avant le boom du numérique. J'étais un grand fan et je cherchais la meilleure qualité possible. Cette chambre était vraiment une horloge suisse, la Rolex de la chambre ! C'est une monorail, on fait donc ce que l'on veut avec. Elle m'a servi pour beaucoup de photos. J'étais photographe de mode à une époque. La photo 4x5 est quelque chose que j'ai appris à l'école et avec quoi je très à l'aise. J'ai plusieurs objectifs, dont un 135 mm Linhoff assez mythique lui aussi. Le travail à la chambre est assez difficile, mais cela vous donne un cadre, c'est une autre vision. On ressent beaucoup plus d'informations visuelles.

Rencontres de la photographie Arles 2017, Exposition Christophe Rihet - Road to Death. Photo Christophe RihetAlbert Camus, décédé le 4 janvier 1960, nationale 6, Villeblevin (Yonne). Photo : Christophe Rihet

Lorsque j'ai découvert pour la première fois votre travail à travers une publication dans Le Monde, vous aviez publié à l'époque, pour l'accident de Coluche, une photo qui n'est pas la même que celle que vous présentez à Arles... ?

Christophe Rihet – Oui, cela arrive très souvent. Entre la publication du Monde et Arles, j'ai appris que je m'étais trompé de 50 mètres sur le lieu exact où Coluche avait percuté un camion. Je suis donc retourné sur place pour refaire l'image.

Comment cela se passe-t-il, quand Sam Stourdzé vous téléphone pour vous dire que vous faites partie des Rencontres 2017 ?

Christophe Rihet – Je dois remercier Antoine de Beaupré, qui avait signé l'exposition Total Records à Arles en 2015. Il m'a mis en relation avec M. Stourdzé et édite mon livre pour l'évènement. Sam a découvert la moitié de cette série et a beaucoup aimé. J'ai été l'un des premiers sélectionnés pour l'édition 2017. À partir de là, j'avais un peu moins d'un an pour finaliser ce projet.

Rencontres de la photographie Arles 2017, Exposition Christophe Rihet - Road to Death. Photo Christophe RihetHelmut Newton, décédé le 23 janvier 2004, Sunset Boulevard, Los Angeles. Photo : Christophe Rihet

Rencontres de la photographie Arles 2017, Exposition Christophe Rihet - Road to Death. Poster souvenir composé d'images d'archives.Les photos d'accidents de l'époque. De haut en bas et de gauche à droite : Notorious B.I.G., Albert Camus, Helmut Newton, Grace Kelly, Coluche et James Dean.

Le site de Christophe Rihet
Le compte Instagram de Christophe Rihet

Voir aussi

Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Contenus sponsorisés