Pour la première fois, l’art du roman-photo rentre et s’expose au musée, une exposition au Mucem en retraçant l’histoire. Du côté des contemporains, le photographe Frédéric Poletti est devenu le deuxième réalisateur français de romans-photos. Il en renouvelle le style et y apporte sa touche de modernité. En Italie, d’autres s’inspirent aujourd’hui de son travail. Crédit pour toutes les photos : Frédéric Poletti

Frédéric Poletti portfolio interview

Frédéric Poletti est d’abord connu pour être un excellent portraitiste. Les plus grands ont pris la pose devant son objectif : Jean-Luc Godard, Aki Kaurismaki, Agnès Varda, Juliette Binoche, Julie Depardieu, Philippe Katerine, André Téchiné, Manuel de Oliveira, Patti Smith, Arielle Dombasle, Jean Nouvel…

Amoureux de la mise en scène et du luxe, il est également prisé par les designers, les créateurs et les marques prestigieuses. Il a l’art des formes, des matières et des compositions. Ses douces lumières accueillent et subliment en même temps. Côté presse, il collabore à Télérama, Marie-Claire, Libération, Les Cahiers du cinéma, Maison Française, Le Figaro, Côté maison, etc. Il travaille également pour le monde de la publicité et de la mode. Deux activités complètent son plaisir à raconter des histoires, l’iconographie et le journalisme.

Frédéric Poletti portfolio interview

Quand on évoque le roman-photo, un sourire amusé s’esquisse et les railleries vont généralement bon train. Le roman-photo en lui-même est souvent associé à la niaiserie. Pour autant, les réaliser demande des compétences et beaucoup de travail. On parle d’ailleurs de tournages, comme pour le cinéma !

Quels sont vos domaines de prédilection et comment en êtes-vous venu à réaliser des romans-photos ?

J’aime le cinéma, les arts et la culture en général, la photographie et le théâtre, la danse contemporaine, le design, la mode… J’adore le portrait et j'en fais beaucoup pour la presse. J’aime la mise en scène et raconter une histoire. Un jour, j’ai assuré un remplacement à l’iconographie du magazine Nous Deux et j’ai adoré les romans-photos. J’ai proposé de faire un test et j’ai pu réaliser mon premier roman-photo avec Natacha Defontaine qui a participé activement à la réalisation de ces premiers romans-photos. C’était très créatif comme relation. Elle venait de la réalisation et moi de la photo.

C’est sans doute mon goût pour le cinéma qui m’a donné envie de m’essayer au roman-photo. J’avais aussi le désir de fictions. Vous êtes photographe, et là, d’un coup, vous devez tout réapprendre, repenser votre façon de travailler. Cela m’a plu, le roman-photo… C’est un mélange de photo et de cinéma en quelque sorte. Je dis souvent que c’est entre la BD et le cinéma muet. C’est comme un story-board, une production intermédiaire. Quoi que l’on dise, il faut raconter une histoire en 120 photos…

Combien de romans-photos avez-vous réalisés ?

Depuis 2012, à raison de trois ou quatre par an, cela fait donc une bonne vingtaine.

Frédéric Poletti portfolio interview

Combien de temps prend la réalisation d’un roman-photo ?

Je suis le photographe, mais aussi souvent le co-scénariste. Je m’associe régulièrement avec des femmes scénaristes. Si l'on considère le temps d’écriture du scénario, le temps de recherche des lieux de tournage et le casting des acteurs, il faut compter trois mois. D’ailleurs, je ne réalise pas cela tout seul. Mon frère Christophe, également photographe, travaille avec moi. Il réalise aussi les making-of des romans-photos.

Quelles sont vos principales contraintes ?

Le tournage est souvent réalisé en deux jours, deux jours très intenses. Les moyens alloués restent limités au regard de ce que représente le tournage d’un roman-photo. Pour commencer, il faut rémunérer au moins cinq ou six actrices et acteurs deux jours complets. La recherche des lieux de tournage est toujours un casse-tête. Ce sont les lieux qui placent l’histoire et qui l’ancrent dans la réalité de la fiction, donc c’est un thème majeur. Ils doivent être gratuits et proches les uns des autres. J’aime quand l’équipe est en tournage pendant les deux jours ou plus à l’extérieur de Paris. Du coup, on fait vraiment équipe et les acteurs restent mieux concentrés sur leur rôle. Parfois, les communes et les habitants sont invités à participer comme figurants. C’est assez amusant de mélanger la fiction avec des éléments documentaires.

Sont-ce de grosses équipes ?

Nous sommes une petite équipe composée d'un réalisateur, un assistant de réalisation, une coiffeuse-maquilleuse et un stagiaire. Nous réalisons nous-mêmes le stylisme ainsi que les repérages.

Frédéric Poletti portfolio interview

Vous êtes créatif, inspiré : sur quoi travaillez-vous aujourd’hui ?

Je travaille à l’écriture d’autres scénarios dans l’espoir d’en avoir un de retenu. Parfois, je dois en présenter plusieurs et cette phase est assez stressante. Il faut trouver des sujets qui préoccupent la vie des femmes d’aujourd’hui… Je travaille actuellement sur des portraits d’écrivains avec l’agence Opale Leemage. J’aimerais réaliser des courts-métrages ou un documentaire. J’ai aussi des projets d’exposition, reste à trouver les financements !

Quel matériel utilisez-vous ?

Je possède un boîtier Nikon D800. J’utilise un 28-70 mm f/2,8 et un 50 mm f/1,4. J’utilise également un 80-200 mm Nikkor et des flashs Profoto B1 pour les prises de vue en extérieur comme en intérieur.

Lire aussi…

Le site Internet de Frédéric Poletti

Proposez-nous votre portfolio !

Focus Numérique est en permanence à la recherche de nouveaux talents ! N'hésitez pas à nous envoyer vos séries et travaux à l'adresse électronique suivante : portfolio.focus.numerique@gmail.com.
Vous pouvez aussi participer à nos appels à candidature pour le prix EISA Maestro 2018 et les Zooms Photo 2018 avec la même adresse email, mais en précisant dans le titre à quel concours vous souhaitez participer.

Laurence Guillain
Laurence Guillain

Iconographe et Journaliste, tombée dans le bain de révélateur toute petite, elle ne respire qu’avec sa ration quotidienne d’images. Elle les dévore des yeux, les déguste avec appétit. Ses publications