Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.

S'il est normal qu'une thématique aussi forte que la crise migratoire se soit octroyée, depuis maintenant plusieurs années, une place prépondérante dans l'actualité médiatique, il est souvent bénéfique de prendre un peu de recul pour la confronter à une autre temporalité. Acteur d'une démarche documentaire, Samuel Gratacap nous mène sur les routes tortueuses qu'empruntent à la fois la guerre, les atrocités et les migrants, pour nous proposer Fifty-Fifty, une exposition photographique aux accents d'installation artistique.

Au fil des 4 espaces distincts qui constituent l'exposition, images, textes et sons se mêlent ainsi pour former un seul et même récit — et poser, au passage, la question d'une dissociation possible entre guerre et migration.

Portrait de groupe de migrants au centre de détention pour migrants de ZaouïaPhoto : Samuel Gratacap. Centre de détention pour migrants de Zaouïa, 2014. Avec l'aimable autorisation de Samuel Gratacap et de la galerie Les filles du calvaire.

Il vous reste de l'article à lire
Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.
Paul Nicoué
Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications