Eman Helal est née en 1985 en Égypte. C'est à 26 ans qu'elle fait son entrée dans la cour des reporters photographes. Son théâtre d'opération ? Au coin de sa rue, au seuil de ce qu'on appelle la révolution égyptienne, qui verra la chute de Moubarak en février 2011. Aujourd'hui, elle continue de couvrir les soubresauts de son pays à travers, entre autres, son long sujet qui l'a fait remarquer et primer par la presse occidentale sur les femmes violées et violentées dans l'espace public. Nous l'avons interrogée sur sa vision du métier et l'orientation qu'elle lui donne, autour de sujets liés aux droits de l'homme en général et à la tolérance en particulier.

Photo Eman Helal, série Morsy, the Begining and the End

Il vous reste de l'article à lire
Nadia Ali Belhadj

Journaliste rédactrice. N'aime rien tant que de faire des interviews de photographes car les trouve gentils. Se fout de la technique comme de sa première pomme. Complètement soumise à Vivian Maier. Ses publications