Elles étaient iconiques, et pourtant Zeiss n’a pas hésité à les remplacer. La gamme d’optiques vidéo Zeiss CP.2 tire sa révérence après de longues années de bons et loyaux services (plus de 30 000 exemplaires vendus !). La gamme CP.3, présentée lors du NAB 2017, vient la remplacer.

C’est donc un ensemble de 10 nouvelles optiques que Zeiss nous présente à Las Vegas. Acteur majeur des optiques ciné et vidéo, le fabricant allemand n’a fait l’impasse sur aucun point essentiel d’un bon produit. La série couvre une plage focale allant de 15 à 135 mm. La transmission atteint T2.1 pour les focales allant de 25 à 135 mm et descend à un honorable T2.9 pour les 15, 18 et 21 mm. La formule optique reste sensiblement la même que les CP.2 (à l’exception du 18 mm revu pour l’occasion). On a donc affaire à une série complètement harmonisée en matière de teinte et de transmission. Les 14 lamelles de diaphragme devraient assurer des bokeh très doux. Seul le revêtement a été légèrement modifié afin de correspondre davantage aux autres optiques cinéma de Zeiss ; les CP.3 devraient donc être très peu sujets aux flares et conserver des contrastes riches.

Que les angoissés se rassurent, on retrouve bien sur les CP.3 le système de monture interchangeable qui avait fait le succès de la série CP.2. Ainsi, l'utilisateur peut naviguer à sa guise entre les montures PL, Canon EF, Nikon F, Micro 4/3 et Sony E. Un avantage certain aussi pour les loueurs, qui n'auront pas à acheter une série spécifique pour chaque monture.

À l’heure des drones et autres stabilisateurs à gyroscopes, les Zeiss CP.3 se devaient d’être plus compacts que la gamme sortante. C’est le cas : le diamètre frontal — constant sur toute la série — atteint 95 mm, contre 114 mm pour les CP.2. Les bagues de résistance ont été revues et sont désormais plus douces. La bague de mise au point tourne sur 300°. Le tout, pour que cette nouvelle série s’adapte plus facilement aux follow-focus télécommandés, désormais assez répandus.

La gamme Zeiss CP.3 se décline en version XD (pour "eXtended Data"). Il s’agit ni plus ni moins d’un système de transmission de métadonnées via connecteur interne et câble 4 broches. L’ensemble permettra classiquement de récupérer les informations essentielles de l’optique (modèle, numéro de série, focale, distance de mise au point, ouverture), mais aussi de transmettre des informations sur la distorsion ou le vignetage. Ces informations étant enregistrées pour chaque image capturée, les utilisateurs seront à même, un peu comme avec Lightroom, de corriger en temps réel leur vignette et leur distorsion. Quand on sait que ces mesures sont réalisées traditionnellement pour la production de VFX et la composition haut de gamme, on ne peut que saluer Zeiss de faciliter grandement la réalisation de ces profils.

Les Zeiss CP.3 sont attendus pour juin 2017 pour un prix variant entre 3 500 € HT et 6 000 € HT en fonction des focales et des versions.

Source : Zeiss / CP.3

Sylvain Bérard

Photographe et étalonneur numérique pour le cinéma, amoureux du documentaire et des textures d’images. Grand utilisateur de sac à dos et de compagnie de voyages. Ses publications 

Contenus sponsorisés