Lauréat de la photo de l’année du World Press Photo of the Year 2017, le photographe turc Burhan Özbilici, est également au cœur d’une polémique.

Photo : Burhan Özbilici

C’est avec cette photographie, prise le 19 décembre 2016, quelques secondes après l’assassinat de l’ambassadeur de Russie en Turquie, Andreï Karlov, que le photographe turc Burhan Özbilici a été distingué. Mais quelques heures seulement après la divulgation des résultats, des contestations se faisaient entendre sur la toile. Alors qu’on accepte que nous soient présentées des victimes ou des catastrophes, ce qui a choqué un grand nombre de personnes, c’est que cette image soit celle d’un assassin, arme à la main, qui brandit son doigt en l’air en signe de victoire. Au sol, Andreï Karlov n’est peut-être même pas encore mort.

Les internautes n’ont d'ailleurs pas été les seuls à réagir, puisque l’un des votants, Stuart Franklin, s’est également exprimé dans une tribune du Guardian, expliquant sa réticence à en faire "la photo de l'année". Si pour Franklin elle devait indéniablement remporter un premier prix dans la catégorie "Spot News" (Actualités) — qu'elle a obtenu —, ça n'en reste pas moins "la photographie d’un meurtre, l'assassin et sa victime, tous deux sur la même image, et la publier est aussi moralement problématique de de publier une photo de décapitation. (...) Mettre cette image sur un si haut piédestal est une invitation pour tous ceux qui contemplent des mises en scène spectaculaires : cela réaffirme l'étroite tension entre martyre et publicité."

L’image est tellement propre — pas une goutte de sang, un sol brillant, des murs parfaitement blancs — qu’elle pourrait presque sembler être mise en scène. Il n’en est évidemment rien et ce que l’image ne montre pas, c’est que quelques instants après, Mevlüt Mert Altintaş, le policier de 22 ans qui vient de tirer, sera lui-même abattu par la police turque.

Le choix de cette photographie a été justifié par l’organisation dans son communiqué :

C'était une décision très difficile, mais nous avons finalement estimé que l'image de l'année était une image explosive qui parlait vraiment de la haine de notre époque. (...) nous avons vraiment senti qu'elle incarnait la définition de ce qu’est et signifie le World Press Photo.

Mary F. Calvert, membre du jury.

Parmi les autres lauréats, on retiendra le prix attribué à Laurent Van der Stockt, photojournaliste au Monde pour une image extraite de sa série sur la libération de Mossoul.

Photo Laurent Van der Stockt - Getty Reportage pour Le MondeÀ Gogjali, quartier libéré de Mossoul, le 2 novembre 2016. Les combattants de la Division d’or, les forces antiterroristes de l’armée irakienne, vérifient une à une les maisons et leurs habitants. Une opération doublement risquée : pour les soldats, qui pénètrent en terrain hostile, et pour les 5 000 civils terrorisés restés vivre sur place, parmi lesquels se cachent des combattants de l’organisation État islamique (EI). Le traumatisme laissé par les combats et les bombardements se lit sur les visages. Des enfants ont un regard mi-effrayé mi-ébahi à la vue des militaires. Photo : Laurent Van der Stockt / Getty Reportage pour Le Monde.

Jonathan Bachman reçoit le premier prix dans la catégorie "Enjeux contemporains" (Contemporary Issues)pour une photographie faite à Bâton-Rouge, pendant les manifestations contre les brutalités policières, et Tom Jenkins, le premier prix image unique dans la catégorie "Sports".

Photo Jonathan Bachman - ReutersBâton-Rouge, 9 juillet 2016. Ieshia Evans, une jeune manifestante de 28 ans, s’avance vers la police anti-émeute de Bâton-Rouge pendant une manifestation en réaction à la mort d'Alton Sterling, tué quelques jours plus tôt par la police de la ville. Photo : Jonathan Bachman/Reuters

Pour découvrir l’ensemble des 45 lauréats de ce cru 2017, rendez-vous sur la page dédiée du site du World Press Photo.

Source : World Press Photo

Pascale Brites

Journaliste technique, elle renforce l'équipe de rédaction en publiant des actualités et des articles pratiques. Ses publications 

Contenus sponsorisés