Les photojournalistes vivent une crise de leur activité, face à des organes de presse de moins en moins enclins à payer pour leurs reportages. Nombreuses sont donc les initiatives pour leur apporter d’autres sources de revenu. Parmi elles : The Chata Gallery, un espace en ligne et une galerie éphémère dédiés au reportage.

the chata gallery

Créée en 2016, The Chata Gallery, c’est avant tout un espace en ligne dédié au reportage, sur lequel les visiteurs peuvent commander des tirages. Le site travaille avec des laboratoires partenaires, capables de produire aussi bien des tirages classiques que des impressions Dibond ou des encadrements. Il n’est pas ici question d’un marché d’art : les tirages ne sont pas numérotés et le nombre d’éditions n’est pas indiqué. Les prix, clairement indiqués, commencent à 99 €.

Irak. Photo : Quentin Bruno.

En complément du site Internet, accessible à tous, The Chata Gallery est aussi une galerie physique nomade qui donne l’occasion de voir les impressions des images et d’échanger avec les photographes. La prochaine exposition se tiendra du 3 au 19 mars au 30-34 rue du Chemin Vert à Paris, dans le 11e arrondissement. Elle accueillera les photos de Quentin Bruno, photographe bruxellois membre de l’agence Hans-Lucas, et son reportage Irak réalisé juste avant l’offensive de Mossoul. Comme pour chaque reportage, une partie des fonds récoltés est reversée à une association. Dans le cas des images de Quentin Bruno, c’est Médecins Sans Frontières qui recevra 10 % du montant des ventes.

Tous les détails sont disponibles sur le site de la galerie.

Source : The Chata Gallery

Pascale Brites

Journaliste technique, elle renforce l'équipe de rédaction en publiant des actualités et des articles pratiques. Ses publications 

Contenus sponsorisés