Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.

Avec la seule annonce de l'appareil hybride Pen E-PL9, Olympus n'est certainement pas la marque qui a le plus fait parler d'elle lors du CP+ 2018. L'occasion n'en était pas moins bonne pour rencontrer Toshiyuki Terada, directeur général de la division Image du groupe. Nous l'avons interrogé sur les choix passés et les orientations futures d'Olympus.

Le stand d'Olympus au CP+ 2018.

On reproche souvent aux appareils Olympus une interface logicielle trop compliquée et des boîtiers chargés en boutons. Pouvons-nous imaginer un boîtier plus simple d'utilisation et plus épuré, qui se concentrerait sur les commandes réellement essentielles à la pratique de la photographie ?

Il me semble que si les menus de nos appareils paraissent compliqués, c’est avant tout à cause des nombreuses possibilités de personnalisation que nous offrons aux photographes professionnels et aux amateurs confirmés. Ces derniers aiment en effet disposer du maximum de boutons personnalisables possible. Nous entendons cependant clairement la demande du marché pour des menus plus simples et faisons le nécessaire pour les rendre plus intuitifs. Il est néanmoins important pour les utilisateurs de produits Olympus que nos choix ergonomiques conservent une certaine cohérence dans le temps. La solution à cette problématique se trouve donc à mi-chemin entre la demande du marché et celle de nos utilisateurs.

Il vous reste de l'article à lire
Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.
La rédaction
La rédaction

Depuis 2006, Focus Numérique est le site n°1 pour la photo et la vidéo avec un fil continu d'actualités, des tests, des formations et des portfolios. Ses publications