Actualité et tradition oblige, nous ne pouvions pas être au CP+ sans passer voir Tamron qui a annoncé deux nouvelles optiques : le SP 70-200 mm f/2,8 Di VC USD G2 et le 14-24 mm Di II VC HLD. Nous avons pu discuter des nouveaux produits et de l'avenir avec MM. Hiroaki Arai, vice-président, Minoru Ando, directeur général de la recherche et du développement, et Kentaro Myoshi, assistant du directeur général (Imaging Products Business Unit).

Tamron SP 70-200 mm f/2,8 Di VC USD G2
SP 70-200 mm f/2,8 Di VC USD G2
Il n'y a actuellement aucune offre.
Tamron 10-24 mm f/3,5-4,5 Di II VC HLD
10-24 mm f/3,5-4,5 Di II VC HLD
Il n'y a actuellement aucune offre.

Ce n'est pas la première fois que nous rencontrons Tamron au CP+. Depuis 3 ans maintenant, nous nous entretenons systématiquement avec des représentants de la marque et avons eu la chance de visiter son siège et centre de recherche et développement en 2015, ainsi que ses deux usines japonaises l'année dernière. Il est vrai que depuis 3 ans et leur réelle entrée sur le marché des objectifs à focale fixe, l'actualité est dense pour l'opticien japonnais.

Test - 23/10/2015
Tamron SP 35 mm f/1,8 Di VC USD
SP 35 mm f/1,8 Di VC USD
Priceminister 555,50 €
Fnac.com marketplace 609,99 € Voir l'offre
Grosbill 695,00 € Voir l'offre
Webdistrib 751,36 € Voir l'offre
Amazon 754,43 € Voir l'offre
Boulanger.com 799,00 € Voir l'offre
Fnac.com 799,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Test - 14/10/2015
Tamron SP 45 mm f/1,8 Di VC USD
SP 45 mm f/1,8 Di VC USD
Priceminister 557,90 €
Webdistrib 665,96 € Voir l'offre
Amazon 669,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 669,99 € Voir l'offre
Boulanger.com 679,00 € Voir l'offre
Fnac.com 679,99 € Voir l'offre
Grosbill 695,00 € Voir l'offre
Top Achat 699,90 € Voir l'offre
Rue du Commerce 699,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Test - 02/05/2016
Tamron SP 85 mm f/1,8 Di VC USD
SP 85 mm f/1,8 Di VC USD
Grosbill 797,00 €
Conforama 799,99 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 818,99 € Voir l'offre
Webdistrib 830,46 € Voir l'offre
Amazon 834,45 € Voir l'offre
Rue du Commerce 834,45 € Voir l'offre
Boulanger.com 899,00 € Voir l'offre
Top Achat 899,90 € Voir l'offre
Fnac.com 899,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Vous venez de lancer un 70-200 mm f/2,8 en version G2. C'est le deuxième objectif G2 après le 150-600 mm l'année dernière. Il est difficile de comprendre la stratégie des optiques G2, car votre « nouveau » 90 mm f/2,8 macro n'était pas un G2. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

C'est une question très pertinente et nous discutons beaucoup en interne sur la manière de communiquer sur le G2. La formule optique des derniers objectifs est presque similaire à celle des anciens modèles. Néanmoins, lorsqu'un nouvel objectif délivre une meilleure qualité d'image comparée à l'ancien modèle, nous lui mettons la mention G2. De plus, nous utilisons la mention G2 lorsque nous souhaitons conserver sur le marché les deux versions de l'objectif (l'ancienne et la nouvelle). Nous allons affiner dans les mois à venir notre stratégie sur la mention G2.

Le nouveau 70-200 mm f/2,8 Tamron : l'une des stars du salon !

Sur le nouveau 70-200 mm, vous annoncez une amélioration de la stabilisation optique qui peut désormais compenser jusqu'à 5 IL. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous avons optimisé la formule optique de l'objectif, puis travaillé sur le module de stabilisation. L'amélioration se fait sur deux aspects. Le premier est mécanique et le second, électronique (algorithmes). Nous avons amélioré la puissance et la précision des moteurs puis revus les algorithmes de contrôle.

Nous voyons ces dernières années une amélioration très rapide des performances de stabilisation sur les hybrides (capteur et/ou optique). Canon et Nikon ne semblent pas, pour l'instant, intéressés par la stabilisation capteur. Quelle est la solution pour une société comme la vôtre : attendre que Canon et Nikon basculent sur une stabilisation capteur, ou réinventer la stabilisation optique pour la rendre compétitive avec celle des hybrides ?

Nous admettons qu'une stabilisation double (optique et capteur) est plus efficace qu'une seule stabilisation optique. En tant que fabricant d'objectifs, nous n'avons pas accès aux informations de fonctionnement concernant la stabilisation embarquée dans les boîtiers. Nous devons donc faire de la rétro-ingénierie pour comprendre les algorithmes de fonctionnement utilisés dans les boîtiers. Notre objectif principal reste néanmoins l'amélioration de la stabilisation optique, car c'est là que réside notre force. Nous estimons mieux connaître les objectifs que les fabricants de boîtiers. Quoi qu'il en soit, nous devons rester proche de ces fabricants, en particulier Canon et Nikon, afin, sans les concurencer, de travailler avec eux s'ils décident d'intégrer une stabilisation capteur dans le futur. Ils tirent une grande fierté de leurs technologies et mon avis personnel est qu'ils ne resteront sur de la stabilisation optique que quelques années encore. Sur son 12-100 mm, Olympus peut monter à une compensation de 6,5 IL avec sa double stabilisation : 5 côté optique et 1,5 côté capteur. C'est très élevé et il sera difficile d'atteindre ce genre de résultats avec la stabilisation optique uniquement. Notre objectif est de nous approcher de ce genre de performances avec de la stabilisation optique.

Réglage de la stabilisation optique du nouveau 70-200 mm avec deux interrupteurs.

De plus en plus de constructeurs s'intéressent à la monture FE des hybrides Sony 24 x 36 mm A7 : Zeiss, Samyang, Tokina, Sigma (avec une bague d'adaptation). Sigma a annoncé qu'ils allaient se lancer sur ce marché. Ils ont déjà une solution pour utiliser leurs optiques avec les hybrides Sony grâce à une bague d'adaptation. Quelle est la position de Tamron sur ce sujet ?

Techniquement c'est possible, nous avons tout ce qu'il faut pour le faire. C'est donc un choix plutôt stratégique. Nous avons étudié les données GFK et les prévisions de vente. Comme vous le savez, le marché de la photo est en recul depuis 2012, avec des baisses comprises entre -15 et -20 % par an jusqu'en 2016. Nous espérions que cette chute s'arrêterait en 2016, mais ce n'est pas le cas. Cependant, nous avons conscience que le marché des hybrides, pour sa part, croît. Concevoir une optique est un investissement important. Nous devons étudier les volumes de vente et déterminer le moment où un tel investissement sera rentable pour nous. Nous espérons que le marché se stabilise en 2017 et reparte à la hausse avant les Jeux Olympiques de 2020. Nous savons que pour un tel évènement, nous verrons plus d'utilisateurs se diriger vers des hybrides simples à utiliser. Nous resterons dans la tendance d'ici à 3 ans. Pour l'instant, nous savons que les utilisateurs d'hybrides sont moins tentés que les utilisateurs de reflex d'investir dans un deuxième ou troisième objectif.

À gauche, M. Kentaro Myoshi ; à droite, M. Minoru Ando.

Ce début 2017 est assez difficile pour Nikon. C'est la première année que la marque n'annonce rien au CP+ Qu'en pensez-vous ?

Nous ne pouvons pas faire de commentaire sur d'autres sociétés. En 2016, Nikon a lancé trois nouveaux reflex. C'est peut-être l'une des raison qui explique pourquoi il n'y a pas de nouveauté en ce début d'année. Et le 25 juillet prochain, Nikon fêtera ses 100 ans. Je pense que nous devons être patients. Malheureusement, il n'y aura pas de photokina cette année.

Canon a montré à la Canon Expo en 2015 des prototypes fonctionnels de capteur ultra haute définition avec 120 et 250 millions de pixels. Il n'est pas impossible de voir arriver dans un futur proche ce genre de définition sur leurs reflex. Les optiques Tamron sont-elles prêtes pour cela ?

Officiellement, nous n'avons pas encore de produit dédié pour ce type de définition. Nous n'avons donc pas fait de tests. Le sentiment de nos ingénieurs est que la majorité de nos objectifs seront capables de supporter ces définitions sans grand changement, particulièrement nos focales fixes. Lorsque ce sera une réalité, nous devrons être attentifs aux performances sur les bords des images. Sur le centre, ce ne sera pas un problème. Nous sommes confiants dans le fait qu'il sera assez rapide de s'ajuster et que nous ne serons pas en retard vis-à-vis des objectifs originaux Canon et Nikon.

Tamron 10-24 mm : une autre nouveauté du CP+ 2017.

Parlons maintenant d'ergonomie. Nous avons vu plusieurs idées d'améliorations chez certains de vos concurrents. Par exemple, l'utilisation d'un écran Oled sur le dessus de l'objectif par Zeiss (suivi par Canon), l'emploi d'une bague de diaphragme manuelle sur certains Sony G Master, ou encore la possibilité de personnaliser la friction de la bague de mise au point manuelle sur les Irix. Que pensez-vous de ces innovations et, selon vous, quel est le futur en matière d'ergonomie pour les objectifs ?

Il n'y a a plus autant d'améliorations à faire au niveau des objectifs que sur ces 10 dernières années. Les innovation ergonomiques que vous mentionnez seront le prochain sujet auquel nous devrons nous intéresser. D'un point design, sur nos nouveaux objectifs de la gamme SP, nous avons fait appel à un cabinet externe qui prend plus en compte les aspects ergonomiques que les problématiques mécaniques des objectifs. Nous nous focaliserons plus sur l'aspect ergonomique dans le futur que nous ne l'avons fait sur les 10 dernières années et le fait que vous nous posiez cette question nous conforte dans cette direction. Cela ne veut pas dire que nous néglierons pour autant l'amélioration des performances de nos objectifs.

Parlons un peu du futur. Quels seront les défis à relever dans les années à venir ? Améliorer encore et toujours la qualité des optiques, développer de nouvelles fonctions, concevoir de nouveaux objectifs (nouveau genre de focale fixe ou zoom ultra polyvalent), travailler sur l'ouverture maximale... ?

Nous nous efforcerons de développer le marché. Nous ne voulons pas que Tamron soit considérée comme une société uniquement technologique, mais comme une société qui, grâce à la technologie, propose des objectifs procurant des « sensations » aux photographes. Il y a beaucoup de choses qui peuvent être faites avec les objectifs. Ce que nous déciderons de faire dépendra du marché. Nous vivons dans un monde trop numérique et nous aimerions résussir à faire revenir les sensations analogiques, quand les gens pouvaient faire la différence entre plusieurs types de photos faites par différents objectifs et appareils photo. Le monde numérique est composé uniquement de 0 et de 1. Dans le monde anlogique, il y a beaucoup plus de nuances. Si nous arrivions à faire revenir cette excitation avec les objectifs, se serait bien.

Quel a été le produit qui vous le plus marqué l'année dernière ?

L'Olympus 12-100 mm f/4. Nous aurions beaucoup aimé être à l'origine de cet objectif.

Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO
M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO
Amazon 1299,00 €
Fnac.com 1299,99 € Voir l'offre
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications