Dans un contexte voyant les ventes de smartphones vampiriser le marché des appareils photo compacts, la plupart des constructeurs de terminaux mobiles redoublent d'efforts pour surpasser leurs concurrents en termes de confort de prise de vue et de qualité d'image. L'année 2015 a ainsi vu la plupart des appareils haut de gamme se doter de réglages manuels dignes de ce nom — seuls Apple et Google s'ancrent aujourd'hui dans une démarche inverse, proposant des interfaces de prise de vue efficaces, mais simplistes.

Les efforts concernant la refonte des fonctionnalités de retouche semblent cependant avoir été moins conséquents, la plupart des smartphones se contentant de proposer une ribambelle de filtres créatifs et un nombre d'outils de retouche quelque peu limité. Lors de nos test de terminaux mobiles, nous vous conseillons ainsi régulièrement l'utilisation d'applications dédiées, au rang desquelles Snapseed fait très certainement partie des plus populaires.

Logo Snapseed

Existant depuis 2011, Snapseed a tout d'abord fait son apparition sur iPad et iPhone, puis sur les terminaux Android à la suite du rachat de sa maison mère Nik Software par Google en 2012.

Apparue en 2015, la version 2.0 de l'application s'accompagnait d'une profonde refonte de l'interface graphique ainsi que de nouveaux outils, octroyant à Snapseed une interface simple et des fonctionnalités avancées. Annoncée en novembre 2015, la version 2.1 a depuis apporté aux utilisateurs de smartphones Android la possibilité de retoucher des fichiers RAW au format DNG, tandis que cette même fonctionnalité a été intégrée à la version iOS de l'application en septembre 2016.

Prise en main

Contrairement à Lightroom mobile, Snapseed est une simple application de retouche et ne propose ni interface de prise de vue ni système de bibliothèque. Après lancement, le premier contact avec l'application se fait donc logiquement par l'ouverture d'une photo stockée sur le smartphone, sa carte microSD ou un service de partage de fichiers en ligne (Dropbox, Google Drive, etc.).

Snapseed 2.13 prise en main interface

Si la plupart des smartphones haut de gamme du marché proposent désormais la capture de fichiers RAW, aucune de leurs applications natives n'autorise leur retouche. La version de Snapseed destinée aux terminaux Android vient combler ce manque et l'ouverture d'un fichier DNG entraîne désormais l'affichage des paramètres en permettant l'optimisation.

On retrouve les outils classiques disponibles dans la majorité des logiciels de développement RAW : réglage de l'exposition, des tons clairs, des ombres, du contraste, de la clarté (ici appelée Structure), de la saturation, de la température de couleur et de la teinte. Notez que ces réglages ne sont pas destructifs et qu'il est donc possible de revenir dessus tant que l'image n'a pas été enregistrée ou l'application, fermée.

Snapseed 2.13 prise en main interface

Snapseed 2.13 prise en main interface

Cette première étape aide d'ores et déjà à se familiariser avec le fonctionnement de Snapseed — qui restera peu ou prou le même, quel que soit l'outil utilisé. Un glissement du doigt de haut en bas sur l'écran tactile permet de sélectionner le paramètre à modifier, tandis qu'un glissement sur l'axe horizontal influe sur l'intensité de ce même paramètre. Le reste de l'interface est relativement épuré : une pression sur l'icône située en bas à gauche résulte en l'affichage d'un histogramme, tandis que l'icône située en haut à droite permet d'afficher l'image d'origine de façon à évaluer les récents réglages effectués. Une double pression du doigt permet quant à elle de zoomer sur l'image pour en apprécier les détails.

On notera également que l'interface s'adapte aisément à une orientation verticale ou horizontale, et optimise l'affichage suivant la photographie sélectionnée.
Snapseed 2.13 prise en main interface

Après validation des paramètres de développement d'un fichier RAW ou dès l'ouverture d'un fichier JPEG, l'utilisateur de Snapseed se retrouve au cœur de l'application. Il peut ouvrir une nouvelle image, enregistrer l'image en cours de modification, annuler les précédents réglages ou les rétablir, appliquer les modifications effectuées sur une précédente photo, afficher les paramètres de prise de vue, etc. L'icône située en bas à droite de l'écran permet quant à elle d'accéder aux options de retouche, outils et filtres étant alors classés par type d'effet ou par thématique.

Snapseed 2.13 prise en main interface

Snapseed 2.13 prise en main interface

Si les outils rassemblés à l'intérieur des catégories Retouches, Détails et Balance des blancs sont relativement similaires à ceux présents dans le module de développement RAW, il est également possible de recadrer l'image, d'en effectuer une rotation, de corriger la perspective, d'effectuer des réglages locaux, d'accentuer le vignetage, d'appliquer des corrections locales ou encore de superposer du texte à la photographie.

Snapseed 2.13 prise en main interface

Snapseed 2.13 prise en main interface vignetage

Outil de vignetage.

Les filtres disponibles sont relativement nombreux, variés, paramétrables à volonté et superposables les uns aux autres. On retrouve ainsi de grands classiques, tels que les effets tilt-shift ("Effet focus") et HDR, ou encore des rendus esthétiques vintage et noir et blanc.

Snapseed 2.13 prise en main interface

Snapseed 2.13 prise en main interface effet focus

Effet focus (tilt-shift).

Notez que chaque filtre ou catégorie d'outil ayant servi à la modification de l'image constitue ce que l'on peut considérer comme un calque. Chacun de ces calques demande à être validé avant d'être appliqué à l'image ; s'il n'est pas possible de revenir sur leurs réglages a posteriori (exception faite des paramètres de développement), il est cependant possible de les supprimer indépendamment de l'ordre dans lequel ils ont été appliqués.

Verdict

Disponible gratuitement sur Google Play et sur l'App Store, Snapseed 2.13 est une application non seulement performante mais aussi tout à fait adaptée à la retouche sur smartphone. En se concentrant sur l'essentiel (absence d'interface de prise de vue et de système de bibliothèque), elle gagne en sobriété et en efficacité. L'interface donne ainsi accès à de nombreux outils de retouche indispensables, ainsi qu'à des filtres relativement bien choisis. Nous apprécions de plus particulièrement le support du format RAW, le nombre d'applications permettant de développer de tels fichiers sur smartphone ou tablette étant à l'heure actuelle limité.

Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications