L'intelligence artificielle a le vent en poupe ces temps-ci... un vent qui s'emballe parfois. Ainsi, un projet Kickstarter vient de lever plus d'un million de dollars pour proposer un système dit intelligent afin de déterminer les bon réglages de prise de vue : Arsenal.

Arsenal intelligent camera assistant, assistant photo pour boîtiers reflex et hybrides, exempleExemple d'image réalisée avec Arsenal.

Doucement mais sûrement, l'intelligence artificielle envahit notre vie et celle des photographes. Des algorithmes, que l'on nourrit d'informations, peuvent désormais reconnaître des formes, des couleurs, pour décrire avec une précision inimaginable une scène photographiée, ou coloriser avec un certain esthétisme des clichés anciens capturés en noir & blanc. Avec Arsenal, l'équipe de développement souhaite proposer un assistant doté d'une intelligence artificielle afin de déterminer les meilleurs réglages pour la prise de vue, en fonction de son environnement.

Arsenal intelligent camera assistant, assistant photo pour boîtiers reflex et hybrides, interfaceArsenal et son application.

L'algorithme se base sur une banque de données de milliers d'images et prend en compte 18 facteurs pour proposer les meilleurs réglages. L'assistant croise à la fois les performances du capteur et celles des optiques utilisées pour assurer la meilleure qualité d'image. Si votre 50 mm f/1,4 délivre une image plus piquée à f/2 pour du portrait, c'est un paramètre que considérera Arsenal. Il en va de même pour le paysage : l'assistant déterminera la meilleure ouverture pour limiter la diffraction ou les effets de coma, par exemple. Cela implique donc une connaissance du matériel et de fait, Arsenal ne fonctionne qu'avec un nombre restreint de boîtiers, mais les principaux modèles chez Canon, Nikon, Sony sont bien présents. Chez Fujifilm, la liste est plus restreinte, et il n'y a aucun boîtier Micro 4/3. Dommage. Le boîtier analyse également la scène photographiée avec le Liveview et tient compte de l'utilisation éventuelle d'un filtre ND ou d'un trépied. Arsenal se connecte via le port USB à l'appareil photo ; une application sur un smartphone ou une tablette permet de piloter l'ensemble. Les premières livraisons son prévues en janvier 2018.

Bref, sur le papier et sur Kickstater, le projet est plutôt alléchant. Un peu trop peut-être ? L'objectif initial, de 50 000 $, est en effet largement atteint et le compteur s'est affolé pour dépasser le triple : plus de 1 500 000 $ à l'heure où nous rédigeons ces lignes ! Une somme complètement folle, mais qui montre (peut-être) l'engouement pour ce produit. Comme le rappelle fort justement Petapixel, certains projets photo qui ont connu cet enflamment monétaire n'ont finalement jamais vu le jour — le projet de télécommande Ada de Triggertrap, par exemple.

La page Kickstarter d'Arsenal
Le minisite d'Arsenal

Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications