Après un excellent et longtemps attendu K-1, Pentax enfonce le clou en présentant le KP, petit frère APS-C non dénué de charme.

Pentax KP avec 35 mm f/2,8 LimitedAssocié au 35 mm f/2,8 en édition Limited, le Pentax KP affiche une certaine classe.

Si certaines marques jouent avec les codes "rétro" des appareils photo argentiques pour styliser leurs gammes de boîtiers numériques — on pense tout naturellement à Olympus ou Fujifilm —, d'autres fabricants n'ont pas souvent laissé de souvenirs mémorables quant au design de leurs boîtiers. Pentax fait plutôt partie de ceux-là. Ses reflex sont généralement assez compacts, mais le dessin privilégie le plus souvent l'efficacité à l'harmonie. Le KP pourrait bien changer la donne.

Personnalisation extérieure et intérieure

En effet, le KP s'inspire à la fois de son frère aîné le K-1, mais n'hésite pas non plus à piocher dans les codes des "vieux" reflex argentiques, avec notamment cette molette plaquée à l'avant du reflex (l'Asahi Pentax AP, un reflex argentique de la marque, disposait également d'une molette à l'avant). Une molette qui n'est pas sans rappeler un autre reflex qui souhaite surfer sur la vague rétro, le Nikon Df. Le KP reprend également la forme d'un prisme en toit généreux, caractéristique des reflex 24x36. Ici, la forme renferme surtout un flash pop-up. Mais l'effet optique fonctionne à merveille. Notez que le flash intégré est capable de piloter des flashes distants sans fil.

Un petit air de famille avec le Nikon Df, qui lui est plein format.

Les premiers contacts avec le KP sont plutôt agréables. Le reflex est compact et assez massif pour assurer confiance. Comme tous les reflex désormais en gamme, le KP dispose de nombreux joints d'étanchéité pour résister aux intempéries et aux poussières. Par défaut, le reflex est livré avec une poignée assez courte. Mais deux autres modèles de poignée, de différents volumes, seront livrés avec le reflex et pourront être changés d'un simple tour de clé Allen. Lors de nos essais, nous avons nettement préféré la poignée la plus volumineuse, qui assure une bonne préhension du boîtier.

Pentax KP 3 poignéesExclusivité française, deux poignées normalement vendues séparément seront disponibles dans la boîte du KP.

La molette plaquée est facilement accessible et vient en complément de la molette arrière pour les réglages des principaux modes d'exposition PSAM. Les commandes sur le dessus du Pentax ne sont pas sans rappeler le K-1, avec notamment la fameuse molette de fonctionnalités. Celle-ci est toutefois un peu différente de celle du reflex 24x36. Exit le Wi-Fi ou le recadrage : le KP met en avant la motorisation (CH/CL), le mode HDR ou les différents modes de mesure de la lumière (AE). Les autres fonctionnalités C1/C2/C3 sont personnalisables et vous pouvez attribuer différentes options, comme la sensibilité ISO ou l'affichage des grilles d'aide à la composition. Une fois sélectionnés, les différents réglages sont ajustables à l'aide de la molette située à droite.

Le KP dispose également de 3 commandes FX également personnalisables. En outre, et comme le K-1, le reflex APS-C peut enregistrer jusqu'à 5 configurations qu'il sera possible de rappeler rapidement avec les modes U1à U5 présents sur le barillet pour le choix du mode d'exposition. Notez que ce dernier est également verrouillable.

Pentax KP vue de dessusLe Pentax KP reprend en partie l'ergonomie du K-1 en apportant un peu plus de souplesse pour une personnalisation plus poussée.

Le dos du reflex est également dense avec de nombreuses commandes et raccourcis pour paramétrer rapidement les principales options de prise de vue. L'écran LCD n'est toujours pas tactile, mais il s'incline vers le haut ou le bas pour faciliter la prise de vue en Live View. L'écran de 9,1 cm affiche 921 000 points. Un grand classique, qui aurait pu être revu à la hausse.

Côté viseur optique, Pentax reconduit le spacieux et très agréable pentaprisme (grossissement 0,63x en équivalent 24x36) qui offre une couverture de champ de 100 %.

Pentax KP vue de dos avec écran inclinableLe KP reprend le système un peu alambiqué d'orientation de l'écran arrière et la double charnière pour l'inclinaison vers le haut ou vers le bas de l'écran LCD.

Un peu de K-1 dans une version APS-C

Côté électronique, le KP dispose d'un capteur APS-C à 24 Mpx et embarque une bonne partie de l'électronique du reflex 24x36, ce qui permet de grimper en sensibilité ISO jusqu'à 819 200 ISO ! Mazette, nous demandons à être impressionnés ! C'est 4 IL de plus que le Pentax K3 II, mais la marque semble confiante. Cette nouvelle et grande plage ISO permet d'espérer des clichés à 3 200, voire 6 400 ISO avec une très bonne gestion du bruit électronique.

Le KP hérite également du système de stabilisation mécanique par déplacement du capteur du K-1 sur 5 axes. Sans nous avoir époustouflés, il permet de facilement de gagner 3 IL avec un capteur 24x36. Nous ne pouvons qu'espérer des résultats similaires, voire supérieurs, avec un capteur plus petit. Le système permet également de limiter l'apparition de moirage en créant un léger flou. Le Pixel Shift Resolution qui améliore la précision des images par combinaison de plusieurs images successives est également de la partie.

Pentax KP et K-1Le Pentax KP et le K-1 : une belle famille des reflex APS-C et 24x36.

Le KP reprend également le système de mesure de lumière du K-1 avec une cellule à 86 000 points et la possibilité de corriger sur +/-5 IL. Malheureusement, le système autofocus n'est pas le même et le KP devra se "contenter" du modèle SAFOX 11 (identique au K-3 II) avec 27 points AF, dont 25 de type croisé, et une sensibilité jusqu'à -3 IL.

Le reflex dispose d'un obturateur électronique pour atteindre 1/24 000 s et réduire le bruit au déclenchement. En obturation mécanique, le KP grimpe jusqu'au 1/6 000 s. La motorisation permet d'enchaîner 7 images par seconde sur 28 images en JPEG et 8 en RAW. C'est étonnamment un peu moins que le K-3 II, qui atteint plus de 8 i/s. Pour accueillir toutes ces images, vous ne pourrez compter que sur un seul emplacement SD compatible avec la norme UHS-I.

Pentax KP vue de côtéDes raccourcis sont également présents sur le côté du reflex avec notamment une touche personnalisable Fx1.

Wi-Fi, mais pas de GPS

Le reflex de Pentax fait l'impasse sur la connexion USB 3 (alors que le K-3 II en dispose...) pour se contenter d'une version 2. Vous trouverez également une entrée pour une alimentation externe, une entrée micro stéréo, mais pas de sortie casque. Si une puce Wi-fi (802.11b/g/n) est bien présente pour le pilotage à distance et sans-fil et le transfert vers un smartphone ou une tablette, aucune puce GPS n'a trouvé sa place à l'intérieur du reflex (contrairement au K-3 II). Dommage que Pentax n'est pas opté pour une connexion Bluetooth pour le transfert des images ou la récupération des données GPS.

Une poignée d'alimentation est disponible pour le KP et permet de doubler l'autonomie du boîtier, annoncée à 390 vues selon la norme CIPA. Bon point, cette poignée permet également d'accueillir la batterie du K-1.

Pentax KP et grip d'alimentationLe KP et sa poignée d'alimentation.

Côté vidéo, le Pentax KP n'apporte pas beaucoup de nouveauté. Il filme toujours en HDTV 1080 à la cadence de 60/50i ou 30/25p avec un codec AVC/H.264.

Prix et disponibilité

Le KP de Pentax sera disponible en noir ou en version argentée (silver) au tarif conseillé de 1 300 € à la fin du mois de février.

Pentax KP version argent avec poignée d'alimentationPentax KP version argent.

Notre premier avis

Difficile de ne pas tomber sous le charme du KP, qui viendra remplacer à terme le K-3 II, avec sa nouvelle ligne rétro. Si nous sommes séduits par plusieurs fonctionnalités annoncées, dont la stabilisation améliorée, la plage ISO largement élargie ou l'arrivée de la molette d'accès rapide, nous sommes un peu surpris par le manque de mordant par rapport au K-3 II. La cadence rafale recule un peu, le système autofocus est identique, tout comme le viseur optique ou le mode vidéo. La puce GPS disparaît, de même que la connexion USB 3. Pentax mise avant tout sur la qualité d'image et une ergonomie modernisée et plus personnalisable. Nous avons donc hâte de voir ce que ce KP a dans le ventre !

Source : Pentax France

Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Contenus sponsorisés